Archives de tags | des artistes-peintres

Voir le monde avec les yeux d’un cœur féminin

Un regard féminin extraordinaire

Un regard féminin extraordinaire

Voir le monde avec les yeux d’un cœur féminin

Bonjour à vous tous,

Aujourd’hui, j’ai décidé de rédiger un article sur un sujet qui va certainement surprendre plusieurs d’entre vous. À vrai dire, il s’agit d’un sujet dont la complexité est telle que je suis dans l’incapacité absolue de le traiter sans avoir recours à une aide extérieure laquelle m’a été fort précieuse pour la rédaction du présent article. Et pour cause, puisque je désire répondre à cette problématique: la vision artistique lors de séquences liées au domaine de la photographie est-elle différente selon l’appartenance sexuelle de la personne? Autrement dit, percevons-nous le monde qui nous entoure de la même manière si nous sommes de sexe masculin que si nous sommes de sexe féminin?

Un regard féminin extraordinaire

Un regard féminin extraordinaire

J’ai choisi les termes « sexe masculin » et « sexe féminin » afin de délimiter la différence uniquement au plan du genre sexuel, et ce, indépendamment de l’âge de la personne concernée. Il est prouvé, quoiqu’en disent les puristes du « politiquement correct », que notre vision du monde environnant varie de manière considérable du genre sexuel tout au long de notre vie. C’est-à-dire que le fait d’être garçon, adolescent, jeune homme ou bien dans la fleur de l’âge ou plus vieux aura une incidence plus que considérable sur notre perception, notre vision, nos recherches visuelles et nos ressentis face à ce que nous voyons et ce que nous voulons ultimement photographier. Il en est ainsi de la gente féminine. Une fillette, adolescente, jeune femme ou encore les étapes suivantes de la vie aura une influence différente. Une dernière chose à retenir. Je n’ai jamais affirmé que la vision des choses ne peut pas avoir quelques similitudes que l’on soit du sexe masculin ou féminin. C’est justement

Un regard féminin extraordinaire

Un regard féminin extraordinaire

grâce à ses nombreuses divergences d’angles que la réalité est si riche de sens. C’est la vie.

Ceci écrit, je me considère privilégié d’avoir parmi mes amies une photographe-amateur tout à fait extraordinaire. Elle possède, c’est le moins que je puisse dire, un œil photographique remarquable qui capte avec une émotion, que je qualifierais « à fleur de peau », des éléments de son monde environnant qui échapperaient à bien des hommes. Je le répète: Nous voyons le monde avec les yeux de notre appartenance sexuelle et c’est cela qui nous permet de le voir de manière si différente les uns des autres. Qui plus est! Sa recherche de « ce-petit-quelque-chose » accroit mon appréciation pour l’ensemble de son parcours de ce que je nomme de réellement artistique.

Quelle sensibilité!

Quelle sensibilité!

En effet, je suis toujours ébahi par son œil qui sait saisir l’instant unique. Un instant semblable à un point sur la ligne infinie de la vie, de ma vie, de nos vies et, bien entendu de la sienne. J’ai questionné mon amie sur sa perception de ce qu’est la photographie, mais aussi ce qu’elle désire capter avec ses yeux de cœur féminin. Elle m’a répondu tout simplement qu’il s’agit avant tout d’être là  «… au moment que j’ai décidé d’y être, d’avoir mon regard sur  le paysage, la fleur ou un monument qui ne sera plus quelconque sur ma pellicule. Être là au moment où la personne, qui se présente devant moi, sera dans toute sa splendeur. Un moment spontané, sans artifice où la nature même sera vue dans son état pur voire dans son intimité

Elle poursuit son raisonnement de manière presque philosophique en me dévoilant qu’elle désire « … capter de mon mieux des détails que personne prenne malheureusement pas le temps de regarder, ni d’en apprécier toute la simplicité, et ce, dans les plus petits détails lesquels passeraient inaperçus si je ne l’avais pas photographiés. Autrement dit, c’est une façon à moi de voir les choses, d’être en communion avec mon appareil et, en conséquence, de me livrer dans toutes ces images que la vie me donne. »

Elle sait bien que j’ai eu la chance incroyable de poser nu à la fois pour des photographes modernes, des artistes-peintres et des

La sérénité féminine

La sérénité féminine

photographes de tendance érotique. Je suis d’ailleurs le seul homme vivant avec un handicap physique dit « apparent » à l’avoir fait dans le monde. Vous pouvez me croire sur parole, j’ai tout donné de moi-même devant la lentille de caméra et je ne l’ai jamais regretté. Le ferais-je de nouveau? N’importe quand, mais à la condition que le respect mutuel soi de mise. D’ailleurs, mon amie est parmi les premières personnes qui m’ont encouragé dans cette voie.

Qui plus est! Elle est parmi mes plus fidèles abonnés de mes divers blogues dont celui dédié à la beauté féminine. Je lui ai alors demandé son avis à propos de la nudité artistique. Il est vrai qu’elle n’a pas d’expérience dans un tel domaine, ce qui ne l’a pas empêché de me donner un opinion fort intéressant sur le sujet. C’est ainsi qu’elle me dit que « …tes blogues sont formidables, faits avec respect et sans vulgarité. (…) Mais, tu sais , il y a toujours un côté provoquant dans la nudité même si ont veut regarder le côté artistique. Dans le monde hyper-sexualisé que nous sommes, les gens ont en général la tendance à la voir comme un … avant-goût de sexualité et non pas comme une présentation de la beauté du corps à respecter … MERCI À TOI DE FAIRE VOIR L ‘AUTRE CÔTÉ, c’est-à-dire LE CORPS TOUT EN BEAUTÉ .

J’ai adoré recevoir ces quelques mots de sa part puisqu’elle possède une expertise étonnante dans le domaine de la photographie. Une expertise qui lui est reconnue par ses pairs ici même à Québec. Son aide m’a donc été des plus précieuses dans la rédaction de cet article, et ce, pour trois raisons fondamentales. En premier lieu, la qualité de ses photos est tout à fait remarquable car elle sait où trouver ce qu’elle cherche avec une intuition féminine. En deuxième lieu, sa vision des éléments qui l’entourent ne peut être partagée par un homme. Elle voit la vie avec son propre cœur, c’est-à-dire un cœur … féminin. Et, en dernier lieu, elle n’a pas hésité un seul moment  à accepter de collaborer à la rédaction de cet article et ainsi de me faire part de son opinion sur le sujet.

Merci ma chère Marlène pour ta collaboration.

Je t’en suis profondément reconnaissant.

Merci de m’avoir lu.

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada