Archives

Tu es à jamais irremplaçable

 

« Tu es à jamais irremplaçable » Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Acuarela1962 Source : https://www.deviantart.com/acuarela1962/art/S-T-1350-921874815

Tu es à jamais irremplaçable

 

Oui! Chérie! Reste comme ça.

C’est un chef-d’œuvre que voilà.

Une merveille de la nature,

Une pose tellement pure.

 

Je n’ai guère eu le temps,

De prendre en un seul instant,

Mon appareil-photo pour perpétuer

De toi, ô, ma muse, cette posture si bien exécutée.

 

Je ne m’attendais guère à tant de liberté.

Quoiqu’il soit vrai que je suis réellement égayé.

Par tant de désinvolture en début cette séance.

Voilà donc, pour moi, cette véritable chance.

 

Après tout, cela combien de fois ?

Que tu poses entièrement nue pour moi.

Jamais, je n’ai fait envers toi un geste déplacé.

Tout a toujours été fait dans les règles de l’art en soirée.

 

J’ai sans cesse manifesté le respect à ton égard.

Et ce, peu importe, si nous travaillions en blanc et noir.

J’ai été attentionné envers toi, et ce, en toute heure.

Cela a été pour moi une question d’honneur.

 

Ton corps de déesse laisse deviner que tu es suédoise.

 La luminosité glisse jusqu’à cette zone couleur ardoise.

Elle l’évite avec la précision du pinceau d’un artiste-peintre.

Tout en épousant ta peau d’ivoire dans une mystérieuse étreinte.

 

Tes cheveux blonds comme les blés en été,

Sont les prémisses de ton extraordinaire beauté.

Que puis-je dire de ta persévérance chaque session ?

Je peux qu’apprécier ton talent par une telle manifestation.

 

Chère amie, reste comme çà et ne bouge surtout pas !

Quelques clichés originaux suffiront amplement pour moi.

Car, j’ai vu de tout durant les années de ma longue carrière.

Qui a débuté lorsque j’étais un journaliste à la dernière guerre.

 

J’ai été malgré moi témoin de tellement de crimes et d’horreurs,

Des mères tenant leurs bras ensanglantés leurs enfants en pleurs.

Des pères et des frères enrôlés de force pour tuer leurs semblables.

Tant de choses, de gestes et de faits d’une cruauté innommable.

 

Mais, la vie peut aussi, en toute simplicité, me rendre heureux.

Il existe encore en ce monde des gens qui ont un cœur généreux.

Et parmi ces derniers, il y a une dame d’une valeur inestimable.

Crois-moi, ma muse adorée, tu es à jamais irremplaçable.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Gouttelettes

Gouttelettes Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de Creativeworks Source : https://www.deviantart.com/creativephotoworks/art/prosecco-340389026

 

Gouttelettes

 

Étendue sur le lit douillet,

Où nous avons échangé tant de bienfaits.

Que de baisers et de caresses sans retenue,

En profitant de cet instant où nous étions nues.

 

Nous avions, pour témoins, que les draps blancs.

Ils garderont notre grand secret loin de ces gens.

De ces grenouilles de bénitier à la langue de vipère,

Qui crache son venin sur les innocentes mères célibataires.

 

Sur les murs de notre modeste chambre hôtel.

De la Ville lumière où réside ma tendre belle,

Quelques papiers peints ont, par leur présence, agrémenté.

Cette merveilleuse nuit d’amour à la fois passionnée et effrénée.

 

À force d’atteindre tant de plaisir par nos mains expertes,

Nous sentions nos âmes courir inlassablement à leur perte.

Mais, n’est-ce pas là l’aboutissement de la jouissance absolue ?

De flairer la vague de la cyprine émerger de cette zone méconnue.

 

De voir ces gouttelettes se déverser sur mon corps,

Qui est offert afin de recueillir ce liquide précieux comme l’or.

Preuve irréfutable de t’avoir donné une entière satisfaction.

Mon plus grand désir que je pusse t’apporter en cette saison.

 

Ô, belle fontaine de jouvence !

Maintenant, je tire ma révérence.

Il est plus que temps de me diriger à la gare,

Avant que le train parte au loin et qu’il soit trop tard.

 

En effet, je dois rejoindre mon tendre époux.

Nous vivons ensemble comme de véritables fous.

« Liberté et égalité » telle est notre unique adage !

Voilà pourquoi, je ne suis vraiment pas la plus sage.

 

Vous conviendrez qu’il y a encore plus étrange.

Dans ce monde puéril où sont silencieux les anges.

Pouvons-nous empêcher la réalisation d’œuvre de chair ?

Entre deux êtres qui sont aussi à l’aise sans en avoir l’air.

 

Il va de soi que je ferai avec joie l’amour avec mon conjoint.

Même si, je n’en ai pas honte, je préfère ma maîtresse, et de loin.

C’est avec mon mari que je passe les plus jolis jours de ma vie.

Mais, c’est avec ma tendre chérie que je vis mes plus belles nuits.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Aphrodite

Aphrodite Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Cloviscorax Modèle est Alixia Source : https://www.deviantart.com/cloviscorax/art/Lady-A-Aphrodite-II-748192431

Aphrodite 

 

Ma splendide Aphrodite,

Quel monde si fade et hypocrite,

Dans lequel péniblement nous passons,

D’exister, simplement nous essayons.

 

Cela faisait longtemps que je voulais te le dire.

Ton sourire, ta beauté et ta féminité me font vivre.

Que serait-ce sans ton appui dans ma vie ?

Une âme égarée sur le chemin de l’infini.

 

Sache que tu es toujours dans mes rêves,

Imaginant embrasser avec tendresse tes lèvres,

Elles possèdent la volupté de la pulpe d’un fruit du terroir.

Sentir ta présence à mes côtés dès la venue de la fraîcheur du soir.

 

Ce que j’aimerais être à la place de tes mains.

J’explorerai avec attention ta chevelure d’airain.

Tu en feras de même avec mon enveloppe charnelle.

C’est ainsi en cet instant que ma vie deviendra si belle.

 

Nos corps n’auront plus aucun secret pour nous deux.

Nous vivrons de notre passion selon la loi des cieux.

Que peut-on trouver de plus lyrique en cet univers ?

Qu’une déesse de son halo inspirant ces quelques vers.

 

Je souhaiterais tant être la plume qui immortalisera.

Sur le papier vierge calé sur le chevalet fait de bois,

Les contours tracés de ton corps sublime de femme,

De ton être à la fois sensible et tant de charme.

 

Que la chaleur du projecteur réchauffe les parcelles,

De ta chair fraîche d’où émerge la pureté telle l’hirondelle.

Garde cette position jusqu’à ce que je termine mon dessin.

Serait-ce là, de la part des idoles de l’Olympe, notre destin ?

 

Comme tu es ravissante lorsque je découvre ce dos.

Il y a un on-ne-sait-quoi de fantastique et de beau.

Tu es un modèle formidable ! Ô, ma charmante Alixia.

Sache que pour toi seule, mon cœur à jamais battra.

 

Aphrodite ! Déesse des royaumes helléniques.

De ces amazones aux aventures si héroïques,

Raconte-moi l’une de tes histoires d’amour,

Elle restera en ma mémoire pour toujours.

 

Dans le silence de cette pièce insonorisée,

Avec toute mon attention, je vais bien discerner.

Chacune des légendes divulguées par tes paroles,

Elles seront aussi précieuses que des paraboles.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dans l’étang

Dans l’étang Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de la collection de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/9hssr3-a-938022953

Dans l’étang

 

Dans l’étang de mes souvenirs,

Je me suis perdue entre les pleurs et les rires.

Égarée dans les songes, les rêves et les espoirs du temps passé,

De cet avenir auquel j’ai cru, mais qu’il n’est finalement jamais arrivé.

 

Était-ce trop sollicité de m’extirper de cette noirceur ?

Qui, chaque nuit de mon enfance, nourrissait mes peurs.

Je ne demandais pas grand-chose en cette vie misérable,

Simplement d’arrêter de me sentir telle une vulgaire coupable.

 

C’est mon corps et c’est aussi ma conscience.

Je n’ai pas besoin de votre morale, de votre science.

Je suis une femme authentique et cela me suffit amplement.

Mettez fin à vos tribunaux vendus et à futiles jugements.

 

Ça fait longtemps que j’ai perdu foi en la justice des hommes,

En y incluant celles qui les servent telles des bêtes de somme.

Vous exigez de jurer sur les livres saints avec lesquels vous avez condamné,

Mes sœurs de sang sur les bûchers ardents ont été lâchement exécutées.

 

Elles connaissaient depuis la nuit des temps tant de potions miraculeuses,

Des remèdes de toutes les formes qui apaisèrent tant d’âmes malheureuses.

Elles prenaient grand soin de jour comme de nuit de notre mère Nature.

Et, pour démontrer leurs cœurs purs, elles avaient que leur nudité pour parure.

 

Je suis la descendante d’une sorcière originaire de l’Angleterre.

Mes pouvoirs ancestraux m’ont été transmis par ma grand-mère.

Peu avant qu’elle quitte cette terre pour le royaume mystérieux d’Hadès,

De garder ses nombreux secrets, avec solennité, je lui ai fait cette promesse.

 

Je suis maintenant au beau milieu de cet endroit étrange,

Afin d’y invoquer Satan et ses démons et non pas les anges.

Car, sans cesse, je vois tant de méchanceté et bien des injustices.

J’en viens même à croire que l’humanité est sur le bord du précipice.

 

Il serait peut-être le temps de déchaîner les terribles forces de l’enfer.

Car, la protection des chérubins et l’amour de Dieu, elle ne sait que faire.

Donnez-moi, en cet instant, une unique raison de ne pas agir de la sorte.

Et du royaume du Shéol ténébreux, à jamais, je fermerai ses portes.

 

Je suis dans l’étang cherchant avec mes yeux fatigués désespérément,

Cet ingrédient connu par des élues qui influera sur la volonté efficacement.

Mais avant que je décide de réciter une seule fois ce sortilège maléfique.

Car, je reconnais, d’emblée, que cette vie est tellement magnifique.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je serai obéissante

Je serai obéissante Poème de Rolland Jr St-Gelais Dessin par aatheone Source : https://www.deviantart.com/aatheone/art/Sketchbook-Page-4-934461634

Je serai obéissante

 

Bonsoir !

Enfin, c’est le soir.

J’en rêvais depuis si longtemps.

Cela m’avait pris tellement de temps.

 

Devais-je accepter ta proposition ?

En moi résonnait cette question.

J’avais si envie de vivre cette expérience.

Oui, je suis bel et bien sortie de l’adolescence.

 

Devenue femme complète, belle et fraîche telle une rose.

J’ai si souvent, en mon âme, répété : « est-ce que j’ose ? »

Et puis, j’ai finalement pris mon courage à deux mains,

Afin d’être immortalisée sur un noble parchemin.

 

Après tout, nous serons entre femmes.

Tu me verras avec les yeux d’une grande dame.

Je pourrais enfin me dire que j’ai affronté mes craintes.

D’être dans mon plus simple apparat sans pour autant me plaindre.

 

Vas-y ! Prends ton crayon ! Ô, ma belle et tendre amie !

Tu peux réaliser à ta guise tous les dessins et les croquis.

J’ai foi en ton talent extraordinaire pour préserver,

L’intensité inusitée en ce lieu, en cet étrange atelier.

 

J’obtempèrerai à tes ordres, à tes volontés, à tes instructions.

N’oublie pas que ce sera pour moi ma toute première leçon.

S’il te plaît, sois indulgente envers moi, en tes rares exigences.

Je suis tout de même un peu gêné malgré les apparences.

 

Je serai sans cesse obéissante,

Comme le serait une attentive étudiante.

Après tout, c’est toi l’artiste et moi le modèle.

Tu seras la magicienne qui greffera sur mon corps des ailes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada