Archives de tags | Adam et Ève

Ces rêves

43450473_778541799181103_4791710259833995264_o

Avec la permission de Aliénor BC de la France

Ces rêves

 

En ce triste et morne jour,

Où tout semble être tellement gris,

J’apprécie tout de même le fait que je vis,

Car en mon esprit, j’ai su que je l’aimerai toujours.

 

Je ressens ce bonheur,

Que j’avais jadis en admirant,

Cette belle femme que j’aimais tant,

Qui est encore dans mes pensées en cette heure.

 

Ce que je donnerai pour revenir,

Dans le silence où je voyais son sourire,

Existe-t-il une seule formule qui pourrait,

Me ramener en ce lieu où en secret je l’aimais ?

 

Maintenant que les années ont passé,

Sans pouvoir un seul instant l’oublier,

Oublier celle qui peuplait mes tendres rêves,

Ces rêves où j’étais un bel Adam et elle la belle Ève.

 

Nos routes se sont séparées,

Accordant à chacun notre liberté,

Même si elle m’a légué un poids à supporter,

Celui de n’avoir pas su lui dire à tel point je l’ai aimée.

 

Ce que j’aurais voulu passer une nuit,

À la couvrir de baisers dans un humble lit,

Avec grande tendresse et de ces petites douceurs,

J’aurais souhaité faire vibrer à l’unisson nos cœurs. 

 

Maintenant, il est vraiment trop tard.

Il est plus que temps de retirer en moi ce dard.

Mais si il y a une seule chose que je désire garder,

Ce sont ces instants passés ensemble que je veux me rappeler.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

À quoi bon aimer ?

 

DSC_1111B

 

Croquis fort intéressant réalisé lors de ma prestation tenue le 15 septembre 2018 à Montréal

 

À quoi bon aimer ?

 

Il arrive parfois dans la vie, 

Que même dans le silence tout est dit, 

Aucun mot, aucun geste, aucune pensée, 

Ne saurait permettre de changer notre destiné. 

 

Rêver de revenir sur nos pas … si sages, 

De ces pas légers de notre enfance, 

Qui deviennent lourds à notre adolescence, 

Et que dire de ceux qui nous suivent jusqu’au vieil âge ? 

 

La solitude est certes une compagne lourde à supporter, 

Mais elle devient tellement légère une fois apprivoisée. 

Solitude qui me dirige la main vers des zones inexplorées, 

Dans les livres où ont lieu des aventures insoupçonnées. 

 

Et que dire de toutes ces grandes douleurs de la vie ? 

De ces douleurs qui lui donnent des milliers de couleurs ? 

Pourquoi amener avec un amour dans ce monde de frayeurs ? 

Que ce soit un amour d’un pays lointain ou d’une femme d’ici. 

 

Maintenant que ma tête est claire, 

Et que mon corps est libéré de cette pierre, 

Et loin sont les chaînes de mes mains désormais libres, 

Et que se trouve en mon âme une question qui sans cesse vibre. 

 

Que me convient-il vraiment pour être heureux ? 

Serait-ce, comme veut la tradition, un jour de vivre à deux ? 

Je me permets avec grande sincérité d’en douter. 

Car rien de pire de faire pleurer celles que l’on a aimées. 

 

Alors dites-moi ! Serait-ce la fin de mon rêve ? 

Celle d’être un nouvel Adam pour une autre Ève. 

Le temps passe sans arrêt tel le sable du sablier, 

Et qui passe entre les doigts du Grand Horloger. 

 

À quoi bon aimer si c’est pour faire souffrir ? 

À quoi bon aimer si c’est pour détruire ? 

Faire souffrir par notre suffisance ? 

Et détruire par notre imprudence ? 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada

À cette beauté française

35812685_10156630653923919_4484520034021933056_o

Superbe dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

À cette beauté française

 

Oser être soi,

Oser ne pas être autre,

Être des vôtres, être des nôtres.

Et accepter d’être fragile comme de la soie.

 

Voilà l’ultime défi,

De poser nu une fois dans sa vie.

Une vie riche en émotions de toutes sortes,

Car seule la pauvreté en esprit est chose sotte.

 

Être de marbre,

Transformée en un arbre,

Arbre de ce pays où coule cette sève,

Cette sève que m’ont transmis Adam et Ève.

 

Laissant tomber sur mes frêles épaules,

Cette soyeuse chevelure léguée par ma tante Paule,

Et que dire de mes seins à la fois si beaux et si fermes ?

Allez-y mes amis! Admirez de vos yeux tel que ferait Hermès.

 

Est-ce un crime de posséder un tel corps ?

Pour lequel jeunes pucelles offriraient tout leur or.

Et que dire de ma bouche et de mes lèvres pulpeuses ?

Si ce n’est de leur texture qui les rendent au combien délicieuses.

 

Inutile de donner à vos toiles un titre,

Ni même songer un seul instant à un sous-titre.

Car est-il vraiment nécessaire de donner un nom ?

À cette beauté française digne du plus grand renom.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Au petit matin

 

23361129_10213576975955179_1924494607_n

Une source incroyable d’inspiration

Au petit matin

 

Au petit matin
Où tout est calme
Où reposent nos âmes
Là! Près de toi je me tiens.

 

Bien futiles ces questions,
Bien inutiles ces interrogations,
Que penseront ces gens pervers?
Qui jugent autrui dans ce monde à l’envers.

 

J’entends ta respiration,
Jadis saccadée par les émotions,
Accompagnée par mon souffle de mon bonheur,
De te savoir comblée en ces suaves heures.

 

Je n’ose pas bouger
De crainte de te réveiller
De peur de te sortir de ce pays d’Adam et d’Ève,
Même si de te faire l’amour encore et encore j’en rêve.

 

De

 

RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada

En ce temps-là !

Mireille Darc 3

 

© Mireille Darc

 

En ce temps-là !

Bonjour tout le monde,

06_Mireille_Darc_GaliaJe profite de mon retour à la maison, suite à une panne de courant, pour publier un article à saveur philosophique. Comme quoi avoir une panne de courant chez-soi ne signifie pas être en panne d’inspiration pour une éventuelle publication au sein de mon blogue consacré à la grâce de la nudité artistique, à la photographie et à la poésie. Vous savez fort probablement que la magnifique actrice Mireille Darc nous a quitté voilà déjà quelques jours. Elle a été, c’est le moins que l’on puisse dire, une actrice hors pairs jouissant d’une beauté exquise et apte à évoluer avec les aléas du temps.

© Mireille DarcOr, parmi son cheminement professionnel, elle a su se trouver une place non négligeable au sein du monde élitiste de la documentation. J’ai bien écrit « élitiste » étant donné le fait que plusieurs cinéastes ont tenté à maintes occasions de réaliser des documentaires sur divers sujets sans pour autant atteindre un minimum de professionnalisme digne de ce nom. Comme l’affirme si bien le proverbe :  » Beaucoup d’appelés, peu d’élus.  » Ce qui est d’autant plus vrai lorsque la nudité est de mise lors d’une recherche documentaire. Pourquoi donc ? Serait-ce un relent d’une pseudo moralité trouvant sa source au sein d’une religion où la recherche de la beauté, du plaisir et de la joie dans le sens le plus simple a été condamnée aux feux de l’Enfer ? C’est possible.

Toutefois, force est d’admettre que la France est et continue d’être à l’avant-garde de l’art du nu. Un art qui serait, et c’est mon humble opinion, l’apanage des dieux. Heureusement qu’il y a dans le monde de la francophonie des créateurs artistiques pour qui la nudité, travaillée de manière noble et présentée avec le plus grand des respects, est un outil de travail tout à fait unique. Mais attention ! Je ne parle pas ici d’une réalisation au sens religieux du terme, bien que le Vatican, chose étrange d’ailleurs, regorge de tableaux et de peintures relatant la nudité de nos premiers ancêtres, au sens imagé, que sont Adam et Ève. Chose assez étonnante dans le monde du nu, ou si vous préférez, de la nudité purement et simplement, c’est qu’il est rarissime de pouvoir contempler une oeuvre quelconque sans y voir une facette liée de près ou de loin à la pornographie. Pourtant, la nudité artistique n’a rien en commun avec cette dernière. Bien entendu qu’une certaine volupté, voir une sensualité, peut être perceptible au sein de diverses présentations. là-encore, tout est une question de goût personnel.

Ceci écrit, je ne pouvais guère passer sous silence le travail accompli par notre chère disparue, madame Mireille Darc, qui a su avec habileté vivre de sa passion mais, encore plus important, de vivre pour celle-ci. Oui, c’est un fait. La nudité n’était point un péché, ni un crime … en ce temps-là. Encore une fois, je lui souhaite paix à son âme !

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

P.S. Un sincère remerciement à ma collègue Idéelle pour sa permission d’utiliser ses photos de nus.

Son site est : https://ideelle.wordpress.com/2017/08/29/de-lautre-cote-de-lobjectif/

 

 

Sacré cœur : Source de vie et d’espoir en chacun de nous ; un hommage à mon père ( Une analyse théologique )

11235251_676422929152119_142811643_o.jpg

Sacré cœur :

Source de vie et d’espoir en chacun de nous ;

Un hommage à mon père

( Une analyse théologique )

 

Depuis la nuit des temps les hommes se sont questionnés sur les multiples facettes qui composent la vie. D’ailleurs, les expériences de l’existence humaine auxquelles nous sommes tous confrontés sont si nombreuses qu’il me paraît illusoire de tenter de les énumérer même si certaines d’entre elles peuvent sembler être d’une injustice flagrante à notre endroit. Je pense notamment à la maladie, à la pauvreté et à la perte de personnes chères à nos yeux. Qui d’entre nous n’a pas vécu à un moment donné de sa vie des situations où tout lui paraissait injuste, voire absurde, tellement sa souffrance l’accablait ? C’est un fait, aucun d’entre nous n’y échappe. C’est là le lot de l’humanité, et ce peu importe les époques.

Plusieurs questions apparaissent au fil des événements auxquels nous sommes confrontés. Parmi celles-ci ; devrions-nous nous révolter ou tout simplement abdiquer ? Serait-il plutôt à notre avantage de se relever et de porter sa croix de manière libre et pleinement conscients vis-à-vis à son propre destin ? C’est un fait indéniable ! Oui, nous avons le choix de parcourir ou non la route plus ou moins sinueuse qui se dresse devant nous. Oui, nous avons également l’option de se fermer les yeux et de faire comme si rien était. Or, dans ce cas-ci, le seul résultat possible est un appauvrissement au sein de son être, voire ici de son âme, qui l’amènera inexorablement dans les profondeurs de l’Enfer. Un Enfer où il nous sera impossible d’en sortir étant donné le vide qui nous entourera et qui nous étouffera sans ménagement. Est-il utile de vous rappeler qu’il n’y a pas pire vide que celui provoqué par l’absence d’amour ? Et où se trouve la véritable source d’Amour, basé sur une pureté sans égale et à peine concevable pour le commun des mortels, sinon en Dieu seul ?

Voilà pourquoi l’image dite « du Sacré-Cœur », une des images qui possèdent une sacralité hors du commun au sein même des grandes églises chrétiennes telles que l’église catholique, anglicane et les églises orthodoxes, revêt une importance indispensable auprès de votre humble serviteur. Et pour causes ! Prendre la position du Christ sur la croix, et de surcroit entièrement nu, ne se fait pas sans raison.

En effet, cela embrasse un symbolisme qui unit à la perfection l’être humain au caractère divin qui l’habite, lui octroyant ainsi un aspect sacré. Une sacralité qui nous rappelle que nous sommes tous et toutes sensibles face à la souffrance, la nôtre et celle que l’on éprouve par la compassion ou l’empathie à l’égard des gens que nous pouvons rencontrer dans nos vies. Est-il utile de vous dire que nos souffrances et nos limites peuvent en maintes occasions nous rapprocher de nos frères et de nos sœurs en cette humanité ? D’ailleurs, une telle photo renferme plusieurs caractères liés à la sacralité.

En premier lieu, la posture reflète en elle-même tout le respect dû à la fois à la nudité totale de mon corps, voire ici la partie dite « profane », et l’allusion directe du Christ mourant sur la croix afin de racheter, voire ici la partie « sacrée », l’humanité de ses péchés tel qu’enseigné selon la théologie chrétienne toutes dénominations confondues. Croyez-moi sur parole ! La décision de prendre une telle position est apparue en mon esprit aussi subitement, je dirais même un peu à la blague de manière presque miraculeuse, que la voix du Christ qui interpela l’apôtre Paul sur le chemin de Damas lors de ses démarches de persécutions contre les premiers chrétiens.

En deuxième lieu, une telle photo contient plusieurs éléments qui se rapportent au Christ souffrant sur la croix. Je pense, entre autres, aux quelques cicatrices qui se démarquent sur mon thorax. Cela ne vous rappelle-t-il pas cette grande et noble vérité : Qui d’entre nous n’a pas ses propres cicatrices, visibles ou non à l’œil nu, que l’existence lui a infligées suite à des expériences plus ou moins douloureuses lesquelles laissèrent des blessures au cours de la vie ? D’ailleurs, une de mes cicatrices se situe exactement au niveau de mon … cœur. Fait étonnant quand je pense au titre même de l’exposition tirée de cette photo : Sacré-Cœur.

En troisième lieu, la nudité qui y est présentée l’est tout de même de manière tout à fait sereine et dépourvue, Dieu merci, de fausse pudeur. Particularités que je qualifierais de rarissimes où la nudité est malheureusement exhibée sous forme de marchandise au sein de la grande majorité des médias de masse, en particuliers les sites pornographiques mais pas seulement. Une telle sérénité démontre une fois de plus qu’il ne peut y avoir, en aucun temps et en aucune façon, de honte à l’égard de ce que nous sommes au plus profond de soi. Voilà pourquoi, et c’est là mon opinion et rien d’autre, nous avons tous nos limites, nos barrières et nos infirmités parfois psychologiques et parfois physiques, qui peuvent se transformer en un catalyseur de force incroyable à la condition sine qua none que le désir de se surpasser est présent en soi. Quoi de plus fort que de voir au-delà de nos premiers regards sur soi ? Quoi de plus magnifique, voire extraordinaire et même parfois mystique, de faire la découverte d’une puissance insoupçonnée cachée au plus profond de nous ? C’est ainsi, prenez-le à titre d’un simple exemple, que l’absence de mes mains n’empêche pas de les imaginer clouées sur une croix. Il y en va de même pour le commun des mortels puisque voir au-delà du premier coup d’œil peut être le début d’une nouvelle vie, voire même d’une résurrection.

L’absence de fausse pudeur démontre aussi de manière claire et sans ambiguïté que la nudité possède également une sacralité qui lui est propre. Ma masculinité, admettons-le bien visible, nous rappelle que le Christ était avant toute chose un homme vivant dans un corps mortel au sein d’une communauté ayant ses règles et ses codes de conduites sans oublier sa foi en un livre où le récit d’Adam et d’Ève qui ont été créés nus occupe une place prépondérante dans le récit, avouons-le modestement, hautement symbolique du début de l’histoire de l’humanité. Là encore, la nudité des deux protagonistes est empreinte d’une grande pureté tout en reconnaissant de manière subtile, par le désir du Créateur de les voir féconds et prospères, que la sexualité leur est un droit inaliénable.

Enfin, le dernier point que je souhaite aborder dans ce texte concerne l’élément le plus crucial sur cette photo. Il s’agit de ne jamais craindre de tomber puisque cela est propre à chacun d’entre nous. Un vieil adage affirme avec raison que ce n’est pas le nombre de fois que nous tombons qui importe le plus mais bien celui où nous nous relevons afin de poursuivre notre route jour après jour jusqu’à la victoire finale, celle où nous allons découvrir le sens véritable de notre existence. Rien de plus facile que de tomber, mais rien de plus ardu de prendre sa croix et se relever !

Mon père m’a déjà raconté qu’il avait décidé de me montrer à marcher afin de faire mentir les plus sombres pronostics de certains médecins à mon endroit. C’est ainsi qu’il m’avait placé à l’extrémité du couloir de la maison familiale alors qu’il se tenait à l’autre extrémité. Il m’ordonna de venir vers lui debout et non pas à genoux comme j’étais habitué de le faire. C’est après ma troisième chute que j’ai eu assez de force pour me tenir debout et d’aller ainsi vers mon père et, fait intéressant, de n’avoir plus jamais rampé du reste de ma tendre enfance. Cela ne vous rappelle-t-il pas un certain récit des évangiles ? Le Christ a tombé trois fois avant d’être cloué sur la croix afin de revenir sous une forme totalement différente après sa résurrection. J’ai aussi tombé trois fois mais en bout de ligne cela a permis à mon père de m’aider à découvrir le monde qui s’ouvrait désormais devant moi. Or, un tel événement a eu lieu à la même heure où la célébration eucharistique était célébrée en ce dimanche. Comme quoi la foi transporte des montagnes. Merci papa ! Merci mon Dieu !

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

À la portée de ta main !

New Image64

À la portée de ta main !

 

Depuis la nuit des temps,

Après sa grande victoire sur le Léviathan,

En Dieu se trouva le désir de créer milliers de galaxies,

  Afin d’y implanter avec amour toutes les germes de la vie.

 

De la lumière naquit l’existence,

Et de son labeur, il donna forme à l’innocence,

Animaux divers et belles plantes couvrirent plaines et vallées,

Sur l’herbe verte des prairies, ses créatures pouvaient en tout temps y aller.

 

Des eaux, il les soustrait à sa divine volonté !

Les séparant des terres, il leurs donna avec magnanimité,

Vastes multitudes de bestioles pour y puiser nourriture à volonté,

Pour celui qui allait devenir en ce paradis, la manifestation de sa divinité.

 

Homme il le créa assurément,

Et lui donna en la femme sa compagne fidèlement,

D’une simple côte, il en tira l’égale de sa chair et de son sang,

Afin de peupler cette magnifique terre par leurs nombreux enfants.

 

Voyant la tristesse dans les yeux d’Adam,

Il lui demanda ce qui le tourmenta en ces jours-là,

Avec espoir de trouver solution, c’est alors qu’il lui confia,

Des joyaux de la terre, il ne savait pas quoi offrir à Ève qu’il aimait tant.

 

Après mûres réflexions,

Dieu avec grande bonté lui sourit,

Et de sa douceur paternelle, dans ses bras, il le prit,

Et lui promit de trouver à son inquiétude légitime la solution.

 

Au gré de la bise matinale,

Il appela son fils de sa voix proverbiale,

Adam bondit dès cet instant pour accourir vers son paternel,

C’est alors qui lui dit cette sage parole qui lui sera éternelle.

 

Dieu avait dit que la lumière soit,

Et elle sortit des limbes car il en est le roi,

Et par son incomparable bonté, il en extirpa toutes les couleurs.

Pour les déposer avec grande délicatesse sur ce bouquet de fleurs.

 

Tu vois mon fils ? Lui demanda-t-il.

Voilà ce que tu devras avoir à chaque heure et en ton cœur,

Pour celle qui t’accompagnera jour après jour tel sera ton destin,

Ce présent, témoignage de ton amour, sera à la portée de ta main.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le nu et la religion ? Un débat sans fin …

11235251_676422929152119_142811643_o_thumb.jpg

Le nu et la religion ? Un débat sans fin …

Aujourd’hui, il sera question d’une problématique qui a longtemps trotté dans la tête de votre humble serviteur. Une telle problématique se pose d’autant plus que je suis profondément catholique et que j’adore plus que tout au monde poser nu pour des écoles d’arts et des ateliers à l’intention d’artistes professionnels ou amateurs. Une passion qui n’a jamais cessé de grandir au fil des années et de mes expériences lesquelles ont été jalonné de moments extraordinaires et de rencontres avec des gens merveilleux.

new-image98Toutefois, il me semble impératif d’apporter mon grain de sel dans l’éternel débat qui sévit sur le lien entre d’un côté, le nu artistique et d’un autre côté, celui du domaine religion. Autrement dit, existe-t-il un quelconque lien entre ces deux composantes qui forment une partie importante de l’être humain ? Est-il nécessaire de vous rappeler que nous naissons tous entièrement nus et que l’aspect religieux fait partie inhérente des êtres humains ? Bref, la nudité et l’esprit forment un tout en chacun d’entre nous. Nul d’entre vous ne peut le nier.

Il est vrai, et je le rappelle par un souci d’honnêteté intellectuelle, qu’un article ayant pour thème ma foi à l’égard de ma profession en tant que modèle nu a déjà été publié au sein de mon blogue artistique. Cependant, il s’agit dans le cas présent de ma vision personnelle sur la notion même de la nudité à travers les yeux de la religion qu’est la mienne, c’est-à-dire le catholicisme. Je vous le dis d’emblée, ma formation universitaire en théologie a eu une grande influence dans la rédaction du présent article. Ce qui est encore plus le cas si on se souvient que ma volonté de devenir modèle nu a surgi au sein de mon esprit suite à une recherche sur l’eugénisme dans le cadre d’un exposé écrit de longue haleine.

Soyons d’accord sur certains points précis concernant la nudité et la religion. Tout new-image5d’abord, la nudité fait partie de l’être humain de notre naissance jusqu’au moment où l’âme quitte son enveloppe corporelle. Il n’y a pas de mal propre à cet aspect de l’existence humaine. Qui d’entre nous n’a pas déjà lu le récit du jardin d’Éden où Adam et Ève vécurent entièrement nus et en n’avaient point honte ?[i]  L’élément à retenir ici est bel et bien de ne pas avoir ressenti une honte face à la nudité laquelle était saine et loin de toutes formes de perversité.[ii] Ensuite, il est possible de transposer cette vision de la nudité au domaine artistique car tout ce qui y recherché relève davantage d’une vision où la pureté du regard se situe aux antipodes de la pornographie.[iii] Enfin, et contrairement à la croyance populaire, il n’existe aucun dogme concernant la sexualité au sein même des nombreuses proclamations faites par les souverains pontifes comme il n’a pas non plus de théologiens dignes de ce nom qui auraient pu élaborer sur la notion même de la nudité.

cropped-st-jc3a9rc3b4me-1.pngNon, la nudité est loin d’être un péché. Il s’agit plutôt de son instrumentalisation afin de satisfaire une mainmise par des tierces-personnes. Ce qui est d’autant plus grave au cas où l’exploitation sexuelle, notamment de mineurs, y est présente. Oui, la nudité peut être utilisée afin d’y découvrir toute la beauté qui s’y dégage. D’ailleurs, plusieurs des œuvres des plus remarquables se trouvent au sein même du berceau de la chrétienté, c’est-à-dire le Vatican.[iv]

Je termine mon propos sur cette petite réflexion : « Il sera impossible aux hommes, malgré toute leur bonne volonté, de vivre en harmonie avec leur être le plus profond, voire ici leurs âmes, tant et aussi longtemps qu’ils porteront un regard réprobateur sur leur propre nudité. Cette dernière nous rappelle que notre nature véritable est fondamentalement bonne et féconde. » Il est dommage de constater qu’une telle réalité ne sera certes pas pour bientôt. D’où l’existence d’un débat sans fin… Et vous ? Qu’en pensez-vous ?! Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

[i] Genèse 2.4-25

[ii] Genèse 2.25

[iii] Personnellement, et pour avoir jadis réalisé une séance de nudité érotique en compagnie d’une charmante dame et sous l’œil chevronné d’un photographe extraordinaire, je dois reconnaître qu’une certaine pornographie peut aussi être qualifiée de réalisation artistique. Toutefois, il est triste de constater que c’est loin d’être la majorité des cas.

[iv] L’impérialisme romain, de par sa Pax Romana, a favorisé la diffusion de cette nouvelle branche du judaïsme, laquelle fut tirée de l’enseignement d’un certain Jésus de Nazareth, par le biais de ses nombreuses routes qui ont jalonné cet empire. Ceci est tout de même cocasse si on pense aux récits des persécutions que les premiers chrétiens ont dû subir au début de l’ère chrétienne.

Petite réflexion en ce samedi 4 juin 2016

seances_de_nudite_art__a_l_u_q_a_t__montreal_2_by_lequebecois1962-d9g1g8r

Petite réflexion en ce samedi 4 juin 2016

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je désire vous entretenir d’un sujet qui m’agace quelque peu et qui est enI'm not a trophy3 l’occurrence de poser nu pour d’une part, dénoncer une quelque politique ou bien un fait que l’on peut juger à tord ou à raison d’immoral et d’autre part, de promouvoir une philosophie de vie susceptible d’intéresser un nombre assez important de personnes. Il va de soi que la présence de modèle nu ou bien de mannequin ayant accepté de poser nu peut être un élément positif dans le cadre promotionnel. Avouons-le! Beauté, popularité et notoriété sont des qualités à ne jamais négliger lorsque l’on désire susciter un débat au sein de la société. Débat qui peut amener un changement des valeurs au sein de ladite société. Un fait important est à retenir: Chaque société véhicule des valeurs qui lui sont propres et pour lesquelles nos jugements actuels ne doivent en aucun cas interférer dans notre compréhension. Rappelons-nous que nos propres valeurs seront passées au crible par nos descendants. Ce que nous acceptons ou tolérons d’emblée aujourd’hui seront probablement condamnés et ce que nous réprimons de nos jours sera peut-être encouragé dans les prochaines décennies.

I'm not a trophy2Bien entendu que le simple fait de poser nu pour une quelconque cause jugée de “bonne” peut susciter plusieurs interrogations chez plusieurs personnes susceptibles d’être mal à l’aise face à la nudité. La leur et celle d’autrui. Pourquoi vouloir à tout prix poser nu? Pourquoi poser nu tout simplement? Et qui sont-ils tous ces gens qui osent poser en costume d’Adam et Ève? Voilà bien des questions que je tenterai de répondre dans le présent article. Mais, avant toute chose, existe-t-il des causes que l’on pourrait juger de “bonnes” et pour lesquelles le fait de poser nu est un prérequis dans l’avancement d’une cause?

Première question à résoudre une bonne fois pour toute: Pourquoi vouloir à tout prix poserI'm not a trophy4 nu? Je répondrai à cela qu’il n’y a pas à proprement parler de raison particulière si ce n’est de l’intention sous-jacente à celle-ci. Ici, tout est en lien avec l’objectif visé et qui est de l’utilité de faire passer un message, sans omettre la qualité du produit final. Plus l’objectif visé est d’atteindre un changement des mentalités à l’égard d’une réalité qualifiée d’inacceptable, plus l’utilisation de la nudité comme élément communicationnel peut être envisageable. Par exemple, la nudité est souvent mise en avant-scène dans la dénonciation de la cruauté envers les animaux et la chasse notamment celles des espèces en voie de disparition. Là encore, la qualité du produit final demeure le pilier du message à proprement parler. Peu importe le nombre de clichés, de dessins ou de peintures, si la qualité est absente ou bien laisse à désirer, le message risque de se retrouver dans les catacombes.  Poser nu est un art! L’art de la communication en est un autre. Ne l’oublions jamais.

I'm not a trophyQui sont-ils tous ces gens qui osent poser en costume d’Adam et Ève? Trois idées doivent être mémorisées afin de résoudre cette problématique. Primo, ce sont des gens comme tous ceux et celles que vous rencontrer au quotidien. Certains ont un corps magnifique, d’autres en ont que je qualifierais de “bien ordinaires” et, enfin, ceux qui possèdent un corps ayant une histoire peu commune (1). Secundo, plusieurs de ces modèles sont aussi des mannequins de genre, avouons-le, haut de gamme. Ce qui ne les empêche pas de poser nu à l’occasion de campagnes dignes de mention. Je pense notamment à Cara Delevingne qui a accepté de poser nu afin de promouvoir la défense des animaux et la dénonciation de laI'm not a trophy2 chasse. D’ailleurs, toutes les photos intitulées “I’m not a trophy” sont tirées du site promotionnel dont vous trouverez un lien en annexe du présent article.(2) Tertio, toutes les causes sont bonnes pour éventuellement poser nu, mais le fait de poser nu n’est pas nécessairement bon pour n’importe telle cause. Par exemple, on peut envisager des séances de nudité avec des mères allaitant leurs poupons afin de démontrer que l’allaitement est tout ce qui est le plus naturel. Or, il serait périlleux de présenter des telles photos dans les publicités puisque certains regroupements féministes pourraient y voir le corps de la femme comme étant exploiter par les firmes publicitaires. Or, un modèle nu ne peut pas être perçu comme une personne potentiellement exploitée vu le caractère de la liberté pleine et entière établie entre celui-ci et la personne physique ou légale pour laquelle il travaille.

rollandjr_st_gelais_by_lequebecois1962-d8k397jPour ma part, j’ai toujours accepté de manière totalement libre de participer à chacune des séances de nudité artistique, et quelques-unes érotiques, avec les personnes pour lesquelles j’ai travaillé. Pourquoi donc? me direz-vous. En premier lieu, les règles sont avant toute chose établies et avenant le cas où elles pourraient être quelque peu dépassées, il est toujours de mise d’avoir un accord tacite et sans aucune ambigüité des personnes présentes. Autrement dit, un oui restera un oui et un non restera un non. En second lieu, je n’ai jamais eu honte d’affirmer haut et fort que je suis un modèle nu puisque cela constitue, avec mon aptitude à écrire et à faire de la photographie, l’un des meilleurs moyens qui m’a été donné pour communiquer avec l’autre. Cet autre qui porte souvent, après coup, un nouveau regard sur lui-même et sur le monde.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

(1) Oui, je le sais trop bien que je fais parti de ce troisième groupe. La vie est ainsi faite.

(2) www.imnotatrophy.org

La St-Valentin et le domaine de la nudité artistique

La St-Valentin et le domaine de la nudité artistique

Bien le bonjour tout le monde,

J’espère que vous passez une belle soirée en cette St-Valentin, et ce, que vous soyez amoureux ou bien célibataires. L’essentiel est d’être bien dans sa peau et heureux d’abord et avant tout avec soi-même. Comment peut-on aimer si on ne s’aime pas? Là est une question fort importante par les temps qui courent. De mon côté, tout va à merveille. Je remercie Dieu pour ses nombreux bienfaits qu’il m’accorde au quotidien. «Apprends à apprécier ce que tu as et tu seras riche. » Dit un vieux proverbe oriental.

Peinture impressionniste
Peinture impressionniste

Bref, je vous parle aujourd’hui de l’imagerie de la nudité artistique au sein de cette fête des amoureux qu’est la St-Valentin. Une fête sans aucune importance pour certains, trop commercialisée pour les autres et souvent galvaudée selon les modes passagères. Personnellement, la St-Valentin représente l’opportunité de revivre ne fut-ce qu’un seul instant l’amour que j’ai éprouvé envers trois femmes magnifiques. Des femmes qui ont su voir en moi l’homme bien avant l’handicap, l’être humain et non pas un objet de curiosité et, finalement, l’âme qui habite ce corps certes différent mais semblable, pour paraphraser le chanteur Claude Dubois, « par en-dedans ».

Je profite de cette unique tribune pour les remercier d’avoir partagé une parcelle de leurs vies avec la mienne. Oui, j’aurais bien aimé avoir été à la hauteur de leurs attentes et pouvoir leur rendre tout le bien qu’elles ont su manifester à mon égard. La vie en a voulu autrement. Trois femmes extraordinaires! Trois femmes au cœur d’or! Trois femmes pleinement féminines! Merci d’être entrées dans ma vie! Merci de m’avoir donné tout ce que vous pouviez! Merci de m’avoir présenté le monde à travers vos yeux! Et encore merci pour tout le reste!

Mais, revenons au sujet de cet article. La nudité artistique a sans aucun doute été la clé de voûte des plus grandes

Dis-moi tout!
Dis-moi tout!

réalisations en ce qui a trait au sentiment amoureux, à l’innocence entre deux êtres à la recherche puis à la découverte de leurs âmes sœurs et, ne l’oublions pas, à l’acte du don de soi envers l’autre. L’on a qu’à penser aux peintures de Michel-Ange, aux représentations d’Adam et d’Ève dans le jardin d’Éden sans omettre les œuvres d’arts de la Grèce antique. La nudité reflète bien à elle seule le sentiment amoureux. Bon! Je l’admet. Il n’y a pas que la nudité, mais sa place est tout de même très considérable.

Et que dire des chanson d’amour où le thème de la nudité est présenté avec brio et sans vulgarité? D’ailleurs, l’un des plus grands classiques de la chanson française est une création du regretté Serge Gainsbourg. Ladite chanson s’intitule  « Je t’aime, moi non plus. » Une chanson comme il s’en fait rarement de nos jours. Des jours où pullulent des crimes affreux, de la violence gratuite, de l’obscénité à profusion et tout ce qui détruit la valeur innée à l’Homme.* C’est bien dommage qu’une telle situation existe à notre époque où les communications n’ont jamais été si faciles entre les individus, surtout à l’ère des réseaux sociaux sur l’internet. Quoiqu’il en soit, je continue à croire en l’être humain certes du pire, mais aussi du meilleur. Tout est une question de rester positif.

La nudité n’a rien de mal en soi. Ceci est d’autant plus vrai dans le domaine artistique et à plus forte raison lorsqu’elle est l’expression du sentiment amoureux. Un tel sentiment peut parfois naitre d’un coup de foudre, d’une suite d’expériences vécues en commun ou tout simplement par le truchement du hasard ou encore le destin. Vivre amoureux, c’est vivre heureux avec l’autre. C’est accepter non seulement les faiblesses de l’autre, mais bien davantage les siennes. C’est ultimement avouer nos imperfections physiques dans notre plus simple apparat qui est la … nudité.

En résumé, je suis fier d’avoir connu l’amour même si cela m’a fait mal en certaines circonstances. C’est grâce à cette souffrance, mais aussi celle causée par les affres de la solitude, que l’on apprivoise la souffrance d’autrui, ses craintes face à la vieillesse inéluctable et ultimement face à la mort. Aimer, c’est vivre. Vivre, c’est être présent dans le cœur de l’être aimé.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

* J’utilise le terme «Homme» dans le sens d’humanité. Ce qui englobe bien entendu la femme et leurs progénitures.