Archives de tags | Amérique du Nord

La femme chauve-souris

La femme chauve-souris Par Albert Joseph Pénot (1862-1930)   Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Penot01-887294774

La femme chauve-souris

Par Albert Joseph Pénot (1862-1930)

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que le mois d’août se déroule selon vos attentes. De mon côté, tout va à merveille. Je pourrais ajouter que ma vie va de surprise en surprise. En effet, chaque journée amène des nouvelles parfois cocasses, parfois drôles, et, Dieu merci, moins souvent tristes. Ainsi va la vie. Il faut la prendre comme elle est et en tirer son meilleur. 

À propos de belles surprises, j’ai trouvé une photo d’une œuvre extraordinaire, réalisée par Albert Joseph Pénot (1862-1930) et qui s’intitule  » La femme chauve-souris ». Une œuvre d’art qui m’a fait sourire dès l’instant où je l’ai trouvée.  Vous savez bien qu’un des personnages de bandes dessinées les plus connus à notre époque n’est nul autre que Batman, la chauve-souris. Personnage tout de noir vêtu et maniant à la perfection ses accessoires contre les criminels aux esprits tordus et sans foi ni loi.

Toutefois, je dois reconnaître que l’œuvre de Albert Joseph Pénot m’a étonné pour diverses raisons. Mais, dans un souci d’alléger ma présentation, je me contenterai d‘en énumérer seulement deux. Il s’agit sans aucun doute des plus importantes, du moins à mes yeux.

En premier lieu, la notion même de « femme chauve-souris » est née bien des années avant la création de Batman. Qui plus est! La première a vu le jour, je devrais plutôt écrire « la nuit », vers 1890 France alors que le second est apparu le 30 mars 1939 en Amérique du Nord. Deux cultures distinctes, deux pays aux mœurs et coutumes diamétralement opposées et deux nations parlant deux langues différentes. Celle de la langue de Molière constitue une richesse inestimable pour la nation de l’hexagone tant que la langue de Shakespeare est l’apanage des descendants de la divine Albion.

En second lieu, les deux œuvres dénotent chacune à sa manière un érotisme particulier. En effet, la perfection des corps renvoie à une image sensuelle tant de l’homme que de la femme. Une sensualité que je qualifierais de mystérieuse, voire d’interdite, pour le commun des mortels. Et, croyez-moi, le terme de « commun des mortels » est tout à fait approprié dans mes propos. Par le fait que, d’une part, la « femme chauve-souris » est, par sa nature, affublée de certains attributs propres à la chauve-souris et ne peut, par le fait même, enjôler les hommes par son charme que la nuit tombée alors que, d’autre part, Batman revêt un habit afin de garder secrète sa véritable identité face à ses nombreux ennemis.

Il va sans dire que la nudité à la fois gracieuse et noble de la « femme chauve-souris » va à l’encontre du personnage même de Batman. Une telle absence de nudité chez le justicier masqué serait-elle une conséquence indirecte du puritanisme anglo-saxon qui prévalait au sein de la société étatsunienne de cette époque? C’est possible.

Quoiqu’il en soit, la découverte de la « femme chauve-souris » m’a agréablement surpris. Une surprise telle que cela a incité votre humble serviteur à rédiger un article sur le sujet. Un sujet qui mérite amplement d’être abordé au sein de mon blogue artistique dédié à la nudité artistique, à la photographie et à la poésie ainsi qu’à mes nombreuses réflexions personnelles.

Je vous remercie de votre attention.

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Trois œuvres d’art de qualité exceptionnelle

Par Michel T. Desroches Modèle Juliette Pottier Plaziat

Trois œuvres d’art de qualité exceptionnelle

Bonjour tout le monde,

C’est avec plaisir que je partage avec vous une série d’œuvres d’art de qualité exceptionnelle. Ladite série est une réalisation de mon bon ami Michel T. Desroches. Il est un artiste-peintre québécois des plus remarquables à l’heure actuelle. Son talent est connu des deux côtés de l’Atlantique. En effet, ses tableaux sont vendus tant en Amérique du Nord qu’en Europe. Par ailleurs, j’ai moi-même eu la chance de poser pour cet artiste-peintre tout au début de mon expérience dans le domaine de la nudité artistique. Sa grandeur d’âme, son sens professionnel et son style font de lui un artiste-peintre accompli.

C’est en parcourant ses nombreuses publications que j’ai eu la possibilité de faire la découverte de ces réalisations. Des réalisations qui démontrent à la perfection son style de travail. Personnellement, j’adore cette façon de dessiner. Et pour cause! En effet, ses visions du sujet étudié nous suscitent à l’émerveillement, à nous ouvrir vers l’autre et à voir les choses d’une manière tout à fait inhabituelle. Ces trois derniers points que sont l’émerveillement, s’ouvrir vers l’autre et voir les choses autrement ne sont-ils pas les bases du monde des arts?

De mon point de vue, ces trois réalisations, qui mettent en vedette le modèle féminin Juliette Pottier Plaziat, constituent un exemple parfait de l’agencement de ces bases. Trois exemples serviront à expliquer mon propos. En premier lieu, l’agencement des traits dessinés en noir fait ressortir une perspective fort intéressante de la part de l’artiste. Un peu à l’image d’une âme qui naîtrait tranquillement des profondeurs du néant. En deuxième lieu, l’intronisation à la fois simple et judicieuse des couleurs établit hors de tout doute raisonnable la capacité notable de l’artiste Michel T. Desroches à travailler en utilisant autant le style  »noir et blanc » que les couleurs. En dernier lieu, l’harmonie semble être une prérogative majeure dans l’ensemble de ces œuvres.

Enfin bref, cela fait très longtemps que je ne vous avais pas offert quelques-unes des œuvres de cet artiste, et encore plus mon ami, au sein de mon blogue dédié à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie sans oublier bien entendu des articles de réflexion personnelle sur divers aspects de la vie. Une vie qui, malgré les soubresauts des derniers mois, est remplie de belles surprises. Il suffit d’ouvrir les yeux de notre cœur pour les découvrir.

Merci infiniment de m’avoir lu.

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Avec un plaisir immense

5-pascale-nicolas-modele-aquarelle

Avec la permission de Pascale Nicolas

Avec un plaisir immense

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous ? Comment s’est passée votre journée ? Que ferez-vous de bon cette semaine ? Que de questions ! De mon côté, tout va bien si ce n’est d’un petit incident vécu en toute fin de ce dimanche. Croyez-moi sur parole, sentir de plein fouet une porte de voiture se refermer sur le bout de mon moignon est loin d’être agréable. Bah ! Il y a des choses pires dans la vie. N’est-ce pas ?! L’essentiel, c’est de m’en être sorti indemne malgré les quelques jurons typiquement québécois que j’ai lancés en un court laps de temps. Comme on dit chez-nous : « On peut sortir un québécois du Québec, mais on ne pourra jamais sortir le Québec d’un québécois. »

3-pascale-nicolas-modele-photo-nuCeci écrit, je profite de ce précieux moment pour vous présenter la  magnifique Pascale Nicolas qui est modèle vivant professionnelle en France. C’est toujours un plaisir de pouvoir discuter avec elle lors de nos échanges sur divers réseaux sociaux dont le populaire Facebook. Son grand professionnalisme lui confère une aura toute particulière dans ce monde quelque peu mystérieux qu’est celui de la nudité artistique. Je dis bien « quelque peu mystérieux » puisque d’une part, l’image du modèle vivant est très peu développée en Amérique du nord et que, d’autre part, il semblerait que l’Europe soit avant-gardiste dans ce champ académique et ce, depuis plusieurs décennies. C’est un fait indéniable qu’en matière de nudité, le vieux-continent et tout spécialement la France possèdent des lettres de noblesse qui font l’envie de bien de mes collègues dans ce domaine.

Vous le savez déjà que j’ai le privilège incroyable de pouvoir poser nu pour des5-pascale-nicolas-modele-photo-nu écoles d’arts et des ateliers un peu partout au Québec. Qui plus est ! Le fait d’avoir posé nu pour le Musée des Beaux-Arts de Montréal est sans contredit le summum de mes prestations artistiques au Québec et, par ricochet au Canada. Toutefois, pouvoir dialoguer avec des modèles vivants de l’Europe est une chance inouïe que la vie offre à votre humble serviteur. Il va de soi que  le fait d’avoir jadis visité une galerie d’arts, situé dans la capitale du pays des Helvètes, et dont le thème du nu était à l’honneur est sans contredit un cadeau que me firent les Cieux.

Quoiqu’il en soit ! Je souhaite ardemment pouvoir réaliser quelques6-pascale-nicolas-modele-aquarelle séances de nudité artistique à même le sol européen. En effet, une telle réalisation serait l’aboutissement de tant d’efforts et, avouons-le, de patience pour me faire une place auprès des géants dans ce milieu. Un milieu réservé, peut-être moins que l’on pourrait le croire à première vue, à une élite dont les membres seraient triés sur le volet. Serait-ce une réalité ? Serait-ce une lubie ? Serait-ce un peu des deux ? Je ne saurai vous répondre. Mais, une chose est sûre. Poser nu en Europe serait tout simplement mirifique.

Merci de m’avoir lu. Merci infiniment à madame Pascale Nicolas pour son autorisation à utiliser quelques-unes de ses réalisations en tant que modèle vivant. Merci à toutes les personnes qui ont cru et qui continuent de croire en moi et en mon potentiel dans ce domaine que j’affectionne plus que tout : celui de la nudité artistique.

Je vous aime tous et toutes.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Source des photos : http://www.modele-pascale.com/

Une question de justice

19437695_1964311630466604_5218650867219586864_n1

Création de Renée-Rose Pelletier-Martineau

Une question de justice

Bonjour tout le monde,

Je profite que ce soit la dernière journée du mois de juin et, par conséquent, la veille de la fête du Canada pour vous présenter une œuvre réalisée par l’artiste Renée-Rose Pelletier-Martineau qui fut présentée dans le cadre d’un vernissage au local de la galerie d’arts Alfred-Pellan de Québec. Il s’agit-là d’une œuvre fort appropriée dans les circonstances puisqu’elle reflète à la perfection la grandeur et la beauté des différents peuples autochtones qui étaient présents en terres d’Amérique du nord, et ce bien avant la venue de l’homme blanc.(1)

Personnellement, une telle réalisation est digne de mention au sein de mon blogue artistique même si cela ne reflète en aucune façon la nudité. En effet, la recherche de la beauté, une présentation pleine de couleurs et un travail fait avec une minutie que je qualifierais de monastique lui donnent un cachet vraiment particulier. Voilà pourquoi j’ai cru bon de vous présenter à vous mes fidèles abonnés.

Je vous informe que vous trouverez un lien au bas du présent article qui vous permettra de faire plus amples connaissances, et pour respecter les droits d’auteur, avec cette formidable artiste qu’est madame René-Rose Pelletier-Martineau. Veuillez visiter son site. Cela en vaut le coup d’œil !

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada Site : http://reneerose.com 

(1) Si on garde sous silence les quelques excursions des Basques et des Vikings dans le nord du Canada notamment dans la belle région de Sept-Îles où votre humble serviteur vit le jour en l’An de grâce 1962.

Une superbe journée !

17799337_1921880491376385_892510661122463142_n

Œuvres d’arts exposées à l’entrée du Salon internationale du livre de Québec

Une superbe journée !

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous allez bien et que le printemps soit ensoleillé dans vos pays respectifs. De mon côté, je vais très bien malgré certaines embrouilles qui, je le souhaite ardemment, ne seront que temporaires. Ce sont des situations auxquelles nous sommes tous confrontés un jour ou l’autre. Ainsi va la vie !

17862002_1921953598035741_4172545739965960461_nSous un autre ordre d’idée, j’ai eu la chance d’aller au salon international du livre de Québec qui se déroula tout le weekend dans la belle capitale de la francophonie en Amérique du nord. Une ville qui a su relevé le flambeau du fait français non seulement en sol canadien mais aussi dans toute l’hémisphère nord de l’Amérique et même au plan international. D’ailleurs, saviez-vous que la ville de Québec, de par l’Acte de Québec en 1774 et bien d’autres éléments politiques, fut à l’origine d’événements historiques de grande importance au plan international ? Le dernier en liste est la Conférence de Québec de 1944 des chefs des pays qui ont lutté contre le régime hitlérien lors du dernier conflit mondial. Oui, la ville de Québec, et par ricochet la province du même nom, possède ses lettres de noblesse.

Bref, je suis allé passer mon samedi après-midi dans ce lieu dédié au plus merveilleux des trésors que sont les livres et, pourquoi pas ?, discuter avec des écrivains appartenant aux diverses formes d’écrits telles que les essais, les romans et la poésie. Hé oui ! Vous ne le saviez peut-être pas, mais votre humble serviteur est passionné par le monde des livres. Une passion que ma défunte mère m’a transmise dès mon plus jeune âge. Paix à son âme !

C’est ainsi que je suis allé visiter cet endroit. Croyez-moi sur parole ! Il y avait une foule considérable de gens de tous les âges et de toutes les classes sociales et en provenance de diverses régions du Québec. Comme quoi la culture est possiblement le plus grand vecteur de rassemblement pour les gens de bonne volonté. Protéger, promouvoir et respecter la culture sous toutes ses formes constituent le fondement de toutes démocraties qui se respectent. C’est là une vérité indéniable.

983897_1921879628043138_3840685844536428511_nL’occasion de discuter avec quelques-uns des auteurs présents à cet événement a permis à votre humble serviteur d’échanger sur des idées aussi diverses les unes des autres. Cela pouvait aller du parcours professionnel vécu par les auteurs jusqu’à leurs points-de-vue sur ce qui se passe au Québec aux plans politique et social. Tous les échanges furent faits sous le signe du respect et de l’ouverture à la différence d’opinion. N’est-ce pas là le fondement d’une saine démocratie ? Poser la question, c’est aussi y répondre ! 

17800325_1921879681376466_5149137443035111284_nToutefois, l’événement qui restera gravé à tout jamais dans le cœur de votre humble serviteur consiste à ma rencontre avec la chroniqueuse, romancière et essayiste la plus appréciée au Québec, et j’ai nommé madame Denise Bombardier. Une femme extraordinaire, une auteure hors-pairs et une essayiste à la plume aiguisée fort utile afin d’ouvrir les yeux des Québécois sur des problématiques qui touchent divers aspects de notre vie collective au sein de l’entité politique appelée l’État du Québec et qui existe grâce à une société distincte construite par un peuple courageux et soucieux de préserver ses plus nobles valeurs en terre d’Amérique. Et pour reprendre les propos de feu Robert Bourrassa, ancien premier-ministre du Québec dont ses mandats furent ponctués de faits qui marquèrent à jamais l’histoire collective des Québécois, prononcés au lendemain de la défaite de l’Accord du Lac Meech en 1990: « Quoiqu’on en dise, quoiqu’on en pense, le Québec est une société distincte capable d’assumer son destin politique, économique et social. » 

En terminant cette missive, je vous récite ce que je lui ai dit lors de notre rencontre laquelle a réjoui votre humble serviteur. Vous avez sans doute remarqué que je suis, et c’est peut-être une grande surprise pour bon nombre d’entre vous, très politisé. Un élément que ma défunte mère m’a inculqué dès le début de mon adolescence. Je lui en serai toujours reconnaissant.

Voici dont mes propos :

« Madame Bombardier,

J’ignore si c’est Dieu ou simplement la vie qui nous a permis de nous rencontrer cette après-midi, mais cela faisait plusieurs années que je souhaitais vous voir afin de vous exprimer tout le respect à votre égard. Vous avez toujours essayé par vos nombreuses publications, notamment dans le Journal de Montréal et le Journal de Québec, d’ouvrir les yeux aux Québécois sur les différents dangers qui menacent nos valeurs, nos principes et nos idéaux de démocratie et de liberté. Qui plus est ! Vous l’avez toujours fait sous le signe du respect envers l’autre. C’est pour moi un plaisir de vous lire et encore plus de vous avoir rencontrée cette après-midi. Merci pour tout ! »

Merci chers lecteurs et chères lectrices de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada