Archives de tags | promesse

Pour toi mon frère

Mon enfant

Auteur de ce poème en hommage à son frère assassiné le 11 mai 1972

Pour toi mon frère

 

Tant de jours se sont écoulés,
Pour tant de larmes qui ont séché,
Malgré le temps qui s’égraine dans le sablier,
Et la vie qui poursuit sont cours dans nos souliers.

 

J’étais encore tout jeune enfant ,
Avec mes rêves de gosse innocent,
Ne connaissant que les rires et le bonheur,
Jusqu’en cette journée où nous frappa ce malheur.

 

Une foule immense en grande colère,
Un peuple assourdi par ces bruits de guerre,
Puis ? Soudain, une voiture fonça sans distinction.
Cherchant à détruire toutes vies sans aucune raison.

 

En ce jour de fête des mères,
On offrit une couronne de larmes,
Une gerbe de fleurs pour lui briser son âme,
À ma mère qui aimait ses enfants été comme hiver.

 

Encore aujourd’hui, et ce après tant d’années.
J’ignore pourquoi nous a-t-on enlevé notre frère aîné.
Les jours et les nuits ont poursuivit leurs longs chemins,
Et moi ? J’ai suivi les routes de mon existence et de mon destin.

 

J’ai vieilli moi aussi mais encore vivant et toujours là.
Parfois j’ai pleuré à en vouloir en terminer avec la vie.
Mais, je me suis souvenu de ma promesse faite devant l’Infini.
Que je vivrai pour deux. Pour moi et pour celui que l’on m’enleva.

 

Bientôt sera l’anniversaire de cet instant fatidique,
Où dit-on tu es parti dans un monde si paradisiaque,
Voilà tu es à jamais dans le cœur de ceux qui t’ont connu.
De ceux qui t’ont aimé malgré tout ce temps qui n’en finit plus.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

 

Poème composé à la mémoire de mon défunt frère qui perdit la vie le 11 mai 1972 lors de l’émeute intersyndicale à Sept-Îles.

Désolé pour mon grand silence

20171129_131004_HDR

 

Modèle nu ? RollandJr St-Gelais

 

Désolé pour mon grand silence

 

Désolé pour mon grand silence,

Depuis quelques jours et ces nuits perdus,

Car maintenant qui suis-je ? Je ne le sais plus.

Mon âme blessée d’avoir esseulé va vers la démence.

 

Je sais ce qu’être réellement nu,

Ce n’est point cacher ce qui ne doit pas être vu,

C’est de ne pas avoir su garder la chance d’être aimé,

Et de n’avoir point tenu promesse d’entretenir cette amitié.

 

Et pourtant ce que j’aurais jadis donné,

Et pourtant ce que j’aurais jadis fait avec joie,

Car en mon cœur mon amour était juste pour toi,

Mais à quoi bon penser à ces jours de ce temps passé ?

 

Ce qu’il est facile de se découvrir,

Mais quel supplice de simplement s’ouvrir,

S’ouvrir vraiment sans gêne et fausse-pudeur,

Mais pourquoi avoir tardé et gardé en moi cette peur ?

 

Suis-je un être immoral ?

Suis-je un être insensible ?

Pour toi j’aurais fait l’impossible.

Je t’aurais offert les aurores boréales.

 

Je ne sais plus quoi écrire,

J’ignore maintenant quoi te dire,

Si ce n’est  jusqu’à ma mort me maudire,

Aucun mot ne pourra décrire ce que je t’ai fait souffrir.

 

Pourrais-je un jour inventer,

Une machine à remonter ces heures ?

Un baume qui pourra apaiser ta douleur ?

Une formule magique à haute voix réciter ?

 

Et pourtant mes larmes ont coulé,

Car depuis tellement longtemps je t’ai aimée,

De cet amour j’y ai appris la faiblesse de mon humanité,

Voilà pourquoi maintenant j’ai honte de moi en toute vérité.

 

Désolé de n’avoir pas su t’aimer,

Comme il se devait en toute simplicité,

Tu es parmi mes plus beaux souvenirs. Crois-moi !

Ce que les étoiles australes étaient belles au-dessus de toi.

 

Désolé de t’avoir fait pleurer,

Comme j’ai jadis pleuré un certain été,

Car il n’y a rien de pire dans le cœur d’un vivant,

De se savoir être la source véritable de tant de tourments.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Si je pouvais revenir

1918166_1750892318475204_5194615352835956236_n

Si je pouvais revenir

 

Si je pouvais revenir,
Sur mes traces de pas,
Je le ferai dès cet instant là,
Pour te donner un éternel sourire.

 

Si je pouvais retourner,
Dans cet endroit si merveilleux,
Où, toi et moi, nous étions si heureux,
Dans le secret de mon cœur je t’ai aimée.

 

Si je pouvais arrêter de me détester,
De n’avoir pas su mon amour te manifester,
Mes jours sont devenus maintenant des nuits,
Je n’ai pas tenu ma promesse de toujours être ton ami.

 

Pourtant que Dieu m’en soit témoin,
Je t’ai tellement aimée du soir au petit matin,
De l’aube jusqu’au crépuscule où tout s’endort,
Mais dans mon âme est apparue désespoir et mort.

 

Si je pouvais revenir en arrière,
Mon cœur cesserait de subir cet enfer,
Si je pouvais revenir en cet instant dans ce temps,
J’aurais agit, crois-moi ô ma toute belle, autrement.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Ne pas déranger !

 

20171110_105211 (3)

Modèle nu ? RollandJr St-Gelais Dessin réalisé par un étudiant du C.E.G.E.P. de Sept-Îles

 

Ne pas me déranger !

 

Prendre un petit répit !
Ho que ça fait du bien mes amis,
Saisir le temps présent d’être pour soi,
Simplement là ! Un instant réservé sous un toit.

 

Vaguer sur les houles de la mer imaginaire,
S’étendre sur une chaude plage pour quelques bouffées d’air,
Sans penser à ce que je suis, à ce que je vis et loin  de moi toute haine,
Car hier est chose si lointaine et demain une promesse incertaine.

 

Vous avez une question ?
Je vous en prie, passez votre chemin.
Car seul compte cet aujourd’hui face à mon destin,
En prenant grand soin d’éviter futiles interrogations.

 

Allez ! Partez et revenez plus tard,
Aux premières lueurs de la douce aurore,
Ou bien en récitant les vêpres comme prières d’or,
Pendant ce temps repos et silence seront pratiqués tel un art.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le pont

20170820_145348

Le pont

 

Le pont vers le passé,

Que l’on doit inévitablement oublier,

Le pont vers le futur incertain,

Que l’on doit affronter c’est certain.

 

Pont des hommes d’honneur,

De ceux qui savent ce qu’est la peur,

De ceux qui ne craignent guère d’aimer,

Qui le démontrent avec actes et tendres baisers.

 

Pont vers la mer,

Venu des lointaines terres.

Pont d’amour et de paix fraternels,

Ne serait-ce pas qu’une promesse éternelle ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ode au petit matin

New Image4

Ode au petit matin

 

Petit matin prometteur,
Toi qui es un peu menteur,
De nous faire croire qu’hier n’est plus,
Ce qui est bien car souvent nous en sommes repus.

 

Petit matin rempli de promesse,
Tout devient possible en cette journée,
Telle une vie qui commence pour un nouveau-né,
Et de contempler dames belles comme des déesses.

 

Petit matin dans ce doux silence,
Puisse en ce jour envers mon prochain avoir  de la patience,
Car nous sommes des êtres fragiles comme de l’argile,
Ce jour commence mais, humble question, pour qui finira-t-il?

 

Petit matin que j’aime tant,
Qui vient et part tel que le vent,
Fais que cette journée ensoleillée me soit favorable,
Et que j’offre à mon semblable un peu de chaleur inoubliable.

 

De

 

Rollandjr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada