Archives de tags | jardin

Par un bon matin

Par un bon matin Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Pajunen Source : https://www.deviantart.com/pajunen/art/May-914942263

Par un bon matin

 

En ce temps-là, nous pouvions aimer.

Toutes les femmes que nous admirions.

Que nos regards portaient jusqu’à la vénération.

Être un homme authentique était loin d’être un péché.

 

Nous ne nous posions jamais mille questions.

Pas de réseaux sociaux peuplés de gens asociaux.

Qui ont plaisir à juger ceux qui font quoi de beau.

La vie, avec sa simplicité et sa beauté, nous la vivions.

 

Nous prenions les journées comme elles venaient.

Un jour mauvais ? Ce sera mieux demain ! Voilà le secret.

On se disait, avec raison, à quoi bon craindre mille regrets.

On s’arrangeait comme l’on pouvait avec ce que l’on avait.

 

Il y avait certes des reportages sur les conflits armés.

Mais, on savait fort bien quoi faire pour s’en défaire.

On éteignait la télévision et on partait prendre de l’air.

Aujourd’hui, on a les cellulaires pour être à l’affût de l’actualité.

 

Ne vous demandez pas pourquoi tant de gens marchent au Ritalin.

Tout porte à croire qu’il est interdit d’être simplement heureux.

Pourtant, les mers font encore de belles vagues sous le ciel bleu.

Et que tout soit possible si nous prenions entre nos mains notre destin.

 

Reviendra-t-il un jour, ce temps de l’amour sans chagrin ?

Cet âge où nous nous baladions dans le jardin de l’innocence.

En ce temps-là, il était permis respecter le droit au silence.

Je rêve tant me réveiller dans cette époque par un bon matin.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Elle avait mis ses bas de nylon

Elle avait mis ses bas de nylon Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par MTL3 Source : https://www.deviantart.com/mtl3/art/Witchy-Pixie-on-the-Bed-912821492

Elle avait mis ses bas de nylon

 

Je me rappelle lundi soir,

Après une sincère confession.

Je suis allé dans un lieu de perdition.

Car il était vraiment loin d’être tard.

 

Prenant le bus pour m’y diriger.

Je me sentais un homme nouveau.

Tout frais, tout propre et tellement beau.

Je voulais terminer agréablement cette fin de soirée.

 

Arrivé à cette destination.

À ce club de la rue Lamontagne.

Une femme jolie habillée d’un pagne.

M’a accueilli avec un sourire à en perdre la raison.

 

Mais, c’est notre bon ami Rolland !

Elle m’a dit, en m’invitant, dans cette maison.

Où j’avais déjà fait de si belles fréquentations.

Des relations qui sont en ma mémoire pour longtemps.

 

Elle m’a amené vers ma salle habituelle.

En apportant sous le bras quelques serviettes.

Quelle demoiselle attentionnée ! Que cette Ginette !

Une jeune dame à qui j’aimais conter fleurette.

 

Après avoir pris une bonne douche.

En compagnie d’une femme si coquette.

Nous sommes allés vers ma chambrette.

Alors que je sentais son parfum sur sa peau douce.

 

Puis-je vous demander une faveur, cher ami ?

Je voudrais revêtir ce qui est le plus précieux.

Un porte-bonheur qui vous rendra heureux.

Je lui répondis : mais, faites ! Je vous en prie.

 

Elle enfila ses bas de nylon.

Faits de soie de la lointaine Chine.

Ce qui mit en évidence sa taille si fine.

Une beauté qui accentua notre passion.

 

Elle se coucha aussitôt sur les draps dorés.

Faisant signe de la rejoindre dans son jardin.

M’exhortant à m’abandonner entre ses expertes mains.

Me donnant ainsi une raison pour retourner me confesser.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La petite fée

La petite fée Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-little-fairy-896930733

La petite fée

 

Lorsque j’étais enfant,

Un joli conte me racontait maman.

Un conte pour me rassurer, m’endormir,

De sa voix si douce, en mon cœur, j’en ai le souvenir.

 

Un conte où se trouvait un château merveilleux,

Qui était situé sur une montagne si près des cieux,

Entouré d’un jardin parsemé de fleurs parfumées et colorées,

Au-dessus duquel des oiseaux volèrent et chantèrent avec gracieuseté.

 

Une fée y vivait loin de ce monde perdu,

Une fée aux cheveux de feu à peine vêtue,

Une fée d’une beauté tellement remarquable,

Vous la décrire, j’en serais toujours incapable.

 

De manière inévitable, le temps fit son œuvre,

Je suis devenu un bel homme, sans être un chef-d’œuvre.

J’ai acquis de ma vie somme toute modeste mon expérience,

Travaillant avec ardeur et selon mes connaissances.

 

Puis, sans crier gare, un jour ma mère est partie vers le Père.

Sans toutefois me laisser en mon âme un quelconque goût amer.

En effet, elle avait su mettre en mon cœur d’enfant un conte de fées,

Un conte qui peut-être correspond à ce mystérieux Paradis. Qui sait?

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Que nous puissions rêver ensemble

Que nous puissions rêver ensemble Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Let-s-dream-together-894226757

Que nous puissions rêver ensemble

 

Je pense souvent,

À ce que nous avons tant vécu,

À ce que nous avons tellement connu,

À ce que nous avons fait en ce merveilleux temps.

 

Des souvenirs de jouvence,

De cette période en ma mémoire,

Pas si lointaine, en mon âme, si j’ose croire.

Où nous étions à peine sortis de l’adolescence.

 

Où toi et moi avons parcouru mers et monde,

En écoutant des accents voguant sur les ondes.

De ces accents qui enrichissent la vie du fait de leur présence,

Nous les découvrons avec un cœur rempli de simplicité de l’enfance.

 

Il me semble qu’il n’y pas si longtemps,

Nous nous prenions la main en marchant,

Le cœur léger en ayant le monde à découvrir,

J’avais trouvé un grand trésor en ton beau sourire.

 

Un trésor d’une valeur inestimable,

Qui remplissait ma vie d’un bonheur incomparable,

La source d’eau d’une pureté et d’une fraîcheur inégalées,

Qui faisait de mon existence un jardin de fleurs aux couleurs si variées.

 

Maintenant que le sommeil vient me trouver,

Dans ce grand lit, je vais seul, mon corps y déposer.

Dans la froideur de cette nuit solitaire, de tout mon être, je tremble.

Dans mes songes, viens me trouver, que nous puissions rêver ensemble.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Je me sens seule en ce dimanche

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je me sens seule en ce dimanche

 

Je me sens seule en ce dimanche,

Une journée si calme sous les branches,

Des arbres de mon jardin que j’entretiens,

En espérant qu’un jour, il sera aussi le tien.

 

Je croyais avec fermeté que tu allais rester,

Être à mes côtés pour simplement m’écouter,

Écouter ce que j’avais en ce jour à te dire,

Mais, ton départ me fait tant souffrir.

 

Les rayons du soleil ne passent guère,

À travers les rideaux fermés telle une barrière,

Me laissant dans la solitude de mes pensées,

Je crois de plus en plus que tu ne m’as jamais aimée.

 

J’étais pourtant si heureuse près de toi,

Mais, maintenant, tu es tellement loin de moi.

Es-tu un homme de passage ou amant fidèle?

Réponds-moi! Suis-je, à tes yeux, encore belle?

 

Dimanche de l’Assomption de la Vierge Marie,

Journée de Notre-Dame, épouse d’un seul mari.

Comme je me sens seule dans ces draps de satin,

J’ai besoin de me sentir caressée à pleines mains.

 

Je me lèverai bientôt pour affronter ma destinée,

Cherchant des bras protecteurs tel un nouveau-né,

Je poursuivrai mon chemin au gré des circonstances,

De ton retour vers moi, toujours j’en aurai l’espérance.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada