Archive | octobre 2014

Qu’est-ce que j’adore le plus dans mes expériences de poses nues avec des artistes?

Qu’est-ce que j’adore le plus dans mes expériences de poses nues avec des artistes?

Personnellement, ce que j’adore le plus dans mes expériences de poses nues avec des artistes, c’est la possibilité de créer un lien intime avec eux. Je veux dire d’être entièrement vrai tant envers eux et envers elles que je peux l’être envers moi-même. Il va de soi que la nudité vécue de manière saine implique une certaine intimité sans pour autant verser dans une sensualité tous azimuts.

En effet, la nudité fait partie intégrante du modèle nu(e) car c’est cette nudité qui rend le rapport artistique authentique. Qui plus est! La séduction, sans pour autant verser dans un érotisme absolu, peut exercer une influence plus que positive dans la réalisation de l’œuvre réalisée par les artistes concernés-es. La scène de la pose nue dans le célèbre film Titanic est un parfait exemple de l’importance de la séduction artiste versus modèle. Une autre opinion de ma part concerne la neutralité des rapports artistes versus modèles nus. À vrai dire, cela ne peut en aucun cas exister pour la raison qu’il s’agit de deux êtres humains ayant leurs propres vécus et qui souhaitent donner le meilleur de soi à l’autre.

Croyez-moi! J’en parle par expérience. En effet, j‘ai déjà posé pour une séance de nudité qualifiée de plus « érotique ». Là encore, une certaine limite devait être établie entre les membres de l’équipe pour qui je posais et moi-même. Bref, poser nu implique une harmonisation dans les rapports entre le modèle nu et les artistes. Si cela s’avère être impossible pour une raison quelconque, il vaudrait mieux dessiner une… pomme.

Autrement dit, un modèle vivant (nu) est un être humain en part entière qui doit composer avec un background bien à lui tout comme un artiste peut l’être de son côté.

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Être un chef d’œuvre imparfait

chef-d'oeuvre imparfait

Être un chef d’œuvre imparfait

Rolland St-Gelais a 52 ans et est modèle vivant. Il pose nu pour de grandes galeries d’art et des écoles de dessin. Son corps est une œuvre d’art, qui de par son originalité, fascine et intrigue.

Rolland St-Gelais est né en 1962. Il fut l’une des victimes du médicament Thalidomide, un médicament que l’on donnait contre les nausées des femmes enceintes, mais qui traversait la barrière placentaire. «Il me manquait à la naissance la langue, les deux mains, l’avant-jambe gauche et une bonne proportion de mon pied droit sans oublier l’absence de mon menton. La thalidomide avait fait un véritable chef-d’œuvre», indique-t-il dans un article. On ne lui prédisait pas d’avenir à sa naissance, pourtant apparaît une personne fière d’elle et de ce qu’elle est devenue, sans fausse pudeur.

Comment Rolland est-il devenu modèle nu avec un corps qui ne correspond pas aux critères habituels de la beauté? D’abord, il est passionné par la nudité artistique. «J’ai effectué un travail sur l’eugénisme, en théologie», raconte l’homme qui détient quatre baccalauréats dans des domaines variés. L’eugénisme est un ensemble de pratiques et méthodes visant à intervenir sur un patrimoine génétique, comme une recherche de l’enfant parfait. «Le domaine artistique a collaboré à l’eugénisme à l’époque, il fallait promouvoir la perfection physique et la race aryenne», maintient-il. De là lui est venue l’idée de promouvoir un corps imparfait.

Il y a cinq ans, Rolland a donné son nom à une école de dessin. Marie-Pier Auger, une cinéaste l’a aidé dans sa démarche pour approcher les écoles d’art.

«Pour être modèle nu, il faut une acceptation du corps à 100%. Malheureusement, l’image de la nudité artistique est trop souvent rattachée à la pornographie», déplore l’homme, fier de sa masculinité. Avant de commencer sa carrière de modèle vivant, seuls les médecins et les avocats s’étaient intéressés à son corps. Il a souhaité alors être autre chose «qu’une catastrophe qu’on doit réparer». Ce qu’il aime de son travail? «C’est l’authenticité. En tant que modèle nu, je ne peux pas mentir. Je suis ce que je suis», explique M. St-Gelais.

Le modèle déplore qu’on juge par l’habit, et donc par l’apparence. Rolland St-Gelais définit sa tâche ainsi: «Je ne cache rien, mais je n’exhibe rien non plus», soutient-il. «J’ai une anatomie comme une autre, et quand je pose nu, je suis égal à ceux et celles qui me regardent», explique-t-il.

Rolland St-Gelais a plusieurs poses qu’il affectionne, notamment celle intitulée Regard de tendresse. Le cinquantenaire veut laisser transparaître le bonheur avec sa nudité.

C’est un homme qui se dit lui-même comme heureux de vivre et comblé par la vie. Il écrit, à la main et à l’ordinateur et est totalement fonctionnel. Malgré les préjugés envers les personnes handicapées, il prouve qu’on peut être différent, et heureux, et surtout que les personnes différentes n’ont pas à se cacher.

Par Perrine Gruson

Source : http://www.lequebecexpress.com/

C’est de l’art que je fais et je le fais consciencieusement.

C’est de l’art que je fais et je le fais consciencieusement.

Bonjour mes amis et amies,

J’espère de tout mon cœur que vous allez bien et que vous profitez de ce bel automne rempli de couleurs mirifiques. Pour ma part, la vie est belle et je rends grâce au ciel qu’il en soit ainsi pour moi. Oui, merci mon Dieu pour ta grande générosité.

Si je vous écris ces quelques mots, c’est pour vous expliquer, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, que je tente par tous les moyens mis à ma disposition de ne jamais parler de la tragédie de la Thalidomide dans ce blogue lequel est dédié à mon amour pour le domaine artistique et à ma passion en tant que modèle nu. Voyez-vous? Les médias ont fait leurs choux gras avec ledit sujet durant une bonne partie de ma vie tellement que j’en ai développé un ras-le-bol chronique.

Par contre, il est vrai que la nudité artistique est devenue pour moi une véritable passion. En effet, une telle passion me permet de faire découvrir mon corps aux artistes potentiellement intéressés par un véritable chef-d’œuvre vu les caractéristiques particulières qui rendent celui-ci si unique.  De plus, mon aisance à réaliser certains mouvements avec une grâce insoupçonnée semble être appréciée par les artistes devant qui j’ai eu la chance de poser nu jusqu’à maintenant. D’ailleurs, je le dis à titre informatif, une artiste rencontrée le week-end dernier lors d’un atelier de groupe m’avait affirmé que je lui faisais penser à un danseur classique tellement mes gestes étaient à la fois légers, précis et délicats. D’ailleurs, mon objectif en chacune de mes prestations est simple: démontrer la sérénité, la joie de vivre et une totale harmonie dans chacune de mes poses tout en évitant bien entendu toute forme d’obscénité. C’est de l’art que je fais et je le fais consciencieusement.

Malheureusement, mon cheminement dans le domaine de la nudité artistique prouve de manière sans équivoque la véracité du dicton voulant que… « nul n’est prophète en son pays ». Ce qui est bien vrai puisque pour la toute première fois une journaliste de la grande région de Québec est venue m’interviewer afin de réaliser un reportage sur mon expérience en tant que modèle nu avec une situation physique disons-le franchement plutôt «atypique». Un tel article a déjà été réalisé par un magazine … européen.

Mon interview a eu lieu ce mardi 28 octobre en ma modeste demeure ici même à Québec. J’en ai bien entendu profité pour lui expliquer, il va sans dire du mieux que je peux, ce qui m’a amené à poser nu pour des artistes qui œuvrent dans des champs d’arts visuels des plus variés tels que l’underground, l’érotisme et la photographie sans oublier les poses qualifiées davantage classiques.

Au plan plus personnel, je lui ai avouée que je m’intéresse tout de même à d’autres sujets que la nudité artistique. Par exemple j’aime beaucoup le hockey, le cinéma et la lecture ainsi que l’actualité sans oublier la musique. De plus, ma passion pour la beauté féminine est reconnue par l’ensemble de mes amis et connaissances. Je n’ai point de honte à l’admettre. Un point, c’est tout. Oui, je suis célibataire. Ce qui ne m’empêche guère à m’épanouir au plan humain. Loin de là! La porte reste tout de même ouverte mais pas pour n’importe qui.

Enfin, il est à noter que ma formation universitaire dans plus de quatre champs d’études m’a été fort utile pour développer une capacité d’analyse sur les sujets d’actualité. À titre informatif, mes baccalauréats sont respectivement en histoire, en science politique, en communication publique et en théologie.

En résumé, ma vie me comble de ses bienfaits et je lui en suis reconnaissant.

Merci de m’avoir lu!

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Regard de tendresse

Un regard de tendresse

La pièce-maitresse réalisée par votre humble serviteur à la galerie d’art contemporain du Belgo:

Regard de tendresse

Un regard de tendresse

Photo: Sophie D.

Un regard de tendresse

Dessin: Colette Coughlin

Merci à une amie!

Merci à une amie!

Bien le bonjour tout le monde,

Je vous présente un montage vidéo réalisé à partir de quelques-unes des photographies que ma bonne amie Sophie D. a prises au cours de la séance de nudité artistique du 19 octobre 2014 à la galerie d’art contemporain Du Belgo de Montréal.

Je suis assez fier de la qualité de ma vidéo et très reconnaissant pour l’aide apportée par Sophie D.

D’ailleurs, je lui dédie cet article en guise de remerciement.

Artistiquement vôtre

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Vivez vos rêves

Regard de tendresse
Pose artistique: «Regard de tendresse»

Vivez vos rêves

Bonjour,

Savez-vous quoi? J’assume totalement tout ce que j’ai vécu en tant que modèle nu. Depuis environ cinq ans, j’ai posé nu pour des artistes œuvrant dans des domaines variés tels que la peinture, la photographie de type underground, l’érotisme et même la participation pour un groupe formidable.

Je ne regrette strictement rien de ce que j’ai fait et je le referais n’importe quand à la condition que le respect soit de mise entre les personnes concernées.

Mon expérience m’a permis de faire la connaissance de gens extraordinaires et passionnés par leurs domaines. Qui plus est! Cela leur a permis de découvrir un modèle vivant avec un corps certes non conforme aux critères de perfection véhiculée au sein de la société. Et pourtant, ledit modèle est heureux et désire partager son bonheur d’une manière que je qualifierais d’inusité.

Si un jour, on me demande si je regrette d’avoir posé nu en tant que modèle, je répondrai avec un non catégorique. La raison est simple: J’ai décidé de vivre ma vie avant de trépasser.

P.S. Cette mise-au-point fait suite au congédiement de la professeure par le collège Jean-de-Brébeuf de Montréal pour la raison qu’elle avait posé nu dans quelques films érotiques voilà plus de 40 ans. Quelle aberration!

Merci de m’avoir lu!

Position artistique? Zen

Position artistique? Zen

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Séance de nudité artistique à la galerie d’art contemporain Le Belgo de Montréal

 

Séance de nudité artistique à la galerie d’art contemporain Le Belgo de Montréal

Contraposto

Contraposto

Bien le bonjour tout le monde, 

J’espère que vous allez bien. Pour ma part, j’ai l’impression de flotter sur un nuage tellement mon expérience vécue à Montréal a été extraordinaire. Ce fut un week-end que je vais me rappeler toute ma vie tellement la cordialité, le respect et l’authenticité ont été présents chez les artistes que j’ai eu la chance de rencontrer au cours de cette séance artistique. 

En effet, je suis allé dans la métropole du Québec afin de pouvoir réaliser un autre de mes nombreux projets qui me tiennent à cœur: Poser nu en tant que modèle pour un groupe d’artistes. À cela, il y a aussi la possibilité qui m’a été offerte de vivre en quelque sorte un retour sur  certaines pages de mon passé puisque Montréal est la ville où j’y ai vécu des événements propres à mon enfance et à mon adolescence. Vous vous doutez certainement que j’ai passé une bonne partie de ma vie dans cette ville afin d’y subir de nombreuses opérations chirurgicales mais aussi de porter les premières prothèses conçues pour les enfants dits « les victimes de la Thalidomide ». Néanmoins, c’est l’opportunité de retourner dans cette ville pour y présenter l’homme que je suis  aujourd’hui: pleinement heureux et fier d’être ce qu’il est devenu, était à ne pas laisser passer sous aucun prétexte. Oui, je peux être fier de mon parcours de vie et de mon corps ainsi que de ma nudité. Une nudité saine et équilibrée, bien entendu! 

L'homme

L’homme

Puisque j’adore mon corps plus que tout, j’ai décidé de le gâter en passant la nuit dans un hôtel quatre étoiles en plein centre-ville de Montréal et ce, à quelques minutes de la galerie d’art contemporain où j’allais vivre une expérience sensationnelle. Toutefois, mon séjour a été magnifique grâce notamment à la présence d’une dame avec un cœur en or: Sophie D. Cette charmante dame a été d’une aide précieuse pour le bon déroulement de la séance de nudité artistique. D’ailleurs , il est à noter que toutes les photos et la vidéo qui sont actuellement publiées dans cet article ont été rendues possibles grâce à son savoir-faire. Je lui voues un grand respect et je la remercie chaleureusement pour sa présence.

La séance de nudité artistique a eu lieu la galerie d’art contemporain Le Belgo située sur la rue Ste-Catherine de Montréal, plus précisément dans un local réservé pour la pratique de la danse. On pouvait y retrouver des chaises, un grand miroir lequel est utile pour dessiner le dos du modèle nu, une fenêtre immense où la lumière tamisée du soleil automnal inondait de ses caresses le corps nu de votre humble serviteur et, il va de soi, un lieu intime réservé pour le déshabillement. La pudeur est à la base même de la nudité artistique. Ne l’oublions pas!

Introspection

Introspection

Après avoir enlevé mes vêtements et mes prothèses, avec l’aide de Sophie D., et avoir enfilé ma robe de chambre, je me suis dirigé vers le lieu où j’allais offrir mon corps à ses yeux qui voulaient découvrir une humanité à la fois différente et semblable à la leur. Différente aux premiers coups d’œil mais semblable face à sa soif de vivre, d’aimer et d’être aimé.

J’ai profité de cet instant précis pour me présenter en faisant un bref survol de mon parcours de vie et pour expliquer les raisons qui m’ont amené à être modèle nu. À vrai dire, elles se résument en trois éléments précis: faire un bras d’honneur aux médecins qui voulaient me faire disparaître dans un hôpital pour enfants déficients intellectuels dès ma naissance, prouver que toutes politiques axées sur l’eugénisme  reposent sur une aberration sans limite puisque des capacités insoupçonnées résident en chaque être humain attendant le moment approprié pour éclore et, enfin, que je suis fier d’être ce que je suis et comme je suis. Vous avez sans doute deviné que j’ai glissé quelques mots sur la thalidomide tout en évitant d’élaborer sur le sujet. 

Une fois ma robe de chambre enlevée, le travail artistique débuta de manière fort agréable. Est-il utile de spécifier que votre humble serviteur a choisi toutes les poses qui ont été faites durant cette séance? Qui plus est! Chaque pose avait une thématique qui lui était propre et ce, en fonction de l’augmentation du nombre de minutes allouées. Les minutes passèrent progressivement de une à trois, puis à cinq, à dix et à quinze et, finalement, jusqu’à vingt minutes. Il est à noter que mon désir de me donner totalement aux personnes présentes dans cette salle m’a incité à ne pas bouger d’un poil, sans faire de jeu de mots, durant chacune des poses. Défi que j’ai réussi avec brio.

Regard de tendresse

Regard de tendresse

Voici quelques-unes des thématiques présentées: « le pénitent », « l’action de grâce », « aller vers l’autre », « la douleur », « la méditation zen », « le lecteur », « le repos de l’artiste », « l’introspection » et celle qui a été la plus appréciée par les gens présents en ce lieu; « regard de tendresse ». Bien entendu que d’autres thématiques ont été réalisées durant ladite séance. Il va sans dire que la pratique des arts martiaux pendant de nombreuses années m’a été fort profitable. Tout ceci a été fait sous un fond de musique classique.

Certains éléments sont venus me chercher pendant la séance de nudité artistique. Je pense en particulier à une remarque que me fit l’une des artistes accompagnée par sa fille elle-même artiste. Fait à noter! L’âge des personnes présentes pouvait varier entre vingt et quatre-vingt ans. Cette dame avait affirmé que ma démarche lui faisait penser à un danseur classique tellement mes mouvements étaient réalisés avec soin et précision. Une autre dame d’une grande beauté, je le reconnais, avait deviné que mes parents m’avaient entouré de beaucoup d’amour. Je ne pouvais que confirmer son affirmation. À tout cela, s’ajoute tout le respect manifesté dans les regards des participants.

Regard de tendresse

Regard de tendresse

Oui, je l’avoue! Les larmes sont venues près de couler tellement j’ai été ému durant cette séance. Ému par tout cet amour qui m’entourait, par ces regards qui aimaient chacune des parties de mon corps qui pouvaient toucher avec leurs âmes, par les blagues que l’on se faisait mutuellement. Enfin bref, la vie était présente tout au long de cette séance de nudité artistique. Et pourquoi en aurait-il été autrement? Rappelons-nous qu’être un modèle vivant (nu) est avant toute chose un … être vivant capable de partager sa joie de vivre et ses émotions aux participants pour lesquels il expose son corps dans sa vulnérabilité la plus totale; sa nudité.

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

P.S. Les larmes retenues durant ladite séance coulèrent à flot lors de mon retour en bus vers Québec tellement les émotions vécues ont été intensément belles.

L’image de la nudité: réalité et mythe

L’image de la nudité: réalité et mythe

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous profitez de la beauté majestueuse de la saison automnale. Les couleurs des feuillages, la fraîcheur du temps et la clarté du jour qui diminue nous rappellent que notre mère-nature est riche en diversité. D’ailleurs, il y a bien des poètes qui ont essayé tant bien que mal de rendre grâce à cette grande dame, mais aucun n’a réussi à réaliser un tel exploit. Soyez rassurés! Je n’ai guère l’intention de relever ce défi. Une certaine modestie de ma part est tout à fait appropriée dans les circonstances.

L'image de la nudité 4À vrai dire, le thème de ce présent article est divisé en deux parties inter reliées. La première partie concerne l’image de la nudité, qu’elle soit ou non artistique, au sein notre société actuelle héritière de la moralité judéo-chrétienne. Une image ternie tant par la pornographie que par la pression sociale faite par certains puristes sortis, c’est du moins ce que l’on est en droit de penser, de la période sombre de la chasse aux sorcières. La seconde partie se rapporte à mon désir de résoudre cette question ultime: « Peut-on se perdre dans la nudité? » Il va de soi qu’advenant le cas où l’image de la nudité reprend ses lettres de noblesse, cela ne signifie en aucune façon qu’une permissivité sans aucune limite puisse exister dans une société dite « évoluée ». Voilà ce à quoi je souhaite élaborer mon raisonnement dans cet article intitulé « L’image de la nudité: réalité et mythe ».

C’est à la suite de discussions avec quelques-unes de mes amies que l’idée m’est venue de rédiger un tel article sur le sujet. Une idée longuement mûrie, purifiée de toutes influences négatives extérieures et brassée selon une recette dont je conserve les éléments qui servent à sa composition dans le plus grand secret. Il va sans dire dès qu’une idée est semée dans ma tête c’est un peu comme une germe de blé que je dois arroser et laisser croître afin d’en moissonner son épi au bon moment.

L’image de la nudité qui est actuellement véhiculée au sein de la société se situe à des extrêmes forts étonnants. Nul d’entre L'image de la nudité 2nous ne peut nier le fait qu’elle est soit cantonnée à une sexualité plus ou moins débridée, exempte de toute moralité et en une absence totale de respect entre les individus ou encore qu’elle se trouve dans le gouffre d’un silence absolu dont de nombreux tabous tirent leur origine. Un tel silence peut être causé par des expériences douloureuses vécues chez des personnes et ce, depuis leur plus tendre enfance. Par exemple, l’inceste est sans contredit parmi les pires crimes que l’homme puisse malheureusement commettre et qui laisse des blessures invisibles certes mais d’une douleur indescriptible. C’est un triste constat.

La société actuelle, et c’est mon humble opinion, n’aide en rien au développement d’une nudité saine. En effet, nous sommes inondés de publicité où le corps est utilisé comme de la vulgaire marchandise prête à être jetée une fois utilisée. Je fais notamment référence au corps de la femme qui a été longtemps exploité par des agences de mannequins pour qui le profit passe avant la dignité humaine. D’ailleurs, saviez -vous qu’il existe un grand nombre de compagnies de produits de beauté pour dames qui se servent en leur publicité de jeunes filles à des fins promotionnelles? Ces mêmes jeunes filles subissent des pressions de la part de ces agences pour maigrir le plus possible afin de pouvoir porter des vêtements qui ne sont pas faits pour elles. Que dire maintenant des publications dans certains magazines où les mannequins qui ont l’air si jeunes, et ce grâce aux «produits miracles» qu’elles utilisent. Or, ce que l’on oublie volontairement de nous dire, c’est que ces charmantes jeunes dames ne sont âgées qu’à peine douze ou treize ans. Ce qui prouve malheureusement que l’appât du gain peut amener certaines personnes à écarter tout sens moral et éthique face à leurs agissements. Seul le divin dollar compte à leurs yeux!

L'image de la nudité 1Qui dit nudité dit aussi rapport d’intimité entre les partenaires. Ici, je ne fais en aucune façon référence aux rapports sexuels mais plutôt aux liens que nous tissons avec nos pairs dans notre quotidien. Il va de soi que les rapports d’intimité varient grandement d’une personne à l’autre, selon le contexte et en tenant compte des valeurs intimes. Il en est ainsi de la nudité.

Peut-on alors vivre sereinement dans la nudité? Absolument! Les clubs naturistes, dont les plus importants en nombre d’adhérents se retrouvent en Europe, sont des exemples parfaits où vivre dans la nudité dans une communauté est possible à la condition sine qua none que des règles strictes régissant les relations entre les individus soient à la fois établies de manière formelle et appliquées à la lettre. N’est-ce pas là le fondement de toute société organisée?

Autre question qui suscite ma curiosité est celle-ci:  » Peut-on développer une dépendance à l’égard de la nudité? ». C’est sans aucune hésitation que je réponds par l’affirmatif mais en y ajoutant des nuances. En effet, tout comportement peut devenir problématique s’il y a un risque d’être une source de rupture avec ses pairs ou bien de devenir le point central de notre existence.

La nudité est en soit tout ce qu’il y a de plus normal, et ce au même titre que le fait de travailler, d’être en amour ou bien d’avoir une vie sexuelle active ou toutes autres activités propres au genre humain. Cependant le fait de devenir dépendant de la nudité peut apparaître à tout moment au même titre que l’alcoolisme, la dépendance au travail, au sexe ou bien encore à la dépendance affective et la liste peut s’allonger presque indéfiniment. Bien entendu que de nombreuses causes d’ordre psychologique peuvent être à l’origine de telles situations pathologiques. Vous devinez sans aucun doute que je n’ai point l’intention de développer davantage sur les possibles causes puisque je possède somme toute qu’une connaissance bien limitée dans le domaine de la psychologie.

Toutefois, la nudité est en soit une belle avenue dans le domaine artistique. Elle permet aux modèles d’être pleinement conscients de son corps, de ses limites, de ses capacités, de sa masculinité et de sa féminité. Seule la vérité est présente lors d’une séance artistique où la nudité est de mise. Une vérité vue, ressentie, vécue et partagée tant par les artistes que par le modèle. Mais, à cela s’ajoute une règle de base au sein de toute séance de nudité artistique: « Le corps appartient à celui qui regarde. » Ce qui signifie qu’il doit le regarder non seulement avec les yeux de son corps mais davantage avec ceux de son âme.

Voilà où se trouve la dignité du modèle nu: faire ressortir les émotions vécues dans le plus profond de son être via le seul outil mis à sa disposition, c’est-à-dire son corps. Et pour se faire, seul un esprit équilibré possède la capacité de le réaliser de manière à la fois authentique et adéquate.

Merci de m’avoir lu!

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Merci à mes premiers modèles

Mes premiers modèles? Mes parents
Mes premiers modèles? Mes parents

Merci à mes premiers modèles

Bien le bonjour tout le monde! 

Je désire aujourd’hui vous parler des deux personnes qui ont servi de véritables modèles tout au long de ma vie. J’ai bien écrit   » véritables modèles » puisque je n’ose pas imaginer une seule seconde ce que mon existence aurait pu être sans leur apport tout à fait extraordinaire. Et pourtant, elles n’ont accompli aucun exploit digne de mention, ni remporter de sommes considérables à la loterie et encore moins réalisé des œuvres d’art qui feraient l’envie de Picasso, de Michelangelo ou encore de Rembrandt.  Ces modèles furent certes des gens bien modestes mais avec un cœur en or.

Vous aurez sans doute deviné que de tels modèles m’ont été une source d’inspiration formidable afin de vivre ma vie de manière à la fois digne et féconde. Une dignité à laquelle chaque être humain a le droit absolu d’y aspirer tout en ayant aussi le devoir de respecter ses frères et sœurs dans l’humanité. Une vie pleinement vécue avec tout ce qu’elle implique de hauts et de bas tout en y incluant, il va de soi, sa responsabilité personnelle à l’égard de soi-même et de l’ensemble de la société.

Mes parents, puisqu’il s’agit bien d’eux à qui je rends un hommage bien mérité, sont les modèles qui m’ont été salutaires tout au long de mon périple sur terre. Je vous le jure solennellement que jamais de ma vie je ne les ai  vu se plaindre, ni perdre espoir tout en gardant une foi inébranlable en Dieu. Qui plus est! Ils ont su affronter les coups durs du destin avec une grande sérénité tout en appréciant les divers moments de bonheur et de joie tant avec leurs proches que dans leur intimité. Et pour ce qui est de la foi en Dieu?  Je peux vous affirmer avec une certaine fierté qu’elle constitue encore le fondement de mon existence. Oui, je suis chrétien de tradition catholique et c’est cette foi qui m’a incité à ne jamais baisser les bras et à voir qu’une montagne, aussi grosse soit-elle, pouvait être déplacée ou encore que derrière chaque nuage sombre se cache un soleil radieux.

Je me rappelle, en guise d’une petite anecdote en terminant mon témoignage de gratitude envers mes parents, qu’à l’occasion des funérailles de ma tendre mère mes frères avaient distribué des signets aux personnes présentes en l’église St-Joseph de Sept-Îles. Était-ce pour leur demander une quelconque aumône qui aurait pu aider mon père à défrayer les coûts reliés aux obsèques? Et bien non, et trois fois non! L’on retrouvait sur lesdits pamphlets l’une des prières les plus universellement connue de la chrétienté, après bien entendu le  « Notre Père » que le Christ avait lui-même enseigné à ses disciples. Cette belle prière est connue sous le vocable dite de  « La prière de la sérénité ».

Oui, je remercie le Ciel de m’avoir donné des parents aussi magnifiques.

Oui, je demande à Dieu la sérénité d’accepter ce que je suis et ainsi d’apporter un peu de joie aux gens qui m’entourent.

Oui, je demande à Dieu le courage de toujours aller droit devant, et ce, en dépit des « qu’en-dira-t-on? » afin de toujours me réaliser.

Oui, je demande à Dieu la grande sagesse de faire une différence entre ce qui est puéril de ce qui est véritablement honorable.

Merci à vous chers parents d’avoir été mes plus grands modèles vivants: des modèles à la fois remplis de vie et d’authenticité.

Votre fils qui vous aime.

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada

Priere-de-la-Serenite

La complémentarité dans les corps

 

La complémentarité dans les corps

La complémentarité dans les corps

Bien le bonjour,

Je désire vous parler aujourd’hui d’un sujet qui est venu à mon esprit à la suite de mon expérience que j’ai vécue le weekend dernier avec la formidable modèle nue. C’est un sujet qui me semble être, du moins à ce que j’ai pu constater au fil de mes recherches, peu développé non seulement dans le domaine de la nudité artistique mais aussi, ce qui m’étonne encore plus, dans la vie quotidienne. Un tel sujet se retrouve être parmi les plus tabous au sein d’une société où la conformité aux critères de beauté est le prérequis par excellence pour une réussite tant personnelle, affective que dans le monde des affaires.

La complémentarité des corps existe-t-elle au sein de notre société supposément tolérante et ouverte sur la diversité? Si tel est le cas, quelle place occupe-t-elle? Ces deux questions peuvent vous paraître futiles mais il en est rien. En effet, l’uniformité des caractéristiques physiques est devenue le fondement idéologique de certains groupuscules, surtout en Europe et plus particulièrement dans les pays scandinaves dont, est-il nécessaire de le nommer?, la Suède qui fait depuis belle lurette une figure de proue dans les politiques de style « avant-gardiste ». C’est notamment dans ce pays où la social-démocratie a connu le plus d’ampleur en sol européen. L’objectif de ces groupuscules réside à déconstruire pièce par pièce toute identité sexuelle et ce, tant au plan physique que psychologique chez l’individu.

Selon cette idéologie, les différenciations sexuelles trouvent racine dans la société où les citoyens vivent et par ce fait non aucun lien avec leur nature profonde. C’est cette société qui, selon les tenants de cette idéologie, dicte non seulement les comportements des gens selon leur appartenance sexuelle mais elle les forces à acquiescer une image sexuelle qui serait à l’encontre de leur réalité individuelle. Autrement dit, il n’y a pas de genre masculin et féminin qui soit inné chez l’individu. Ce serait plutôt une vision imposée par la société chez ce dernier, et ce, depuis sa naissance.

RollandJr St-Gelais & No-NamE

RollandJr St-Gelais & No-NamE

En ce qui me concerne, une telle idéologie est non seulement d’une absurdité qui frise la schizophrénie mais elle est aussi une menace pour l’ensemble des gens qui vivent en société. Je pense notamment aux adolescents(es) qui sont à la recherche d’une identité qui leur soit unique sans pour autant rejeter les fondations de la société dans laquelle ils, et elles, tentent tant bien que mal de se faire une place susceptible de favoriser leur plein potentiel. Oui, il est louable de préserver le droit inaliénable que chaque personne a de se réaliser de manière satisfaisante cependant

RollandJr St-Gelais & No-NamE

RollandJr St-Gelais & No-NamE

cela ne signifie en aucune façon celui de remplacer l’ordre des choses par le chaos. D’ailleurs, si la nature a réussi à survivre à travers les millénaires, c’est bien entre autres par le biais de l’existence des genres masculin et féminin. Il en est ainsi de toutes les sociétés qui ne sont en réalité que des reflets de regroupement d’animaux dits plus évolués aux plans à la fois technologique, social, légal et philosophique sans omettre celui de la théologie pour ne nommer que ceux-ci. L’expérience sensationnelle que j’ai eu la chance de vivre avec la charmante dame à l’occasion de la séance de nudité artistique m’a fait ouvrir les yeux sur une facette quelque peu mis à l’écart au sein de notre société: la complémentarité des corps. Une telle complémentarité est et doit demeurer la pierre d’angle des rapports interpersonnels.

RollandJr St-Gelais & No-NamE

RollandJr St-Gelais & No-NamE

C’est par une connaissance réelle et sans ambiguïté de notre propre appartenance sexuelle que nous avons pu établir les balises nécessaires à la réalisation des photos de nudité artistique. Il va sans dire que le respect mutuel, qui en a découlé, a été présent tout au long de la journée de travail. Bon! Je reconnais que ce fut en réalité plutôt un véritable plaisir au lieu d’être un travail en tant que tel. C’est ce que l’on appelle une véritable passion. Il faut néanmoins être sur nos gardes puisque la conformité que je qualifierais de malsaine est tout de même très présente dans les médias. Un coup d’œil sur les photos publiées sur le réseau social Facebook démontre aisément les caractéristiques physiques glorifiées dans un monde aseptisé de tout rapport social authentique. À cela vient s’ajouter l’hypersexualité présente dans certains magazines qui malencontreusement s’adressent surtout aux adolescentes.

En résumé, j’acquiesce au principe même de la différenciation des sexes  et corolairement des corps dans la société tout en étant un partisan, je devrais plutôt écrire un farouche défenseur, du droit à l’égalité des sexes. Or, c’est justement parce qu’il y a une différence visible et, permettez-moi l’expression, palpable de l’identité sexuelle que les rapports entre les individus qui composent la société peuvent trouver des terrains d’entente sur les problématiques présentes ou futures. Cela serait-il possible dans un éventuel chaos ou l’existence même du « genre » serait révolue? Poser la question est aussi y répondre. N’est-ce pas?

Et vous? Qu’en pensez-vous?

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais & No-NamE

RollandJr St-Gelais & No-NamE

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada