Archives de tags | sensation

Au nom de Dieu

Au nom de Dieu Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par SpookyPic Source : https://www.deviantart.com/spookypic/art/In-the-name-of-God-947717787

Au nom de Dieu

 

Je suis depuis je ne sais quand,

Peut-être depuis tellement longtemps,

Possédé par un succube qui tire ma puissance,

Lorsqu’il vient me visiter afin de saisir ma semence.

 

Cet être à l’élégance exceptionnelle,

Qui prend l’apparence d’une femme si belle.

Lorsque retentirent les douze coups de minuit,

Elle répand une chaleur infernale dans mon lit.

 

Ne pouvant résister à la tentation qui me remplit.

Un à la fois, je retire mes vêtements sous la lune qui reluit.

Haletante de désir, elle s’assoit sur ma hampe au garde-à-vous !

Comment, en une pareille situation, puis-je ne pas devenir fou ?

 

Sans plus attendre, elle a su prendre les devants.

Se balançant allégrement par en arrière et par avant.

Quel délice diabolique de sentir cette ferveur s’épandre sur mon corps !

Une sensation, si dangereuse soit-elle, vaut bien toute son pesant d’or.

 

J’ai eu beau placer ces crucifix sur les murs de ma chambre.

Rien n’a pu me protéger de cet être à la chevelure d’ambre.

Croix bénies, évocations et grandes prières de délivrances,

Rien n’a su me prémunir en cette nuit de cette jouissance.

 

Au nom de Dieu, je t’en conjure, demeure avec moi jusqu’au matin.

Par tous les saints du ciel, accepte que j’effleure tes magnifiques seins.

Dis-moi avec franchise, ô diablesse venue des profondeurs des enfers !

Que dois-je exécuter pour que désormais je puisse à jamais te plaire ?

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

La secrétaire

La secrétaire Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par PhotoGilles@VL2008 Modèle : Alixia Busch Source : Last Days In Cannes | Alixia (alixiamodele.com)

 

La secrétaire

 

Je suis la secrétaire.

J’ai des qualités particulières.

Mon français écrit excelle en grammaire.

Pour ce qui est du verbal, vous n’en reviendrez guère.

 

Dévouée à mes nombreuses actions !

À mes tâches, je fais tout avec précaution.

Fière de provenir de l’une des géniales institutions,

Je prends du plaisir, à mon dirigeant chéri, de lui donner satisfaction.

 

Légèrement vêtue et bien maquillée, j’arrive très tôt tous les matins.

C’est tellement agréable pour bien débuter la journée avec entrain.

Qu’exposer mon charme pour ainsi susciter en lui des désirs coquins !

Cela me rend si heureuse, car, au fond, il sait se servir de ses mains.

 

Je suis devenue avec le temps l’adjointe de monsieur le président.

Derrière sa porte close, j’écris son discours attentivement.

Il me présentera tôt ou tard sa tendre épouse sûrement.

Mais d’ici là, sans gêne nous nous aimons follement.

 

Loin de ces regards hypocrites et indiscrets,

Nous nous tenons à l’écart avec quelques regrets.

Quoi de plus horrible que de garder nos sentiments secrets ?

Nous pouvons au moins baiser dans une chambre d’hôtel tant qu’il en est.

 

Je suis totalement dévouée à cet homme infidèle.

Il ne cesse jamais de me répéter que je suis la plus belle.

Si vous saviez jusqu’à tel point, de tels éloges me donnent des ailes.

Par la chaleur de sa voix, j’éprouve la sensation d’être une tourterelle.

 

Je suis vraiment ce que l’on appelle une femme libérée.

Car, de mon élégance exceptionnelle, sans cesse, j’en profiterai.

Les échelons de cette société perdue, à ma façon, je les monterai.

Alors, arrêtez de me juger, car c’est ma vie, et je l’assumerai.

 

Je suis une secrétaire réellement singulière.

Ce que je fais, en réalité, ce n’est pas de vos affaires.

J’ai tellement de talents pour, ces hommes esseulés, les satisfaire.

Ne disait-on pas jadis qu’il valait mieux faire l’amour que la guerre ?

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La possédée

La possédée Poème de Rolland Jr St-Gelais avec l’autorisation d’Alixia Busch et de Tancrède Szekely

La possédée

 

Il est trois heures du matin.

C’est le moment préféré du Malin.

Je sens monter en moi un feu ardent,

Un désir insatiable de plaire à mes amants.

 

Tout tourne avec violence autour de mon être,

Quelle inquiétante sensation de tout ce mal-être.

Le miroir renvoie une image de femme adultère,

Même si, je l’avoue, j’ai fréquenté bien des pères.

 

À mesure que les lampions noirs illuminèrent la cérémonie,

Mon âme, de toutes les tentations, en fut tellement remplie.

J’ai sans cesse, à mes nombreuses convoitises, succombé.

De cette nuit démoniaque, ma féminité fut imprégnée.

 

Ô, Méphistophélès, quel piège m’as-tu tendu ?

Pendant que j’étais étendue devant ces femmes nues.

Elles récitèrent dans une langue inconnue leurs incantations.

Alors qu’elles se penchèrent vers moi en citant leurs invocations.

 

« Solve ! Coagula ! » Elles se répétèrent inlassablement !

« Entra en Ella Satanas ! » Elles réitérèrent infatigablement !

Une émanation venue de nulle part s’est propagée en ce lieu.

Un endroit si sombre que même Dieu ne pouvait voir de ses yeux.

 

Dans les flammes éternelles, je me suis immergée.

Dans la fournaise de la Géhenne, je me suis engouffrée.

La diablesse de la luxure a ainsi pris le contrôle de mon esprit.

J’ai alors compris quelle maîtresse je servirai pour le reste de ma vie.

 

Ô, mon révérant ! Je vous en supplie, Délivrez-moi de cet abysse.

Pour me libérer, que je fasse sur ce crucifix, une pieuse bise.

Écartez de moi tout le mal à l’exception du péché de la chair.

Il est véridique que la joie bacchanale est loin de me déplaire.

 

Je suis celle que l’on appelle « La possédée ».

De cette nuit, j’ignore réellement ce qui s’est passé.

Sur cette table, ces comparses m’ont offert telle une obole.

Depuis cette célébration satanique, je crois être devenue folle.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La brûlure de la colère

La brûlure de la colère Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par DerBuetter Source : https://www.deviantart.com/derbuettner/art/Free-942248412

La brûlure de la colère

 

Seule et nue sur une plage,

Je sens la vague frapper sur le rivage.

Une étrange sensation m’envahit depuis peu.

Je lève avec ardeur les yeux remplis de larmes vers les cieux.

 

Je vois défiler le fil de ma vie devant moi.

Je me souviens des gens avec qui j’ai vécu tant de fois.

Dans mes pensées, je serre dans mes bras ceux que j’ai aimés.

J’adorerais tant pouvoir leur dire en ce jour comme je les ai appréciés.

 

Devant l’inévitable, je lève ma main vers les dieux.

Pour leur dire ceci en cet instant tellement précieux.

Désormais, je vais vous défier jusqu’à la fin des temps.

Maintenant, et à jamais, j’aurai que pour maître Satan.

 

J’abjurerai mes promesses que l’on prononça à mon baptême.

Pour toujours, j’honorerai les fêtes païennes en reniant les carêmes.

Je ferai une grande miséricorde aux faibles et aux indigents.

Mais, je ferai payer au centuple ceux qui blessent les innocents.

 

Que cette eau de mer devienne la source intarissable de ma colère.

Que j’emporte avec moi mes ennemis jusqu’aux lourdes portes des enfers.

J’ai une fois pour toutes détruit les chaînes de la mythologie chrétienne.

Je poursuivrai avec la joie au cœur mon chemin selon les lois païennes.

 

Je suis libre d’être pour toujours comme je suis.

Avant que prenne fin pour de bon ma seule vie.

Mais, mon simple regret est que j’aurai aimé une fois encore.

Serrer dans mes bras mon père qui était à mes yeux si fort.

 

Unique instant vécu sur ce chaud rivage.

Je ressens le vent de la côte qui caresse mon visage.

Une sensation tellement étonnante remplit mon âme.

La brûlure de la juste colère en mon être qui s’enflamme.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ô Baphomet

Ô, Baphomet Poème et photo de Rolland Jr St-Gelais

Ô, Baphomet

 

Ô, Baphomet,

Toi, qui depuis l’aube es.

Porteur de l’auguste lumière,

Qui nous amène dans les enfers.

 

De cette flamme qui ravive nos perceptions,

Jusqu’à cette sensation étrange de côtoyer la perfection.

Homme à la tête de bouc qui surgit de la croix inversée,

Pour nous rappeler sans cesse la fragilité de l’humanité.

 

Être qui donne le brasier sur ta tête cornue !

Qui, en ce monde, a, sur toutes les mers, parcouru.

Cherchant ici et là un disciple qui vous sera dévoué,

Tout en craignant de tout votre être le Christ ressuscité.

 

Ô, créature sortie de la géhenne aux seins si voluptueux !

Vous qui approchez les gens de sang noble aux cœurs valeureux.

Veuillez assurer sur mon ordre la réalisation de cette ultime prière.

Je ne désire pas de victoire ni de médaille remportée à la guerre.

 

Que je puis m’accomplir dans la luxure,

Tout en conservant mon âme de toute souillure.

Car, il n’y a pas plus grande satisfaction pour moi.

De combler les femmes en ma maison et sous mon toit !

 

Je vous en adjure par les anges et les saints de la voute céleste.

Que je goûte leurs lèvres pulpeuses jusqu’à en savourer chaque zest.

Qu’à l’heure de mon départ, j’en éprouve de beaux souvenirs.

Pourquoi vivre si je ne peux pas partager ces moments de plaisir ?

 

Bras droit levé, avec tout votre orgueil, vers les cieux.

J’y vois un symbole kabbalistique bien mystérieux.

Celui de la gauche pointe vers le sol où le sang coula.

Cette offrande, par amour pour le genre humain, il versa.

 

Souviens-toi, ô, être diabolique, de ceci,

Car, dans les livres saints, tout y est écrit.

Qu’au nom du Fils de Dieu ton genou fléchira,

Et, à l’heure de ma mort, à lui seul, tu obéiras.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada