Archives de tags | Belle découverte

Nudité? Vous avez dit nudité?

Nudité? Vous avez dit nudité?

Bonjour tout le monde,

new-image28Nudité? Vous avez dit nudité? Voilà la thématique de cet article et il m’a semblé être de plus haute importance de l’aborder dès les premières lignes écrites par votre humble serviteur devant son clavier d’ordinateur. Pourquoi vouloir rédiger un tel article après plus de 900 publications et de 14 pages de présentation sur des thèmes allant sur certains aspects de ma vie, dans un souci de transparence, et sur certains éléments, disons-le franchement, plus corsés? D’ailleurs, force est de constater que l’unanimité est loin de faire légion en ce monde et si cela arrive, en de rares occasions, elle est souvent la cause de bien des tourments au sein des sociétés, surtout lorsque la moralité semble être un vecteur des forces en présence. Comme disait si bien un sage: « Souviens-toi mon enfant que les pires atrocités commises par les hommes l’ont été faites au nom de la vertu. »

C’est là une question à laquelle je suis obligé d’y répondre sous trois volets distincts qui se résument simplement  en ceci: En premier lieu, ce que ce blogue n’est pas et New Image5ne sera jamais. En second lieu, les triples objectifs visés par votre humble serviteur. Et, en dernier lieu, vous l’avez sans doute deviné, de décrire en quelques mots qui est celui qui se cache derrière son clavier, et ce peu importe l’heure de la journée ou de la soirée, et même dans certains cas, durant la nuit, peaufinant dans le mesure de ses capacités la rédaction de ses publications. Trois volets, certes distincts, mais tellement complémentaires qu’en l’absence d’un seul des trois, toute logique démontrant la nécessité de l’existence même de ce blogue serait remise en question. Et, croyez-moi sur parole, je me battrai bec et ongles pour  le conserver tel qu’il est puisqu’il signifie à mes yeux la plus belle preuve de cette liberté d’expression, en l’occurrence la mienne, si malmenée par des gens avides de pouvoir sous le couvert de la moralité et, surtout d’une conception erronée de la grandeur divine.

Ce que ce blogue n’est pas et ne sera jamais

Une chose doit être dite une fois pour toutes: Ce blogue n’est pas et ne sera jamais dédié à une quelconque forme de vulgarité, d’obscénité, de mauvais goût et de grossièreté. Dès le début de la création de ce blogue, votre humble serviteur a tenté par tous les moyens mis à sa disposition, et parfois avec des balbutiements  vu son caractère profane dans les premiers temps, d’éviter d’offusquer qui que ce soit au sein de son blogue.

Qui plus est! Lorsque l’occasion se présente, il me fait plaisir de corriger le tir en publiant une nouvelle version d’un tel ou tel article ou tout simplement en y modifiant quelques parties. Ce blogue n’est pas non plus un site dédié à la 000000810002pornographie où l’image de la nudité est galvaudée de manière irrespectueuse tant pour les hommes que pour les femmes, dans son ensemble. Oui, certaines publications peuvent posséder une connotation d’érotisme, mais quand cela a lieu, c’est fait avec un soin méticuleux. C’est le cas notamment des séries intitulées «Séance de nudité érotique» et de sa suite sous-titrée «Se connaître, c’est s’aimer.» Une séance qui a été tournée dans une chambre d’hôtel de Montréal et ce, avec la collaboration spéciale d’une modèle nue extraordinaire et d’un photographe hors-pairs. Rien ne fut laissé au hasard afin de respecter d’abord et avant toute chose la charmante jeune dame qui avait accepté de participer. C’est bien la moindre des choses. N’est-ce pas?!

Ce blogue ne peut pas exister sans la recherche de l’excellence d’un français écrit et de mots choisis afin de respecter la langue de Molière. La plus belle langue au monde! Voilà pourquoi j’essaye de publier mes articles avec un grand souci de respect envers cette langue noble et digne des dieux. Oui, j’adore plus que tout ma langue car c’est avec elle que j’ai appris à dire la plus belle phrase pouvant être dite en ce monde: Je t’aime.

Les triples objectifs visés par votre humble serviteur

Il est important de retenir que l’idée de réaliser et d’entretenir, ce sont là deux réalités aux antipodes l’une de l’autre, ce blogue est venue en mon esprit à la suite new-image26d’un exposé écrit en théologie dont le sujet portait sur l’eugénisme sous le régime nazi et la participation plus ou moins imposée par les pseudo scientifiques du IIIe Reich auprès des artistes dans les pays occupés. En ce contexte, tout était axé sur la glorification du corps parfait et l’exclusion, voir l’élimination purement et simplement physique, des individus ne cadrant pas dans les critères de perfection préconisés par les nazis.

12675129_10154724094679657_765136332_oMa réponse personnelle a été de faire, permettez-moi cette expression, un pied-de-nez à cette période sombre de l’histoire. À cela s’ajoute le fait que la thalidomide a été découverte et fabriquée au sein de la Wehrmacht par un chimiste allemand qui alla devenir le fondateur de l’entreprise pharmaceutique tristement célèbre Grünenthal Chemical. Être un modèle nu était le chemin tout indiqué pour faire contrepoids à cette période qui menace de manière plus ou moins subtile de refaire surface. Souvenez-vous que l’histoire a tendance à se répéter et que la prudence est l’une des quatre vertus cardinales. Bref, restons prudents en tout temps.

Le second objectif de votre humble serviteur réside à transmettre sa passion pour la beauté auprès des visiteurs. Je fais bien entendu référence à la beauté sous toutes ses formes, mais en particulier le nu, la poésie et la photographie. Trois domaines qui, à ma grande surprise, m’ont permis de faire la rencontre de gens extraordinaires. Dans le domaine du nu, j’ai eu la chance de faire les manchettes en quelques occasions tant en Europe qu’au Québec et même au sein d’un magazine britannique, via une publication sur la modèle nue connue sous son nom d’artiste de Phylactère.

new-image16Pour ce qui est de la poésie, elle reflète ma passion pour le français. Jouer avec les mots! En faire vibrer chaque expression! Ressentir le plaisir ou la douleur évoqués dans une phrase! Remémorer des instants de bonheur ou de tristesse! Caresser chacune des lettres comme on titille le clitoris d’une femme pour lui procurer un plaisir parfois coupable, mais plus souvent tellement agréable qu’on ne peut s’empêcher de répondre favorablement à sa demande de recommencer encore et encore. Oui, la poésie est pour moi la nudité de mon âme. Une nudité que je dévoile au gré des mots, parfois pour apaiser, je le concède, bien des maux. Des maux de mon enfance!

Et que puis-je affirmer de ma passion pour la photographie? Certes, les artistes me11235251_676422929152119_142811643_o_thumb.jpg voient entièrement nu. Une nudité qui me comble de bonheur et de sérénité. Pour sa part, la poésie sert à transmettre mes sensations les plus profondes chez mon être. Toutefois, c’est par la photographie que je capte la beauté éphémère du monde qui m’entoure. Une beauté condamnée non pas par sa propre disparition, mais bien par la mienne. En effet, je serai déjà disparu depuis fort longtemps lorsque la terre arrêtera de tourner. Le reconnaître, c’est faire preuve d’humilité.

Capter chaque instant de vie! La vie en tant que modèle nu et pleinement sexué! La vie présente en chacun de mes poèmes! La vie saisie dès le moment où j’appuie sur le bouton de mon appareil-photo. Trois visions de la vie, mais une seule vie, c’est-à-dire celle que je partage avec le microcosme qui m’enveloppe, lui-même englobé par le macrocosme, et ce jusqu’à l’infini. Cet infini qui rejoint ce Dieu invisible.

Qui est celui qui se cache derrière son clavier?

Je suis simplement un être humain comme chaque personne vivant sur cette belle planète que l’on appelle communément la terre. Je respire comme toutes les personnes qui lisent ce blogue. J’aspire à rendre ce monde meilleur en tenant compte de mes forces et de mes faiblesses. Et, surtout, loin est de moi l’idée que je sois parfait.

Je cherche à publier des articles qui soient dignes d’intérêt pour chaque lecteur potentiel. Souvent, mon but semble être atteint tandis qu’en d’autres circonstances je passe à côté de la cible. Qu’à cela ne tienne! Je recommence avec la même passion, et même dans certains cas, avec un degré de minutie plus élevé rendant le résultat sensiblement amélioré. « À chaque fois, remets-toi à la tâche si tu veux bien travailler. » Telle pourrait bien être mon leitmotiv lors de mes rédactions. 

En terminant cette missive, je tiens à préciser une dernière chose. Une chose qui doit être comprise une bonne fois pour toutes. Mon intention qui se trouve dans chacune de mes publications est d’abord et avant tout dénuée de méchanceté envers qui que ce soit. Bien au contraire! Tout est fait avec une bonté d’âme et en tenant compte de mes dispositions du moment présent lesquelles sont tournées vers un seul objectif, la recherche de l’excellence. Soyez, je vous en pries, indulgents envers votre serviteur si cela ne soit pas toujours le cas.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une exposition à découvrir: De passage

En compagnie de Audrée Demers-Roberge

En compagnie de Audrée Demers-Roberge artiste

Une exposition à découvrir: De passage

(Du 28 septembre au 17 octobre 2015)

-Salle d’exposition du pavillon Alphonse-Desjardins de l’université Laval-

Ne pas déranger svp.!

Ne pas déranger svp.!

Bonjour tout le monde,

J’ai décidé en ce début du mois d’octobre, l’un des plus beaux mois de l’année car les couleurs automnales envahissent nos forêts, de vous parler d’une belle découverte que j’ai eu la chance de réaliser hier soir. Vous le savez probablement déjà, sinon je vous l’apprends, que mes intérêts sont très variés. En effet, je m’intéresse à divers sujets tels que, pour en nommer quelques-uns, la musique, le cinéma, le hockey et la lecture.

Bien évidemment qu’il m’arrive, quand le temps me le permet, de visiter des expositions artistiques. Ce qui me donne l’occasion d’admirer des oeuvres d’art fort intéressants et, dans plusieurs cas, de faire la connaissance de quelques-uns des artistes qui les y exposent. Des artistes aux multiples talents dignes d’être connus et reconnus dans leurs domaines respectifs. Oui, j’aime beaucoup pouvoir partager avec les créateurs des expositions visitées.

Vous savez probablement aussi que mes origines proviennent de la belle région de la côte-nord, encore-là si vous ne le saviez pas je vous l’apprend. Une région où la forêt occupe une place prépondérante tant dans le secteur économique que pour le simple bien-être de la population qui y vit. Ladite population est composée d’une part, par les amérindiens lesquels ont tiré leurs subsistances de la forêt et de la mer. Une forêt riche en gibier et une mer où abonde une flore aquatique extraordinaire. Et, d’autre part, par une population de blancs dont la plupart proviennent de la Gaspésie et dans une moindre mesure du Saguenay-Lac-St-Jean. Ces derniers immigrèrent sur cette terre, jugés à tord d’inhospitalière par le commun des mortels surtout à une époque où les moyens de locomotion étaient peu développés. Chacune de ces populations ont laissé des traces au sein de cette région, et ce tant par leurs échanges économiques que par leurs relations sociales et, dans certains cas, par des unions maritales. Des traces qui démontrent sans équivoque qu’ils sont … « De passage ».

Or, qui dit  » de passage » dit à la fois « traces » et « êtres humains »! Ces termes sont interdépendants. En effet, les êtres humains ont de tous temps laissé des traces de leurs passages. Ces traces ont certes souvent été faites de manière plutôt agressive à l’égard de l’environnement, mais dans d’autres cas, elles ont surtout été réalisées en tant que simples témoignages de leurs présences pour ceux qui allèrent les suivre. Nous n’avons qu’à penser aux monticules de pierres formés par les Inuits du Grand nord canadien qui avaient pour but d’indiquer leur passage à ceux qui les verraient. Bref, les traces sont des constituantes de chaque être humain. Nul ne peut laisser de traces puisqu’elles témoignent de son passage.

Oui, c’est vrai que coule dans mes veines du sang nord-côtier et j’en suis fier. Il est tout aussi vrai que je suis fier d’avoir eu la chance de vivre pendant une bonne partie de ma vie sur une terre où jadis vécurent les vikings. Encore-là, les traces laissées par ces derniers témoignent de leur passage. Oui, je suis heureux d’avoir pu visiter une exposition qui a su susciter en moi des émotions toujours vivantes. Lesdites émotions constituent des preuves indéniables que mon passé a laissé des traces au plus profond de moi. Des traces pas toujours agréables, mais qui ont façonné la personne que je suis. Et, je suis tout comme vous simplement de passage sur cette terre.

Je profite de cet instant pour féliciter chacune des artistes qui ont participé à une si belle exposition. Je remercie également la responsable de cette exposition, madame Sophie Jacques, pour avoir eu l’amabilité de m’expliquer l’ensemble des oeuvres  qui y étaient présentées. Un remerciement, et croyez-moi elles le méritent amplement, à mesdames Audrée Demers-Roberge et Éloïse Plamondon-Pagé qui, non seulement ont eu la courtoisie de partager leurs expériences avec votre humble serviteur, mais aussi d’avoir accepté d’être photographiée en ma compagnie. Elles ont tous mes respects.

Merci de m’avoir lu.

En compagnie de Éloïse Plamondon-Pagé

En compagnie de Éloïse Plamondon-Pagé

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une belle découverte en ce jeudi soir: Le théâtre

La Bordée à Québec

La Bordée à Québec le 17 septembre 2015

Une belle découverte en ce jeudi soir: Le théâtre

Bonjour tout le monde,

J’espère que la dernière semaine de la saison estivale se déroule selon votre bon vouloir et que vous pouvez profiter des chauds rayons de soleil. Pour ma part, je dois dire que tout va à merveille. En effet, plusieurs événements heureux ont eu lieu au cours des derniers jours. Tout d’abord, j’ai eu la chance de rencontrer l’une de mes plus grandes amies dans le domaine artistique, en particulier celui de la nudité, qui est venue à Québec dans le cadre de son travail. Nous avons profité de notre rencontre pour discuter de nos réalisations respectives qui ont eu lieu au cours des dernières années. D’ailleurs, je tiens à la remercier, si ce n’est pas déjà fait, à la fois pour son aide et pour son support au sein d’un domaine qui est, plus souvent qu’autrement, réservé à une certaine élite. Poser nu? Peu d’appelés, mais trop peu d’élus. Bref, merci mille fois chère Marie-Pier A. pour tout ce que tu as fait dans ma vie et notamment de m’avoir permis d’être connu et reconnu au sein de la communauté artistique. Je t’en serai éternellement reconnaissant.

Ensuite, j’ai eu l’opportunité de m’abonner à la programmation d’un théâtre situé près de chez-moi. À vrai dire, cela faisait longtemps que la tentation d’assister à quelques-unes des représentations m’avait envahi, et ce, sans jamais y avoir succombé. Or, par le fruit du hasard, j’ai pu m’offrir un abonnement pour la saison 2015-2016. « Quant à prendre un seul billet, aussi bien m’abonner une fois pour toutes! » me suis-je dit dès mon entrée. Que voulez-vous? Ma défunte mère m’a inculqué la passion de la beauté, l’amour de la langue française et la passion de la découverte sans omettre le goût de la lecture. Paix à ton âme!

Enfin, j’ai assisté à ma toute première représentation théâtrale depuis que je vis à Québec. Croyez-moi sur parole! Je suis vraiment satisfait de ma première expérience. Bon, il est vrai que la pièce, interprétée par des comédiens chevronnés, est sans contredit l’une des figures de proue dans le monde théâtral québécois. En effet, la réalisation de « Bousille et les justes » écrit par Gratien Gélinas est l’une des pièces majeures qui s’inscrivent dans la mouvance pré-révolution tranquille au Québec.1

Que puis-je dire après cette représentation? Tout simplement que le produit final a été bien au-delà de mes attentes. À cela vient s’y ajouter la hâte d’assister aux prochaines pièces qui seront présentées au théâtre « de La Bordée ». Un théâtre aisément accessible et à des prix très abordables. Un autre fait à ne pas négliger consiste à la beauté des lieux. C’est un pur plaisir d’y pénétrer tellement la beauté transpire à chaque endroit et que le goût d’y revenir pour les autres représentations s’imprime chez les spectateurs.

Et vous? Aimez-vous le théâtre?

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

  1. La période dite de la Révolution tranquille (1960-1965) concerne, en premier lieu, l’émergence de l’État Québécois et, en second lieu, à l’entrée du Québec dans la modernité. Ce qui a eu pour conséquence directe, en particulier, un changement socio-politique sans précédent et, indirecte, un réveil des québécois avec notamment une ouverture sur le monde. On appelle cette période Révolution tranquille pour la simple raison qu’aucune action armée eu lieu pour renverser l’ordre établi, du moins en profondeur.

Célébrons la vie tout simplement

Célébrons la vie tout simplement

Célébrons la vie tout simplement

Célébrons la vie tout simplement

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que les derniers moments de vacances se passent bien pour vous. Pour ceux et celles qui ont repris le boulot, que ce soit fait dans la bonne humeur et la joie. Souvenez-nous que le fait de pouvoir travailler est une richesse inestimable que bon nombre de gens sur cette terre ne possèdent pas.

En ce qui me concerne, je me considère chanceux d’avoir l’opportunité de rédiger des articles sur la nudité artistique de manière assidue et d’en faire profiter les membres de la communauté linguistique francophone. Une chance d’autant plus accrue puisque plusieurs de mes poèmes y sont publiés afin d’accroître la diversité de mes nombreux articles au grand plaisir des lecteurs.* Je profite de l’occasion qui m’est offerte pour vous remercier de votre fidélité à l’égard de mon blogue. Que serait ce blogue sans vous? Poser la réponse est un peu y répondre. N’est-ce pas?

Vous ne le savez peut-être pas, mais l’une de raisons qui m’ont incité jusqu’à maintenant à devenir un modèle nu est de célébrer la vie avec une simplicité la plus complète qui soit. Quoi de plus simple que la nudité sans aucune arrière-pensée, dans une pureté absolue et loin de toutes les expressions possibles de vulgarité? En effet, la nudité est semblable, du moins dans le domaine artistique, à un nouveau-né lequel offre à la fois son innocence et sa fragilité. Innocence qui se perdra au gré des circonstances de la vie et fragilité qui se consumera dans une lutte effrénée pour sa survie. Chacun d’entre nous peut sans contredit fournir des éléments de preuve à profusion à mes propos. J’en suis plus que convaincu.

Malheureusement, il existe une proportion considérable d’individus qui ne partagent pas une telle conception de la nudité. Soyez certains que je n’ai pas l’intention de les condamner. Après tout, chacun est libre d’aimer, d’apprécier ou non et d’avoir son propre opinion sur le sujet. Mon désir est ici de justement partager avec vous ma prise de position personnelle sur un sujet précis: l’utilité de poser nu afin de transmettre son idée au plus grand nombre possible. Je le sais tout autant que vous. Il existe bien d’autres façons de s’exprimer que de poser nu. Je pense notamment à la chanson, à la poésie, à l’écrit, à la peinture ou à bien d’autres supports. En ce qui me concerne, j’utilise la nudité au même que toutes les autres manières que je juge pertinentes. Libre à vous de ne pas être d’accord avec mon idée. C’est votre droit le plus stricte et sachez que je le respecte. 

Déjà-là, trois questions se posent d’emblée. J’ai choisi d’y répondre au fil de leur apparition, et ce, dans l’intention d’alléger le plus possible votre lecture. Après tout, il s’agit d’un article explicatif sur un thème précis et non pas la rédaction d’un mémoire de maîtrise ou bien d’une thèse de doctorat.

Primo, est-il nécessaire de poser nu? Ce à quoi que je répondrai à la fois par l’affirmatif et par le négatif. En effet, il est possible que le fait de poser nu accentue un débat sur le sujet présenté. La nudité a toujours dérangé et elle dérangera toujours. Dans ce cas, il vaut mieux déranger pour une bonne cause. Toutefois, elle peut aussi avoir un effet pervers et détourner l’attention tant recherchée vers un objectif tout autre. Secundo, le droit de poser nu est tout aussi sacré que celui de s’abstenir de regarder tout publication où la nudité y est présentée. Ici, l’on doit sans cesse se rappeler que les droits des uns se terminent là où ceux des autres commencent.

D’ailleurs, chacun d’entre nous possède son éthique face à la nudité, sans cesse influencée par ses expériences de vie, incluant bien sûr mais pas toujours par sa sexualité, et par la religion qui était plus souvent qu’autrement garante de la moralité sociale jusqu’à l’émergence des sociétés dites laïques. Là encore, ces dernières gardent un relent de l’époque où le clergé réglementait l’existence des citoyens jusqu’à leur plus grande intimité. La vie est ainsi faite.

Secundo, l’on doit être en mesure de justifier son geste, de lui donner un sens et de répondre du tact au tact à ses détracteurs lesquels sont légions en ce monde. Justification appuyée par une réflexion de longue haleine laquelle permettra de fonder chacune des présentations de sa nudité et, finalement, de retourner lesdits détracteurs à leur propre vision de la nudité. Autrement dit, d’être capable à la fois d’assumer ce que l’on a fait et d’en retirer une fierté. Oui, je le sais. Il existe des gens qui adorent détruire le travail des autres pour le motif qu’ils n’ont rien d’autre à faire dans leur vie. Je les plains, les pauvres.

Tertio, Il faut toujours se rappeler que ce que l’on publie sur la grande toile y sera pour toujours et n’y disparaîtra jamais. Il est ici impératif de faire attention à tout ce que l’on y publie et d’être prêt en tout temps à en prendre la responsabilité. Oui, je vous entend murmurer qu’il y a une quantité phénoménale de photos tirées de ce blogue où l’on peut voir ma nudité. Savez-vous quoi? Je l’ai toujours assumé pour la raison suivante: mon désir de créer un tel blogue est apparu suite à une réflexion entreprise sur une longue période. Une période où le calcul des « pour » et des « contre » alla jouer un rôle prédominant. Bref, rien a été fait à la légère.

Rien a été fait à la légère pour présenter l’homme que je suis dans sa pleine humanité et son entière fragilité.

Rien a été fait à la légère pour détruire les idées préconçues face la nudité, les idées faussées par la présence, semblable à un virus mortelle, de la pornographie au sein de notre société. Une société avide plus souvent qu’autrement de sensationnalisme.

Rien a été fait à la légère pour célébrer, tel que le démontre la photo extraordinaire présentée en haut du présent article, ce qui est le plus sacré en ce monde: la vie.

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

  • J’ai choisi d’utiliser le masculin dans un souci de faciliter la lecture du présent article. Merci infiniment de votre compréhension.

Un peu de grâce musicale

Un peu de grâce musical

Bonjour tout le monde,

J’espère que la saison estivale se passe bien pour vous en attendant le retour au travail. De mon côté, je vais très bien même si il a plu toute la journée. Que voulez-vous? Il est important de recevoir quelques gouttes de pluie afin de permettre à dame Nature de se désaltérer. L’eau, tout comme le soleil, c’est la vie. L’un ne va pas sans l’autre. Toutefois, il est important de se rappeler que l’essentiel est de faire briller le soleil au sein de notre cœur.

Quoi de mieux de transposer la joie de vivre à la fois par la musique, la danse et la nudité? Voilà pourquoi j’ai décidé de partager avec vous cette vidéo tout à fait extraordinaire où la beauté féminine démontre tout son charme sous les notes musicales d’une chanson interprétée par l’une des langues les plus suaves au monde, l’espagnol. En effet, la beauté de la femme sous sa nudité est interprétée de manière formidable sous les traits de cette danseuse, voir modèle nue, au talent hors du commun.

J’adore ce type de vidéo où la nudité y est présentée à la fois avec un respect absolu, une vision artistique indéniable et un entrain qui nous incite, moi le premier, à faire quelques pas de danse. Tout y est parfait. Au fait, la perfection existe-t-elle dans le domaine artistique? Je peux vous répondre avec certitude que cette vidéo s’en rapproche véritablement.

C’est un fait. La nudité peut être un fondement incommensurable de création dans le domaine des arts. D’ailleurs, l’histoire prouve hors de toute doute raisonnable une telle affirmation. L’on a qu’à penser à Leonardo Da Vinci, et à bien d’autres artistes au fil des siècles, qui ont su rendre à la nudité ses lettres de noblesse.

Qu’en pensez-vous?

Merci de m’avoir lu.

DSCN0607

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada