Archives de tags | commun des mortels

Modération

Modération
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Modération

(Inspirée par Viktoria)

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je vous parle d’un élément essentiel dans le domaine de la nudité artistique. Un élément tellement essentiel qu’à ma grande surprise on a souvent, trop souvent, tendance à oublier. Il s’agit de viser en toutes circonstances la modération lors d’une séance dans laquelle la nudité du modèle et ce, peu importe qu’il soit masculin ou féminin. Une telle séance se définit toujours en fonction de l’outil de travail utilisé que ce soit par le dessin, la peinture, la photographie ou bien la sculpture.

Bien des gens ayant des connaissances limitées, voire quasi-inexistantes, dans le domaine du nu artistique croient que plus on désire en mettre plein la vue meilleur sera le résultat final. Or, il en n’est strictement rien. Comme on juge un chef cuisinier par ses ingrédients dans l’art culinaire, comme on peut juger l’artiste par sa capacité de faire ressortir la spécificité corporelle, mais aussi à quelques occasions les états d’âme, de son modèle. Et quoi de mieux que la modération en toute chose pour en arriver?

Pour se faire, trois aspects doivent être retenus. En premier lieu, la qualité est préférable à la quantité. En effet, c’est une prérogative fondamentale pour toutes personnes soucieuses de réaliser un travail avec un sens professionnel respectable. En deuxième lieu, la simplicité dans la présentation finale incite le public visé à découvrir l’œuvre avec une rectitude souvent insoupçonnée. Et, en dernier lieu, l’inspiration du moment présent est sans contredit l’apanage de toute œuvre appréciée par le commun des mortels.

Et quand je parle de l’inspiration du moment présent, je fais référence autant à ce que les personnes présentes peuvent ressentir qu’aux moyens mise à leur disposition. À l’image d’une prière adressée à Dieu, elle a autant de valeur si elle est récitée à la basilique St-Pierre de Rome que si elle est dite dans une modeste chambre. Ici, tout ce qui compte, c’est l’authenticité des mots prononcés. Il en est ainsi d’une séance de nu artistique.

Comme une image vaut mille mots, j’ai choisi cette superbe photo réalisée par mon ami et collaborateur Othmar Bahner, alias Rick B., pour illustrer mon propos. En effet, nul a été besoin de déployer des moyens énormes pour faire ressortir à la fois le charme et la beauté du modèle. Comme quoi, la modération a souvent meilleur goût. Un goût à développer avec passion et amour.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Voilà pourquoi il faut parfois ne pas hésiter

N'hésite pas
Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Voilà pourquoi il faut parfois ne pas hésiter

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. Pour ma part, je passe un dimanche tout simplement magnifique. En effet, après avoir eu une nuit réparatrice, pris une bonne douche et m’être préparé pour un service religieux comme je le fais à chaque dimanche, un excellent déjeuner s’est offert à votre humble serviteur. Un repas que je prends à mon restaurant préféré situé à proximité de l’église de ma paroisse. C’est pour moi un rituel qui m’est précieux d’accomplir afin d’entreprendre une nouvelle semaine.

Bref, remercier Dieu pour les bienfaits passés et lui faire confiance pour ceux à venir. N’est-ce pas là la base de la foi tant chrétienne que musulmane et juive ? Une foi en un seul Dieu pour l’humanité entière ? Et, qui dit avoir la foi, dit aussi faire confiance en l’autre.

Ceci m’amène à vous parler d’un aspect qui, je crois bien, n’a pas été tellement développé au sein de mon blogue dédié à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie ainsi que, de manière occasionnelle, à mes partages sur différents sujets. Des sujets que plusieurs de mes abonnés m’incitent à développer à la suite des questions posées lors d’échange sur le réseau social Facebook. Bref, je désire développer sur la liberté du modèle dans ses choix de poses, et en particuliers là où la nudité est utilisée comme un outil de travail.

C’est un fait. La liberté du choix des poses fait partie inhérente du travail de modèle vivant. Aucun modèle est dans l’obligation d’acquiescer aux demandes de la personne en charge de la séance. Ladite personne peut être un photographe, un artiste-peintre, un sculpteur ou encore, et c’est le plus bel exemple qui me vient en tête, le responsable d’un atelier. Ces personnes peuvent suggérer, demander, proposer tel ou tel type de pose souhaitée mais elles ne peuvent en aucun temps l’exiger chez le modèle vivant. Ici, tout est une question de liberté pleine et entière.

Cependant, certains d’entre vous peuvent croire qu’une telle liberté est susceptible de restreinte l’imagination de la pose. Détrompez-vous ! En effet, une telle liberté peut inciter le modèle a réalisé une pose de son choix dépassant les attentes du responsable de la séance. Je base mes propos sur une conversation que j’ai échangée avec un photographe qui se spécialise dans le nu. En effet, j’ai désiré en savoir plus sur ce que le modèle féminin aurait peut-être ressenti en posant nue dans une pose, disons-le sans ambiguïté, plutôt « audacieuse » en tenant-compte du caractère artistique de mon blogue. Un échange qui m’a paru tellement intéressant que j’ai décidé d’en faire un sujet dans le présent article.

Sa réponse m’a beaucoup plus, et ce, pour deux raisons majeures. Et premier lieu, le modèle est sans contredit la personne la mieux placée pour y répondre. N’est-elle pas celle qui a choisi une telle position ? Et, en dernier lieu, le photographe lui avait demandé de prendre une pose mettant en valeurs la beauté de ses pieds dans leurs plus simples apparats. Il est vrai que les pieds ont été photographiés avec professionnalisme. Toutefois, et pour le commun des mortels, le regard a tendance à se porter sur une autre partie de son anatomie.

Attention ! La sobriété, la perspective et la prise d’angle dénotent une volonté d’éviter toutes formes de vulgarité chez le photographe. C’est la raison pour laquelle, et après mures réflexions, j’ai décidé d’y consacrer un article.

En résumé, la liberté peut être une source intarissable de créativité laquelle peut à son tour susciter des réactions tantôt positives, tantôt négatives, chez le public. Mais, n’est-ce pas le propre du domaine artistique ? De ne laisser qui que ce soit indifférent. Voilà pourquoi il faut parfois ne pas hésiter.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Voilà une photo qui confirme toute la sensualité du corps féminin

Voilà une photo
Photo réalisée par mon ami Joel Pèlerin

Voilà une photo qui confirme toute la sensualité du corps féminin

Mon cher ami,

C’est le cas de le dire. Voilà une photo qui confirme toute la sensualité du corps féminin. En effet, tu as su par un regard attentif à la beauté unique de la femme, une femme dans la fleur de l’âge, faire ressortir le charme des seins, des courbes, de la vulve et du pubis rasé. Il s’agit donc là d’une preuve irréfutable à la fois de ton savoir-faire et de ta passion pour ce type de photos.

Tout ceci témoigne de tes années d’expérience dans un domaine extraordinaire. Un domaine méconnu par le commun des mortels. Ce dernier préférant la vulgarité de la pornographie à la noblesse de la nudité. Une nudité voulue soit par la nature ou bien par le Créateur. Pour ma part, je dirais qu’elle est désirée tant par la nature que par le Créateur car démontre sans ambiguïté le savoir-faire de celui-ci.

Bravo mille fois pour cette magnifique photo.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Précision du 26 juillet 2019

Précision du 26 juillet
Précision du 26 juillet 2019

Précision du 26 juillet 2019

Bonjour tout le monde

J’espère que vous allez bien et que vous profitez pleinement de votre été. De mon côté, la vie est belle et douce. Une vie remplie de joie et de peine et de tout ce qui fait qu’elle soit si précieuse.

Certaines personnes ont manifesté leur désir que je rédige plus de textes de nature philosophique au sein de mes publications lesquels se retrouvent sur mon blogue artistique concernant ma passion pour la nudité artistique, la poésie et la photographie. Je peux comprendre leur désir mais je me dois de donner quelques éléments pouvant expliquer une telle rareté de textes ayant une saveur plutôt philosophique au sein de mes publications.

Tout d’abord, la poésie est pour votre humble serviteur la manière privilégiée à ses yeux pour exprimer ce que je ressens à l’égard de la beauté féminine. Une beauté qui me fascine de plus en plus au fil du temps.

Ensuite, il est loin d’être évident pour le commun des mortels dont moi le premier entre tous de trouver les bons mots pour un sujet qui plus souvent qu’autrement relèvera de son vécu et, par conséquent, de son intimité la plus profonde.

Enfin, réfléchir sur des aspects de la vie incite à une rétrospection sur soi-même. Chose qui est loin d’être évidente à accomplir. Non pas que j’en sois incapable de le faire mais plutôt que la vie est trop courte pour passer son temps à essayer de comprendre ce qui s’est passé alors qu’il y a une multitude d’activités à faire autrement mieux,qu’à ressasser le passé si ce n’est que de se positionner dans le temps présent.

Toutefois, il n’y a rien qui m’empêche de rédiger des textes à portée philosophique. Je le fais et le ferai de manière occasionnelle. Pourquoi donc! Tout simplement parce que la meilleure façon de philosopher sur la vie, c’est d’essayer de la vivre au meilleur de mes capacités.

Merci beaucoup de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Prendre pause dans la pose

33407485_10156558610128919_9043354822014664704_o

Excellent dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Prendre pause dans la pose

Une des particularités la plus appréciée du modèle nu est certainement la capacité à prendre un moment de méditation face aux gens qui l’entourent. Ces gens peuvent être peu nombreux comme ils peuvent composer une véritable foule. Cela semble être facile pour le commun des mortels, mais en réalité il s’agit là d’une qualité exceptionnelle que tout modèle nu se doit de développer au fil de son expérience.

Pour ma part, je profite du temps de pose nu pour devenir ce que je suis vraiment. En effet, le fait de poser nu sans avoir à porter ma jambe artificielle, ni mon orthèse et sans vêtements favorise mon plein épanouissement physique, psychique et spirituel.

Épanouissement physique puisque les barrières imposées par la société face à la masculinité sont mises au rencard de manière momentanée. Épanouissement psychique puisque les frontières entre la réalité et l’imagination sont levées permettant ainsi la créativité des poses réalisées devant un groupe de personnes ayant une passion commune qui est le nu artistique. Épanouissement spirituel puisque la liberté des entraves liées au port des vêtements favorise d’une manière sans équivoque le rapprochement avec l’être divin. J’attends ici par être divin l’esprit qui habite en chacun de nous et qui nous pousse vers le bien, le bon et le beau.

Cela est mon humble opinion sur le sujet. Merci de m’avoir donné la chance de m’exprimer sur un sujet qui m’intéresse au plus haut point.

RollandJr St Gelais

Matane (Québec)

Canada

Moi, normal ? Jamais !

 

Moi, normal

Moi, normal ? Jamais !

« Si être normal, c’est être comme le commun des mortels, je préfère être bizarre car au moins ça rend ma vie beaucoup plus intéressante. »

Rollandjr St Gelais de Québec

Dans l’œil d’un artiste

 

20171110_101208

Dans l’œil d’un artiste

Bonjour tout le monde,

Je désire, pour faire suite à l’article précédent, vous faire part de mon opinion sur l’importance du regard de l’artiste sur le corps du modèle nu. En effet, le regard renferme à lui seul tout un monde quasi imperceptible pour le commun des mortels. Ce dernier, et ce n’est en aucun cas un reproche, est souvent préoccupé par des idées bien différentes de celles des artistes. N’oublions pas qu’une séance de nudité artistique doit avoir lieu dans un cadre bien précis souvent loin des bruits environnants et des regards indiscrets. Ce qui implique une confiance absolue entre les participants, bien entendu. 

Personnellement, il est plutôt rare que je m’interroge sur ce que les artistes, notamment en herbes, peuvent bien percevoir ou découvrir, je reviendrai sur ces deux verbes qui ont une connotation très différente dans le nu, sur la vulnérabilité de ma nudité. D’ailleurs, à quoi pourrait bien servir de me poser de telles questions puisque, comme l’affirme si bien ce dicton, je suis responsable de ce que je présente mais vous seuls êtes responsables de ce que vous voyez. Toutefois, j’ai souvent hâte de voir les résultats finaux après que la séance soit belle et bien terminée. C’est d’ailleurs à cet instant que des photos de leurs oeuvres sont prises afin de les immortaliser au sein de ce blogue pour mon plus grand bonheur et … le vôtre. 

Comme je vous ai mentionné dans le précédent article, « l’oeuvre finale est justement ce que l’auteur voit, ressent, explore lorsqu’il pose son regard sur la nudité du modèle. En effet, un modèle peut poser pour une multitude d’artistes, que ce soit en groupe ou lors de séances privées, et aucun d’entre eux aura la même vision de la réalité.  » À cette occasion, la réalité d’un artiste peut se situer aux antipodes d’un autre lors d’une séance de nudité artistique. Force est d’admettre que votre humble serviteur est témoin de telles situations à chacune des séances où j’ai participées. J’ai décidé de vous présenter quelques-unes des réalisations artistiques faites par les étudiants et les étudiantes en arts au C.E.G.E.P. de Sept-Îles lesquelles sont accompagnées des photos prises par la professeure pendant la séance, et ce afin d’illustrer mes propos.

Pour ce qui est de la différence fondamentale entre percevoir et découvrir je résumerais ceci en cette humble idée : Je perçois les choses avec mes sens, mais je les découvre avec mon cœur. Un grand écrivain français avait écrit dans l’un de mes romans préférés pour enfant lorsque j’étais môme, que « l’essentiel est invisible pour les yeux mais qu’on ne voit bien qu’avec le cœur ». Mon Dieu qu’il avait raison.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

20171006_093409

La prière 

 

-1-

 

20170929_105809_burst01-1 (3)

La prière vue par un étudiant

 

-2-

 

20171006_100953

Une explication s’impose pour le choix d’une telle position. En effet, l’objectif de votre humble serviteur était en utilisant une telle posture, non pas de choquer d’une quelconque façon les élèves mais plutôt de leur offrir une perspective potentiellement intéressante de l’ensemble mon corps couché et en particulier l’opportunité de dessiner la différence entre ma jambe dite « normale » et ma prothèse. Bref, ce fut un genre de défi que je leur offrait de relever. Cependant …

 

-3-

 

20171006_104621

Cependant le résultat fut souvent aux antipodes de ce à quoi je m’attendais. En effet, une des élèves avait vu la vraie nature de mon physique où ma prothèse, aussi utile puisse-t-il être pour moi, est tout simplement un corps étranger. Il faut reconnaître que son regard est tout simplement des plus intéressants. On peut croire qu’elle a un bon potentiel dans ce domaine. 

 

-4-

 

20171006_091926

Votre humble s’est inspiré d’une oeuvre de Leonard Da Vinci pour réaliser une telle pose d’une durée de plus de vingt minutes. Croyez-moi sur parole ! C’est loin d’être une sinécure car les muscles du dos doivent travailler de manière continue afin de garder un certain équilibre sans oublier les jambes qui doivent en aucun cas bouger. Le maintien d’une telle position est certes un grand classique mais il est aussi le plus ardu à réaliser. (J’en sais quelque chose.)

 

-5-

 

20171006_100527_Burst01 (2)

La de la posture précédemment présentée ci-dessus a permis la réalisation de ce véritable petit chef d’oeuvre. Une réalisation qui a contribué à la composition d’un de mes plus beaux poèmes au sein de ce blogue. Un poème qui en a étonné plusieurs. Toutefois, aurais-je été en mesure de le composer n’eut été un tel dessin comme source d’inspiration ? Permettez-moi d’en douter. 

 

-6-

 

20171006_100452

Un modèle nu ? Un regard différent ! J’espère pouvoir travailler avec elle dans un avenir plus ou moins rapproché. Qui sait ce que l’avenir nous réserve ? Bravo !(Une artiste en herbe au talent indéniable)

 

-7-

L’art de se dévêtir…

L’art de se dévêtir…

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous avez passé une semaine agréable. De mon côté, tout a été à merveille même si un petit problème de santé s’est pointé le nez en milieu de semaine. Rien de grave ! Soyez-en convaincus !

20171002_1043202 (2)Sous un autre ordre de sujets, j’ai eu l’idée de vous présenter une vidéo d’une magnifique modèle nue qui démontre à la perfection que l’art de se dévêtir est bel et bien un art à proprement parler. Vous comprendrez très certainement que jamais je n’ai eu à pratiquer un tel art à l’occasion de mes séances de nudité artistique. Et pour trois raisons qui me paraissent être évidentes. Primo, cela ne se fait tout simplement pas dans un tel contexte. Secundo, je me vois mal d’agir de la sorte en toute début de séance surtout en tenant compte de mes limites physiques. Et tertio, je n’ose pas une seule seconde penser à la réaction des personnes présentes en salle si cela arriverait. Bon ! Blague à part, force est d’admettre que cet art est loin d’être pour le commun des mortels.

En effet, il est impératif de bien connaître les forces et les faiblesses de son corps afin de réussir un art avec un doigté professionnel. Et, si je peux me permettre une telle comparaison, cela ressemble à une recette de haute gastronomie où la moindre petite faille, le plus petit oubli ou encore un soupçon de trop d’un quelconque élément de base peut faire gâcher un plat de grande renommée. Comme quoi, l’art existe sous bien des formes.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’homme libre

new-image54

L’homme libre

Bonjour tout le monde,

J’ai eu la chance voilà maintenant quelques semaines de poser nu pour une artiste-peintre de la ville de Québec. Une artiste-peintre fort sympathique et qui possède beaucoup de talent dans son domaine de prédilection. Nous avons travaillé ensemble un certain dimanche en après-midi alors que le soleil automnal brillait de tous ses feux et que les couleurs des feuillages s’annoncèrent de façon bien modeste aux yeux du commun des mortels. Nous avons convenu de travailler sur deux positions totalement opposées, c’est-à-dire l’une debout et l’autre couché. Rien ne cacher, mais rien n’exhiber! Explorer chacune des facettes de ce corps, de mon corps, comme un trésor à découvrir par les yeux de l’artiste-peintre! Et, finalement, vivre l’instant présent comme si nous fêtions la nouvelle saison. Voilà les trois leitmotiv qui fondèrent le déroulement de notre séance, avouons-le d’emblée, haut en couleurs.

Cette peinture reflète à la perfection ce que je suis au plus profond de moi: L’homme libre! Libre de croire, libre d’exprimer ou non ses opinions politiques, libre de se réaliser pleinement dans ce qui me plaît, libre d’aimer ou de rester indifférent, libre dans sa liberté. Oui, je suis libre de croire en un Dieu, de croire en une idéologie plus qu’une autre, de croire que tout ce que je vois dans les médias de masse doit être prise avec un grand recul afin de pouvoir jouir d’un esprit critique face à tout ce qui m’entoure. Oui, je suis libre de croire en l’homme et, corollairement en la femme. Je suis libre de croire qu’ils sont égaux en droit, en devoir et en dignité humaine. Par conséquent, rien au monde ne peut leur enlever ce fondement que je qualifierais de sacré.

Oui, je suis libre d’adhérer à une idéologie qui convient à mes valeurs et à ma façon d’être sans pour cela renier le droit commun en vigueur dans la société à laquelle je vis. D’ailleurs, c’est cette même société qui me donne cette latitude au sein de ma liberté. Souvenons-nous que notre liberté s’arrête-là où celle de l’autre commence. Par conséquent, nul ne peut me forcer de raconter pour qui je désire voter tout comme il ne peut m’interdire de le faire. Cette liberté est la pierre angulaire de la démocratie.

Oui, je suis libre de ne pas adhérer à tout ce que les médias de masse rapportent et même de chercher de l’information par mes propres moyens. La connaissance et la capacité de varier les sources d’informations sont des polarisateurs de la recherche de la vérité. De sa vérité! Connaître, savoir, analyser et tenir sa propre conclusion est gage de sa propre émancipation face aux coups du destin.

Oui, je suis libre de croire en l’homme et en la femme. Ils sont égaux en tous points. Ils sont mes frères et sœurs dans l’humanité ayant les mêmes espoirs, les mêmes craintes, les mêmes doutes, les mêmes besoins et les mêmes questions dont les réponses sont presque à l’infinie. Chaque homme et chaque femme ressente ce besoin d’aimer et d’être aimé. Et, savez-vous quoi?, je ne fais pas exception à la règle.

Je crois, en terminant cet article, au sacré inhérent au plus profond de soi. En effet, il y a une part fondamentale de divinité en chacun d’entre nous. Cependant, il m’apparait intéressant de reprendre les propos de l’artiste-peintre sur sa vision de la divinité. Question de lui rendre hommage!

Bref selon Ma.-J. : «… la divinité est universelle. Tout et rien lui appartient. Elle donne et elle reprend en pesant la justice divine. Elle fais des procès en silence, elle éclaire par sa lumière, elle libère la prison de l’ego. De plus, elle ouvre et tend la main, elle dépossède celui qui a pris le mauvais chemin. Elle replace l’ordre d’après la roue avec sa moue. C’est si simple! Mais, voyez-vous?, il faut un peu d’expériences pour savoir ce que l’on dit.» Voilà bien une noble vérité…. la vraie liberté ne peut s’acquérir que par l’expérience de la vie.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Enregistrer

Respecter en tout temps le modèle

clip_image002

Respecter en tout temps le modèle

Bonjour tout le monde,

Je désire aujourd’hui vous parler d’un sujet qui, à moins que je me trompe, n’a pas encore été abordé dans mon blogue artistique. Un sujet qui mérite pourtant une place de la plus haute importance dans le domaine de la nudité artistique[i]. Voilà pourquoi la problématique du respect de la part de l’artiste à l’égard de son modèle, tant masculin que féminin, sera ici développée sur trois critères précis. Le premier critère se rapporte à ce que l’on est en droit de s’attendre de la part du modèle à l’occasion d’une séance de nudité qu’elle soit ou non privée ou en groupe. Le deuxième critère concerne le lien professionnel entre l’artiste et son modèle. Ici, il sera davantage question de la préparation de part et d’autre afin de rendre ladite séance la plus riche qui soit non seulement en terme strictement artistique mais aussi au plan humain. Enfin, le dernier critère regarde ce dicton selon lequel « … le corps appartient à celui qui regarde. » Je donnerai mon point-de-vue sur le sujet à partir de mon expérimentation personnelle vécue depuis les cinq dernières années. Des années merveilleuses!

Her name is LORA.Revenons-en au premier critère de mon exposé en nous interrogeant sur ce que l’on est en droit de s’attendre de la part du modèle pour la réalisation d’une séance de nudité artistique. Autrement dit, que veut-on réellement de sa part? Selon mon expérience, et je n’éprouve aucune honte à l’avouer, si j’ai tout donné à chacune de mes séances c’est pour la simple raison que j’acceptais de jouer le jeu et de le jouer jusqu’au bout. À quoi bon de vouloir poser nu si c’est pour jouer à la vierge offensée ou bien à faire un travail à moitié? J’ai dit « oui » à chacune de mes prestations tant avec mon corps qu’avec mon esprit. Ce qui fait que chacune de mes poses a été choisie avec un soin méticuleux en y cherchant à présenter chaque partie de mon anatomie pour en faire un tout harmonieux. Une telle harmonie a été, en maintes occasions, fort appréciée par tous les artistes avec qui j’ai eu la chance de travailler.[ii]

Je ne le dirais jamais assez : Je montre tout, mais je n’exhibe rien lors des séances de nudité artistique tout en assumant pleinement ma masculinité. Masculinité, humanité et passion de vivre! Quelles sont mes modalités en tant que modèle nu. C’est à se souvenir maintenant et pour toujours.

Le deuxième critère qui concerne le lien professionnel entre l’artiste et son modèle est fort approprié puisqu’il semble exister une certaine confusion au sein de la société. Ladite confusion peut prendre sa source d’une part, par l’influence hautement négative de la pornographie et, d’autre part, par un puritanisme malsain hérité d’une moralité plus soucieuse de critiquer que d’édifier le travail d’autrui. Reliquat d’une époque où la religiosité maladive a freiné de manière très déplorable la créativité artistique de plusieurs personnes qui auraient pu léguer aux générations suivantes des œuvres d’arts remarquables n’eut été cette triste situation.[iii]

Il va de soi qu’une bonne entente doit d’avoir lieu tant avant que pendant les séances de nudité artistique. Le modèle a le droit de savoir ce que l’artiste recherche tout comme ce dernier a l’obligation morale de lui expliquer sa vision des choses. Une entière confiance doit exister tant au niveau des poses demandées que celles offertes, ou du moins capables d’être réalisées par le modèle nu que ce que l’artiste désire accomplir dans son optique de travail. Attention! Aucune gêne ne doit être manifestée de part et d’autre tant dans ce que l’on veut offrir que ce que l’on désire obtenir. Inutile de faire l’autruche!

Je me souviens, à titre d’exemple, qu’à l’occasion de ma prestation qui a eu lieu à l’école des arts visuels deWP_20150307_003 l’université Laval, communément appelée « La Fabrique », que dès les premières minutes où je me plaçais en plein milieu de la pièce où se trouvèrent les étudiants en arts, je leur ai bel et bien recommandé de me faire entièrement confiance et de me laisser-faire dans mes choix de poses nues. Faire confiance et liberté de mouvements, voilà donc les pièces-maitresses de l’échiquier!

Un élément à ne jamais oublier! L’artiste ne doit en aucun temps toucher le modèle nu si ce n’est qu’avec ses yeux. Les yeux deviennent à eux seuls les mains de l’âme qui tâtonnent ce corps qui se dévoile sans pression et en pleine connaissance de cause. Toutefois, il m’est déjà arrivé en une occasion bien précise où une des artistes avec qui j’ai eu l’opportunité de poser nu a pu toucher la peau de votre humble serviteur en une seule occasion. Savez-vous pourquoi? C’est simplement qu’elle trouvait ma peau étonnamment douce pour un homme de mon âge.

Un dernier élément, si je puis me le permettre, est d’accepter que le modèle nu masculin soit pleinement homme ayant sa virilité. Ce n’est pas un eunuque qui participe aux séances mais un être normalement constitué. Oui, une érection peut être possible sans être volontaire. Ainsi va la vie! Là encore, une entente claire entre les participants diminue les mésententes possibles.

« Le corps appartient à celui qui regarde. » Est-ce un simple dicton ou y retrouve-t-on une quelconque vérité? Je réponds à cela qu’il y a bien évidemment une grande vérité. En effet, le corps appartient à l’artiste dès l’instant où son modèle prend LA pose. Il scrute ce corps, le décortique, l’analyse, le pèse et le soupèse et va jusqu’à tenter d’extirper ce petit quelque chose non perceptible chez le commun des mortels. Il devient le Père créateur de ce modèle lequel naitra sous une nouvelle forme grâce aux coups de crayons, de pinceaux ou de tout autre instrument de travail utilisé par l’artiste. Bref, celui lui donnera une naissance à la fois nouvelle et inusitée.

Je dois avouer que j’ai un malin plaisir à essayer de deviner quel sera le résultat obtenu sur le papier ou sur la tableau ou tout autre support de l’artiste. Comment me voit-il? Comment perçoit-il chaque partie de mon corps? Mes yeux? Mon visage? Mon torse? Mon ventre? Mon phallus? Mes jambes? Mes fesses? Et tout le reste? Cela pourra certes vous étonner si je vous disais que les résultats m’ont souvent surpris, ébahi, émerveillé en certains occasions, voir stupéfaits tellement ils ont réussi à me faire vibrer. Toutefois, aucun résultat ne m’a jusqu’à ce jour ni choqué, ni blessé. Oh que non!

En résumé, posez-vous ces questions : Êtes-vous tellement à l’aise avec votre corps que vous accepteriez d’être touché(e) par des yeux non seulement d’une seule personne mais par un groupe composé de cinq, dix, vingt, trente et parfois plus? Accepteriez-vous d’être découvert(e) autrement par l’image que vous vous faites de vous-mêmes? Êtes-vous aptes à définir clairement vos balises et limites de travail? Et, la plus importante, êtes bien avec vous-mêmes?[iv] Si vous avez répondu positivement à toutes ces questions, vous avez un potentiel intéressant pour devenir un modèle nu.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada


[i] Selon moi, le respect doit exister de tout temps entre non seulement dans le domaine de la nudité artistique mais à priori dans chacun des rapports entre deux êtres humains. C’est d’ailleurs, un tel comportement que l’ensemble des personnes doivent accepter d’adopter si elles désirent vivre en société. Il y en va de la dignité de la société elle-même.

[ii] Je le dis en toute humilité tout de même.

[iii] Malheureusement, on ne peut pas refaire l’histoire. On peut tout de même en tirer des leçons.

[iv] Il s’agit de questions élaborées suite à mon expérience personnelle, sans plus.