Archives de tags | dame nature

Poser nu dans la neige

Poser nu dans la neige

Bon début de semaine tout le monde,

J’espère que vous allez bien. Pour ma part, la vie estMaker:S,Date:2017-12-23,Ver:6,Lens:Kan03,Act:Lar02,E-Y fantastique. En effet, je m’aperçois de la chance de vivre dans un si beau pays qu’est le mien. Un pays où abondent les multiples beautés des quatre saisons. Il va de soi que chacune d’entre elles possède un charme qui est propre. Que puis-je dire de plus de la splendeur des quatre saisons en vous mentionnant ces quelques exemples ? En effet, l’on a qu’à songer au printemps où semble renaître le sol endormi dans les profondeurs du froid boréal, à la chaleur réconfortante des rayons du soleil de l’été et des arbres au feuillage rougeâtre de l’automne annonçant le doux repos hivernal où dame nature sera recouverte d’un beau manteau blanc.

IMG_20180408_101118Ceci me fait penser à une possibilité de création artistique qui se mijote actuellement entre une photographe du Québec et votre humble serviteur. Une création de nudité artistique qui devrait être réalisée dans un proche avenir et ce, à l’extérieur d’un studio. Ce ne sera pas la première fois qu’une telle séance aura lieu pour moi. C’est un fait qu’une telle séance a déjà été vécue, je devrais plutôt écrire expérimentée, dans la région du Saguenay voilà déjà deux ans. Une séance qui se déroula en deux temps: soit lors d’une récitation de poésie pour un public averti et par la suite à l’occasion d’une série de clichés faite par une poète de Saguenay laquelle voulait donner un sens particulier à l’ensemencement du sol.

Certes, j’ai adoré vivre une telle expérience même si cela fut fait dans un cadre plus ou moins formel. Et pour cause puisque cela m’avait permis de découvrir cette ville fort jolie qu’est la ville de Saguenay situés dans la région du même nom. Une ville à l’accent particulier et berceau d’une famille au patronyme le plus commun au Québec.

Quoiqu’il en soit, je souhaite ardemment revivre uneIMG_20180408_131431_715 telle expérience mais avec une photographe professionnelle. Pour quelles raisons me demandez-vous ? Les réponses sont de trois ordres. En premier lieu, le regard féminin possède un potentiel tout à fait différent de celui de la gente masculine. Qu’on le veuille ou non, et ce n’est pas un défaut, les regards portés sur l’autre est souvent influencé par le fait que nous sommes un homme ou bien une femme. Enfin bref, c’est ce que mon expérience de modèle nu m’a permis de découvrir au fil des ans. En deuxième lieu, poser nu à l’extérieur offre une possibilité incroyable de relever des défis auxquels il serait pratiquement impensable d’y songer ne serait-ce qu’une seule fois si cela n’avait pas lieu. En dernier lieu, poser nu en période hivernal, en autant que la température le permet, donnera un cachet de nordicité au résultat final.

Certes, le Québec peut être perçu comme une terre où l’hiver règne presque en maître absolu pendant une période plus ou moins longue. Ce qui provoque en quelques occasions des moments de dépression chez certains de mes concitoyens. Personnellement, je me dis : Voilà une raison de plus de profiter de ce temps pour faire reculer les barrières de créativité. Alors mes amis et amies ! Soyons prêts et prêtes à relever les défis et à se réaliser pleinement beau temps, mauvais temps. Été comme hiver, printemps comme automne. Car qui dit saisons dit la splendeur de la vie.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Corps présent ! Regard absent !

Regard absent II

Dessin de mon ami Eri Kel de la France

Corps présent ! Regard absent !

 

Je pense en silence,

Sans prononcer un mot,

Sur ce qui ce passe sur les eaux,

Comme je le faisais durant mon enfance.

 

J’ignore quoi penser de ce monde,

Qui blesse notre sainte mère Dame Nature,

Qui nous offrait ces milles merveilles si pures,

Et maintenant, comment ne point avoir honte ?

 

De nos actions destructrices ?

De nos paroles mensongères et séductrices ?

De nos pensées pernicieuses nous précipitant ?

Dans les flammes de l’Enfer et dans les abîmes du néant ?

 

Peuples aux désirs inassouvis,

Qui exploitent sans arrêt celle qui donne la vie,

Depuis la nuit des temps où Chronos cessa de manger ses enfants,

Labeur des hommes fut le lot de nos ancêtres des terres d’antan.

 

Ne savaient-ils pas notre précarité ?

Où chaque jour de nos pauvres vies est compté ?

Que notre terre est aussi notre unique mère des mers ?

De ces mers découvertes par hommes de paix et hommes de guerre.

 

Oui, mon corps est de plein gré présent.

Oui, mon amour pour cet art est toujours vivant.

Mais, je m’inquiète pour vos enfants les petits et les grands.

Que sera ce monde sans leurs yeux si ce n’est qu’un regard absent ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Réflexion dominicale du 28 août 2016

New Image3

Réflexion dominicale du 28 aout 2016

Bonjour mes amis et amies,

Comment allez-vous en cette fin du mois d’août 2016 ? Pour ma part, tout va très bien. Hé oui ! Je profite du soleil pendant qu’il est encore parmi nous tout en me promenant dans les nombreux parcs situés dans la belle ville de Québec. Quoi de mieux pour se ressourcer que la beauté offerte par Dame Nature? Avouons-le ! Rien de ce qu’ont fait les mains des hommes ne peuvent égaler la grandeur et la simplicité de la nature. Grandeur présente en chacun des êtres vivants qui composent la diversité de nos forêts et simplicité au sein même de la vie qui les anime.

12799116_10153455660108513_1686137347576414897_nIl y a là de grandes leçons que nous devrions tous retenir de l’enseignement que nous fait Dame Nature. Parmi celles-ci, j’en retiens trois. En premier lieu, accepter la vie comme elle est. Ce qui englobe les joies, les peines, les surprises belles et moins belles, nos expériences vécues au fil des jours, nos espérances et bien entendu nos déceptions et nos chagrins. Pourquoi ne pas accepter ce que la vie est tout simplement? Agir ainsi est faire preuve d’une certaine sérénité face à ce que nous vivons.

En deuxième lieu, il est impératif d’avoir l’humilité d’accepter que l’on soit un être humain avec ses forces, ses faiblesses, ses qualités et ses Simon Dupuis 2 (2)défauts si nous voulons ne pas sombrer dans la folie de la perfection à tout prix. Être humble peut parfois nous sauver la vie. Attention! Il n’est pas question de faire preuve d’abnégation de soi-même et de s’auto-flageller. Mais plutôt de trouver un juste équilibre entre nos idéaux et la réalité de tous les jours sans pour autant chercher à vouloir atteindre un certain sommet en retenant bien que jamais il ne sera atteint. Ce qui nous interdit pas de donner le meilleur de soi-même. Bien au contraire! Offrir à la vie le meilleur de ce que nous sommes, en retenant l’avoir fait avec nos possibilités du moment présent, permettra à toute personne de bonne volonté de pouvoir marcher la tête haute face au destin et de lui répondre que mieux vaut une vie imparfaite qu’une vie non vécue.

Simon Dupuis 2 (5)En dernier lieu, la faculté de voir devant soi avec sérénité et d’apprendre de nos erreurs du passé sans avoir de regrets inutiles mais plutôt une volonté de s’améliorer est un gage d’une réussite spirituelle. Comme l’athlète qui endurcit son corps contre la fatigue, le découragement et la tentation de tout abandonner afin de monter sur le podium de la victoire, chaque être humain se doit de se relever, de continuer d’avancer malgré les douleurs et les frustrations et, enfin, d’aiguiser à la fois son âme et son esprit dans l’optique grandir à chaque jour. Oui, les erreurs ont une certaine utilité. Et l’une d’entre, c’est de savoir reconnaître que nous sommes loin d’être des êtres divins.

Pourquoi un tel article au sein de mon blogue artistique? me diriez-vous, et ce avec raison. C’est que, voyez-vous?, on ne peut guère séparer le Simon Dupuis 2 (6)modèle nu de la réalité dans laquelle il vit. En effet, être modèle nu implique d’abord et avant tout être un modèle qui vit SA réalité, qui possède SA propre expérience de vie dans laquelle il en tire des leçons qui LE façonne, LE transforme et, à l’image d’un potier qui pétrie son moule pour lui donner la forme désirée, LUI donne un nouveau visage adapté au gré du temps qui passe et qui ne reviendra jamais. Autrement dit, travailler avec un modèle nu que ce soit pour le dessin, la peinture, la photographie ou encore la sculpture est plus qu’un travail proprement dit. Et pour cause puisque l’on travaille avec une personne semblable à chacun d’entre nous lequel a un parcours de vie qui lui est particulier.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Soleil d’hiver

Soleil d’hiver

 

De cette enfance qui me poursuit jusqu’à la vieillesse que je fuis,

Où trouverais-je un moment de calme, un instant de répit?

Serait-ce en un pays lointain où les gens y survivent malgré leur dépit?

Ne serait-ce pas plutôt en contemplant la beauté d’une femme qui m’éblouit?

 

Répondez-moi mes amis sans retenue et sans aucune gêne.

Oui, je le sais bien que nul ne peut échapper à la Géhène.

Et pourtant, il existe en ce monde un coin de paradis,

Où il fait bon d’y vivre dans la quiétude; je vous le dis.

 

Un lieu où le soleil nous éblouit de ses rayons chaleureux,

Une contrée verdoyante en été, fraîche en automne et vivifiante au printemps.

Mais le plus beau des trésors qui s’y trouvent de tous les temps,

Et qui rend les habitants de ce vaste pays si joyeux, si heureux.

 

Je vous le jure mes frères et sœurs en cette grande humanité,

Aucun pays en ce monde ne possède un tel bijoux offert par les divinités,

Un véritable chef-d’œuvre sorti des mains d’un habile orfèvre,

Une femme nue dans le ciel dont on voudrait caresser avec nos lèvres.

 

Ô soleil d’hiver qui n’a pas son pareil!

Ô soleil d’hiver véritable merveille!

Illumine en nous notre cœur,

Et éloignes de nous toutes nos peurs.

 

Copain espiègle de la poudrerie,

Qui nous joue parfois bien des étourderies.

Souvenir du temps de jadis où notre innocence,

Accompagnait chaque pas de notre enfance.

 

Ô soleil d’hiver qui fait briller la neige blanche,

Ô soleil d’hiver qui embellit nos éphémères existences,

Ô soleil d’hiver qui accompagne dame nature dans son sommeil,

Merci d’en prendre jalousement soin en attendant son réveil.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Homme sans mère! Homme sans terre!

Homme sans mère! Homme sans terre! 
 

Il serait bien de savoir, c’est mon humble opinion, ce qui établi la valeur d’un homme.  

Serait-ce par sa richesse, par sa beauté ou par tout autre avantage donné par dame nature?  

Voilà la question sans laquelle nulle guérison n’est possible, ni plaie se refermer sans suture. 

Les sages de ce monde le savent bien du sorcier de village jusqu’à l’humble prud’homme. 

 
Le regard d’une mère envers son enfant fera de ce dernier un être bon ou méchant. 

Et de sa main bienveillante et aimante, l’amènera vers l’avenir avec assurance et entrain. 

Pour découvrir de la vie ses milles beautés, elle n’hésitera pas à être d’exemple assurément. 

Et de l’amour, elle lui dira que tout doit commencer par un tendre baiser sur la main. 

 

L’homme depuis la nuit des temps peut vivre sur les terres et naviguer sur les mers. 

Et, pourtant, malgré toute sa bravoure il ne le peut sans d’abord avoir été aimé par sa mère. 

Homme sans mère! Homme sans terre! Homme sans amour! Homme perdu pour toujours! 

C’est là l’un des trop nombreux secrets que l’on doit tôt ou tard se l’avouer sans détour. 

 

Ces quelques mots sont dédiés à la première femme qui m’a aimé. 

Certaines personnes dites bien intentionnées avaient décidé à jamais de nous séparer. 

Ton amour pour ton dernier-né t’a empêché de leur donner raison. 

Et appuyée par ton conjoint qui t’adorait, tu as lutté contre tous ces démons. 

 

Je me rappelle tout ce que tu déployas pour donner à tes enfants la foi en la vie. 

Mais aussi de toutes ces larmes que tu versas lorsque mon frère ainé y perdit la sienne. 

Tu ne baissas jamais les bras en y continuant de relever de nombreux défis. 

Et de nous faire entendre les douces mélodies des jours comme si nous étions à Vienne. 

 

Tu nous enseigna à ne jamais rendre le mal que l’on pouvait nous faire, 

Mais plutôt de tourner chaque page sombre afin de son emprise nous en défaire. 

« Faites confiance en votre destin. » Tu nous répétas allègrement. 

« Si vous voulez être heureux. » Comme tu avais raison vraiment. 

 

De penser à demain sans vouloir nuire à son prochain. 

Et selon notre possible et sans tourner le dos de lui tendre la main. 

Car c’est sur notre compassion envers les plus faibles que nous serons jugés, 

Non pas sur notre richesse que de notre vivant nous aurons accumulée. 

 

En cette journée bien spéciale, 

Je voudrais tant te serrer contre moi, 

Tu es dans les aurores boréales, 

Et dans mes prières car je pense souvent à toi. 

 

Joyeux anniversaire chère maman. 

 

Repose en paix! 

 

Ton fils qui t’aime. 

 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada