Archives de tags | appel

Je me souviens bien

Je me souviens bien Poème de Rolland Jr St-Gelais Collection de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/S-l1600-8-917609033

Je me souviens bien

 

Je me souviens bien

De ce jour où je t’ai vue

À cette séance photo où tu étais venue

Nous avions discuté des poses avec entrain.

 

Quelques jours auparavant, j’avais passé une annonce

Cela m’avait coûté seulement quelques centimes

J’y étais allé à pied en fredonnant une étrange rime

Dans un quotidien, en espérant que personne n’y renonce.

 

Puis par un bon matin, j’ai reçu ton appel

Jour après jour, le temps lentement passa

Je l’avoue avec plaisir, ta douce voix m’étonna

Mais, je ne me doutais point comme tu étais belle.

 

Nous nous étions convenu d’une heure

Pour réaliser cette séance photo avec salaire

Pour être franc avec toi, cela commençait à me plaire

Plus les minutes s’écoulèrent, plus en moi venait le bonheur.

 

Dès le moment où tu es entrée dans mon appartement

Tu m’avais, par ton charme et par ta beauté, bien envoûté

Tes yeux avaient réussi à pénétrer mon âme alors si bien cachée

Je savais bien que depuis ta venue rien n’allait être comme avant.

 

Souvent, je t’ai invitée à prendre un café au bistrot

Avec tendresse et respect, nous nous sommes connus

Jamais de ma vie tant d’amour en mon cœur je n’aurais cru

Ces instants passés sont devenus mes souvenirs les plus beaux.

 

Malheureusement, une maladie sournoise t’a emportée

Laissant en moi une douleur sans nom sans âme

Emportant ma joie de vivre dans les flammes

Ma chérie, si tu savais comme je t’ai aimée.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

L’amour blesse

L’amour blesse Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Love-hurts-918738894

L’amour blesse

 

Voilà maintenant quelques jours,

Que tu as quitté ma vie pour toujours !

Je ne sais plus quoi faire, quoi dire,

Pour que mon cœur puisse arrêter de souffrir.

 

J’ai longtemps attendu, assise dans le salon, ton appel.

En me souvenant qu’avec toi comme les nuits étaient belles.

Que ferais-je de cette vie si triste alors que tu n’es plus là ?

Il y a tant d’idées sombres et de soleils noirs au plus profond de moi.

 

Je pense à une jolie chanson qui était souvent diffusée,

Sur le poste de radio de mes parents qui m’avait alors bien amusée.

Je ne pouvais guère imaginer comme les paroles étaient si vraies.

Mais, je me rend-compte comme cela est réel quand le mal est fait.

 

Oui, comme l’amour véritable blesse.

Surtout lorsque j’ai tant besoin de tes caresses.

Que me reste-t-il pour me consoler de cette peine ?

De cette douleur incessante qui coule dans mes veines.

 

Prenant d’une main fragile cette fleur que tu m’avais offerte.

Je la passe sur mon avant-bras en admirant sa tige si verte.

Une rose tellement vivante alors que mon âme se meurt.

Et à chaque pétale que j’enlève, c’est un peu moi qui pleure.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dans l’œil du cyclone

Dans l’œil du cyclone Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Eri Kel de la France

Dans l’œil du cyclone

 

Aujourd’hui, je poursuis ma promenade.

Quelle belle occasion pour réfléchir qu’une balade.

Moment propice pour méditer sur le sens de la vie.

Alors que nous vivons tous sur une période de sursis.

 

« Mois d’avril, n’enlève pas un fil », affirme le dicton !

C’est davantage vrai en ce froid à en perdre la raison.

Quoi de mieux à faire que de se ressourcer en cette forêt ?

Où les arbres endormis attendent l’appel des farfadets.

 

C’est drôle comme je réfléchis ces jours-ci.

Oui, je le sais bien que, malgré tout, la vie me sourit.

Toutefois, certains événements me portent à la réflexion.

Des circonstances qui me poussent vers des questions.

 

Celle qui me revient souvent à l’esprit est d’une simplicité déconcertante.

La réponse est, à ma grande surprise, d’une véracité étonnante.

Quel sens peut-on donner à notre éphémère existence ?

Serions-nous destinés à offrir que patience et résistance ?

 

Tel un être perdu dans l’océan bleuté du temps.

Une mer d’un calme spartiate ou agitée par les vents.

Un simple mortel qui se remet des coups du destin.

Un être de chair qui sans cesse relève les mains.

 

Il y va de sa survie, de sa raison d’être, de sa progéniture, de son avenir.

Graines semées sur la terre pour qu’il puisse, sa famille, la nourrir.

Entre la tourmente sitôt passée et celle qui aussitôt gronde au loin.

C’est le lot des fils d’Adam et d’Ève depuis leur renvoi du divin jardin.

 

Heureusement qu’il y a en ce monde des moments de répit.

Ces instants où l’on peut reprendre doucement la liberté de l’esprit.

De ces temps alloués à l’amitié, à l’amour, à l’entraide et au partage.

Ces valeurs qui ont permis aux générations de sillonner les âges.

 

C’est dans l’œil du cyclone que nous pouvons nous ressourcer.

C’est auprès d’un Dieu silencieux que nous pouvons nous réfugier.

C’est un bien drôle de raisonnement que je fis auprès d’un chêne.

Un vieil arbre qui attend que la grande faucheuse lui retire ses chaînes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Ton portrait

Ton portrait Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par WanderlustBoudoir Modèle : JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Marie-Antoinette-Portrait-898862449

Ton portrait

 

Je viens de sortir

Du bureau de mon médecin

Je sens mon corps envahi par un venin

Une nouvelle me fait depuis lors tant souffrir.

 

Quelques prises de sang ont suffi

À briser en moi mes rêves depuis toujours

Ces rêves qui ont alimenté mes plus beaux jours

Une bien triste nouvelle a mis fin à mon espérance de vie.

 

Une heure d’attente dans le couloir

Une heure remplie de crainte alimentée par un appel

Une visite qui allait à jamais briser ma vie pourtant si belle

De longues minutes teintées mystérieusement d’une ombre si noire.

 

Aussitôt mon nom nommé

Je suis entré avec réserve dans le cabinet

Quelques mots ont bien suffi et le mal a été fait

Peu d’explication a suffi pour saisir que tout sera terminé.

 

De quoi il est question?

Je ne peux pas te le dire ma chérie

Tout ce que je sais c’est que tout sera bientôt fini

Mais, avant que ce jour arrive, une idée anime ma raison.

 

C’est d’immortaliser dans un cadre ta beauté

Afin de t’offrir un présent qui sera un gage d’amour

De mon amour que j’ai eu pour toi dès le premier jour

Et que j’amènerai avec moi dès que cette vie j’aurai quittée.

 

Je t’offrirai avec amour ce portrait

Que je ferai de toi avant que mes yeux

Se ferment en douceur pour te dire adieu!

Une modeste offrande qui sera avec toi à jamais.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Quand la lumière !

Quand la lumière ! Citation de Hyneige Photo par Rick B. d’Allemagne Source : … Shine on … by RickB500 on DeviantArt

Quand la lumière !

 « Quand la lumière habille avec émotion… La nudité n’est plus que cet appel à l’éternel… »

Par Hyneige