Archives de tags | foi

Appui

37340872_10156699110748919_5216954920271347712_o

 

Dessin de Eri Kel de la France

 

Appui

 

Dans ce monde perdu,

Aux valeurs dispersées aux nues,

Aux fondements moraux suspendus,

Qui jadis pouvait le prédire et qui l’eut cru?

 

Autrefois la vie était sacrée,

Maintenant seule la richesse a droit de cité,

Que vaut la vie d’un homme sans biens et sans voix?

Que vaut l’existence d’une femme sans avoir trouvé sa voie?

 

Foi et lois avaient préséance,

Maintenant seule compte la délinquance,

En est-il ainsi de notre corps frêle et menu?

Qui mérite plus d’être marchandise offerte aux menus.

 

Notre corps est le véhicule de notre âme dit-on!

Serait-ce simple fable ou bien vieux-dicton?

Ce n’est point une question de survie,

Mais le principe vital de toute vie.

 

Voilà l’essentiel de ma démarche,

D’une voix léguée par la divine Arche,

Une pensée digne d’une noble philosophie,

Celle où avec certitude je prendrai mon appui.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Étirement

37022998_10156686379523919_4043643346189549568_o

 

« Étirement » par Eri Kel

 

Étirement

 

Je m’étire,

Sans vous mentir,

Une jambe à la fois,

Les bras suivront ma foi.

 

Je me prépare,

À être nu chose rare,

Car je suis plutôt prude,

Holà là là là, quelle servitude.

 

Mais pour vous je le ferai,

Avec bon cœur et de mon plein gré,

Attendez quelques minutes quelques instants,

Pour être prêt comme il se doit, je dois prendre mon temps.

 

Prendre tout le temps d’être présent,

Car de mon corps, je vous l’offre tel un présent,

Je vous mentirais si je vous disais de ne point avoir le trac,

Voilà pourquoi je m’étire afin de calmer mon cœur qui fait tic tac.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Lignes noires

36063544_10156633381548919_4153373034683564032_o

Superbe dessin réalisé par Eri Kel de la France

Lignes noires

 

Nuit lugubre ! Nuit sombre!

Nuit où l’âme s’égare dans la pénombre.

Nuit de questions sans réponses qui font languir,

Les espérances des hommes qui ne cessent de souffrir.

 

Marchant péniblement sous mon humble toit,

Si chaud en cet été trop court mais en hiver si froid,

Saisissant machinalement un crayon comme une extension,

De mon corps meurtri d’avoir trop bu par une beuverie sans pardon.

 

Boire pour oublier ? Boire pour s’abandonner ? Boire pour cesser de respirer ?

Est-ce la destiné de l’artiste qui vit en moi par ces quelques vers de poèmes composés ?

Mais n’y songeant un seul instant, n’y pensant pas un seul moment, de ma main fatiguée,

Péniblement, j’ai commencé à écrire ces quelques mots afin de mon désespoir l’extirper.

 

J’ai écrit encore et encore sans jamais m’arrêter,

Pour trouver les mots de mes maux sans voix et sans voies,

Afin de faire revivre cette si douce folie que l’on nomme la foi.

Foi de mes aïeux, de mes frères et de mes sœurs en cette humanité.

 

Ne trouvant l’ultime expression libératrice de mes peurs,

Mes yeux se fermaient coupant ainsi mon esprit des leurres,

De ces bruits destructeurs que je buvais par un mystérieux ciboire,

Les ouvrant stupéfaits d’avoir réalisé cette dame de quelques lignes noires.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quel grand sein!

18671833_10155465273438919_6521581812438006452_o

Superbe dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Quel grand sein!

 

Quel grand sein!
Quel sein à prier! 
Quel sein à vénérer!
À vénérer avec les mains!

 

De mes mains que je n’ai pas
Ce n’est point de ma faute c’est comme ça
Ce que je donnerai pour lui rendre hommage
Comme il se doit avec des pensées bien sages

 

Quel grand sein divin!
Que je ne pourrai que contempler
Sur ma toile avec ma plume trempée
Pendant qu’il est ferme sinon ce serait en vain.

 

De cette majestueuse auréole
Aussi mystérieuse qu’une parabole
Promulguant une foi que j’embrasserais
De mes lèvres avec délicatesse à souhait.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Matane (Québec)

Canada

Jolie poitrine

32777602_10156544309088919_3703568454167560192_o

Superbe dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Jolie poitrine

 

Quelle jolie poitrine

Que celle de ma voisine

Que j’ai connue à l’adolescence

À l’époque où je sortais à peine de l’enfance.

 

Cette belle voisine qui avec délice peuplait

Ces fantasmes qui sans cesse me plaisaient

Qui venait me trouver dans mon douillet lit

Aussitôt couché, j’étais dans ses bras endormi.

 

De mon oreiller ma tête s’y déposa

Et de son sein avec passion je lui caressa

Espérant qu’elle me remarque un de ces matins

Pendant que je m’en allais poursuivant mon chemin.

 

De ces seins j’invoquerai avec foi

À chaque fois avec prudence je les vois

Car nul saint dans les cieux ou bien sur terre

Ne pouvait exaucer cette bien humble prière

 

Que la vie me donne un jour la chance rencontrer

Si c’est par la grâce de Dieu ma véritable destinée

Une femme aussi belle de corps et qui sera ma tendre aimée

Et de sa magnifique poitrine saura réellement me réconforter.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

L’art religieux dans ma vie

L’art religieux dans ma vie

Bonjour tout le monde,

J’espère que tout va bien pour vous. De mon côté, la vie est belle et heureuse. En effet, j’ai la chance incroyable de vivre près d’une des plus belles église de Québec. Il s’agit de l’église St Roch laquelle possède un cachet bien particulier.

Maker:S,Date:2017-12-23,Ver:6,Lens:Kan03,Act:Lar02,E-YCette église de tradition catholique a une infrastructure formidable où l’ensemble des fidèles peuvent se regrouper pratiquement tout autour de l’autel. Qui plus est! Elle possède une décoration intérieure qui ferait l’envie, quel grand péché, d’un bon nombre de curés tellement la minutie des vitraux et des statues a été réalisée avec grand soin. Certaines personnes peuvent avoir de la difficulté à comprendre que je sois à la fois catholique et pratiquant tout en étant modèle nu pour des écoles d’art et des ateliers. Je vous répondrai simplement par ces quelques mots.

Tout d’abord, je suis fier d’être catholique du faitMaker:S,Date:2017-12-23,Ver:6,Lens:Kan03,Act:Lar02,E-Y qu’elle a eu la sagesse incommensurable de préserver l’ensemble de la philosophie grecque tout en l’adaptant à la foi chrétienne. D’ailleurs, la seconde a été éclairée par la première. N’oubliez pas que la foi a baigné dans un environnement culturel gréco-romain. Ce qui semble être ignoré par notre société actuelle où le reniement de nos valeurs est à la mode.

Maker:S,Date:2017-12-23,Ver:6,Lens:Kan03,Act:Lar02,E-YEnsuite, je suis pratiquant pour la simple raison que, à l’instar de la sève nourrit l’arbre, ma pratique nourrit mon être intérieur. J’accorde autant d’importance à la nourriture spirituelle qu’à la bouffe pour mon cheminement quotidien. L’un ne va pas sans l’autre. N’avez-vous pas remarqué que nous vivons tous sur le mode de la complémentarité? En effet, nous avons en soi tout en double. Une paire de jambes, une paire de bras, une paire de yeux etc… Il en est ainsi de notre nourriture. Elle doit être équilibrée entre nourriture spirituelle et nourriture “temporelle” afin de garder une harmonie avec ce que nous sommes profondément.

Enfin, vivre ma foi signifie vivre de manière Maker:S,Date:2017-12-23,Ver:6,Lens:Kan03,Act:Lar02,E-Yauthentique en acceptant mes limites, en reconnaissant mes capacités et en offrant la chance aux écoles d’art et aux ateliers de pouvoir travailler avec un modèle vivant pleinement vivant. Démontrer que l’homme imparfait que je suis est heureux et que la vie vaut le coup d’être vécue jusqu’au bout. Et ce, malgré les jugements et les qu’en dira t-on.

Que Dieu vous bénisse et qu’il vous donne son amour avec abondance.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St Gelais de Québec au Canada

En cette période de semaine sainte

Photo 18-02-20 13 19 48

L’être humain doit de manière inévitable faire face aux multiples douleurs existentielles. Comment y faire face ? Quelles questions peut-il surgir en son esprit face à ces réalités ? Quelles en sont les réponses susceptibles de lui apporter un sens satisfaisant ? Nos douleurs peuvent être dépassées par la foi laquelle nous délie peu à peu de ces liens qui nous empêche d’être ce que nous sommes réellement : Une parcelle du divin qui nous entoure et qui est en chacun de nous. De RollandJr St-Gelais de Québec

En cette période de semaine sainte

Bonjour tout le monde,

Nous entrerons bientôt dans la période à la fois la plus sacrée et la plus symbolique de la foi chrétienne. Une période où la réflexion sur le sens de la maladie, de la souffrance, de la mort est propice au développement. Pourquoi souffre-t-on ? Y a-t-il un sens possible à la maladie ? Et, pourquoi la mort existe-t-elle ? La vie se termine-t-elle à notre dernier souffle ? Toutes ces questions philosophiques se rapportent de manière indubitable à la question ultime que tout être humain doué de raison doit tôt ou tard y répondre au meilleur de ses capacités tant psychologiques, intellectuelles que rationnelles et, finalement, spirituelles.

C’est une vérité reconnue par l’ensemble des plus grands maîtres spirituels que l’être humain doit de manière inévitable faire face aux multiples douleurs existentielles. Cependant, comment peut-il y faire face ? Quelles questions peut-il surgir en son esprit face à ces réalités ? Quelles en sont les réponses susceptibles de lui apporter un sens satisfaisant ? Ces mêmes maîtres reconnaissent que nos douleurs peuvent être dépassées par la foi laquelle nous délie peu à peu de ces liens qui nous empêchent d’être ce que nous sommes réellement : Une parcelle du divin qui nous entoure et qui est en chacun de nous.

Or, et c’est-là où la foi chrétienne diffère un tant soit peu de l’ensemble des enseignements spirituels plus ou moins connus de nos jours, la présence du Christ pleinement homme et pleinement Dieu au sein de notre existence lui octroie un caractère exclusif de filiation fraternelle. Le Christ a connu nos souffrances, nos maladies, nos peurs et nos craintes ainsi que le rejet par les membres de son entourage. Il a épousé notre destiné humaine qui se trouve qu’on le veuille ou non dans la mort, et ce sans essayer de s’y dérober.

Entendons-nous bien ! Le Christ est la source de la vie. Il est la vie. Et il nous a donné sa vie pour que nous-mêmes ayons la vie par notre foi. Notre vie a de sens qu’en Jésus-Christ et en sa victoire finale sur la mort. Ce qui ne signifie pas que nous n’aurons jamais à faire face à toutes manifestations de la souffrance allant jusqu’à notre propre mort. Cependant, le Christ nous a montré par sa vie et par son amour pour les hommes et les femmes que rien est plus fort que la foi. Une foi qui déplace les montagnes, qui aplanit les sentiers abruptes, qui donne la vue aux aveugles, l’ouïe aux sourds et qui donne la vie éternelle à ceux et à celles qui la vivent bien humblement dans le secret de leurs cœurs.

Je dédie le présent article à toutes les personnes qui m’ont écrit afin de me faire part de leurs expériences personnelles face aux problèmes qu’elles ont du affronter durant certaines périodes de leurs vies. Puisse cette période de recueillement vous apporter la sérénité, la paix et l’harmonie dans votre âme et dans votre cœur.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec) Canada

Le Carême

Le Carême

 

Devant l’autel,

Pour méditer, rien ne vaut-elle ?

Méditer sur nos fautes et sur notre vie,

Car nous savons qu’un jour ou une nuit elle sera finie.

 

Temps d’allégresse,

Et sans oublier un peu de paresse,

Moment de grande joie et aussi de tristesse,

Ainsi est la vie aux hommes ! Ultime sagesse !

 

Bientôt arriveront journées de pénitence,

Pour faire face à nos actes commis sous la démence,

De ce mercredi des cendres déposés sur nos fronts,

En nous souvenant de ceux qui partirent sur d’autres horizons.

 

De ceux qui dans nos questions irrésolues nous ont quitté,

Mais qui resteront dans le coeur de ceux qui les ont aimés,

Qui réciteront humbles prières et auront belles pensées,

L’instant d’un soupir ! Moment d’une caresse imaginée !

 

Ce sera bientôt le Carême,

Souvenons-nous de ceux qui ont précédé,

De leur foi, de leur courage qu’ils nous ont légués,

Car, sans leur dévouement, notre présent ne serait pas le même.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le vieil homme…

375720_10152179547233919_1719909995_n

« Le vieil homme… »

 

Montant les marches péniblement,

Le dos courbé tourné de tous ces gens,

Se remémorant du temps de ses tendres amours,

Qui lui donnaient raisons de vivre et joies à chaque jour.

 

N’ayant point honte de sa nudité,

Témoin de sa lointaine et noble virilité,

Qu’il partagea avec dames en leurs contant fleurette,

Ha! Ce qu’il aime se souvenir comment elles étaient si coquettes.

 

Regardant de ses yeux fatigués,

L’eau de ce bassin brassée par tant de gens agités.

Ne sachant que faire de bien de cette seconde d’accalmie,

Brisée par quelques rires de ses rares et imaginaires amis.

 

Se souvenant de ses vacances d’autrefois,

Où tout était possible ! Où tous avaient la foi !

De son enfance mystérieuse et de sa  jeunesse brumeuse,

Qui firent place à la fleur de l’âge éphémère en sa mémoire ténébreuse.

 

S’appuyant sur la rampe,

En guise de canne, en guise jambe.

Affrontera-t-il cette eau qui lui glacera les os ?

De ses os jadis couverts d’une peau caressée en des temps plus beaux.

 

De cette main maternelle,

Qui fut remplacée par celles plus sensuelles,

Jours s’écoulant sans cesse amenèrent inlassablement,

Son cortège de rides et de cheveux perdus inévitablement.

 

Allons ! Se dit-il alors.

Je suis bien vivant. Voilà mon trésor !

Que cet instant soit celui du plus grand plaisir,

Car, bien que je sois vieil homme, je désire encore vivre.

 

Poème de RollandJr St-Gelais
Dessin de Eri Kel

En ce jour des rois mages

20171210_165301

En ce jour des rois mages

 

S’il y a une chose que la vie m’a appris,

C’est que tout peut être vite donné et vite repris,

Grande vérité que cette vie débute comme elle a commencé,

Avec des cris et des larmes de douleur  dès que nous sommes nés.

 

Un jour nous sommes étonnés,

De constater de voir nos chemins se terminer,

Ne pas pouvoir reprendre nos quelques faux-pas,

Sans oublier nos rêves inassouvis et ceux qu’on blessa.

 

En ce jour d’Orient bien spécial,

Où trois rois mages suivirent la rivière en aval,

Pour rencontrer cet enfant si tendre et fragile emmitouflé,

Dans les bras de sa chaste mère qui le serra pour le réchauffer.

 

Nous rappelant notre condition mortelle,

En souhaitant longue vie et existence éternelle,

Malgré nos grandes fautes et nos pires craintes qu’on redoute.

De nos questions sans réponses qui nous mènent vers l’ultime doute.

 

En cette journée bénie où tout a été dit et qui sera écrit,

Gardons la foi en nos cœurs et la paix en nos esprits,

Vraiment bienheureux ceux qui croient sans voir,

Et malgré la peur et la crainte gardent espoir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada