Archives de tags | frères

Comme une interrogation

Comme une interrogation
Magnifique dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Comme une interrogation

 

J’aimerais savoir,
Pourquoi tant de noir ?
Pourquoi tant de troubles ?
Qui sans arrêt se dédoublent.

 

J’aimerais comprendre ce qui se passe,
Avant de partir, avant que je ne trépasse,
Avant de m’éteindre pour de bon et à jamais,
Que s’est-il passé de ce monde que j’aimais ?

 

Je n’y comprends plus rien,
Où sont passés les gens de bien ?
Que sont devenues les églises de mon enfance ?
Que sont devenus les temps des belles romances ?

 

L’immoralité est devenue la norme,
Pour satisfaire les illusions des hommes,
La bonté est devenue un crime un déshonneur,
La tristesse a remplacé les moments de bonheur.

 

Expliquez-moi car je suis perdu
Perdu dans mes pensées sorties des nues,
Que sont devenus les rêves de paix et d’harmonie ?
Ont-ils été remplacés par des objets à vil prix ?

 

J’ai comme une interrogation,
Une simple et petite question,
Où se trouve maintenant l’amour ?
Est-il disparu à jamais et pour toujours ?

 

Je suis tellement désemparé,
Pourquoi suis-je en ce monde né ?
Dans le sein de ma mère, je veux retourner.
Car de ce monde si insipide, j’en suis écœuré.

 

Existe-t-il encore un lieu,
Où les hommes sont encore des frères ?
Où les femmes vivent en symbiose égalitaire ?
Où les crimes n’ont pas été commis au nom d’un Dieu ?

 

Mais pour le moment, je vais me taire.
Et me dessiner je vous laisserai-faire,
Car je suis venu pour votre plaisir,
Et pour répondre à mon désir.

 

Mon désir d’être libre et nu,
Et de vos yeux être simplement vu,
Vous permettre de m’immortaliser,
Sur du papier avec un crayon bien aiguisé.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

La pierre noire

41330062_10156835588948919_3652066156996460544_o

 

Dessin par Eri Kel de la France

 

La pierre noire 

 

Bienvenue mes amis, 

Installez-vous confortablement, 

J’ai pour vous une histoire qui vous glacera le sang, 

Alors, tendez l’oreille et fermez les yeux mes tendres chéris. 

 

Je vivais jadis dans un pays africain, 

Dans un village reculé mais où tous les gens vivaient bien. 

Nous apprécions ce que nous avait offert mère nature, 

Nourriture abondante et rivière à l’eau si pure. 

 

Non loin de nous vivait une dame que l’on surnommait, 

La sorcière qui jetait mille sorts et qui nous tourmentait, 

Une femme aigrie par la vie ayant perdu enfants et mari, 

Tués par l’envahisseur blanc qui convoitait nos terres infinies. 

 

Voyant la peur habitée dans le cœur de mes frères, 

Constatant la crainte dans les yeux de mes congénères, 

J’ai pris la décision folle ou courageuse de m’offrir en tant qu’enfant, 

À cette vieille dame face à la grande solitude souffrant. 

 

Acceptant ma proposition avec gaieté, 

Elle me supplia de rester avec elle jusqu’à ma majorité, 

Voyant la sincérité de son cœur qui ne demandait qu’à être aimé, 

Avec tristesse que famille j’ai quittée et dans ses yeux la joie d’avoir accepté. 

 

Loin d’être méchante elle m’enseigna mille secrets, 

Des plantes médicinales jusqu’aux mélodies apaisantes, 

Pour guérir bien des maux et éloigner les mauvais esprits qui hantent, 

Elle me confia que seuls peuvent aimer les gens ayant leurs âmes en paix. 

 

Puis un jour ou peut-être une nuit, 

Veuillez me pardonner par mon âge un tel oubli, 

Une étrange maladie frappa le village du plus jeunes aux aînés, 

Cherchant un bouc émissaire à un tel fléau vieille sorcière était désignée. 

 

Voyant la foule en colère avancer vers notre demeure, 

J’en sortis pour affronter gens en furie malgré en moi une peur, 

Jurant que mon amie n’était point coupable de leur malheur, 

Et leur demanda d’amener vers moi leurs malades à cette heure. 

 

Concoctant recette secrète que m’enseigna maîtresse, 

Et en donnant à ces gens pour les guérir de leur mal, 

Tout en étant examinée par mon amie en aval, 

Foule conquise par cette bonté fut en liesse. 

 

Peuple qui voulait nous maudire, 

Maintenant ne faisait que de nous bénir, 

C’est alors que la sorcière nous enseigna cette parabole, 

Ô gens de cette contrée, écoutez bien cette sage parole. 

 

Ne rejeter jamais ce qui de vous est différent, 

Car il est comme vous en son âme et en dedans. 

Vous ne saurez jamais ce qu’il fera pour votre bien, 

Jusqu’à combattre à la mort le Vilain. 

 

Elle retira de son cou un mystérieux talisman, 

Un souvenir transmis de mère en fille seulement, 

Une pierre sculptée dans la nuit ! Une pierre noire ! 

C’est ce que je porte à mon cou pour vous ce soir. 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Je suis homme de couleurs.

IMG_9985_edited

 

Réalisation photo par Mélanie Dufresne

 

Je suis homme de couleurs.

 

Mes frères et sœurs, 

Je vous en prie, n’ayez pas peur. 

Je suis comme vous fier de ma différence, 

Ayant surmonté bien des craintes et de la souffrance.

 

Dans mes veines coule le précieux sang de mes ancêtres, 

Tel un arbre indéracinable, tel un vieil et noble hêtre. 

J’ai côtoyé de ces peuples de lointaines contrés, 

Qui comme moi et vous ont besoin d’aimer.

 

De mes expériences j’en suis sorti grandi, 

De mes rencontres, respecter les gens j’ai appris. 

Des croyances millénaires, j’y ai connu riches fables. 

De juger mon semblable, j’en suis maintenant incapable.

 

J’ai en moi, le rouge de l’amour. 

J’ai en moi, le jaune du soleil du jour. 

J’ai en moi, le bleu de l’azur présent dans le ciel. 

J’ai en moi, le vert de la terre et de ses milles merveilles.

 

De la blancheur de ma peau témoigne la présence de mes aïeux, 

Ceux qui ont construit lopins de terre en faisant de leur mieux. 

De tous mes cheveux grisonnants témoignent hélas le temps qui passe, 

Et de mes expériences de vie qui me rappellent que tout trépasse.

 

De cette eau fraîche symbole de mon baptême, 

Qui évoque le temps de Pâques après le carême. 

Fondements de ma foi chrétienne sur une terre païenne, 

Une terre neuve qui sera peut-être un jour tienne.

 

Je suis homme de couleurs dans un monde si terne, 

Où les gens puissants racontent tant de balivernes, 

Où les marchands d’armes empilent leurs richesses, 

Sur le dos des âmes si innocentes et en détresse.

 

Je suis homme de couleurs vives, 

Qui comme vous veux simplement vivre, 

Vivre dans un monde nouveau où tout est possible, 

Et où les rêves les plus beaux ne seront pas impossibles.

 

De

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

 

Bonne fête nationale du QUÉBEC

Québécois

 
Nous sommes Québécois 
Le Québec saura faire 
S’il ne se laisse pas faire 
Que l’on soit un bleu ou un rouge 
Capitaliste ou communiste 
Moi je suis un idéaliste

 

Je crois qu’il faudrait que ça bouge

 

En devenant plus solidaires 
On ne sera plus minoritaires 
Pourquoi faut-il se faire 
La guerre mes frères ?

 

Québécois
Nous sommes Québécois 
Le Québec saura faire 
S’il ne se laisse pas faire

 

Québécois 
Nous sommes Québécois 
Le Québec saura faire 
S’il ne se laisse pas faire

 

Québécois 
Nous sommes Québécois 
Le Québec saura faire 
S’il ne se laisse pas faire

 

Québécois…

Femme de terre

seated__by_ggdraw-dbuxckz

Création de Gérard Teillot

Femme de terre

 

Femme de paix,

Femme de guerre,

Femme libre comme l’air,

Femme de demain comme d’hier.

 

Femme assise,

D’ici ou bien d’Assise.

Prenant appuis sur votre main,

Serait-ce pour mieux affronter le destin?

 

Femme assise aux jambes croisées,

Avez-vous assisté au retour des Croisés?

De ces gens valeureux sur une terre étrangère,

À une époque où la noblesse valait précieuse pierre.

 

Femme nue magnifique aux seins tendres,

Pouvez-vous de votre lieu ces acclamations les entendre?

De ces gens épuisés parcourant ce monde sans cesse violenté,

Espérant de tout leurs cœurs un avenir radieux pour leurs derniers-nés.

 

Femme des royaumes d’Afrique à la peau basanée,

Semblable à toutes celles se trouvant sous les cieux étoilés,

Méditez avec sagesse sur l’avenir incertain des peuples égarés sur les chemins,

Sur les routes de la haine et de toutes craintes construites par la peur des lendemains.

 

Femme tant convoitée par ceux qui ont le coeur vraiment pur,

Qui voient en vous l’ardeur de votre labeur sous le soleil si dur.

Et de la valeur de votre chair marquée au fer rouge d’un esclavage,

Qui fit chez vos ancêtres verser des larmes témoignant d’un triste âge.

 

Femme fière qui est mère !

Femme noble qui est sœur de ses frères !

Descendante des peuples de ces régions de pierre,

Ô toi ! Qui témoigne, de par son histoire, être une femme de la terre.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada