Archives de tags | continent

Femme aux seins noués

Femme aux seins noués
Réalisation photographique de Tastethewine Modèle féminin est Seremity

Femme aux seins noués

 

Femme à la peau d’ébène,
Décrire ta beauté, je m’en démène.
Chose tellement difficile à réaliser en ces jours,
Car un seul mot peut détruire la signification pour toujours.

 

Les cordes ont la chance inouïe,
D’épouser chaque parcelle de ton corps,
Une chance rare et qui vaut son pesant d’or,
Car sur ta peau une lumière tendre y resplendit.

 

Femme aux cheveux tressés,
Qui témoignent de tes origines africaines,
De ce continent où se trouvent tes sœurs lointaines,
Celles-ci partagent avec toi leurs coeurs si joyeux et parfois blessés.

 

Femme aux blanches dents,
Combien avez-vous eu d’amants ?
Combien de têtes vers vous se retournèrent ?
Lorsque vous étiez dans leurs vies telle une passagère.

 

Femme aux seins si beaux et si généreux,
Homme qui les embrasse doit être heureux,
Combien avez-vous eu d’amoureux contentés ?
Ô femme belle ! Ô femme mystérieuse ! Ô femme aux seins noués !

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je te porterai mon enfant

pride_by_rickb500_dc3yp9q-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je te porterai mon enfant

 

Je te porterai mon enfant,
Avec fierté, je pense à tes ascendants.
Et tu en feras de même pour tes descendants,
Pour se souvenir de ceux qui furent enlevés de notre continent.

 

Arrachés de nos lointaines terres,
Afin d’enrichir bien des terres étrangères,
De ces terres abreuvées de notre sang et de notre chair,
Avec pour consolation nos chants ancestraux portés dans l’air.

 

Fière de ma peau d’ébène,
Qui est aussi noble que l’antique Hélène,
De cette peau témoin de l’ardeur du soleil,
Qui brille sur nos sols montrant toutes ses merveilles.

 

Tu es en moi comme je suis en toi,
En moi, j’ai reçu la douce semence de ton père,
De cet homme qui aimait tant la paix et méprisait la guerre,
Un homme d’humble condition mais qui se tenait comme un roi.

 

Je te nourrirai avec joie du lait de mes seins,
À la saveur tellement exquise et au goût divin,
Te donnant mon savoir par un don transmis de ma mère,
De ma défunte mère qui fut jadis une inestimable sorcière.

 

Tu feras grand honneur à notre nation,
Et à ta mère comme de raison et avec passion,
Une passion de vivre et de combattre les injustices,
Sans oublier d’offrir à Dieu avec empressement tes prémices.

 

Je te porterai en mon âme lorsque tu naîtras,
Et dans mon cœur de chair, je te suivrai pas à pas,
De ma main bienveillante, je t’inciterai à te surpasser,
Ainsi j’aurai accompli ma mission lorsque je trépasserai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Que des terres volées et des âmes brisées !

31895444_1007469759419792_6786602807957913600_n

 

Superbe dessin réalisé par Michel Landry artiste

 

Que des terres volées et des âmes brisées !

 

Assise au pied de cet arbre,

Tenant avec fermeté en ma main meurtrie,

Le bâton que le sorcier de mon village m’offrit,

À moi fille unique du chef  du clan des dents de marbre.

 

Pour témoigner de la présence de l’homme blanc,

Peu importe le pays où il vivait jadis sur le lointain continent,

Homme avide de richesses mais si pauvre de cœur,

Qu’il ne sut que semer sur son chemin que crainte et terreur.

 

Depuis ce temps où il mit le pied sur notre plage,

Guerriers furent avertis par nos grands sages,

Que sa seule volonté fut de nous exploiter, de nous détruire.

Détruire nos forêts afin de nous enfermer en des lieux et de leur appartenir.

 

Terres d’Amérique des aurores boréales,

Où rivières d’eau pure furent empoisonnées,

Par les usines de gens enrichis par les animaux assassinés,

Et de nos fiertés effacées par leurs gouvernants non sans mal.

 

De tout le mal inscrit dans les âmes et dans la chair,

Mais étouffé dans les draps où furent abusés mes frères,

Par des hommes portant croix d’argent et en robes noires,

Qui en chaque jour de leur Dieu élevèrent le ciboire.

 

Maintenant que tout est accompli et à jamais fini,

Que vous nous avez tout dérobé et tout pris,

Êtes-vous fiers de ce que vous avez réalisé ?

Que des terres volées et des âmes brisées !

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ô femme de couleur d’ébène

 

22489676_1676416019048958_6319048714531006441_n

Dessin de Claude Bouillon

 

Ô femme de couleur d’ébène

 

Femme de ce continent,

Rempli de trésors et de diamants,

De ces rivières bleutées et de ces  vierges forêts,

De ton corps si gracieux et si svelte quoi dire je ne saurais.

 

Femme tellement noire,

Du Ghana ou de la Côte d’Ivoire,

De tes ancêtres tu en retiens tristes souvenirs,

Qui luttèrent contre tyrans et contre bien pires.

 

Femme aux cheveux hirsutes  !

Qui naquit dans une humble hutte,

Tu désires qu’une chose à ta progéniture,

C’est de bâtir dans la joie un bien meilleur futur.

 

Femme témoin d’un douloureux passé,

Ressaisis-toi ! Et surtout ne cesse pas d’espérer,

Car coule la force incroyable de tes aïeux dans tes veines,

Sache que tu es femme sacrée ! Ô femme de couleur d’ébène.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada