Archive | octobre 2014

Qu’est-ce que j’adore le plus dans mes expériences de poses nues avec des artistes?

Qu’est-ce que j’adore le plus dans mes expériences de poses nues avec des artistes?

Personnellement, ce que j’adore le plus dans mes expériences de poses nues avec des artistes, c’est la possibilité de créer un lien intime avec eux. Je veux dire d’être entièrement vrai tant envers eux et envers elles que je peux l’être envers moi-même. Il va de soi que la nudité vécue de manière saine implique une certaine intimité sans pour autant verser dans une sensualité tous azimuts.

En effet, la nudité fait partie intégrante du modèle nu(e) car c’est cette nudité qui rend le rapport artistique authentique. Qui plus est! La séduction, sans pour autant verser dans un érotisme absolu, peut exercer une influence plus que positive dans la réalisation de l’œuvre réalisée par les artistes concernés-es. La scène de la pose nue dans le célèbre film Titanic est un parfait exemple de l’importance de la séduction artiste versus modèle. Une autre opinion de ma part concerne la neutralité des rapports artistes versus modèles nus. À vrai dire, cela ne peut en aucun cas exister pour la raison qu’il s’agit de deux êtres humains ayant leurs propres vécus et qui souhaitent donner le meilleur de soi à l’autre.

Croyez-moi! J’en parle par expérience. En effet, j‘ai déjà posé pour une séance de nudité qualifiée de plus « érotique ». Là encore, une certaine limite devait être établie entre les membres de l’équipe pour qui je posais et moi-même. Bref, poser nu implique une harmonisation dans les rapports entre le modèle nu et les artistes. Si cela s’avère être impossible pour une raison quelconque, il vaudrait mieux dessiner une… pomme.

Autrement dit, un modèle vivant (nu) est un être humain en part entière qui doit composer avec un background bien à lui tout comme un artiste peut l’être de son côté.

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Être un chef d’œuvre imparfait

chef-d'oeuvre imparfait

Être un chef d’œuvre imparfait

Rolland St-Gelais a 52 ans et est modèle vivant. Il pose nu pour de grandes galeries d’art et des écoles de dessin. Son corps est une œuvre d’art, qui de par son originalité, fascine et intrigue.

Rolland St-Gelais est né en 1962. Il fut l’une des victimes du médicament Thalidomide, un médicament que l’on donnait contre les nausées des femmes enceintes, mais qui traversait la barrière placentaire. «Il me manquait à la naissance la langue, les deux mains, l’avant-jambe gauche et une bonne proportion de mon pied droit sans oublier l’absence de mon menton. La thalidomide avait fait un véritable chef-d’œuvre», indique-t-il dans un article. On ne lui prédisait pas d’avenir à sa naissance, pourtant apparaît une personne fière d’elle et de ce qu’elle est devenue, sans fausse pudeur.

Comment Rolland est-il devenu modèle nu avec un corps qui ne correspond pas aux critères habituels de la beauté? D’abord, il est passionné par la nudité artistique. «J’ai effectué un travail sur l’eugénisme, en théologie», raconte l’homme qui détient quatre baccalauréats dans des domaines variés. L’eugénisme est un ensemble de pratiques et méthodes visant à intervenir sur un patrimoine génétique, comme une recherche de l’enfant parfait. «Le domaine artistique a collaboré à l’eugénisme à l’époque, il fallait promouvoir la perfection physique et la race aryenne», maintient-il. De là lui est venue l’idée de promouvoir un corps imparfait.

Il y a cinq ans, Rolland a donné son nom à une école de dessin. Marie-Pier Auger, une cinéaste l’a aidé dans sa démarche pour approcher les écoles d’art.

«Pour être modèle nu, il faut une acceptation du corps à 100%. Malheureusement, l’image de la nudité artistique est trop souvent rattachée à la pornographie», déplore l’homme, fier de sa masculinité. Avant de commencer sa carrière de modèle vivant, seuls les médecins et les avocats s’étaient intéressés à son corps. Il a souhaité alors être autre chose «qu’une catastrophe qu’on doit réparer». Ce qu’il aime de son travail? «C’est l’authenticité. En tant que modèle nu, je ne peux pas mentir. Je suis ce que je suis», explique M. St-Gelais.

Le modèle déplore qu’on juge par l’habit, et donc par l’apparence. Rolland St-Gelais définit sa tâche ainsi: «Je ne cache rien, mais je n’exhibe rien non plus», soutient-il. «J’ai une anatomie comme une autre, et quand je pose nu, je suis égal à ceux et celles qui me regardent», explique-t-il.

Rolland St-Gelais a plusieurs poses qu’il affectionne, notamment celle intitulée Regard de tendresse. Le cinquantenaire veut laisser transparaître le bonheur avec sa nudité.

C’est un homme qui se dit lui-même comme heureux de vivre et comblé par la vie. Il écrit, à la main et à l’ordinateur et est totalement fonctionnel. Malgré les préjugés envers les personnes handicapées, il prouve qu’on peut être différent, et heureux, et surtout que les personnes différentes n’ont pas à se cacher.

Par Perrine Gruson

Source : http://www.lequebecexpress.com/

C’est de l’art que je fais et je le fais consciencieusement.

C’est de l’art que je fais et je le fais consciencieusement.

Bonjour mes amis et amies,

J’espère de tout mon cœur que vous allez bien et que vous profitez de ce bel automne rempli de couleurs mirifiques. Pour ma part, la vie est belle et je rends grâce au ciel qu’il en soit ainsi pour moi. Oui, merci mon Dieu pour ta grande générosité.

Si je vous écris ces quelques mots, c’est pour vous expliquer, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, que je tente par tous les moyens mis à ma disposition de ne jamais parler de la tragédie de la Thalidomide dans ce blogue lequel est dédié à mon amour pour le domaine artistique et à ma passion en tant que modèle nu. Voyez-vous? Les médias ont fait leurs choux gras avec ledit sujet durant une bonne partie de ma vie tellement que j’en ai développé un ras-le-bol chronique.

Par contre, il est vrai que la nudité artistique est devenue pour moi une véritable passion. En effet, une telle passion me permet de faire découvrir mon corps aux artistes potentiellement intéressés par un véritable chef-d’œuvre vu les caractéristiques particulières qui rendent celui-ci si unique.  De plus, mon aisance à réaliser certains mouvements avec une grâce insoupçonnée semble être appréciée par les artistes devant qui j’ai eu la chance de poser nu jusqu’à maintenant. D’ailleurs, je le dis à titre informatif, une artiste rencontrée le week-end dernier lors d’un atelier de groupe m’avait affirmé que je lui faisais penser à un danseur classique tellement mes gestes étaient à la fois légers, précis et délicats. D’ailleurs, mon objectif en chacune de mes prestations est simple: démontrer la sérénité, la joie de vivre et une totale harmonie dans chacune de mes poses tout en évitant bien entendu toute forme d’obscénité. C’est de l’art que je fais et je le fais consciencieusement.

Malheureusement, mon cheminement dans le domaine de la nudité artistique prouve de manière sans équivoque la véracité du dicton voulant que… « nul n’est prophète en son pays ». Ce qui est bien vrai puisque pour la toute première fois une journaliste de la grande région de Québec est venue m’interviewer afin de réaliser un reportage sur mon expérience en tant que modèle nu avec une situation physique disons-le franchement plutôt «atypique». Un tel article a déjà été réalisé par un magazine … européen.

Mon interview a eu lieu ce mardi 28 octobre en ma modeste demeure ici même à Québec. J’en ai bien entendu profité pour lui expliquer, il va sans dire du mieux que je peux, ce qui m’a amené à poser nu pour des artistes qui œuvrent dans des champs d’arts visuels des plus variés tels que l’underground, l’érotisme et la photographie sans oublier les poses qualifiées davantage classiques.

Au plan plus personnel, je lui ai avouée que je m’intéresse tout de même à d’autres sujets que la nudité artistique. Par exemple j’aime beaucoup le hockey, le cinéma et la lecture ainsi que l’actualité sans oublier la musique. De plus, ma passion pour la beauté féminine est reconnue par l’ensemble de mes amis et connaissances. Je n’ai point de honte à l’admettre. Un point, c’est tout. Oui, je suis célibataire. Ce qui ne m’empêche guère à m’épanouir au plan humain. Loin de là! La porte reste tout de même ouverte mais pas pour n’importe qui.

Enfin, il est à noter que ma formation universitaire dans plus de quatre champs d’études m’a été fort utile pour développer une capacité d’analyse sur les sujets d’actualité. À titre informatif, mes baccalauréats sont respectivement en histoire, en science politique, en communication publique et en théologie.

En résumé, ma vie me comble de ses bienfaits et je lui en suis reconnaissant.

Merci de m’avoir lu!

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Regard de tendresse

Un regard de tendresse

La pièce-maitresse réalisée par votre humble serviteur à la galerie d’art contemporain du Belgo:

Regard de tendresse

Un regard de tendresse

Photo: Sophie D.

Un regard de tendresse

Dessin: Colette Coughlin

Merci à une amie!

Merci à une amie!

Bien le bonjour tout le monde,

Je vous présente un montage vidéo réalisé à partir de quelques-unes des photographies que ma bonne amie Sophie D. a prises au cours de la séance de nudité artistique du 19 octobre 2014 à la galerie d’art contemporain Du Belgo de Montréal.

Je suis assez fier de la qualité de ma vidéo et très reconnaissant pour l’aide apportée par Sophie D.

D’ailleurs, je lui dédie cet article en guise de remerciement.

Artistiquement vôtre

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada