Archives de tags | conformisme social

Un petit plaisir tout simplement

Un petit plaisir tout simplement

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je veux vous offrir l’une de mes nombreuses découvertes sur le monde du nu artistique présenté sur le web. En effet, le web regorge de milles merveilles en ce qui a trait à ce domaine qui me passionne au plus haut point. Mes recherches ont surtout porté sur le nu artistique dans ce que l’on appelle familièrement le septième art, c’est-à-dire le cinéma, où il y trouve toutes ses lettres de noblesse.

En effet, le cinéma est fort probablement le lieu où la nudité est parvenue à être présentée de manière à la fois sereine mais également dénuée de fausse pudeur. À l’exception de la pornographie, vous en conviendrez, mais là n’est pas le sujet du présent article. Surtout dans des scènes où des artistes de renoms y ont joué des rôles adulés par la critique cinématographique. Parmi ces artistes, Emmanuelle Béart occupe une place bien particulière de par sa participation dans le film intitulé « La Belle Noiseuse » où elle joue le rôle du modèle vivant Marianne. Oeuvre cinématographique extraordinaire, réalisée en 1991, où la beauté féminine de cette actrice est accompagnée par la douceur musicale de Igor Stravinski.

Toutefois, mes recherches m’ont amené à découvrir l’ensemble des idées-maitresses de Emmanuelle Béart à propos de la nudité, de la sienne, dans le monde du cinéma. J’ai décidé de vous transmettre trois de ses idées qu’elle avait partagées dans le magazine français Paris-Match.1  J’y apporte bien humblement mon opinion personnelle, et ce dans le but de faire débat.

N’hésitez pas d’écrire vos commentaires afin que je puisse connaître vos opinions. Comme on le dit si bien, plusieurs têtes valent mieux qu’une.

Selon Emmanuelle Béart:

12208272_1031450326906741_7934140789677769399_n.jpg« Un corps nu est émouvant. Il y a une sorte de franchise dans la nudité. » Je suis entièrement d’accord avec cette idée. On ne peut jamais mentir lorsque l’on pose nu devant un groupe de personnes, à l’occasion d’une séance de nu artistique, ou bien lors d’une rencontre pour des photos avec un photographe. c’est à ces moments là que l’on présente toute sa fragilité et son humanité dans une intimité, disons-le franchement non-conventionnelle.

Il s’agit aussi « … d’une forme d’abandon des habits, à ce moment-là, comme s’ils n’étaient plus nécessaires. » Là encore, je suis d’accord avec une telle affirmation. Être sans mes vêtements devant les personnes présentes en salle est pour moi synonyme d’authenticité. C’est encore plus le cas lorsque j’enlève mes prothèses lesquelles ont été longtemps perçues soit comme un signe de réparation de la médecine face à ma situation physique, soit comme des instruments de conformisme social.

 

Enfin, elle affirme que “sans la rencontre avec les hommes de ma vie, je ne serais13932239_1220161914675345_1770995706_o pas la femme que je suis”. Hé bien moi, je peux vous dire sans aucune gêne que sans les femmes que la vie m’a permis de rencontrer, je ne serai pas là où je suis rendu aujourd’hui. Ce qui est vrai en ce qui concerne mon expérience dans le milieu de la nudité artistique puisque c’est justement grâce à une femme extraordinaire du nom de Marie-Pier Auger que j’ai pu me faire connaître en tant que modèle nu. De plus,  il ne faut pas omettre le fait que ma dernière séance photo, laquelle a eu lieu le 8 août dernier, fut réalisée par la plus grande photographe et un modèle nu féminin dans ce domaine au Canada. Elle est connue sous le pseudonyme de Phylactère.

Mon Dieu! Quel commencement et quel apothéose! Que ma vie est magnifique. C’est le moins que l’on peut dire. N’est-ce pas?!

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

1.http://www.parismatch.com/People/Cinema/Emmanuelle-Beart-Quand-je-pose-nue-il-n-y-a-rien-de-provocant-570216