Archives de tags | humain

Dualité

Dualité
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Dualité

 

Mirage ! Mirage ! Tout n’est que mirage !
Depuis que l’on a relégué les paroles des sages,
Et que la nature fut depuis longtemps oubliée par l’humanité,
Celle qui depuis les temps anciens nous a nourris et abreuvés.

 

L’homme a remplacé le réel par le surnaturel,
La beauté authentique par tout ce qui est artificiel,
La fragilité signe de la nature propre de toute grâce de vie,
Par la force brute illusion suprême d’existence vouée à l’infini.

 

Qui sommes-nous réellement devant la glace ?
Des êtres qui devant la destinée perdent la face ?
Soyons francs, qui sommes-nous face à notre destiné ?
Des êtres de chairs et d’os cherchant un astre dans le ciel étoilé ?

 

La dualité régit tout notre être,
Sans cesse sourire pour bien faire paraître,
Larmes qui coulent sur les parois de notre coeur,
Afin de survivre on doit souvent affronter dure labeur.

 

Notre amour ne doit jamais être déclaré,
À l’être qui en un instant de folie nous a ensorcelés,
Même si toutes les guerres ont été faites sans aucune gêne,
Semant dans leurs sillons des larmes, du sang et bien des peines.

 

Devant le miroir où se reflète notre pauvre âme,
Se trouve un corps si perdu glissant sur une lame,
Un corps souvent tatoué comme pour effacer sa fragilité,
Un corps qui de son âme cherche à lui accorder un peu de liberté.

 

Drôle de dualité que de vivre ici-bas,
Œuvrant à la sueur de son front et d’espérer en l’au-delà,
En prenant conscience dans le miroir glacial sa réalité provisoire,
Dualité suivant l’humain dès l’aube de sa vie jusqu’à son dernier soir.

 

Dualité formant tout son être de chair,
Depuis que l’âme s’y incrusta en un éclair,
Crainte de mourir de partir même si c’est son destin,
Malgré ses prières, de ses oeuvres il n’emportera rien en ses mains.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Émotions

motions
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Émotions

 

Depuis quelques jours,
Je me sens perdue pour toujours,
Ignorant ce qui m’arrive, où je vais,
Répondez-moi quelqu’un s’il-vous-plaît.

 

Mon père me disait souvent une parole bien sage,
Que j’ai seulement comprise en avançant en âge,
Que parfois tout peut être gagné, perdu et joué,
Joué sur un coup de tête sur un coup de dés.

 

Certains me diront que c’est la loi du karma,
D’autres me répondront que le destin,
Quoiqu’il en soit c’est le même venin,
Qui brûle tout ce qui est en moi.

 

À trop désirer un amour interdit,
Grande peine rappellera ce qui est écrit,
Que malheur suit souvent un certain bonheur,
Et qu’en dépit de tout à l’humain surviendra son heure.

 

Apprendre de ses erreurs est une vérité,
Se l’avouer est une chose si difficile à réaliser,
Mais de toutes les émotions aimer est la plus cruelle,
Surtout que l’être tant convoité était de loin la plus belle.

 

Émotions nous portant à l’extase du septième ciel,
Pour ensuite nous précipiter dans les profondeurs des enfers,
Où les amoureux désillusionnés de leurs chagrins y seront aux pieds enchaînés,
Mais de toutes les émotions la pire est sans contredit le regret car il est en soi éternel.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Un bel exemple de spontanéité

Spontanéité
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Un bel exemple de spontanéité

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, j’ai choisi de vous présenter une réalisation photographique faite par mon ami et collaborateur Rick B., d’Allemagne. Il est possiblement l’un des photographes les plus prolifiques sur le site de partage artistique connu sous le vocable de DeviantArt.

fb_img_15465191675125287177806778485672.jpgEn effet, et pour mon plus grand plaisir, il ne se passe pratiquement pas une journée où l’une de ses photos mettant en vedette ses admirables modèles féminins ne se retrouve pas sur son site personnel. Croyez-moi sur parole ! Ce sont souvent des véritables bijoux de réalisations photographiques tant pour le choix des poses que pour l’originalité, parfois provocante, des photos.

Pour ma part, la qualité des photos réside d’abord et avant tout dans la spontanéité des clichés. Une spontanéité qui, contrairement à ce que l’on serait portés à croire, est extrêmement difficile à saisir. Une difficulté causée par trois éléments majeurs dans le domaine de la photographie et, par ricochet, dans la nudité artistique même si ce n’est pas le sujet à l’ordre du jour. Trois éléments qui sont, à l’image d’un tricot, imbriqués les uns aux autres afin de donner un résultat final satisfaisant.

En premier lieu, la spontanéité est-elle réelle ? Une telle question est loin d’être facile de répondre de manière adéquate. En effet, a-t-elle été planifiée par les personnes présentes lors de cette séance ou bien a-t-elle vécue selon, pardonnez mon anglicisme, le “mood” de l’instant ? Bien malin qui pourrait résoudre à cette question. N’est-ce pas ?!

En second lieu, Quels sont les intérêts de faire un tel10926815_1617877155110055_4605042943758532413_o_thumb.jpg type de photos ? Pour y répondre, je me souviens lorsqu’un photographe venu des États-Unis était venu du Maine afin de réaliser une série de photos (nu intégral et conventionnel). Or, ce fut lors d’une prise non planifiée où votre humble serviteur a été immortalisée à son meilleur. Une photo qui a été acclamée sur la plupart des réseaux sociaux.

11235251_676422929152119_142811643_oEn dernier lieu, le modèle vivant a t-il son mot à dire à l’occasion d’une séance photo ? Personnellement, et pour l’avoir vécu, je vous dirai que c’est le cas. J’ai en mémoire, oui je sais bien qu’il s’agit d’une séance de nudité artistique, une expérience vécue à Montréal avec un photographe de renommé international, où j’ai spontanément proposé une pose qui, à une autre époque, m’aurait amené directement sur le bûcher. En effet, j’ai pris la pose du Christ sur la croix de manière tout à fait naturelle et sans penser un seul instant à ce qu’elle allait susciter dans l’esprit du photographe présent. Une telle pose a été à l’origine d’une série intitulée “Le Sacré-Cœur” publiée au sein d’un magazine underground dans le milieu artistique de Montréal. Le succès fut tel que ladite photo a été utilisée quelques années plus tard au sein d’un magazine britannique. Comme quoi la spontanéité donne parfois des résultats bien au-delà de nos attentes. En tout cas, c’est le moins que je puisse dire en ce qui concerne mon expérience.

Bref, la spontanéité d’une pose doit faire ressortir l’essentiel. C’est-à-dire la vie prise sur le vif, les émotions exprimées à travers le sable qui coule inexorablement du sablier du temps, ne pas penser un seul instant à se tromper au risque de perdre toute crédibilité. Or, un artiste digne de ce nom ne doit jamais avoir une telle craindre. C’est le propre du domaine artistique de se tromper. Se tromper est certes humain mais parfois cela peut être tout simplement divin.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Faire abstraction des regards

29389266_10156391787033919_6911235934184800256_n

Magnifique dessin par mon ami Eri Kel de la France

« Faire abstraction des regards »

Réalisation de Eri Kel de la France 

Chef-d’oeuvre qui me fait plaisir de partager avec vous.
RollandJr St-Gelais de Québec

Je reconnais que ce dessin m’interpelle au plus profond de ma personne, et ce pour trois raisons. Lesdites raisons sont inhérentes à mon expérience de vie, parfois drôle, parfois cocasse mais aussi, parfois triste. D’ailleurs, qui d’entre nous peut se vanter de connaître que joie de vivre ou exclusivement de traverser une mer d’épreuves. Nous avons tous nos cheminements de vie. C’est, vous en conviendrez avec votre humble serviteur, ce qui nous permet d’évoluer selon nos capacités. Capacités souvent mises à rude épreuve.

En premier lieu, le regard des autres est souvent le poids le plus lourd à supporter. Peur du jugement d’autrui sur notre corps ? Crainte d’être perçu selon des critères de normalité que je qualifierais de « hors-normes » ? Enfin, comment se perçoit-on face à nos petits défauts physiques et, corollairement, à notre nudité ? Ce sont-là des éléments qui composent notre expérience de vie.

En deuxième lieu, et j’en parle en connaissance de cause, il est souvent plus aisé de poser entièrement nu puisque c’est l’ensemble de notre corps qui est présenté au public. Un public averti tout de même. Alors que le fait de poser habillé peut susciter certaines appréhensions chez le modèle vivant. Je me souviens d’avoir ressenti un certain malaise lors d’une séance où un artiste-peintre, fort courtois et sympathique, devait réaliser un tableau à son kiosque situé à quelques pas du château Frontenac de Québec. Le résultat a été bien au de-là de mes attentes. Je lui en serai toujours reconnaissant.

En dernier lieu, l’évolution de mon regard sur mon corps a été formidable depuis les 20 dernières années. Toutefois, c’est à partir de ma passion en tant que modèle nu que je me suis senti pleinement masculin, authentiquement homme et fondamentalement humain. Et non plus, comme un objet de foire lequel a permis à certains avocats de s’enrichir à mes dépends grâce à la crédulité de mes parents.

Merci de m’avoir lu !

Signé : RollandJr St-Gelais de Québec (Canada)

Et un modèle, c’est avant tout un humain.

1780624_10152212966473919_344023164_n

Et un modèle, c’est avant tout un humain.

 » Celui-là, je l’aime car c’est un des modèles avec qui j’ai adoré travailler. Une présence superbe, mais aussi et surtout une très grande gentillesse. Et un modèle, c’est avant tout un humain. « 

Citation de Eri Kel de France

Le clou du forgeron

20170821_151128

 

Le clou du forgeron

 

Le clou du forgeron

 

Un clou,

Un simple clou,

D’un récit un peu fou,

D’un homme cloué entre deux ripoux.

 

Ce clou est témoin !

D’un homme au grand destin,

Un être certes divin mais aussi humain,

Qui nous offrit son Amour à pleines mains.

 

Clou dans un bois,

Bois de chêne d’une croix,

De celui qui montra son humble voie,

Aux gens pauvres de cœur et sans-voix.

 

Clou dans les mains du forgeron,

Forgé dans un élan à même la sueur de son front,

Frappé encore et encore aux gouttelettes de son sang,

Pour celui dont son propre Père nous appelle ses enfants.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un excellent week-end!

Un excellent week-end!

Bonjour tout le monde, J’espère que vous allez et que la saison automnale vous soit propice. En ce qui me concerne, j’adore cette saison plus que tout car rien ne vaut les teintes multicolores des arbres qui peuplent les forêts canadiennes. D’ailleurs, faut-il vous rappeler que le drapeau du Canada a pour emblème une feuille d’érable rouge? Rouge comme nos joues à l’occasion de nos promenades en cette saison magnifique qu’est l’automne. Oui, j’aime cette saison et, croyez-moi, j’en suis vraiment fier. N’ayez aucune crainte! Mon intention en rédigeant cet article n’est certes pas de vous parler des saisons qui font de ma vie, un véritable jardin de délices.

À vrai dire, l’objectif est plutôt de partager avec vous mon expérience vécue ce week-end.12096045_1693472590883844_6501994567582057636_n Une expérience haute en couleurs, riche en émotions et variée en rencontres. En effet, j’ai eu la chance d’aller à la convention du Comicom qui a eu lieu au Centre des Congrès de Québec les 17 et 18 octobre. Il s’agit d’une convention où les participants(es) pouvaient se costumer dans la peau de leurs personnages favoris. Le seul mot d’ordre était, à ce que j’ai pu constater tout au long de ce week-end, avoir libre court tant à l’imagination qu’aux talents de chaque participant. Un tel mot d’ordre a permis la création de costumes dignes d’intérêt. Je pense notamment à la multitude de dames, aussi charmantes que talentueuses, qui ont eu l’amabilité de se faire photographiées par votre humble serviteur.

Ici, une chose doit être retenue. Chaque personne photographiée avait eu au préalable ma demande en bonne et due forme, après quoi une exposition des photos prises fut faite afin de leur permettre de me donner leurs avis et, le plus important, la possibilité de faire retirer toutes les photos qu’elle jugeait non conforme à ses attentes. Un tel retrait avait lieu sous ses yeux. Ici, le respect était mon code d’éthique en tout temps. C’est, reconnaissons-le, la moindre des choses. N’est-ce pas?!

12105686_1693472684217168_4878542020232372350_nJ’ai été étonné par l’ensemble des costumes portés par les participants-es. Toutefois, ce qui m’a le plus ému, ce fut la cordialité qu’ils et elles manifestèrent envers moi. Une cordialité qui m’a démontré hors de tout doute que notre jeunesse est belle et doit être traitée avec compréhension et respect. Oui, elle est belle car il lui est nullement question de prôner tant le rejet que la violence à l’égard d’autrui. Oui, elle est belle car elle ne laisse pas emprisonner par des idées préconçues sur ce que la société doit être, mais davantage sur ce que la société pourrait être. Oui, elle est belle car elle sait trouver la beauté là où bon nombre d’entre nous ne trouve que médiocrité. Bref, leur cordialité à mon égard a favorisé un échange profondément humain.

C’est ainsi que j’ai pu prendre conscience, au fil de nos discussions, à tout le travail que certains des participants-es ont du consacrer pour la fabrication de leurs costumes. Je n’ose même pas imaginer toute la patience, la minutie et l’effort soutenu ainsi que le nombre d’heures, souvent incalculable, consacrés à certains des costumes qui m’ont, et c’est peu dire, coupé le souffle. Croyez-moi sur parole! Je pouvais ressentir toute l’émotion manifestée par un simple remerciement lorsque je félicitais un-e participant-e soit pour l’originalité et/ou pour la beauté de son costume. Des félicitations amplement méritées! Qui plus est! Certaines prises photographiques ont occasionné des fou-rires tant chez les personnes photographiées que par votre humble serviteur. Des fou-rires qui témoignent de l’ouverture d’esprit de part et d’autres. Je pense notamment aux deux charmantes jeunes dames qui eurent un grand plaisir à me couper le cou et à m’assommer à grands coups de marteau de Thor. Vous vous doutez bien que je blague. Quoiqu’il en soit, cette pose a été réellement amusante. La photo publiée ci-dessus vous en donne un bel aperçu.

Que puis-je dire pour terminer ce présent article? Tout simplement un «bravo» sincère aux organisateurs. Bravo pour leur travail lequel devait être gigantesque ne fut-ce que par la préparation des lieux. Bravo pour les cosplayers qui ont su donner vie à cette convention. Et, le plus important, une gratitude pour toutes les personnes qui ont joué le rôle de modèles durant mes réalisations photos. Sincère respect à votre endroit.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Aimez-vous l’automne?

charlevoix___country_by_lequebecois1962-d4cpfa7

Aimez-vous l’automne?

Bonjour tout le monde,
11223518_1687484854815951_4846526328183684758_o-001Je désire aujourd’hui développer sur un sujet que je qualifierais d’assez particulier puisqu’il s’agit plutôt de répondre à cette simple question : Aimez-vous l’automne? Une question qui est, et de loin, vraiment importante au sein de ce blogue puisque cette saison est réellement magnifique d’un point-de-vue artistique surtout en ce qui concerne la belle province du Québec où les arbres qui peuplent ses nombreuses forêts se parent de leurs plus belles couleurs. Des couleurs qui témoignent à elles seules de l’amour et de la passion qu’eurent les colonisateurs de ces terres jadis vierges.
Oui, j’adore l’automne. Toutefois, il y a d’autres raisons que l’histoire de mon peuple et de mes ancêtres qui font de cette saison ma préférée entre toutes. Trois raisons fondamentales imbriquées les unes aux autres doivent ici être expliquées afin d’éclairer mes propos. Des raisons qui me sont certes personnelles mais qui, j’en suis plus que convaincu, devraient vous rejoindre d’une manière ou d’une autre.
D’abord, cette saison me permet de redécouvrir la réelle beauté qui habite chacun d’entre nous. Une beauté qui n’est pas toujours perceptible au premier coup d’œil, mais qui se laisse apprivoiser avec tendresse et patience. En effet,  les vêtements légers de la saison estivale, telles que les minijupes, et autres accessoires plus ludiques, je penses notamment aux lunettes de soleil stylisés, font place à des choix vestimentaires offrant davantage de pudeur. Soyez rassurés! Je suis loin d’être moralisateur dans mes propos. C’est un fait que le charme féminin durant la saison chaude est agréable tant pour le regard que pour alimenter nos fantasmes. Fantasmes qui témoignent plus souvent qu’autrement d’une bonne santé et d’une libido toujours vivante.
Ensuite, le changement des couleurs dans le feuillage de nos arbres, en particulier les érables, lecharlevoix___country_by_lequebecois1962-d4cpey5 symbole y va de soi par excellence du Canada, me fait penser à la fois à mon peignoir et à la serviette, celle-ci est bien évidemment autour de la taille, que je porte lors de mes séances de nudité artistique. Est-il utile de vous rappeler que le rouge est la couleur qui se rapproche le plus de la saison automnale tandis que le blanc est synonyme de la pureté de l’hiver qui annonce sa venue inexorablement? À cela s’ajoute le fait que je laisse tomber le tout, c’est-à-dire mon peignoir et ma serviette, devant mon auditoire qui découvre l’être humain que je suis, un peu à l’image de la chute des feuilles découvrant ainsi toute la vulnérabilité des arbres, êtres vivants et immuables dans leurs poses. Êtres vivants et immuables semblables aux modèles nus devant les artistes qui, avec un grand respect et une profonde humanité, tentent d’y extraire leurs charmes uniques, et ce avec tout leur talent.
11223518_1687484854815951_4846526328183684758_oEnfin, l’automne évoque en moi la chance inouïe de porter de beaux vêtements lesquels compensent d’une certaine façon ma différence physique. D’ailleurs, je me rappelle d’un conseil judicieux qu’une dame d’un certain âge m’avait jadis donné en ce qui a trait à mes choix vestimentaires. Si je ne me trompe guère, ses propos allèrent dans ce sens : « Tu sais mon Rolland, c’est très bien que tu acceptes ta situation physique. C’est là l’une de tes forces qui font l’envie de plusieurs. Toutefois, le fait d’être habillé avec des vêtements de qualité tout en possédant un langage tant écrit que verbal lequel démontrera ta formation universitaire, seront sans aucun doute des éléments qui t’aideront à te faire davantage apprécier, sinon respecter par tes pairs. » Avouons-le! Elle avait entièrement raison dans ses propos. Voilà pourquoi je suis en amour avec cette saison.
Et vous? Aimez-vous l’automne? Si non, quelle est votre saison préférée, et pourquoi?
Merci de m’avoir lu!
RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Qui se souviendra?

Qui se souviendra?
Qui se souviendra?

Qui se souviendra?

 

Qui se souviendra de cette journée-là où toi et moi avons fait connaissance? 

De cet instant où dans le secret de nos cœurs naquit doucement notre amour. 

Un moment que je souhaitais être figé dans le temps telle une nouvelle naissance. 

Et ton regard que tu posas sur moi qui me semblait durer pour toujours.

Qui se souviendra de cette journée magnifique et illuminée par ton sourire? 

Sans dire un seul mot, tu apprivoisais l’homme que je suis lui donnant ainsi un noble visage. 

En toute simplicité, tu m’as amené au Royaume du bonheur par la magnificence de ton rire. 

De ce rire, je m’en rappellerai toute ma vie tellement il me transporta vers des rêves pas toujours sages.

Qui se souviendra de la couleur de tes yeux lesquels me firent abaisser le pont-levis de ma solitude? 

Tu entras en mon cœur pour ne jamais, je te le jure de toute mon âme, en sortir. 

De cette seconde où tu pénétras mes défenses, tu as su voir que je fus un être prude. 

Une pudeur née de la dureté de la vie et de l’hypocrisie de certains qui ne savaient que mentir.

Je me souviendrai de la joie de vivre qui transpirait de tout ton être.

Je me souviendrai avec nostalgie de ta beauté telle une déesse du mont Olympes. 

Je me souviendrai avec mélancolie lorsque le temps me transformera en un vieil hêtre. 

Je me souviendrai de ta sensualité qui fit de toi une femme incomparable telle une nymphe.

Qui se souviendra de toi dans la monotonie de son quotidien qu’ignorèrent même ses aïeux? 

De ta féminité qui fit d’un animal brut un être pleinement humain? 

Qui se souviendra de la dame qui presque par magie éleva une âme dans les Cieux? 

C’est celui qui écrit ces quelques mots afin de te dire merci de lui permettre de croire en demain.

 

De

 

Rolland St-Gelais  

Québec (Québec) 

Canada

Vraiment original!

Une oeuvre remarquable
Une oeuvre remarquable

Bonjour tout le monde,

Je vous parle aujourd’hui d’une petite découverte toute simple que j’ai eu la chance de faire en parcourant mon fil d’actualité sur Facebook. Oui, je le sais. Il y a de tout sur ce réseau social aux tentacules à la fois nombreuses et immenses. On peut tout y voir, ou presque, tout noter, tout commenter et même, croyez-le ou non, ne rien aimer du tout. Libre à chacun de publier sur sa page Facebook tout ce que bon lui semble à la condition de respecter certaines règles de base. Ce qui est tout à fait normal si nous tenons comptes du fait que plusieurs des membres de ce réseau social n’ont pas l’âge de la majorité légale dans plusieurs pays occidentaux, et ce tant en Europe que dans les Amériques pour ne nommer que ceux-ci.

Toutefois certaines publications sont, et c’est mon humble avis, réellement dignes d’intérêt. Je pense, à titre d’exemple, à cette photo de nudité artistique que je qualifierais d’avant-gardiste puisque d’une part, l’auteur a réussi un tour de mains fantastique en mettant de l’avant des corps de modèles nus qui, juxtaposés les uns aux autres, forment la carrosserie d’une automobile et, d’autre part, en lui donnant un cachet ultra-moderne où l’esthétisme et l’aérodynamique se marient à la perfection. En effet, il est rare de trouver une œuvre de ce type sur le web car, avouons-le, la nudité féminine et l’industrie de l’automobile n’ont pas une presse tellement favorable dans l’opinion publique. Soyez rassurée! Je condamne toutes formes d’exploitation du corps nu à des fins commerciales, et ce, indépendamment du genre sexuel.

Je dois tout de même reconnaître qu’une telle réalisation à de quoi étonner plusieurs d’entre nous étant donné que chaque corps nu occupe une place qui lui revient. Par exemple, les corps nus qui forment les roues ne peuvent pas se retrouver ailleurs. Il en est de même de ceux du capot, du coffre-arrière, des sièges et du pare-brise. Chaque corps s’incorpore à la perfection à la place qui lui revient. Autre fait étonnant, il n’y a pas de genres sexuels visibles qui définissent chacun des corps. Ce qui est en soi sans importance vu que, telle une formule mathématique, la somme d’un tout est toujours supérieure à chacune des composantes qui le créer. Bref, nous voyons, et c’est-là l’élément fondamentale à retenir, l’existence illusoire d’une voiture de grande marque bien avant de voir les corps qui le composent.

Éloquence de l’illusion? Sans aucun doute. D’ailleurs, je m’amuse à penser aux toutes premières secondes auxquelles j’ai jeté mon regard sur cette photo. Qu’a-t-elle de si particulier? Pourquoi attire-t-elle autant mon regard? Et, une fois mon moment d’étonnement passé, que peut bien inspirer en moi une telle image? Une chose est sûre. Je n’y ai jamais vu la moindre allusion à l’asservissement du corps nu. Bien au contraire! Les corps nus qui y sont présentés, et qui semblent être figés dans le temps et dans l’espace, invitent les quelques rares personnes qui y jetent leurs regards analytiques à embarquer à bord de ce véhicule à la fois futuriste et … humaine.

Et vous? Qu’en pensez-vous?

Merci de m’avoir lu.

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada