Archives de tags | Europe

J’aimerais bien y assister.

New Image 90J’aimerais bien y assister.

Bonjour mes amis et amies de l’Europe,

J’espère que vous allez bien et que la vie soit belle pour vous. De mon côté, elle est magnifique surtout avec un temps ensoleillé comme nous avons eu aujourd’hui même à Québec. Vous savez probablement que j’ai eu la chance inouïe de visiter une galerie d’arts en Suisse au cours du mois de juillet dernier. Une galerie d’arts où la nudité artistique était à l’honneur grâce à la présentation d’oeuvres réalisées par des maitres en ce domaine.

Vous devez sans doute vous douter que je me tiens à l’affût de tout ce qui se passe dans les différentes expositions dans ce domaine. Voilà pourquoi je lis divers articles, notamment grâce à mes alertes du service Google, sur lesdites expositions. C’est ainsi que j’ai été informé d’une présentation théâtrale a lieu en France où le thème du monde du modèle vivant est abordé, selon les critiques, de manière fort remarquable. J’ai donc décidé de partager avec vous l’un de ces articles trouvés sur le web. Ledit article est reproduit en noir et blanc et un lien se trouve en annexe, et ce par souci de respecter les droits d’auteurs. Pour ceux et celles qui ont eu la chance d’assister à l’une ou l’autre présentation, j’aimerais avoir vos appréciations personnelles.

Merci de m’avoir lu !

Bon vendredi !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Festival d’Avignon : “Nu dans le bain”, ivre de peinture

Peintre et metteur en scène, David Géry nous invite à pénétrer dans son atelier, tandis qu’il réalise le portrait de Beth (Agnès Sourdillon). Se dessine alors sous nos yeux l’histoire des modèles de peintres célèbres, tragiquement oubliées.

Festivaliers, prenez votre courage à deux mains… traversez le Rhône (le bus passe au pied des remparts tous les quarts d’heure) et grimpez jusqu’à la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon. Pas seulement pour aller dans la salle du Tinel qui accueille des spectacles du In. Car l’hôte des lieux, le Centre national des écritures du spectacle, y présente lors de ses (trop courtes) Rencontres d’été les œuvres travaillées lors de résidences organisées toute l’année. Pour Nu dans le bain, pièce d’une jeune Américaine d’habitude mise en scène Off-Broadway, le metteur en scène David Géry et la comédienne Agnès Sourdillon ont bénéficié de ce dispositif. Ils semblent ici chez eux et nous, spectateurs, nous nous glissons comme par effraction dans leur « atelier ». Atelier de théâtre comme atelier du peintre, car ici la fiction dramatique (le monologue d’une femme qui pose dans un atelier de dessin et creuse l’histoire des modèles oubliées des peintres célèbres) est rejointe par la réalité.

Le metteur en scène David Géry, en effet, est peintre – de ceux qui aiment l’huile et la matière – et cette magnifique salle aux poutres monumentales où l’on pénètre est envahie de châssis, de toiles retournées, de pinceaux séchant dans les pots… Une odeur de térébenthine plane. Géry, assis de dos, mélange ses couleurs pendant que le public s’installe. Celui-ci pourra, papier et crayon en mains, participer lui aussi à cette vraie-fausse séance de pose.

Une baignoire sur pieds attend au milieu de cette salle au nord dont la lumière naturelle est peu à peu travaillée. Et puis elle entre. Agnès Sourdillon – ex-Agnès de L’Ecole des femmes monté par Didier Bezace dans la Cour d’honneur du palais des Papes en 2001 – s’est glissée dans la peau de Beth, une femme mûre chassée de sa place de serveuse, découvrant par hasard ce boulot de la débrouille. Elle fait ses premiers pas dans le monde de l’art dont elle ignorait tout. Jamais entrée dans un musée. Jamais eu l’occasion d’être touchée par un tableau. Pendant que Beth/Agnès nous délivre le flot de ses pensées subtilement modulé entre humour mutin et lassitude inquiète, elle pose nue, avec une grâce naturelle, intense et pudique. Le texte mêle avec intelligence la situation vécue – les contraintes musculaires –, et le chemin de Beth vers l’émotion esthétique au fil de son enquête sur le destin tragique de Renée Monchaty, jeune modèle que le peintre Pierre Bonnard a fini par trahir et qui s’est suicidé en 1925. Le cinéaste Jacques Rivette dans La Belle Noiseuse en 1991 avait déjà mis en scène, grâce à Emmanuelle Béart et Michel Piccoli, les relations d’un peintre à son modèle. Ici, pas de tension extrême dans la séance qui sert davantage de cadre au jeu de l’actrice et met le public en situation. L’enjeu dramatique tourne surtout autour de l’histoire de l’art vue par la lorgnette des modèles et de la prise de conscience de Beth d’autres vies possibles. Mais le peintre Géry nous réserve quand même une surprise qui fait de la représentation de Nu dans le bain une expérience rare.

Source : http://www.telerama.fr/scenes/festival-d-avignon-nu-dans-le-bain-ivre-de-peinture,160732.php

Une œuvre qui interpelle.

 

exposition_de_nu_geneve_juin_2017_7_by_lequebecois1962-dbcdy6d

 

« Nude » par Roger Parry (1905-1977)

 

Une œuvre qui interpelle.

Bonjour tout le monde, Comment allez-vous ? Que se passe-t-il de beau dans vos vies respectives ? Quels sont vos projets pour la saison estivale qui frappe à nos portes ? Bref, quoi de neuf ? Que de questions ! Je le sais que trop bien. Mais, voyez-vous ?, être un modèle nu c’est aussi accepter de vivre et de partager avec authenticité en s’ouvrant au monde qui nous entoure. C’est ce que je tente de faire avec vous, et ce avec un grand plaisir.

New Image 64Sous un autre ordre d’idée, je voulais absolument vous présenter cette œuvre vraiment magnifique réalisée par le photographe Roger Parry (1905-1977). Et pour cause, puisque cette photo m’interpelle au plus profond de mon être en m’amenant à me questionner sur l’être humain et sa crainte face aux autres et, surtout, face à lui-même. Comme on dit si bien, il suffit parfois de se rendre à l’étranger pour mieux se connaître soi-même. Mon séjour en Europe prouve toute la véracité de cet adage. Enfin, c’est ce que je ressens.

Cette photo semble démontrer la crainte innée chez l’être humain du jugement. Une crainte alimentée par la religion, par la société et par la famille ainsi que par cet « autre » que l’on rencontre sur la route de notre vie. Bien que parfois une telle crainte peut être salutaire puisqu’elle nous permet d’établir des comportements pouvant servir à vivre en société, n’oublions pas que l’instinct animal est aussi présent en chacun de nous, elle peut aussi être un fardeau qui empêche l’Homme d’atteindre son plein épanouissement.

Un grand philosophe du nom de Jean-Paul Sartre a dit que «… l’enfer, c’est les autres.» Et, dans une certaine mesure, on ne peut nier qu’il ait raison. Combien d’entre nous a retenu ses élans afin de voler sur des mondes qui lui étaient inconnus et ce, parce qu’on lui disait que cela lui serait impossible ? Combien d’entre nous a refusé de faire les premiers pas vers l’autre afin de lui exprimer ses sentiments amoureux davantage par la crainte des qu’en-dira-t-on que par celle du rejet ? Combien d’entre nous a peur du regard de l’autre à son endroit et, par-dessus tout, de son propre regard envers lui-même ? Oui, la crainte du regard de l’autre et de soi-même est exprimée d’une manière sans équivoque au sein de cette photo.

Je vous pose maintenant une simple question et je vous y invite à yNew Image 62 répondre dans le silence de votre cœur. Que craignez-vous dans le regard de l’autre et, encore plus important, dans votre propre regard ? Ne serait-il pas le temps de s’accepter en toute sincérité et ce, en dépit du regard des autres à notre endroit ? Et, entre vous et moi, il y aura toujours quelqu’un quelque part sur cette planète qui sera sans cesse prête à nous juger mais qui s’abstiendra de prendre notre place dans le tombeau lorsque notre heure de quitter ce monde aura sonné. C’est là un fait que l’on devrait toujours garder à l’esprit.

Il est à noter que par un souci de respect envers l’auteur de cette photo magnifique, mais aussi de la seconde qui accompagne cet article puisqu’il s’agit du même auteur, j’ai décidé de mettre un lien en annexe afin de vous diriger vers un article trouvé sur le web qui présente de manière très intéressante ce photographe. Il va de soi qu’un autre lien vous donnant les informations sur cette exposition qui a lieu à Genève est aussi mis en annexe.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Présentation de ce photographe: https://www.photo-arago.fr/C.aspx?VP3=CMS3&VF=GPPO26_3_VForm&ERIDS=2C6NU0OBY4CR:2C6NU0OBSIV4:2C6NU0OBMJQP:2C6NU0O0XJ9F:2C6NU0ZCM3VG 

À visiter absolument: http://www.tdg.ch/culture/grob-gallery-peintres-photographes-deshabillent-corps/story/12281762

J’ai eu la chance incroyable.

New Image 54

J’ai eu la chance incroyable.

Bonjour tout le monde,

J’ai eu la chance incroyable de tenir une promesse que je me suis faite avant de partir pour la Suisse pour les trois dernières semaines. Je vous présenterai une série d’articles accompagnés de photos prises, avec la permission de la galerie d’arts, très prochainement au sein de mon blogue artistique concernant mon appréciation sur cette exposition où la nudité est mise à l’honneur. Je souhaite que lesdites publications vous plairont.

Il va de soi que plusieurs autres articles seront aussi publiés concernant mon voyage sur le Vieux Continent. Un continent à découvrir dont la richesse culturelle est à préserver coûte que coûte.

Bonne semaine

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Bonjour de l’Europe

New Image 58

Bonjour de l’Europe

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon coeur que vous allez bien. Pour ma part, je suis depuis déjà une semaine en Europe où j’ai eu la chance de visiter l’Italie et la Suisse. J’ai adoré faire un petit pèlerinage au Vatican le 24 mai à l’occasion de mon anniversaire de naissance. 

Que de choses magnifiques j’ai vues et admirées: des lieux saints, des œuvres d’arts extraordinaire sans oublier le charme des italiens. Soyez rassurés! Je publierai des articles dès mon retour au Québec.

Je vous aime.

Rollandjr St-Gelais

Rome (Italie)

Faire ressortir les émotions

new-image145

Faire ressortir les émotions

Bonjour tout le monde,

new-image-149J’ai eu la chance dernièrement de faire la découverte d’un photographe qui réalise un travail tout à fait remarquable dans le domaine de la nudité artistique. Oui, vous le savez déjà qu’il s’agit de l’une de mes passions préférées. Une passion qui m’a amené jusqu’à maintenant  à me surpasser et à faire la rencontre de gens extraordinaires tant à Québec qu’à Montréal et un peu partout dans la province de Québec. Il va sans dire qu’une telle passion est aussi partagée par des artistes européens dont  notamment en Allemagne, en Suisse où je suis actuellement pour encore quelques temps et, enfin, en Russie. Or, j’échange souvent par l’entremise d’un site de partage artistique avec bon nombre de ces artistes.

Savez-vous ce qui m’a le plus étonné jusqu’à maintenant? Et bien, croyez-le ounew-image-147 non, c’est le grand talent de certains photographes pour faire ressortir toute la douceur présente chez leur modèle vivant. En l’occurrence le modèle vivant féminin quoique le fait d’avoir un modèle vivant masculin aurait pu être tout aussi bien dans l’exemple qui suit. Il est assez rare, du moins en ce qui me concerne, de retrouver autant de douceur dans chacune des photos où cette formidable modèle féminin transpose son art. Que de douceur dans ses poses! Que de sensualité dans ses yeux, son regard et  son visage. Un visage presque  angélique même si la nudité y est adjacente. Nudité certes, mais  aucunement vulgarité et encore moins obscénité puisque  tout est fait dans le respect des règles de l’art. Un art qui mérite d’être connu, reconnu et divulgué au plus grand nombre possible.

new-148En terminant cet article, il serait bien de noter que les réalisations faites  en noir et blanc donnent un cachet tout  à  fait particulier à l’ensemble de ces œuvres lesquelles démontrent d’une part, tout le sérieux du photographe envers chacun  des clichés et, d’autre part, une certaine originalité au sein de ceux-ci. Un sérieux qui se manifeste entre autre par la qualité du résultat et une originalité qui se  démontre  par une  certaine forme  de pudeur du modèle vivant. Qualité et originalité qui permettent de faire ressortir les émotions chez celui ou celle qui regarde l’oeuvre. N’oublions pas que la beauté réside dans les yeux qui regardent. Bref, je me dois de féliciter ledit photographe et son modèle pour de si magnifiques poses nues. Bravo mille fois!

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Canton de Vaud

Suisse

Source: http://halfford.deviantart.com/ 

Avis général

salon-automne-2016-affiche

Avis général

Bonjour tout le monde,

J’ignore si vous le saviez déjà mais je suis depuis peu un membre d’un groupe Google lequel est dédié au milieu du nu artistique. J’y reçois en quelques occasions des publications en ce qui concerne ce merveilleux monde artistique. Un milieu aux milles découvertes d’artistes au talent souvent exceptionnel.

Toutefois, la grande majorité des membres sont européens et, par conséquent, les demandes de modèles vivants et les différentes invitations à des ateliers concernent les écoles situées sur le Vieux-Continent. Or, plusieurs de mes abonnés-es vivent dans la plupart des pays de la francophonie européenne. Voilà qui m’a incité à vous faire part d’une activité qui aura lieu à Paris aux Champs-Élysées du 13 au 16 octobre inclusivement.

Bienvenue à tous et à toutes !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le bien-être de poser nu

12187896_10205298628202359_1321551331066787914_n_thumb.jpg

Le bien-être de poser nu

Bonjour tout le monde,

J’espère que tout va bien pour vous et que la saison hivernale vous soit supportable. De mon côté, tout va pour le mieux surtout en ce qui concerne les projets en cours de réalisations lesquels serviront ultérieurement à la rédaction d’éventuels articles au sein de mon blogue artistique consacré à la nudité (l’art du nu). En effet, je devrai bientôt me rendre dans la région de Montréal pour participer à des séances de nudité lesquelles seront d’un tout nouveau genre. Vous comprendrez qu’il m’est impossible d’en dire davantage afin de préserver une certaine surprise. Croyez-moi sur parole! Vous serez étonnés par mon audace dans ce domaine de prédilection qu’est la nudité. Une nudité qui peut devenir un outil d’une importance cruciale dans la promotion d’idée et la revendication tant au plan social que politique. La présence de Milo Moiré à Cologne pour y dénoncer le viol collectif perpétré par des barbares à l’égard des femmes allemandes en est un parfait exemple.

Voilà donc la problématique à laquelle je désire répondre au sein de cet article: La nudité peut-elle servir d’outil dans l’avancement des droits sociaux, notamment par la revendication politique au sein d’une société dite « évoluée »? Si oui, quels seraient ses barèmes servant de garde-fou afin d’éviter toute dérive possible, mais peu souhaitable? Il s’agit certes d’une problématique difficile à résoudre puisque nous avons tous nos idées préconçues face à l’utilité, à la pertinence et à la raison d’être de la nudité au sein de la société actuelle sans omettre le fait qu’il existe plusieurs sociétés sur cette planète que l’on appelle la terre et où vivent des milliards d’êtres humains. Défi difficile que je tente de relever avec plaisir.

Une chose doit être clarifiée une fois pour toute; la nudité ne doit jamais être utilisée à toutes les sauces, si je peux me permettre cette expression. Tout comme chaque chose peut être d’une grande utilité en certaines circonstances, mais tout aussi nuisibles en d’autres occasions. D’ailleurs, il existe de nombreuses voies de communication pour faire valoir ses idées. L’on a qu’à penser à titre d’exemples aux médias électroniques, à la rédaction de lettres ouvertes, aux nombreuses tribunes journalistiques tant de la presse écrite que radiophonique. La démocratie est riche en moyens d’expressions surtout lorsque l’on sait s’en servir de manière adéquate et que l’on respecte ce principe de base qui veut que les droits des uns finissent là où ceux des autres commencent.

barbe-blancheMaintenant, revenons à la question: La nudité peut-elle servir d’outil dans l’avancement des droits sociaux, notamment par la revendication politique au sein d’une société dite « évoluée »? À cela je vous répondrai par un oui… nuancé. En effet, il peut arriver que la nudité devienne le dernier moyen pour amener une société entière à prendre position sur un événement qui a causé un préjudice envers une classe bien précise laquelle se retrouve trop souvent parmi les exclus, les sans-voix, les laisser-pour-comptes et les marginaux. Bref, ceux pour qui nos regards sont loin de leur être portés. L’être humain est ainsi fait, qu’on le veuille ou non.

11235251_676422929152119_142811643_o_thumb.jpgBien que la nudité peut être un outil fort utile dans des circonstances bien précises, il n’en demeure pas moins qu’elle doit être manipulée avec grand soin et d’une prudence extrême. Oui, la nudité est un instrument que l’on doit manipuler comme n’importe quel autre: le corps est possiblement l’arme absolu pour renverser le cours de l’histoire s’il est utilisé de manière adéquate. Les nombreuses manifestations pacifiques qui ont eu lieu pendant les mouvements Peace & Love des années 1960 ont souvent servi de tremplin dans les revendications des groupes sociaux tant en Europe qu’aux Etats-Unis. À cela s’ajoute l’extrême prudence avec laquelle on doit s’en servir. Un vieil adage dit que « trop, c’est comme pas assez puisqu’il nuit plus souvent qu’autrement. »

Le cas de la fantastique Milo Moiré à Cologne est le parfait exemple qu’une nudité peut être utilisée de façon à la fois responsable, intelligente et digne d’intérêt. Responsable puisque son agissement n’engage qu’elle-même, même si personnellement j’aurais préféré un appui de la population allemande dans sa démarche, un appui qui aurait pu se concrétiser par des manifestations de masse d’hommes et de femmes entièrement nus(es) et dont l’objectif aurait été de dire un non catégorique à toutes formes de violence et d’abus sur la femme. Une nudité que je qualifierais d’intelligente puisqu’elle a su d’une part, se servir de sa notoriété dans ce domaine de prédilection pour amener un regard critique sur ce triste événement et que d’autre part, elle a su se placer au bon endroit et au bon moment pour avoir une visibilité accrue auprès des médias de masse.

PP_012_B_OR1_thumb.jpgUne sous-question doit ici être résolue; quels barèmes pourraient servir de garde-fou afin d’éviter toute dérive possible, mais peu souhaitable? Selon moi, et c’est mon humble opinion, quatre barèmes sont à retenir. En premier lieu, l’urgence d’agir. J’attends ici lorsque l’ensemble des moyens misent à la disposition du grand public ont été épuisés au sein d’une société libre et démocratique. En deuxième lieu, il faut tenir compte de la pertinence du message que l’on veut faire passer. Là encore, ce qui est pertinent pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre. En troisième lieu, et conséquemment à ce que je viens précédemment d’affirmer, une certaine cohésion sociale doit exister, voire maintenue sur une longueur de temps respectable, pour qu’un impact puisse se faire sentir sur l’ordre des choses. Enfin, le dernier barème, et qui est loin d’être négligeable, concerne l’image que la nudité a au sein de la société concernée. Vous devez aisément comprendre que chaque société possède une vision qui lui est propre à l’égard de celle-ci. Une vision qui est influencée à la fois par l’histoire, les us et coutumes et par les diverses religions qui ont façonné la mentalité générale de la population. Enfin, il faut aussi retenir que chaque personne a de part son expérience de vie un rapport avec la nudité qui lui est particulière.

Loin de moi l’intention de porter un jugement sur autrui ou la société dans laquelle il vit. D’ailleurs, qui suis-je pour juger mon prochain? Cette question s’adresse à chacun d’entre nous.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada