Archives de tags | cérémonie

La possédée

La possédée Poème de Rolland Jr St-Gelais avec l’autorisation d’Alixia Busch et de Tancrède Szekely

La possédée

 

Il est trois heures du matin.

C’est le moment préféré du Malin.

Je sens monter en moi un feu ardent,

Un désir insatiable de plaire à mes amants.

 

Tout tourne avec violence autour de mon être,

Quelle inquiétante sensation de tout ce mal-être.

Le miroir renvoie une image de femme adultère,

Même si, je l’avoue, j’ai fréquenté bien des pères.

 

À mesure que les lampions noirs illuminèrent la cérémonie,

Mon âme, de toutes les tentations, en fut tellement remplie.

J’ai sans cesse, à mes nombreuses convoitises, succombé.

De cette nuit démoniaque, ma féminité fut imprégnée.

 

Ô, Méphistophélès, quel piège m’as-tu tendu ?

Pendant que j’étais étendue devant ces femmes nues.

Elles récitèrent dans une langue inconnue leurs incantations.

Alors qu’elles se penchèrent vers moi en citant leurs invocations.

 

« Solve ! Coagula ! » Elles se répétèrent inlassablement !

« Entra en Ella Satanas ! » Elles réitérèrent infatigablement !

Une émanation venue de nulle part s’est propagée en ce lieu.

Un endroit si sombre que même Dieu ne pouvait voir de ses yeux.

 

Dans les flammes éternelles, je me suis immergée.

Dans la fournaise de la Géhenne, je me suis engouffrée.

La diablesse de la luxure a ainsi pris le contrôle de mon esprit.

J’ai alors compris quelle maîtresse je servirai pour le reste de ma vie.

 

Ô, mon révérant ! Je vous en supplie, Délivrez-moi de cet abysse.

Pour me libérer, que je fasse sur ce crucifix, une pieuse bise.

Écartez de moi tout le mal à l’exception du péché de la chair.

Il est véridique que la joie bacchanale est loin de me déplaire.

 

Je suis celle que l’on appelle « La possédée ».

De cette nuit, j’ignore réellement ce qui s’est passé.

Sur cette table, ces comparses m’ont offert telle une obole.

Depuis cette célébration satanique, je crois être devenue folle.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ton bonheur est de ma vie son gouvernail

Ton bonheur est de ma vie son gouvernail Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de la collection : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/00-00740-829499124

Ton bonheur est de ma vie son gouvernail

 

Une nuit, je suis allé te trouver.

Nous nous sommes fixé un rendez-vous,

L’un et l’autre, nous étions des passionnés fous.

Dans une chambre d’hôtel, une nuitée, y passer.

 

Aussitôt être arrivé à la porte-numéro huit,

Je m’y suis arrêté prestement pour reprendre mes esprits,

Car, de toi, ô, mon amour, ma chérie, j’en avais réellement envie.

Mon sang coulait dans mes veines telles des rivières et mon cœur battait si vite.

 

J’ai frappé trois coups et en silence, j’ai patienté.

Que tu viennes me répondre en imaginant ton sourire,

Celui qui, depuis le jour où je t’ai épousée, m’a donné le goût de vivre.

En cette cérémonie où, devant les convives, je t’ai juré pour toujours fidélité.

 

Un an plus tard, nous avions décidé de jouer le rôle des amants.

Quelle drôle d’idée que nous avons eue pour souligner cet anniversaire.

Mais, entre nous, il faut avouer que cela allait tellement nous plaire.

Je sentais vivre l’une de mes aventures lorsque nous étions des enfants.

 

Tout à coup, alors que je ne m’y attendais pas.

Je t’ai entendu venir déverrouiller, de la porte, la serrure.

Déjà, je te voyais avec les yeux de mon cœur, dans ta plus simple parure.

C’est alors que tu m’as dit : « Encore quelques secondes, à mon signal, tu entreras ».

 

Dès que tu me l’ordonnas, j’ai franchi avec grande précaution le portail.

Tu étais belle en cette occasion où nous commettrons le péché de la luxure.

Y a-t-il une véritable transgression lorsque nous vivons d’un amour vraiment pur ?

Mais, au profond de moi, je sais bien que ton bonheur est de ma vie son gouvernail.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada 

Les jours « seins » de la semaine sainte

Les jours seins de la semaine sainte Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Joel Pèlerin Source : https://www.deviantart.com/charmeurindien/art/So-Beautiful-867729139

Les jours « seins » de la semaine sainte

 

Cette semaine est particulière.

À vrai dire, elle est celle que je préfère.

Pourquoi donc ? Me demanderez-vous ?

Allons donc ! Vous savez bien que je suis un peu fou.

 

Il s’agit bien entendu de la semaine sainte.

Une période où seraient permises les plaintes.

Mais, vous me connaissez bien, je crois.

Me plaindre, ce n’est vraiment pas pour moi.

 

C’est donc avec plaisir que je vous présente ma signification.

En ce temps de la fin de carême, de cette morne saison.

Sept jours vraiment spéciaux au sein de mon calendrier.

Une éphéméride que je vous présente volontiers.

 

Tout débute avec le dimanche des Rameaux.

Qui me rappelle qu’arrivent les jours beaux et chauds.

Il va de soi qu’assister à la célébration eucharistique,

Est pour moi un devoir sacré en attendant la venue messianique.

 

Que puis-je dire du lundi « sein » ?

Si ce n’est qu’à la confession j’y vais d’un pas serein.

Car, dans sa grande sagesse, Dieu est tellement miséricordieux.

Il sait bien que pour moi, rien de plus beau que les femmes sous les cieux.

 

Et puis ? Qu’y a-t-il pour le mardi ?

C’est la journée où j’ai fait la rencontre de Julie.

Une demoiselle si mignonne et si coquette !

Qu’elle me faisait penser à une belle pâquerette.

 

Mercredi ! À quoi s’attendre ?

Celui où tout a commencé par l’imposition des cendres.

Ce qui ne m’a jamais empêché de faire la rencontre de dames esseulées.

Vous voyez mes amis ! De tous les péchés, le pire est celui du plaisir non partagé.

 

Mais, celui qui, à ma surprise, me fait sans cesse sourire.

Le jeudi « sein » me rappelle tant suaves et sublimes souvenirs.

À la cérémonie du lavement des pieds par notre divin Sauveur.

Je revois en effet celles avec qui j’ai passé d’inoubliables heures.

 

Puis vient le jour sacré du vendredi.

Au pied de la croix, je lui rends grâce pour ma vie.

Et, pour toute sa bonté envers son humble créature.

Je lui dis merci pour toutes ces dames aux belles parures.

 

C’est tout de même étrange qu’à la veillée pascale.

Je me remémore une nuit passée jadis avec la grande Pascale.

Une femme originaire de la France plus particulièrement de Chamonix.

N’ayez crainte ! En bon chrétien que je suis, je prie pour elle en cette cérémonie.

 

Que faire en ce jour de Pâques si c’est de savourer du bon chocolat ?

En songeant à celle qui, dans son lit de pécheresse, avec joie m’y amènera.

Mais en paraphrasant si bien Saint-Augustin évêque d’Hippone :

« Mon Dieu ! Permettez-moi de faire encore la rencontre de ces friponnes.

 

Il faut savoir apprécier du plaisir de la chair en abondance.

Pour saisir la valeur de votre miséricorde en surabondance.

Mais, accorder la grâce qu’en chacune de mes aventures,

Conservez en vos mains, je vous prie, mon âme pure ! »

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

La mariée

La mariée Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo & modèle : Jenovaxlilith

La mariée

 

J’ai été invité,

À des noces merveilleuses,

Où les femmes étaient si joyeuses,

D’assister au mariage de leur amie adorée.

 

Tout était si beau, si magnifique.

Les fleurs multicolores et les tables bien garnies.

L’orchestre qui jouait de si tendres mélodies.

Je me croyais dans un conte féérique.

 

Après la cérémonie en un lieu si sacré,

Dans laquelle les époux s’échangèrent leurs anneaux.

Que de souvenirs resteront en mon cœur parmi les plus beaux !

Et de ces vœux, où ils se promettaient grande fidélité.

 

Ah! Comme elle était belle cette dame.

Dans sa robe blanche comme de la neige.

En secret, j’ai tant rêvé d’elle. Mais, le pouvais-je?

En mon cœur, elle me réchauffait d’une douce flamme.

 

À travers les fleurs suspendues, elle est apparue.

De son regard, elle vit alors comme j’aurais aimé être à ses côtés.

Être pour toujours son ami, son confident, son amour, pour l’éternité.

Mais, cette chance s’est pour toujours envolée, est à jamais perdue.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

La cérémonie

La cérémonie Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Gb62da Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-ceremony-889152758

La cérémonie

 

Toi qui souffres en silence,

De peur que l’on te juge dans l’indécence,

Viens vers moi, ne crains pas mes tatouages.

 Ils témoignent de mes expériences à travers l’âge.

 

Lourde dans ton cœur est la pierre que tu portes,

Pénible est la croix que chaque jour tu transportes.

Viens me parler ! Viens te confier ! Viens me raconter !

Sans dire un seul mot, je serai là simplement pour t’écouter.

 

Ces lumières nous envelopperont lors de notre séance,

Elles éloigneront loin de nous les démons et leur démence.

Prières d’exorcisme, je réciterai en certaines occasions,

La prudence sera en effet de mise dans mes incantations.

 

Je vois dans tes yeux comme tu as souffert,

Viens ! Délivre-toi pour toujours de cet enfer.

Tu es une enfant née pour vivre dans la paix,

Mais tu as connu bien des peines, voilà ce qui en est.

 

Sache que tu es une dame de belles et nobles valeurs,

Une femme, une mère qui a subi de grandes douleurs.

Ne serait-il pas le temps de tourner les pages sombres de ta vie?

Avant de quitter ce monde et ceux que tu aimes et d’aller vers l’infini.

 

En cette nuit, je serai ta véritable amie.

Je serai celle qui te guidera durant la cérémonie.

Une cérémonie qui te libérera de tes plus tristes souvenirs,

Tu es toi aussi remplie d’amour, et par-dessus tout tu as le droit de vivre.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada