Archives de tags | belle lurette

Juste un profil

Juste un profil Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Just-a-profile-725873774

Juste un profil

 

Il est samedi matin

Je me suis levé avec entrain.

Car, avec toi, j’ai passé une belle nuit.

Mais, je dois te quitter longtemps avant midi.

 

En effet, j’avais raconté à ma conjointe.

Que j’avais raté le train afin de la rejoindre !

Je prendrai celui prévu pour le départ de dix-heures.

J’imagine que cela ferait sans aucun doute son bonheur.

 

Heureusement que j’ai pu laver mes vêtements.

Car que de questions elle me poserait assurément !

Quelle étrange sensation de vivre deux amours irréconciliables,

D’éprouver un désir charnel sans pour autant me sentir coupable.

 

Quelle émotion indescriptible de connaître deux femmes différentes !

Dont leur beauté à la fois unique et légère les rend si extravagantes.

De suçoter à son épouse, « je t’adore », si tendre au creux de son oreille,

D’entendre sa maîtresse lui répondre « moi, aussi », c’est sans pareil.

 

Tu étais étendue sur ton lit.

Sans dire un mot, tu avais tout compris.

En voyant dans mes yeux l’éclat de la satisfaction,

Qui découlait bien sûr de notre plus secrète relation.

 

Rien en mon cœur ne peut combler ta si chaude présence.

À part, peut-être, mon épouse bien-aimée durant ton absence.

Tu avais deviné depuis belle lurette ma passion pour la photographie.

C’est alors que subitement, tu m’as montré ton côté le plus joli.

 

Comment avais-tu pu pressentir à cet instant ce que je désirais ?

Car, en toi, ô, chérie, tout est pureté maintenant et à jamais.

Quelle une muse fidèle, une amie soumise douce et docile !

Tu as tourné le visage pour me présenter ton superbe profil.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La coquette

La coquette Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par JRekas Source : https://www.deviantart.com/jrekas/art/COQUETTE-357681192

La coquette

 

Hier soir, avec une dame, j’ai eu un rendez-vous.

Je dois avouer que cela m’a rendu totalement fou.

Une suave rencontre que j’avais si longtemps attendue,

Dans un endroit extraordinaire où les femmes sont à moitié nues.

 

Étant un homme, par mes parents, bien éduqué,

Je voulais, par un grand éclat, bien sûr la toucher,

Autant par ma prestance que par mon apparence soignée,

Car, il n’y a point de plaisir s’il y a une quelconque vulgarité.

 

Propre comme un vase en porcelaine et habillé avec élégance,

J’y allais avec le sourire et parfumé d’un arôme suscitant la romance,

Comment pourrais-je plaire à cette dame sans être fier de ma personne?

La satisfaire par mon savoir-faire, au plus profond de moi, résonne.

 

Arrivé en ce lieu de tous les péchés véniels,

J’étais enjoué tel un enfant faisant multiples ribambelles,

L’homme que je suis, ne peut en aucun temps, rester indifférent,

Devant autant de femmes magnifiques venues d’occident et de l’orient.

 

Dames si adorables avec leurs sourires enjôleurs et leur peau satinée,

Elles savaient avec une attention mesurée prendre soin de leurs invités,

En particulier de l’homme qui écrit ces quelques mots en cet instant précis,

Car, je voulais me confesser avec franchise tant de corps que d’esprit.

 

Une confession que je fais devant vous mon père, avec grand plaisir,

Puisque la satisfaction ultime du péché de la chair, c’est de s’en souvenir.

Afin de ma confession, je peux à la perfection devant Dieu, l’accomplir.

Après mes actes avoués, malgré votre jalousie, vous pourrez me bénir.

 

C’est en savourant un verre de whisky,

Qu’une femme aux allures espiègles, je vis.

Jolie dame portant un déshabillé tout de rouge,

Éloigna de mon regard, tout ce qui autour de moi bouge.

 

Regard accroché par tant de beauté,

Masculinité en plein essor captive par tant de féminité,

Aucune parole de part et d’autre ne fut nécessaire pour briser la glace,

Car nous discutions avec des gestes secrets en cette mystérieuse place.

 

Me prenant avec aisance ma main imaginaire,

Elle m’amena en cette chambre où le rêve remplissait l’air.

Elle mit le doigt sur mes lèvres avec délicatesse, car aucun mot était utile,

Seuls les gestes comptèrent en ce lieu discret où tout le reste était futile.

 

Ô belle et tendre dame inconnue,

Quelle satisfaction immense de vous avoir connue,

Il est possible que vos mots d’amour aient disparu depuis belle lurette,

Mais sachez-le, jolie dame! Je vous ai trouvée tellement coquette.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Armée

Armée par Tastethewine
Photo par Tastethewine. Modèle : Elena

Armée

 

En cette sombre nuit, je fais le gué.
Car l’ennemi héréditaire est à nos portes,
Malheur à lui puisqu’il trouvera femme forte,
Femme aguerrie et à l’arme blanche bien entraînée.

 

Longeant la chaussée usée par les pas,
De mes sœurs qui étaient là longtemps avant moi,
Et de nos ancêtres qui jurèrent de défendre la patrie,
Celle qui est depuis des myriades tant convoitée.

 

Dans mon plus simple apparat,
Comme firent mes sœurs d’armes,
Affrontant le danger sans verser une larme,
Il y a belle lurette que je me prépare à cet ultime combat.

 

Femme si belle et bien en chair,
Femme au corps parfait mais au cœur de pierre,
Car c’est là, bien malgré moi, l’unique loi de la guerre,
Cela dit, je verserai leurs gouttes de sang jusqu’à la dernière.

 

Armée d’une nouvelle compagne d’une baïonnette,
Avec laquelle je verserai ma sueur à coup de goutelettes,
Armée de mon courage issu par tant d’années d’expérience,
Que j’ai tout oublié de ma vie même ma plus lointaine enfance.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Les apparences

Les apparences
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Les apparences
(La femme renferme la beauté de la vie.)

 

Un certain sage d’Orient,
Qui croyait que tout était que néant,
Et que tout était qu’impermanent voilà très longtemps,
Pour expliquer ce qu’il percevait à son époque et en son temps.

 

Certes, les époques changent parfois en mieux parfois en pire,
En ce qui me concerne, j’ai décidé à gorge déployée d’en rire,
Car, loin est de moi l’idée saugrenue de redouter la mort,
Puisque me ramener vers elle, elle en aurait bien tort.

 

Pourquoi ? Pourquoi donc me diriez-vous ?
Serais-je à vos yeux un simple d’esprit, un fou ?
Non, je ne redoute pas la mort et son froid baiser,
Car depuis belle lurette, je lui en ai fait gracieusement baver.

 

Voyez-vous ?  Depuis bien avant ma naissance,
On a tout fait pour briser mon corps rempli d’innocence,
Malgré tout, j’ai tant combattu, j’ai au-delà de tout si bien survécu.
Loin est cette idée d’abandonner quand le moment de partir sera venu.

 

Et, contrairement à cet homme d’un autre âge,
Je n’ai vraiment pas l’intention de devenir un sage,
Car c’est dans les bras des femmes magnifiques que je me blottie,
Pour me rappeler que rien n’est plus précieux et inestimable que la beauté de la vie.

 

De

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Fossettes

Par Juste Angèle de la France

 

Fossettes

 

Salut ma belle mignonne

Ne sois pas gênée telle une none

Car avec moi tu connaîtras ce doux péché

De la chair, des gestes d’amour et de plaisir insoupçonné.

 

Tu m’as ensorcelé et je t’ai envoûtée

Pour cette nuit où je ferai ton bonheur à satiété

As-tu des craintes, des peurs et des appréhensions?

Calme toi chérie, je comblerai tes volontés avec attention.

 

Je t’offre mon corps

Ma virilité qui vaut de l’or

Ma force herculéenne pour te protéger

Te faire jouir, t’amener au septième ciel et t’aimer.

 

Mais avant toute chose

Contemple cette partie! Allez! Ose!

Caresse avec précaution mes fossettes

Car elles te sont réservées depuis belle lurette.

 

De

 

RollandJr St Gelais de Québec