Archives de tags | réflexion

Au milieu de l’herbe

Au milieu de l'herbe
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Au milieu de l’herbe

Bonjour tout le monde,

Il n’y a rien de plus utile qu’une belle journée ensoleillée du mois d’août pour vous parler des petits et grands plaisirs d’été. Des plaisirs qui font de la vie autre chose qu’une succession de morosité, de labeur et de sueur. C’est un fait que bon nombre d’entre nous passent leur temps à travailler souvent dans des conditions plus ou moins enviables, à affronter des situations fort déplaisantes et à faire de leur mieux tout en tirant le diable par la queue. Fort heureusement, la saison estivale apporte un peu de bonheur et souvent beaucoup de beauté à l’existence.

Pour ma part, j’aime bien l’été pour trois raisons précises. Des raisons qui s’enchevêtrent les unes aux autres. Bon ! Je reconnais d’emblée que vous risquez d’être en désaccord avec les propos qui vont suivre. Cependant, sachez que j’en assume la pleine et entière responsabilité. De dit-on pas que la liberté de s’exprimer s’accompagne inexorablement par l’imputation qui en découle.

La première raison réside dans la chance de pouvoir allègrement admirer les beautés féminines que je peux rencontrer, ne fut-ce que par un simple coup d’œil, dans leurs manifestations aussi variées que plaisantes. En effet, quoi de plus beau que la grâce féminine aux yeux de celui qui sait la contempler à sa juste valeur? J’ai bien écrit à sa juste valeur puisque le respect a été, est et sera toujours de mise chez votre humble serviteur. Et puis, comme j’adore répéter à qui veut connaître le fond de ma pensée à ce sujet : La beauté n’est point un péché tout comme la laideur est loin d’être une vertu.

La deuxième raison est celle de la multitude de sources d’inspiration que la saison estivale me procure. En effet, la luminosité est à son meilleur dans les journées d’été comparativement à toute autre saison de l’année. D’ailleurs, je suis toujours étonné à chaque fois que je me rends dans la belle région de Matane en Gaspésie tellement le soleil y est si bon, si agréable et si chaleureux. Un soleil qui reflète à la perfection les gens de cette superbe région. Mais, il y aussi le souffle incroyable que m’assurent les chaudes journées d’été lors de mes nombreuses compositions poétiques.

À cela s’ajoute, vous devez certainement vous en douter un peu, la collaboration tellement précieuse et combien appréciée de mes fidèles artistes par le vaste monde. Vous noterez que la luminosité des jours et la qualité exceptionnelle des photos de nudité artistique, parfois légèrement érotique, constituent une mixture fort intéressante. N’est-ce pas ?

La dernière raison est celle des nombreux souvenirs que l’été me font parfois revivre au plus profond de moi. En effet, je me revois marcher le long des plages qui bordent ma région natale qu’est Sept-Îles où je pouvais humer l’air marin sans oublier les nombreux lacs et rivières où je contemplais les forêts vierges. Bien entendu que je ne peux pas passer sous silence le terrain familial où parfois je m’étendais sur la verte pelouse. Que de beaux souvenirs de ce temps de mon enfance, de mon adolescence et de ma lointaine innocence. Que des souvenances qui en mon esprit forment une aide surprenante dans la composition de mes poèmes pour mon plus grand plaisir et, je le souhaite ardemment, pour le vôtre aussi.

En résumé, le fait de vivre loin de la nature contrairement à ma vie de jadis rend impossible de m’étendre au milieu de l’herbe. Toutefois, je peux le faire en esprit à chaque fois que l’occasion de composer mes poèmes se présente à moi. Croyez-moi sur parole que je ne raterai aucune occasion qui se présentera à moi. Je vous le jure maintenant et pour toujours.

Merci infiniment pour votre assiduité.

Rollandjr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Savoir rester zen

Rester zen
Magnifique dessin réalisé par Gérard Teillot

Savoir rester zen

 

Savoir rester zen ? Chose plus facile à dire qu’à faire.

Une attitude à adopter à chaque seconde, à chaque instant.

Une attitude à exercer en tout temps, ici et maintenant et toute sa vie durant.

 

Réflexion de RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

La vie est faite ainsi

Screenshot_20190805-133953
Superbe photo par Viktoria de Québec

La vie est faite ainsi

La vie est faite ainsi. Parfois, on y rencontre des gens qui apportent de la lumière. Parfois, il y en a qui ont un cœur de pierre. D’autres savent apprécier un compliment tandis que d’autres encore restent indifférents. Certaines personnes sauront voir la beauté tant en-dedans qu’en dehors tandis que d’autres jugeront selon des critères sociaux inatteignables. 

La vie est faite ainsi. Les jours ensoleillés suivront les jours de pluie et vice versa. Aujourd’hui deviendra au fil du temps qui passe un souvenir parfois joyeux, parfois triste dans son cœur. Demain arrivera plus vite qu’on le croit et partira encore plus vite que l’on ne pourra jamais imaginer. 

La vie est faite ainsi. On est le seul responsable de son bonheur, et ce à chaque jour, à chaque instant et à chaque heure. Faire notre possible et laisser à Dieu l’impossible. On reconnait l’être exceptionnel au sourire qu’il garde aux jours sombres comme aux jours de joie.

La vie est faite ainsi. Quoiqu’il arrive et quoi que nous fassions. On ne doit jamais s’empêcher de voir la beauté partout où l’on est car elle résidera d’abord et avant tout en soi. Ne nous empêchons jamais de voir en l’autre une parcelle de soi car c’est ainsi que l’on reconnaitra notre nature profonde.

La vie est faite ainsi.

Voilà pourquoi elle est si jolie.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec) Canada

Apprivoiser la vie

Apprivoiser la vie
Photo réalisée par mon ami Joel Pèlerin

Apprivoiser la vie

Une chose est sure, rien de plus difficile de vivre. Je ne parle pas ici du simple fait d’exister mais de s’accomplir réellement, de gravir des collines, des montagnes et de faire relever des défis selon nos capacités. Inutile de vouloir ressembler à un surhomme mais simplement de découvrir qui nous sommes au plus profond de soi. Je conviens que cela peut sembler plus facile à dire qu’à faire surtout si on tient compte des pressions sociales, des expériences déjà vécues et bien d’autres facteurs plus ou moins dépendants de notre volonté aussi bonne soit-elle.

Un des facteurs qui est susceptible de paralyser la majorité d’entre nous est celui de la peur. Peur qui se nourrit plus souvent que nous le pensions de nos constructions psychologiques. Combien de fois avons-nous freiné nos ardeurs du simple fait de craintes infondées? J’ai bien écrit des craintes infondées car il n’est nullement question d’encourager l’imprudence dans le présent article. Il s’agit plutôt de combattre, de surmonter et même de détruire les appréhensions pouvant nuire à notre essor personnel.

À l’image de cette superbe photo que j’utilise avec l’accord de mon ami Joël Pèlerin, bon nombre de nos craintes sont souvent que des chimères ressemblant à des serpents-jouets. Certes, nous pouvons être trompés aux premiers coups d’œil en voyant une telle photo, qui est très bien réalisée soi-dit en passant. Une question est ici d’une grande utilité : Pourquoi donc cette jolie dame caresse-t-elle ce serpent? La raison réside dans le simple fait qu’elle a su l’apprivoiser au point de le transformer en un jouet.

Il en est de même dans la vie. Plusieurs de nos craintes peuvent être métamorphosées en des jouets. Ainsi combien d’activités peuvent être faites si nous prenions le temps de les voir comme une opportunité sensationnelle d’accomplissement? Poser la question, c’est aussi y répondre. Une bonne dose de témérité peut être la base d’une grande réussite. Encore là, il faut savoir distinguer témérité et imprudence. Ceci écrit, bienheureux celui qui saura apprivoiser ses peurs car il aura apprivoisé la vie.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Poursuivre sa route

Screenshot_20190805-133803
Photo par Viktoria de Québec

Poursuivre sa route

La vie est un long chemin sur lequel on y fait diverses rencontres. Quelques-unes nous laissent de marbre, d’autres nous laissent un goût amer d’autres encore, fort heureusement, nous apportent un enrichissement remarquable. Combien de gens avons-nous rencontrés? Beaucoup plus que nous pourrions soupçonner. Combien de gens avons-nous cru connaitre? Bien peu. Et, combien avons-nous réellement connus ? Bien souvent, cela se résume aux dix doigts de la main, et peut-être même un peu moins.

Avons-nous grandi dans une relation? Si oui, tant mieux. Au contraire, avons-nous été blessés par l’autre ou pire avons-nous blessé celui-ci? Je répondrai à cela qu’il s’agit là d’un autre type de croissance. En effet, rien ne se perd et rien ne se créer. Tout se transforme de manière à nous rendre davantage mature et serein face à la vie.

Le plus important n’est en aucun temps de regarder derrière soi mais plutôt de poursuivre sa route. Une route sur laquelle nous avons un certain pouvoir en y plantant à l’occasion des germes de bonté, de partage, de fraternité et d’amour. Certes, nous y ferons aussi des erreurs. Qui n’en a jamais faites dans sa vie? Ainsi va la vie!

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

La Sérénité

Sérénité
Photo réalisée par mon ami Joel Pèlerin

La Sérénité

La sérénité est un art à cultiver au jour le jour. Un métier à tisser où l’on doit sans cesse se remettre à la tâche. Car n’oublions pas que depuis la nuit des temps, l’être humain se submerge lui-même de multiples pensées négatives qui l’éloignent de sa véritable nature. Celle d’être en harmonie avec lui-même.

Je vous souhaite d’être sereins partout et en tout temps. Ne nous laissons pas submerger par les démons qui polluent nos esprits.

Bonne journée tout le monde

Rolland St-Gelais de Québec

Qu’est-ce l’amour ?

Quest ce que l'amour
« Qu’est-ce que l’amour ? » Pensée de RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Qu’est-ce que l’amour ?

L’amour est semblable à un coup de poker. Parfois on peut tout gagner ou bien tout perdre. Perdre ou gagner ? Est-ce si important ? Aimer c’est prendre un risque et prendre un risque c’est aussi vivre.

Vivre c’est un risque. Mais si l’on gagne, on perd toujours un peu de soi. Et si on perd, on y gagne de l’expérience. Ainsi est la vie. Ainsi est l’amour.

RollandJr St-Gelais de Québec

Lâcher-prise

Lâcher prise
« Lâcher-prise » Dessin par mon ami Noble Roro de la France

Lâcher-prise

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous vous portez bien malgré la chaleur accablante qui sévit en ce moment tant en Europe qu’en Amérique du nord. Je m’inquiète grandement qu’une telle température puisse sévir en cette période de l’année même si nous sommes en pleine saison estivale. En effet, le thermomètre indique des records battus de chaleur accompagnée d’absence prolongée de précipitation du moins dans plusieurs régions du Québec et fort probablement aussi en Europe. Qu’à cela ne tienne, c’est un temps qui sera vite oublié lors de la prochaine saison hivernale. Aussi bien en profiter pendant que ça passe. N’est-ce pas ?!

De plus, aucun d’entre nous n’a de pouvoir significatif ni sur la météo ni sur la température. Pourquoi alors s’en faire ? Et, pour paraphraser un vieux dicton popularisé par un homme de la Galilée : À chaque jour suffit sa chaleur. Bref, laissons aller le cours des choses et on saura quoi faire la saison à venir.

Tout ceci m’amène à parler dans ce présent d’une notion fort mal comprise qu’est de savoir lâcher-prise. Par conséquent, elle est souvent galvaudée de part et d’autre à propos de tout et de rien. Dans le but de clarifier un tel sujet, j’ai opté à diviser le présent texte en trois parties. Tout d’abord, ce que lâcher-prise ne signifie pas. Ensuite, vous l’avez sans doute deviné, qu’elle est donc sa signification. Enfin, je souhaite répondre à cette question fondamentale qui est : comment trouver un juste milieu.

Une telle réflexion est loin d’être évidente pour le commun des mortels, y incluant votre humble serviteur, bien entendu. Cependant, j’ai accepté de satisfaire la requête de plusieurs de mes abonnés sur mon blogue consacré à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie en publiant de manière occasionnelle des articles à saveur davantage philosophique. En effet, après mûres réflexions, une telle optique s’avère être nécessaire pour l’enrichissement de mon blogue. L’enrichir, c’est aussi m’enrichir d’une certaine façon puisque cela ouvre ma vision sur divers sujets qui, loin d’en être indifférent, étaient plutôt mis au second plan.

Espérant que mes explications vous aient donné le goût de lire le présent article. J’ai fait mon bout de chemin en le rédigeant. Maintenant, c’est à vous de faire le vôtre en le lisant. Pour le reste, j’ai préféré lâche prise.

J’ai remarqué au fil de mes réflexions concernant le fait de lâcher-prise qu’il existe une certaine confusion entourant cette notion. En effet, plusieurs personnes croient à tort que cela consiste à laisser le temps suivre son cours, un peu à l’image d’une rivière longeant un territoire sur lequel existe une forêt abondante et où existent de nombreuses communautés humaines tels que, à tire d’exemple, des villages et villes de plus ou moins grande importance.

Certes, nous sommes souvent portés à laisser les choses comme elles le sont surtout s’il n’y a pas de nuages sombres à l’horizon. Pourquoi s’en faire si tout va bien ? C’est sans contredit une lame à double tranchant. Le premier tranchant se rapporte à se croire libre de toute menace alors que le second est de ne rien faire. Grave erreur ! en effet, ne rien faire, c’est justement de faire tout pour ce qui rend possible la destruction de ce qui a été fait pour son bonheur actuel et futur.

Pour reprendre l’image de la rivière qui coule allègrement au sein d’une contrée où il fait bon vivre, ne rien faire alors que le cours de ladite rivière grandit dangereusement mettant potentiellement en péril la vie des gens vivant en ces lieux équivaudrait non pas à un lâcher-prise sur le déroulement des choses mais plutôt faire preuve d’une irresponsabilité à leur égard. Autrement dit, lâcher-prise n’équivaut en aucun temps à se fermer les yeux et de ne point agir lorsque la situation l’exige.

Mais que signifie donc lâcher-prise? Voilà une question où l’exemple de la rivière trouve tout son sens. Certes, il est à la fois judicieux et responsable d’agir en prévision de situations éventuellement dramatiques. C’est pourquoi tout doit être mis en œuvre afin de prévenir dans la mesure du possible ce qui ne doit jamais arriver. Chose plus facile à dire qu’à faire, me diriez-vous ?! Je vous donne entièrement raison sur ce point. Personne en ce monde, à moins que je me trompe, n’est devin. Cela ne veut pas dire qu’il faille se croiser les bras.

Pour revenir à ma fameuse rivière, chaque individu qui a décidé de s’y installer en bordure afin de profiter de la vue magnifique qu’elle lui offre ou pour toutes autres raisons se doit d’avoir construit sa demeure de la manière la plus sécuritaire qui soit. Il en est de même avec tout ce qui entoure la protection de sa famille et de ses biens de valeurs. Là encore, l’adage qui veut que l’on puisse ignorer ce qui peut arriver mais jamais ce qui ne doit jamais arriver trouve tout son sens.

Mais, qu’arrive-t-il s’il y a une perte totale à la fois de ses biens de valeurs et de sa demeure avenant le cas où la rivière aurait tout emporté en dépit des prévisions imaginables ? C’est là qu’entre en jeu la notion même de lâcher-prise. Vous remarquerez qu’il n’est nullement question de mettre sur un pied d’égalité la valeur de la vie humaine, et même animale puisque toutes vies possèdent une sacralité indéniable, avec les demeures et les biens matériels. Cela va de soi avec mes valeurs judéo-chrétiennes. La vie doit passer en premier, et ce en toutes circonstances.

Avons-nous fait tout notre possible en prévision d’éviter un quelconque cataclysme tant sur le plan matériel que personnel ? Avons-nous agi de manière responsable tant envers soi-même qu’envers nos proches, voir nos pairs ? Et, enfin, avons-nous conscience de nos propres limites concernant tout ce qui nous entoure et au sein même de notre vie ? Si nous avons répondu affirmativement à ces trois questions, c’est là que nous pouvons désormais lâcher-prise.

Un sage d’orient avait enseigné à ses disciples que le véritable bonheur se trouvait dans le chemin du juste milieu. Un enseignement que plusieurs d’entre nous, y incluant votre humble serviteur, devraient davantage le mettre en pratique. Surtout à notre époque où l’image du super héros, et de la wonderwoman, est valorisée avec toutes les conséquences que cela implique sur le plan émotionnel et psychologique.

Rien n’est permanent en ce monde ! C’est une vérité indéniable. Normalement tout le monde passe par les étapes de la vie que sont l’enfance, l’adolescence et la vie adulte ainsi que la vieillesse. C’est ce que j’appellerais la rivière de la vie qui suit son cours. Comme la rivière, nous naissons puis nous grandissons pour finir par prendre son propre chemin. Ici, tout est une question de chaque chose en son temps avec tout le meilleur que nous puissions faire au moment opportun.

Certes, il y a de fortes probabilités que des intempéries puissent mettre en péril ou tout au plus bouleverser l’ordre des choses. Dans de pareils cas, accepter le fait accompli afin de prendre les décisions qui s’imposent est la meilleure chose qui soit. Je prends à titre d’exemples, la naissance d’un enfant atteint d’un quelconque handicap physique ou intellectuel au sein d’une famille, l’apparition d’une maladie mortelle chez un individu, la perte d’un être cher constituent des occasions où le lâcher-prise trouve tout son sens. Autrement dit, cela consiste à accepter telle ou telle situation malgré le fait que nous ayons fait notre possible pour l’éviter.

Je dirais en terminant ce présent texte qu’ici c’est une question de survie. C’est-à-dire de sa propre survie. Car, ne l’oublions pas. Nous sommes des êtres humains bien limités dans le temps et l’espace malgré toute la bonne volonté qui plus souvent qu’on le croit nous anime à chaque instant de nos vies.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Douceur de la poésie

Une journée sans la poésie

 

Photo réalisée par mon ami Joël Pèlerin

 

Douceur de la poésie

 

Une journée sans la douceur de la poésie c’est ignorer la douceur même de la vie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

S’aimer soi-même

wet_by_rickb500_dd9bfp4-pre

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Qu’il est difficile de s’aimer

Qu’il est difficile de s’aimer soi-même sans développer un sentiment de culpabilité inutile, surtout dans ce monde où la morale amorale a tous les droits.

Selon RollandJr St-Gelais de Québec