Archives de tags | êtres humains

Marcher sur la ligne mince

Marcher sur la ligne mince Texte de RollandJr St-Gelais Photo de cable9tuba Source : https://www.deviantart.com/cable9tuba/art/A-New-Beginning-12-861699907

Marcher sur la ligne mince

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. De mon côté, je prends la vie du bon côté tout en suivant les consignes sanitaires imposées par les instances gouvernementales. Une telle situation est propice à la réflexion et à la rétrospection. En effet, être plus ou moins confiné, ayant la musique et la lecture pour m’accompagner dans mon quotidien, tout ceci invite votre humble serviteur à se poser des questions à la fois d’ordre philosophique et théologique. Oui, les deux sont des sujets de réflexion pouvant se ressembler alors qu’en réalité ils sont assez différents l’un de l’autre.

Une question s’est imposée au fil de mes réflexions. Une question qui peut concerner plusieurs d’entre nous et ce, tant du côté des hommes que celui du côté des femmes puisque ces dernières ont pour la majorité d’entre elles, des connaissances, des amis, des membres de leurs familles des personnes appartenant à la gente masculine. Posons-nous donc cette question : La gente masculine possède-t-elle des privilèges la rendant, par ce fait, supérieure à la gente féminine? Une telle problématique, que je qualifierais d’ordre sociologique, est de plus en plus omniprésente dans les médias tant électroniques que sociaux. 

Sans vouloir occulter des pages sombres de l’histoire occidentale, loin d’être favorable au droit à l’égalité pleine et entière entre les sexes opposés, il semblerait que le mouvement du balancier ait dépassé une limite que j’appellerai du gros bon sens. En effet, une certaine démagogie à l’encontre de l’homme, et de l’homme hétérosexuel en particuliers, s’est imposée au fil des années. Une démagogie qui a pour conséquence d’accuser celui-ci de tous les maux de la terre. J’irais même dire que d’être des criminels contre l’humanité.

Or, tout ceci me révolte au plus haut point. En effet, l’homme n’est ni pire ni meilleur que la femme puisqu’ils sont en soi que des êtres humains avec leurs forces, leurs faiblesses, leurs capacités et leurs limites. Il est toutefois certes vrai que l’éducation varie d’un continent à l’autre, d’une société à une autre, voire même des familles habitant dans le même quartier. Une telle éducation peut être défavorable à l’égard des filles qui y sont nées et qui y sont élevées. Une telle situation est à la fois déplorable et condamnable. 

Mais, est-ce une raison pour mettre les hommes, tous les hommes dans le même panier? Bien sûr que non. Or, la réalité est telle que de nos jours, le fait d’être un homme amène celui à marcher sur la ligne mince. Une ligne tellement mince qu’à la moindre expression d’opinion allant à l’encontre des médias, ces derniers affirmant parler pour l’intérêt général alors qu’ils ne servent qu’aux intérêts de leurs patrons et de leurs éditeurs, la vindicative populaire se jette sur eux comme des chiens affamés sur une boulette de viande bien saignante.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

 

La liberté

La liberté

Photo réalisée Rick B. d’Allemagne Source : DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

La liberté

Depuis l’époque magnifique des années 1960, plusieurs chansons sur la liberté ont été écrites, notamment par des chanteurs et des groupes prestigieux tels que les Beatles. De plus, la liberté est fort probablement l’un des concepts fondateurs de notre démocratie. On a qu’à penser à la devise de la révolution française qui se résume en ces trois mots : liberté, fraternité, égalité.

Je dirais même à la limite que le fait d’être libre, de se sentir libre, est aussi fondamentale que le fait même de respirer. Et, pourtant, jamais notre liberté, celle que nous connaissons et chérissons, n’a été menacée depuis l’apparition de toute cette propagande qui pullule au sein des médias et des réseaux sociaux. Une propagande tout azimut provenant dont on ne sait le but et encore moins qui en est la source. 

Par ailleurs, quoi de plus efficace de faire croire que nous vivons encore dans une véritable liberté afin de mieux contrôler les masses? Par exemples, les sources d’information sont-elles véritablement indépendantes du pouvoir politique et des bailleurs de fonds? Qui contrôle nos informations, nos systèmes d’éducation et même l’ordre économique mondial? Ne nous le cachons pas! Qui dit économie, dit aussi liberté. Souvent, l’un ne va pas sans l’autre puisque sans une certaine indépendance économique, acquérir une liberté digne de ce nom est presque impossible.

Ne nous y trompons pas! La liberté est de plus en plus en péril. Et, c’est là mon humble avis, le seul moyen pour la retrouver est de redevenir des êtres humains pleinement humains en renonçant aux mouvements de crainte qui sévissent à notre époque. Pour ma part, fermer les chaines télévisées, éviter de lire les journaux et surtout fuir toute forme de propagande constituent les meilleurs moyens de me noyer dans le fleuve du mensonge. Et pourquoi donc? Tout simplement pour être vrai. Non pas avec les autres puisque nous sommes qu’à leurs yeux que le fruit, une petite parcelle, de ce qu’ils voient de nous. Mais, être vrai envers soi-même. C’est ainsi que nous pouvons être libres sinon de corps, du moins en esprit.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

 

Sur un banc

Sur un banc
Sur un banc Poème de RollandJr St-Gelais Dessin par CapitaPerdu Source : https://www.deviantart.com/capitaperdu/art/Villa-Borghese-Rome-845449480

Sur un banc

 

Il y a de cela quelques années,

Dans un temps où nous pouvions voyager,

Je suis allé découvrir la ville magnifique de Rome,

Y voir les monuments, goûter les mets, voir femmes et hommes.

 

Car il est inutile de voir du pays sans discuter avec les gens qui y sont,

En effet, j’adore écouter les accents qui me font penser à des chansons.

Ces chansons me font rêver au soleil de la Mer Méditerranée,

Tandis que d’autres me font voir tant de coins étrangers.

 

C’est en allant au Vatican,

Qu’épuisé je suis allé sur un banc,

Ouvrant les yeux de mon cœur, je vis des êtres humains.

Des gens venus en pèlerinage pour se rassurer face à leur destin.

 

Un enfant me regardait plein de questions,

Qu’il posa à son père près de lui avec raison,

Son père le prit dans ses bras et lui dit tout bas,

Une réponse en me souriant qu’avec facilité je repéra.

 

Puis vint à mes côtés un vieil allemand,

Avec lequel j’ai entamé une discussion me connaissant,

Il me raconta quelques péripéties de sa vie et de ses amours,

De sa jeunesse, de son expérience, et ce sans trop de détour.

 

J’ai tiré à travers ces deux exemples, un grand enseignement.

Que la vie est ainsi faite pour tous car on agit pour son bien,

On fait tout son possible pour de meilleurs lendemains,

Assumer son passé, vivre le présent à pleines mains.

 

Sur un banc, je me suis reposé.

Avec un pur étranger j’ai pu discuter,

Par la tendresse d’un père répondant à son enfant,

C’est là que j’ai appris que nous sommes fils de Dieu assurément.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

 

 

Vie et mort

Vie et mort
Vie t mort Texte de RollandJr St-Gelais Réalisation photo par cable9tuba Source : https://www.deviantart.com/cable9tuba/art/Dead-and-Alive-827224283

Vie et mort

Vie et mort? Deux entités qui forment une seule réalité, l’existence tant de l’être humain que de la nature. Une existence qui est si chère à toutes personnes possédant un bel équilibre mental. En effet, nul ne peut envisager de mettre un terme à ses jours si ce n’est qu’à la suite de pressions douloureuses où l’issu positif pour y remédier est absent.

La vie est sacrée car elle est limitée dans le temps. Un temps défini par une volonté divine ou aléatoire par le jeu inlassable des circonstances entremêlés par le fruit de nos actions et de nos inactions? Je ne saurai pas répondre à cette question. À vrai dire, chacun d’entre nous fabrique sa propre réponse au fil de ses expériences personnelles. Qui plus est! Il est bien qu’il en soit ainsi puisqu’une expérience de vie en vaut bien une autre.

Vie et vivre incluent deux réalités toute aussi deux différentes l’un de l’autre. La vie est cette flamme, parfois faible, parfois forte, qui anime chaque être vivant alors que vivre consiste à ce que nous faisons de cette flamme. Ce qui est le cas notamment des êtres humains qui pour des raisons d’une extrême diversité opteront soit pour accomplir de grandes choses soit pour s’accommoder d’une vie somme toute bien ordinaire. Que puis-je dire des chemins qu’ils prendront au cours de leurs vies? Simplement qu’il y a là deux facteurs à retenir. En premier lieu, les hommes font leurs époques tout comme les époques font les hommes. En second lieu, les hommes ont en tout temps le libre-arbitre dans leurs actions. En résumé, la vie est ce qui se trouve au plus profond de soi alors que vivre est l’agencement de nos actions tout au long de notre vie.

Mais, que serait la vie sans la présence de sa plus fidèle compagne? Une compagne qui l’a suivi sur les routes sinueuses de l’existence. En effet, la mort confère à la vie toute son importance. Imaginer un seul instant que l’on vous annonce que vous, et vous seul, ne mourrez jamais. Certes, vous vivrez un moment d’extase devant une telle nouvelle. Mais, soyez convaincus d’une chose, ce sera d’une durée très brève.

Et pour cause puisque d’une part, les journées que vous vivrez les unes à la suite des autres perdront lentement mais sûrement de leur importance, et d’autre part, être à la l’abri de la mort ne garantit pas être exempté des fléaux qui accablent les êtres humains et ce, depuis la nuit des temps. À cela s’ajoute le fait qu’il vous faudra être suivi par les meilleurs psychologues afin de passer une bonne partie de votre vie à tenter de donner un sens valable à votre existence. Vivre éternellement a un prix bien plus élevé que l’on puisse penser. Veuillez noter que je parle ici avec un point de vue purement philosophique et non pas théologique. Ne mélangeons pas les deux.

La vie perd tout son sens sans la mort et, de manière paradoxale, cette dernière tire la sérénité des hommes en espérant qu’elle se retrouve en elle une fois le pont traversé. Il est vrai que les êtres humains sont comme les fourmis, ils ont horreur du vide. Voilà pourquoi il existe toute une série de concepts pour sécuriser la crainte face à l’inéluctable depuis que les hommes et les femmes ont découvert leur caractère temporel. Attention ! Tous les concepts ont leur importance puisqu’ils ont souvent, et le permettent encore, permis de formuler un cadre moral aux actions permettant une vie en société. Autrement dit, pour reprendre une phrase célèbre du compositeur Félix Leclerc : « La mort, c’est plein de vie dedans. »

Bref, je termine ce texte de réflexion au sein de mon blogue artistique en empruntant cet extrait de l’une des plus belles prières composée par St-François d’Assise : « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre sœur la Mort corporelle à qui nul homme vivant ne peut échapper. » Et puisque nul d’entre nous pouvons y échapper, hé bien d’ici notre heure venue vivons!

Merci de m’avoir lu

De RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Vivre les émotions

motions

Vivre les émotions Texte de RollandJr St-Gelais DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Vivre les émotions

Vivre ses émotions ! Quel grand défi pour la plupart d’entre nous. En effet, rien de plus difficile de bien vivre nos émotions. De les vivre avec authenticité et non pas de survivre et encore moins de les occulter. Vivre ce qui nous fait découvrir à la fois notre fragilité et notre force. Bref, ce qui fait de nous des êtres humains.

Trop souvent, nous ne savons guère nommer les émotions et encore plus de les manifester de manière adéquate. Un tel phénomène aurait-il pour cause une éducation basée sur la retenue de soi, une pression sociale de plus en plus axée sur la suppression de ce que ce que ressentons en soi, un confinement ordonné et encouragé par les instances gouvernementales, des rapprochements physiques impossibles entre les individus ou bien par l’omniprésence des réseaux sociaux où convergent les échanges entre les individus? Tout ceci est fort possible.

Qui plus est ! L’avènement de l’internet aussi utile que cela puisse être à bien des égards a accru de manière significative l’isolement de bon nombre d’individus. Bien entendu que je fais ici référence à un isolement physique. Or, c’est justement par et grâce à des interactions physiques que les émotions peuvent être vécues pleinement. Milles mots pourront décrire ce qu’est un sourire tout comme la plus belle des photos présenter à des milliers, voir des millions d’individus, pourra n’être qu’une simple esquisse mais un seul sourire fait dans une interrelation physique aura toujours une valeur pleinement humaine.

Et s’il y a un domaine où les émotions sont bel et bien biaisées, voir ici manipulées avec plus ou moins brio, c’est bien celui de la sexualité. Combien de fois nous retrouvons des scènes de sexe qui sont loin de refléter la réalité d’une relation basée sur l’amour entre deux individus. Un amour qui culmine vers une sexualité épanouie et satisfaisante pour les partenaires? N’oublions que l’amour qui se vit d’abord et avant tout comme une émotion laquelle a été galvaudée à maintes reprises. Tellement vulgarisée qu’il est de plus en plus ardu à la fois de le définir de manière adéquate.

La liste des émotions que l’on peut vivre en une seule journée est quasi illimitée. Comment pouvons-nous alors les vivre comme il se doit dans un monde de plus en plus fragmenté, stérilisé et cyberdépendant? N’oublions pas que le fait de détruire toutes émotions a été depuis toujours la meilleure façon de tuer l’humanité en l’Homme.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada