Archives de tags | air

Une lumière dans la nuit

Une lumière dans la nuit Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/I-can-t-believe-912186775

Une lumière dans la nuit

 

J’étais seul dans ma chambre.

Plongé dans mes pensées couleur ambre.

À des années-lumière de mon corps.

Navigant sur mes regrets et mes torts.

 

Regardant au-delà de la fenêtre.

Y cherchant la raison de mon mal-être.

Que puis-je faire ? Pourquoi est-ce ainsi ?

Est-ce là tout ce dont peut m’offrir la vie ?

 

C’est alors que subitement j’ai pensé à toi.

Une aura m’a extirpé du plus profond de moi.

Une chanson m’a transporté vers un monde nouveau.

Grâce à toi, ma bien-aimée, mon univers est si beau.

 

C’est dans un moment tant inattendu.

Un instant sublime que je n’aurais jamais cru.

Qu’une étoile brillant dans le firmament m’a envoyé sa lumière !

Pour répondre avec délicatesse à mes nombreuses prières.

 

La passion se trouve-t-elle à la croisée des chemins ?

Existe-t-il pour les âmes perdues un meilleur destin ?

Sommes-nous condamnés à jamais à la vindicte populaire ?

Est-il possible de vivre sans se soucier de toutes les guerres ?

 

Alors que tout me semblait être au désespoir.

En mon esprit, un refrain a ravivé tous mes espoirs.

La noirceur a maintenant fait place à la lumière.

Désormais, je regarde l’avenir sans me retourner en arrière.

 

Une chanson fredonne dans mon cœur.

Un air qui éloigne de moi toutes mes peurs.

Je vois celle qui sera pour toujours la plus belle.

C’est par elle que j’ai réappris qu’il y a encore tant de merveilles.

 

Une lumière brille dans la nuit.

Une étincelle m’a ramené à la vie.

À jamais, elle aura ma reconnaissance.

À mon réveil, j’ai enfin pris une nouvelle naissance.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Devrons-nous le répéter?

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Devrons-nous le répéter?

 

Je me souviens,

D’un temps pas si lointain.

Une chanson d’amour, une chanson d’espoir !

Que mes parents ont chanté chaque soir !

 

Une chanson remplie de vérité!

Un air qui était déjà pour l’éternité.

Quel beau souvenir qui me comble de bonheur !

En ce temps de menace, de guerre et de malheur.

 

Était-ce une utopie de croire en l’amour?

De la fin des conflits et de la haine, pour toujours.

Jour après jour, je regarde les nouvelles télévisées.

Nuit après nuit, je revois mes parents dans mes pensées.

 

Je les entends fredonner une chanson où l’amour était la norme.

Un air qui me berce le cœur jusqu’à ce que je m’endorme.

Avons-nous appris une quelconque leçon?

Avons-nous encore perdu la raison?

 

Toutes les richesses des tyrans disparaissent un jour ou l’autre.

Tous les empires s’envolent vers le néant qui devient leur hôte.

Toutes les puissances sont malgré elles désarmées face à leur destin.

Pour devenir de manière inexorable des lignes écrites par des historiens.

 

Devrons-nous sans cesse le dire encore et encore?

Que l’amour est vraiment le plus précieux des trésors!

Qu’aucun drapeau n’est plus beau que celui de la paix !

Alors, il serait temps de s’aimer pendant qu’on y est.

 

Avons-nous dans les livres d’histoire bien lu?

Que les guerres n’ont jamais rien résolu !

Que seul l’amour finira par vaincre, par triompher !

Mes amis, en ces jours incertains, permettez-moi d’espérer.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Dans ses mains

« Dans ses mains » Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo & modèle féminin : Jenovaxlililth

Dans ses mains

 

Me promenant un matin,

Un matin sans penser au lendemain.

Écoutant les chants des oiseaux dans les bois,

Tout était calme dans mon cœur jusqu’au moment où je la vois.

 

Elle était là, assise bien sagement, sur une pierre.

Je la regardais bien silencieusement en humant l’air.

J’admirais son visage bien candidement avec délicatesse,

En me demandant d’où pouvait bien provenir cette princesse.

 

Elle avait les yeux clos et le visage tellement beau.

Elle avait la peau blanche et douce comme un roseau.

Elle portait une robe de satin qui lui allait si bien.

Elle portait une chevelure rouge comme le vin.

 

Mon regard se dirigea alors sur ces mains.

Jamais je n’ai vu de pareilles merveilles, c’est certain.

Des signes magiques y étaient étrangement représentés.

Des symboles de la kabbale venue de l’antiquité.

 

Voilà pourquoi, j’ai été envoûté.

Voilà pourquoi, mon cœur a été charmé.

Que pouvais-je faire pour m’approcher d’elle?

Que pouvais-je faire qu’elle ne s’envole telle une hirondelle?

 

Que la vie est parfois si indue !

Moi, qui à mon âge, je croyais avoir tout vu!

C’est par un matin d’été que je découvre une telle beauté.

Alors qu’il me reste peu de jours à vivre avant de partir pour l’éternité.

 

Plus jeune, j’aurais pu l’inviter au bal pour danser.

Plus jeune, j’aurais pu l’amener dans des pays si étrangers.

Mais, maintenant que je suis rendu vieux, tout ce que je peux faire.

C’est de me remémorer mes plus beaux souvenirs comme si c’était hier.

 

Ô, mon Dieu, veuillez exaucer cette humble prière.

Moi, homme qui a parcouru des pays en paix ou en guerre.

Veuillez déposer mon corps en ces mains lorsque le moment sera venu.

De quitter ce monde si magnifique et ainsi retrouver mes aïeux dans les nues.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Que je puisse me rappeler

Que je puisse me rappeler Poème de Rolland Jr St-Gelais Source de la photo : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/50-00306-900286629

Que je puisse me rappeler

 

Il est maintenant minuit,

Tu le sais bien ma tendre chérie,

Que je souhaiterais être encore,

Avec toi, ma chère maîtresse en or.

 

Je dois partir pour prendre le train,

Le train qui me ramènera au petit matin,

Dans une ville aux nombreuses gares,

J’y descendrai sans crier gare!

 

J’aurais pour vêtement le parfum qui enrobera l’air,

Celui que je t’avais offert pour notre anniversaire.

Cela fait déjà un an que nous nous fréquentons,

En cachette, loin de ces « t’en dira-t-on ».

 

Te souviens-tu de notre première nuit?

Comme nous étions alors, l’un de l’autre, épris.

Dans les draps de satin, nos corps s’enlacèrent,

Par nos gestes, nos chairs avec volupté se bercèrent.

 

Tu recevais en toi mes louanges telle une divinité,

Ces va-et-vient que je te prodiguais avec générosité.

De ta voix suave, sans cesse tu en redemandais.

Avec grande attention, je t’en redonnais.

 

Et d’un commun accord,

Un synchronisme tant d’esprits que de corps,

Nous atteignons en un instant le point de non-retour,

Dans lequel nos cris de jouissance ont salué le lever du jour.

 

Quel moment magique et délicieux,

Peut-être que seuls connaissent les dieux,

De vivre une si belle union, digne d’une réelle communion.

Une aventure qui perdure depuis que nous nous connaissons.

 

C’est maintenant le temps de partir,

Mais, avant tout, je t’en supplie, fais-moi sourire.

Laisse-moi savourer, déguster ce sein à pleines dents,

Que je puisse me rappeler comme il est bon pour longtemps.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Baiser du matin

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Baiser du matin

 

Moment vécu en toute quiétude,

Grâce à toi, en mon cœur plus de solitude.

Dans les draps tellement soyeux de satin blanc,

De ces draps où nous avons dormi comme des enfants.

 

Entendant le rugissement de la brise automnale,

De ce vent frappant à la fenêtre de manière si brutale,

Je souris, car loin de moi sont toute crainte et toute peur.

En jetant un coup d’œil au réveille-matin afin de connaître l’heure.

 

Neuf heures moins le quart?

Ho ! Il commence à se faire tard.

En silence, je vais aller faire le petit-déjeuner.

Un bon café, des rôties préparées pour débuter la journée.

 

Une journée, certes pas comme les autres.

Car de mon amour de ma bien-aimée, je suis son hôte.

Une dame au corps si divin et aux cheveux légèrement dorés,

Allongée sans gêne ni pudeur sur le lit sur lequel sa féminité j’ai admirée.

 

Sous un air si joyeux d’une chanson qui jouait sur les ondes,

Sur les ondes d’une radio d’une autre époque d’un autre monde.

Une époque où l’on vivait d’amour et de belle espérance,

Ce temps de mon bonheur et de mon adolescence.

 

Mes pas feutrés, vers mon amour, j’ai dirigé.

Je sentais battre mon cœur pour ma bien-aimée.

Avec une douceur digne d’un beau roman d’amour,

J’ai fait le baiser du matin qui restera gravé en moi pour toujours.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada