Archives de tags | foi

Que ce bonheur puisse éternellement te combler

Que ce bonheur puisse éternellement te combler (Bonne fête des pères) Poème de Rolland Jr St-Gelais

Que ce bonheur puisse éternellement te combler

 

 

 

Cela fera sous peu un mois que tu nous as quittés.

Vers un monde où tu verras toutes les personnes qui t’ont aimé.

Tu es maintenant avec ma tendre mère et mon défunt frère qui t’ont attendu.

Avec joie indescriptible, et dans un lieu de béatitudes, le moment venu.

 

Les bras tendus vers celui qui allait bientôt les rencontrer.

Tandis que dans le silence de mon cœur, j’ai simplement récité.

J’ai prononcé cette prière alors que tu écoutais ces doux mystères,

Que nous a enseigné depuis l’aube de notre foi, la sainte Église, notre Mère.

 

Quel mystère magnifique est celui de la résurrection !

Qui répond à la perfection celui de la divine incarnation.

Du Fils de Dieu qui est venu comme un être à la fois humain et divin.

Qui mettra un terme à nos craintes en établissant un règne d’amour sans fin.

 

Quel mystère incroyable est celui de l’ascension !

Qui nous fait découvrir la foi comme ultime raison.

« L’essentiel est invisible pour les yeux », disait Antoine de Saint-Exupéry.

C’est en toi Seigneur Jésus que se trouve la source infinie de la vie.

 

Quel mystère mystique est celui de la descente de l’Esprit saint !

Qui renouvelle notre foi, notre espérance et notre amour pour le prochain.

Du fait de sa présence silencieuse, il nous rafraîchit telle une brise légère.

Et nous rappellent tes sages paroles lorsque le Christ était sur cette terre.

 

Quel mystère vaste qu’est celui de l’assomption !

Qui unit Marie à son Fils qui nous a apporté la rédemption.

Puisses-tu, ô, papa adoré, être à jamais à leurs côtés.

Et pour tes nombreux descendants, sans cesse, intercéder.

 

Quel mystère unique est celui du couronnement de Marie !

C’est à toi, cher papa, que je pense lorsque je la prie.

Comme tu aimais réciter le rosaire après l’heure du souper.

Quelle chance incroyable que j’eusse de pouvoir t’accompagner.

 

Est-ce un miracle ou une pure coïncidence ?

Ne dit-on pas que la foi est à l’image de l’enfance ?

Tu avais décidé de partir une fois le rosaire récité.

Que ce bonheur puisse éternellement te combler.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ces mamelons

Ces mamelons Poème de Rolland Jr St-Gelais Dessin par Micha B. de la France

Ces mamelons

 

Étendue sur mon lit.

Je pense à mon chéri.

Un homme exceptionnel.

Qui donne à mes rêves des ailes.

 

Un mâle au physique particulier.

Mais, que la nature, ma foi, a comblé.

Un garçon bien éduqué et tellement charmant.

Il est tout de même encore célibataire, c’est surprenant.

 

Je songe à lui en me caressant les seins.

Tout en fredonnant de mon enfance ce refrain.

« Savez-vous planter des choux à la mode de chez nous ? »

Ceci me fait bien rire, car je crois bien qu’il est de moi un peu fou.

 

Comme j’aimerais partager mon lit avec ce Québécois.

En attendant que mon rêve se réalise, je me sers de mes doigts

Ces mamelons gonflés de désir prennent tant plaisir à mes caresses.

En imaginant qu’un jour, je contemplerai chez lui ses belles fesses.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En nos cœurs, prions !

En nos cœurs, prions ! Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Let-us-pray-913918084

En nos cœurs, prions !

 

Que se passe-t-il ?

Pourquoi un monde si vil ?

Je ne reconnais plus rien.

Avouons-le ! Quel triste destin !

 

Pour échapper aux nouvelles télévisées.

En pleine forêt, je suis allé me ressourcer.

M’y recueillir le temps de reprendre mon haleine.

Car, je n’en peux plus de toute cette violence, cette haine.

 

Certes, je pourrais en ces jours de noirceur me lasser.

Mais, j’ai toujours préféré au plus profond de mon cœur espérer.

Puis-je demander une petite requête, une simple faveur ?

Auriez-vous l’amabilité de m’accorder une heure ?

 

Soyez rassurés ! Je ne vous demande pas grand-chose.

Solliciter quoi que ce soit de votre part ? Jamais je n’ose.

Il apporte tellement de bienfaits et ça ne coûte rien.

Il vous suffit de clore les yeux et de joindre les mains.

 

Peu importe vos croyances, votre foi et votre philosophie de vie.

Accompagnez-moi vers ce lieu charmant, symbole de l’infini.

Assoyons-nous sous les branches où se forment les bourgeons.

Sous cet arbre sacré, faisons silence, et en nos cœurs prions.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Que la lumière brille de nouveau

« Que la lumière brille de nouveau » Poème par Rolland Jr St-Gelais Dessin par Stephen Babin

Que la lumière brille de nouveau

 

Dans la nuit.

Où tout est dit !

Je me tais et je prie.

Une prière pour les âmes parties.

 

Une prière pour les âmes esseulées.

Pour tous ces cœurs blessés.

Pour tous ces estropiés.

Pour les affamés.

 

Assis en silence sur un banc.

Je contemple le marbre blanc.

Se trouvent ceux que j’aimais tant.

En mon cœur vibrent leurs chants.

 

C’est la nuit sacrée entre toutes les nuits.

Celle où tout tiré d’un long sommeil prend vie !

Une étincelle d’amour pour toujours reluit.

Celle qui, jamais dans une âme pure, finit.

 

C’est la nuit sanctifiée du ressuscité.

De celui qui, de sa vie, nous a donné.

C’est le temps de l’espérance partagée.

Celui de la victoire de la foi sur l’incrédulité.

 

Que dans vos cœurs règne le plus beau.

Que la lumière divine brille de nouveau.

Rappelez-vous cette vérité en ces mots :

« L’amour est le plus précieux des cadeaux ».

 

C’est le soleil levant où tout a été écrit.

C’est le nouveau jour où tout enfin reluit.

C’est l’ère de la création nouvelle en Jésus-Christ.

C’est la raison d’être de notre foi en la source de la vie.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Les fissures du temps

Les fissures du temps. Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Eri Kel de la France

Les fissures du temps

 

Bien le bonjour mes précieux amis,

Je poursuis ma promenade en votre compagnie.

Une balade en cette forêt en ce début du printemps.

Un moment propice pour une réflexion en ce triste temps.

 

N’allez surtout pas croire que je suis du genre à me lamenter.

Vous savez depuis longtemps que j’adore la vie l’hiver comme l’été.

Voyez-vous ? Les situations actuelles me poussent à réfléchir.

Sur les multiples raisons de vivre bien avant de mourir.

 

Tout comme vous, je ne possède pas les réponses aux questions.

Je suis qu’un être humain qui tente au jour le jour de ne pas perdre la raison.

Une raison partagée avec la foi donnée par mes parents et transmise par leurs aïeux.

Ce sont des atouts pour découvrir en ce monde tout ce qu’il a de merveilleux.

 

Au fil de mes pas sur la terre fraîche, j’ai fait la rencontre d’un vieux chêne.

Un arbre qui, à mes yeux incrédules, semblait vouloir se libérer de ses chaînes.

Un témoin de l’histoire jonchée parfois d’illustres héros, plus souvent d’inconnus.

Des gens, comme vous et moi, qu’ils soient riches ou pauvres, naissent pourtant nus.

 

Contre toute attente, un miracle se produisit sous mon regard tel un inquisiteur.

Ma mère me disait jadis, face à mes questions, qu’à chaque chose arrive son heure.

Elle avait raison, car une chose prenait vie, sous l’écorce asséchée, de cet être si sage.

La réponse à la question que les êtres humains se posent depuis le fond des âges.

 

Pourquoi vivre si notre finalité est d’embrasser la froideur sidérale du néant ?

À vrai dire, la mort n’est pas la fin de la route, car il y aura toujours un printemps.

La vie existera toujours tant dans nos souvenirs qu’en nos espoirs en l’avenir.

Et ce, en dépit des mensonges colportés par les devins qui ne font que rire.

 

C’est au pied d’un arbre qui a connu aussi bien l’amour que la guerre.

Un chêne qui a grandi au fil des années sur les terres de mon grand-père.

Que j’ai compris que c’est souvent en nous promenant et en chantant !

Que nous résolvions nos questions à travers les fissures du temps !

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada