Archives de tags | êtres

Elle attend son prince charmant

Elle attend son prince charmant
« Elle attend son prince charmant » Poème de RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Waiting-for-the-prince-846761621

Elle attend son prince charmant

 

Sous un soleil d’un été resplendissant,

Elle s’est étendue nue bien évidemment,

Près d’un bosquet afin d’être au frais,

Car chaleur torride venait du vent de l’Est.

 

En cette région d’une langue étrangère,

Elle n’est qu’une âme bien passagère,

Venue y trouver son amant devant ce château,

Lui offrir l’amour de son cœur et la douceur de sa peau.

 

Ayant traversé vastes contrées,

Au grand risque d’y perdre sa vie ou de s’égarer,

Car bien des êtres vils parcourent les routes,

Afin d’y chercher des êtres à mettre en déroute.

 

Mais, rien n’est trop beau pour l’amour,

De l’être cher avec qui on désire tant bâtir maison,

Fonder famille et avoir de nombreux enfants, filles et garçons,

Être avec son bien-aimé à la vie, à la mort et pour toujours.

 

Prince charmant ! Ô beau prince charmant !

Ne vois-tu pas qu’elle t’attend depuis longtemps,

Ne la fais point languir et vers elle accourt sans perdre de temps,

Et dès l’instant où tu descendras de cheval, embrasse-la passionnément.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Que c’est beau un baiser

ddz8gym-780c609a-286c-4530-bfc3-9c6b7f3d1dc7
Que c’est beau un baiser Texte de RollandJr St-Gelais de Québec Magnifique dessin par CapitaPerdu Source : https://www.deviantart.com/capitaperdu/art/The-Colors-of-A-Kiss-845242078

Que c’est beau un baiser

Un baiser qui exprime notre amour. Un baiser qui se veut être gage de fidélité. Un baiser qui relie deux êtres pour un instant, un moment qui se transformera en un doux souvenir pour l’éternité.

Un baiser est aussi une union qui nous amène souvent dans une spirale où l’on s’engouffre indéfiniment. C’est là le danger de la passion amoureuse.

De RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Ce voeu

Ce vœu
Photo par Carlos Henrique Reinesch Poème par RollandJr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/oo-rein-oo/art/Notes-Of-Love-200834702

Ce vœu

 

Ce soir je me suis couché,

Sous le grand firmament étoilé,

Ayant en pensées des mots qui bougèrent,

De mon esprit, ils voulurent sortir vers les airs.

 

Des mots qui se transformèrent en rêveries,

Des rêves qui au plus profond de mon être étourdi,

Désirèrent devenir choses concrètes face à l’impossible,

Toutefois, ne dit-on pas, qu’à celui qui croit tout est possible?

 

Oui, de mon cœur est sortie belle prière.

Une requête adressée à Dieu des hommes leur père,

À ce Dieu des femmes et des enfants et aux êtres aux cœurs purs,

À ce Dieu qui entend les cris de désespoirs et des doux murmures.

 

Je ne lui ai rien demandé de bien particulier,

Oui, je l’ai remercié pour le bonheur qu’il m’a donné.

Cependant, en mon cœur je lui ai fait une seule sollicitation.

Celle de veiller sur toi du matin au soir et aussi loin te portera l’horizon.

 

Je ne pouvais pas terminer cette journée,

Sans t’apporter un réconfort par un doux baiser,

Qu’est-ce qu’un baiser en cette période si difficile à vivre?

Excellente question lorsqu’il s’agit d’une question de survivre.

 

Quel serait bien le souhait à faire en ce jour spécial?

Une réponse de toute mon âme ébranlée prestement émergea,

À ce Dieu d’amour je lui ai adressé un seul souhait, un seul désir.

Que tu sois heureuse ! Voilà le vœu qui ferait mon plus grand plaisir.

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Comme tu m’attendais

Comme tu m'attendais
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Comme tu m’attendais

 

Alors que tout était silencieux,

Après avoir passé cet instant délicieux,

Une nuit à s’embrasser, à se cajoler et à s’aimer,

Je m’étais endormi alors que toi tu étais sur le lit allongée.

 

À la main une cigarette tu avais allumée,

Tu semblais être si perdue dans tes pensées,

Portant ton regard ici et là malgré la lumière tamisée,

Sans que t’en aperçoives, j’ai ouvert les yeux et je t’ai regardée.

 

Je t’ai regardée afin dans le secret du moment admirer ta beauté,

Ce que parfois bien étrange et bien drôle peut être la destinée,

Car par une belle journée, nous nous sommes rencontrés,

Sur une terrasse, je t’ai offert un simple café.

 

C’était peu de chose mais avec tout mon cœur.

Car dans cette ville inconnue j’y suis venu avec ardeur,

Décidé d’y faire ma vie et d’y trouver belle femme à aimer,

Et de partager tous les moments magiques avec mon adorée.

 

Le temps tranquillement passa,

Et au fil des jours et des nuits, chez-toi tu m’invitas,

Deux êtres dans cette cité perdue apprirent lentement,

À se connaître, à s’apprivoiser et puis à s’aimer éperdument.

 

Nous le savions très bien que nous étions faits l’un pour l’autre,

Et au plus profond de mon cœur, je serai toujours ton hôte.

Et dans ton âme, un grand secret s’y trouvait.

Ô mon amour, comme tu m’attendais.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Déesse échouée

Déesse échouée
« Déesse échouée » par Séléné Alsace Poème par RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Déesse échouée

 

Debout et nue du haut des cieux,

Elle regarde et n’en croit pas ses yeux,

Que s’est-il donc passé sur cette terre tant aimée?

Œuvre par excellence créée par Zeus son père adoré?

 

Les hommes sont ainsi faits,

Le mal réside en eux dès leur respiration est,

Car quoiqu’en disent certains gens ignorants,

Qui espèrent en l’homme un peu de bonté aveuglément.

 

Pourtant, elle rêve qu’un jour ou peut-être une nuit,

Les hommes extirperont de leurs cœurs l’orgueil et l’envie,

Et voient leurs semblables faits de chair et d’amour de la vie,

Des êtres fragiles parcourant tels des vagabonds un chemin infini.

 

Infini en pensées habitées par de terribles chimères,

De ces idéaux, de ces religions, sources de toutes les guerres.

De ces richesses tant convoitées pour du plaisir bien éphémère,

Pour lesquelles, enfants ingrats vendirent leurs pères et leurs mères.

 

Dressée telle une statue de marbre,

Elle dévisage tous ces êtres que l’on appelle humains,

Mais qu’ils n’ont d’humains que l’apparence, c’est certains.

Car par leurs œuvres, ils valent moins que le plus petit des arbres.

 

Sentant monter en elle la marée montante,

Marée de larmes et de chagrin si envahissante,

Ces larmes de peine déversées sur la glaise branlante,

De son nuage où elle fut prise d’une douleur accablante,

 

Douleur atroce éprouvant jusqu’à son âme lancinante,

Lui transperçant le cœur telle une lame tranchante,

Tombant dans l’eau froide de l’océan tournoyant,

Elle se trouva engloutie par le vide du néant.

 

Transportée au gré des vagues sur le lointain rivage,

Vers une douce plage de sable si fin n’ayant pas d’âge,

Déesse échouée à la peau de rose sur le sol bleuté par les étoiles,

Se laissant protéger par la brise de la mer tel un pudique voile.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada