Archives de tags | fer rouge

Je n’y suis pour rien

Je n’y suis pour rien. Poème de RollandJr St-Gelais Photo et modèle : gfriedberg

Je n’y suis pour rien

 

Appuyé sur le cadre de la fenêtre,

Je ressens en moi tout mon mal-être,

Un profond mal-être qui n’en finit plus,

Étouffé par mes vêtements alors que je suis nu.

 

Regardant au loin pour y trouver refuge,

Loin de ce frère qui n’avait pas compris et qui me juge,

Alors que je voulais protéger le repos de notre mère,

La prémunir de revivre de nouveau ce véritable enfer.

 

Pourquoi tourner le fer rouge dans nos plaies?

Rappeler en pensées ce drame si horrible, si laid?

Ouvrir des livres écrits à l’encre si sombre, si noire?

De ces livres longtemps enfouis dans nos mémoires.

 

Méritais-je de me faire traiter de Juda?

Alors que je souhaitais garder ce triste souvenir,

Cet événement qui arracha à jamais mon plus beau sourire,

Pour toujours loin de mon âme, de mon être, de mon corps, de moi.

 

Je n’y suis pour rien dans toute cette histoire,

Qu’on me laisse tranquille tant mon esprit avant que vienne le soir,

J’ai depuis longtemps tourné la page de cette période de mon enfance,

Pour être franc, puisque tu n’as pas compris, maintenant je m’en balance.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Il était une fois un homme

storytelling___there_once_was____by_cable9tuba_ddd2yum-pre
Il était une fois Photo par John K. https://www.deviantart.com/cable9tuba/art/Storytelling-There-once-was-808033774

Il était une fois un homme

 

 

Il était une fois un homme,

Un homme pas tout à fait comme les autres,

Car il rêvait plus que tout de quitter tous ces hôtes,

Qui étaient venus de ces contrées pour y voler des bêtes de somme.

 

De ses frères enchaînés tels des animaux,

Semblables à du bétail formant des troupeaux,

Arrachés de leurs terres nourricières tendres comme une mère,

Amenés sur des bateaux en bois d’où ils ne verront plus leurs pères.

 

Arrivé sur un continent si froid et tellement inconnu,

Devant une foule de marchands, il fut marqué au fer rouge.

Lié par ses pieds meurtris afin de l’empêcher qu’il ne bouge,

Alors que devant femmes et enfants blasés, il fut entièrement nu.

 

Marchandé à vil prix par de futés négociants,

Acheté par un homme pour y travailler dans ses champs.

Il l’amena sur sa plantation et lui donna un nom prestement,

Et lui montra où désormais il vivra et qu’il aura femme et enfants.

 

Car bien qu’il soit son avoir acquis à fort prix,

Il ne désirait en aucun cas que le mal du pays le prit,

Voilà pourquoi femme de sa race et bien en chair il lui a vite choisie,

Afin qu’il ne se sent pas abandonné sur le sol si froid de cet étrange pays.

 

Mais en son cœur, il jura que ce pays sera aussi à ses descendants.

Il fit avec tendresse de beaux enfants à sa femme qu’il aimait tant,

Car son seul souhait fut que sa postérité ne sert point l’homme blanc,

De ses mains blanchies par le sol aride, il releva le défi hardiment.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Tels des stigmates

20171122_184929

 

Modèle vivant ? RollandJr St-Gelais La Factrie de Shawinigan

 

Tels des stigmates

 

Dans le brouillard du passé,

Où ces tendres souvenirs sont décédés,

De ces anciens amours disparurent dans le silence,

Et en la torture alimentée par le fer rouge de sa démence.

 

Il est devenu l’ombre de son corps nu,

Ne pouvant s’échapper à ces regards qui l’ont vu,

De ces yeux scrutateurs aux moindres parcelles de ses défauts,

Regardez-le bien, ô modeste peuple, puisqu’il le faut.

 

Profitez-en !

Son corps meurtri est là, maintenant.

Ces cicatrices témoignent de cette violence,

Tels des stigmates du Christ subissant le coup de lance.

 

Que voyez-vous vraiment ?

Un homme qui un jour mourra assurément.

Quelle sera, depuis ce jour fatidique, sa destinée ?

Certainement comme le vôtre depuis l’heure où vous êtes nés.

 

Et en lui point de honte futile,

D’être nu si cela peut vous être utile,

Si cela peut sembler pour certains une obsession,

En son for intérieur il en a fait un art, une véritable passion.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Bon dimanche

Bon dimanche

Bien le bonjour mes amis et amies,

New Image4J’espère de tout mon cœur que vous allez bien. Pour ma part, la vie est belle avec ses hauts et ses bas. Qui n’en pas? Hé oui, il m’arrive parfois de vivre certains cafards, de me poser certaines interrogations existentialistes et de me questionner sur le sens de la vie, … de ma vie. En effet, il est bon pour soi-même de prendre position face au monde qui nous entoure. Qui suis-je ? Où vais-je ? D’où viens-je ? Questions auxquelles il y a autant de réponses que d’êtres humains vivant sur la terre. À chacun d’y trouver celles qui lui conviennent.

Pour ma part, je dois avouer que les dernières semaines ont été assez spéciales. Renouer avec des pages, loin d’être agréables, de mon enfance, revivre des situations qui m’ont marqué au fer rouge, tenter de trouver des explications à des faits inexplicables et, le plus important, détruire ce sentiment de culpabilité face à mon corps et aux regards qu’il a suscités chez les autres. Bref, il y a des abcès qui doivent être crevés afin de favoriser une guérison de l’âme. Chose plus facile à dire qu’à faire. Croyez-moi sur parole!

Vous savez?! Cela fait plusieurs années que je pose nu pour des artistes, qu’ils soient professionnels ou amateurs, ou encore pour des écoles d’arts et des ateliers ouverts au grand public, adultes et consentants, bien entendu. J’ai aussi eu la chance de réciter des poèmes entièrement nu devant un groupe de personnes. J’assume ce que j’ai accompli jusqu’à ce jour tout en retirant une fierté indéniable.

Fierté qui tire sa source sur deux aspects précis de mon passé. En premier lieu, me défaire à tout prix de mon image dite de « survivant de la Thalidomide ». Croyez-le New Image5ou non, je suis beaucoup plus que cela. Avant toute chose, je suis un homme aimant la vie, un véritable mélomane, passionné par le sport notamment un supporteur des «Canadiens de Montréal», photographe amateur, poète occasionnel et un mordu de tout ce qui touche les actualités tant nationales qu’internationales. En second lieu, je suis un homme pleinement sexué et heureux de l’être sans pour autant rejeter l’aspect spirituel au sein de ma vie. Bien au contraire! En résumé, le fait d’avoir posé nu m’a permis de faire la jonction entre mon corps et mon âme face à un monde à la recherche d’une multitude de raisons de vivre.

Aujourd’hui, je peux dire mission accomplie. J’ai donné le meilleur de moi-même via mon corps tout en évitant, dans la mesure du possible, vous en conviendrez, de m’affubler l’étiquette de « survivant de la Thalidomide ». Ceci a été d’une importance capitale à mes yeux puisque un tel sujet avait fait les manchettes dans la presse canadienne ces dernières années. Jamais, j’ai bien écrit « jamais », mon intention a été de collaborer de quelques façons que ce soient dans ce dossier. Fini pour moi d’être lié à cette caractéristique comme si il y en n’avait pas d’autres. Quelle grande délivrance pour moi.

Merci infiniment de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Enregistrer

Enregistrer

Prière de mon âme

New Image29

Prière de mon âme

 

De mon enfance jusqu’à maintenant
Ce que l’on a abusé de moi, et ce bon an, mal an!,
De ma générosité j’ai offert sans jamais compter,
Mais aujourd’hui, c’est fini car je me suis dompté.

 

Générosité sans limite fait de ce cœur à jamais blessé!
Bonté inégalée fait de cette âme tellement humiliée!
Maintenant et pour toujours c’est bel et bien fini.
Je le jure devant témoins jusqu’à l’infini.

 

J’ai aimé avec tendresse dans le respect absolu,
Mon cœur à vous librement je l’ai ouvert et vous y avez lu,
Donné mon corps, donné mon âme jusqu’à en perdre la raison,
De cette folie j’en ai fait ma modeste mais lugubre maison.

 

Du bleu pur dans mon ciel vint s’y placer nuages sombres,
Éclairs et tonnerre s’abattront sur les vivants fuyant leurs ombres,
Vous désirez qu’il en soit ainsi? C’est ainsi qu’il sera,
Homme de jadis s’éloignera loin de moi et à jamais de ce pas.

 

Le sang qui coule dans mes veines se changera en venin,
Poison d’une telle puissance que redoutera même le Malin,
Et de mon regard je vous suivrai sous les collines et au fond des mers,
Votre crainte sera telle que même votre naissance vous en reprocherez vos mères.

 

Sang, larmes et terreur!
Voilà ce qui sera à chaque heure,
Mais, je n’accablerai point la veuve et l’orphelin,
Car, qui sait, sauveront-ils mon âme de ce triste chemin?

 

À ma bonté, on me répondit par la médisance,
Os broyés et chair à vif, Quelle sera votre maigre pitance!
Calomnie et ignominie furent vos remerciements,
Herbes amères et remords, vous avalerez sans ménagement.

 

De l’ange de vie qui se trouvait jadis en moi,
Je l’ai mis en terre pour y chercher, vous ne me croirez pas,
Loin dans les profondeurs des enfers l’ange de mort, l’ange noir!
Qui chassera ses ennemis sur les continents et les vastes terroirs.

 

Mes mains généreuses seront désormais épée et bouclier,
Mon corps meurtri deviendra armure que rien ne pourra pénétrer,
Amour deviendra amertume et de mes narines sortira de la brume,
Montant le cheval de la haine, je prendrai âmes fugitives pour en faire de l’écume.

 

Mes larmes chaudes, soyez en convaincus vous les boirez jusqu’à la lie,
De mes lèvres sortiront cauchemars qui vous accompagneront dans vos lits,
Tel sera ma destiné ! Ange de lumière deviendra ange de noirceur!
Mon destin, qu’il en soit ainsi, je n’en ai point peur.

 

Pourtant réside en moi dans un coin sombre de mon âme cette humble prière,
Une supplication que me livra une religieuse dans un monastère,
Implorer Dieu de m’éviter dans sa mansuétude de ce calice y boire,
Afin de me délivrer de mes tourments car en l’Amour, je veux encore y croire.

 

Ô Seigneur, dans ta bonté éloigne de moi ce désespoir,
Qui me tourmente tel un fer rouge du matin jusqu’au soir,
Et que je vois ton tendre visage chez mes frères humains,
Afin que je puisse les guérir de leurs chagrins.

 

De

 

Rollandjr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada