Archives de tags | amen

Que changerais-je ?

43238487_10156016619422523_1077037756133146624_n

Votre humble serviteur à l’hôpital de Baie-St-Paul pour les enfants déficients intellectuels

Que changerais-je ?

 

Que changerais-je ?

Dans le fond que pourrais-je ?

De cette vie si bizarre et si étrange,

Où  tout finalement et contre toute attente s’arrange.

 

D’une naissance si imprévue,

Et de cette créature auparavant jamais vue,

Que l’on avait jadis condamnée chez les monstres à végéter,

Alors qu’à notre époque de bien-pensants on aurait avorté.

 

De ce lieu où jamais il n’en sortirait,

Loin des regards inquisiteurs on le soustrayait,

De le voir  disparaître à jamais certains le souhaitaient,

Car pour gens au cœur sensible tellement il dérangeait.

 

De ce temps maintenant lointain,

Il a réussi à devenir homme qui se prit en mains,

En se remémorant certains faits de son enfance,

Sans oublier ceux de son adolescence.

 

De ces événements qui l’amènent,

À se questionner sur le sens de sa vie,

De ses erreurs qui le suivront vers l’infini.

Devant l’autel des offrandes perdues point d’amen.

 

Quel serait donc son véritable désir ?

Quelle faute aimerait-il ne plus souffrir ?

Car bien des choses il en est avec raison fier,

Mais ignorer comment vraiment aimer il en est guère.

 

Voilà tout ce que je changerai,

Qu’un seul vœu le ciel puisse m’accorder,

C’est celui de pouvoir aimer celle qui ouvrira mon cœur,

À celle qui me fera comprendre qu’aimer il ne faut pas en avoir peur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Avant que tu rendes l’âme

new-image73

Avant que tu rendes l’âme

 

Cher ami que la vie m’a permis de connaître,

Sur une blanche terre qui nous a vu naître,

Plaisir pour moi d’écouter me raconter tes histoires,

Et en toute confiance me confier tes secrets et tes déboires.

 

La vie, nous le savons trop bien, dure envers toi elle a été.

Ton âme a connu bien des rudes hivers et de rares étés,

Et pourtant, bien des gens petits et grands t’ont aimé,

Sans être un géant de l’histoire, tu fus vraiment apprécié.

 

Ton art digne des illustres gens des Indes et de Katmandu,

Tu as su le prodiguer avec passion tel un homme doux,

Loin de toi méchanceté et tout ce qui détruit son intérieur,

Tu m’enseignas à aimer la vie sans se fier au monde extérieur.

 

Être à tes côtés là où et quand tu en avais besoin,

Est ce que tout bon chrétien aurait simplement fait,

Pourquoi attendre que tu sois parti pour te dire « Je t’aime »?

Alors que de te faire rire vaut toutes les prières et les « amen ».

 

Toi notre cher et tendre ami,

Avant que tu nous quittes pour un monde meilleur,

Ces quelques mots pour te remercier d’avoir mis en nos cœurs,

Un peu de joie et beaucoup d’amour qui seront avec nous toute la vie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada