Archives de tags | réflexion

En attendant

the_paintress_contract_04_by_rickb500_d8kgy9a-250t
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

En attendant

Bonjour tout le monde,

Tout d’abord, je profite de l’occasion qui m’est offert pour vous souhaiter une excellente semaine et que vous ayez la chance de vous accomplir dans tout ce que ferez au sein de vos nombreuses activités.

FB_IMG_1548802080931Ensuite, il m’apparaît utile de vous expliquer certains détails concernant mes publications au sein de mon blogue. En effet, vous avez sûrement remarqué une certaine tournure que l’on qualifierait d’érotique parmi bon nombre de mes derniers poèmes. je peux comprendre votre étonnement puisque le blogue est avant toutes choses dédié au nu artistique.

Or, vous le savez déjà que je poursuis une période de réadaptation physique suite à mon accident lors de mon séjour à Matane. Tout ceci a eu un impact momentané dans ma passion en tant que modèle vivant, nu intégral, en ce début d’année. C’est la raison pour laquelle j’ai opté pour réaliser quelques publications, avec l’aide de certains artistes européens, afin de garder ce blogue bien vivant. Certaines de ces photos sont davantage propices à l’érotisme qu’à toutes autres formes d’expression écrite.

Cependant, je vous rassure que la reprise de mes activités auront bel et bien lieu dès que possible. Par le fait même, il me fait plaisir de vous annoncer que deux séances sont prévues respectivement pour le 4 avril et le 11 avril. La première séance se déroulera au collège d’enseignement général et professionnel de Drummondville et la seconde aura lieu à l’Université du Québec à Saguenay. Il est à noter que ce sera la seconde fois que je me rendrai  à Saguenay pour une telle séance.

Enfin, je vous promets que je partagerai avec vous quelques articles tirés de mes expériences vécues en ces occasions. Comme d’habitude, il s’agira autant de proses que de poèmes, parfois romantiques, parfois de réflexion ou encore simplement la création de pages fixes dans lesquelles les meilleures photos seront présentées. Ne dit-on pas qu’une image vaut mille mots ?

Quoiqu’il en soit, soyez convaincus que j’aurai autant de plaisir à poursuivre mon blogue dédié à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie que j’en ai eu jusqu’à maintenant. J’ajouterais même que j’aurais une pensée spéciale pour toutes les personnes qui, par leurs présences, leurs bons soins et leurs encouragements m’ont aidé à guérir.

Savez-vous quoi ? Il y a des anges en ce monde.

Merci de m’avoir lu !

Artistiquement votre !

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Trois en moi

Photo par Mélanie Dufresne Juillet 2018

Trois en moi

« Je suis trois en moi. En moi, nous sommes trois. Mais qui sont-ils ? Au fond, qui suis-je ? Voici donc ces trois « moi » qui me définissent si bien. Il s’agit de ma propre réflexion. Libre à vous de partager ou pas mon idée.

Tout d’abord, il y a le « moi de mon enfance » qui disparaît lors de la traversé du désert de mon adolescence. Une traversé parsemée de questions sans réponses et des réponses qui n’ont jamais trouvé leurs questions.

Ensuite, il y a celui du « moi perpétuel », c’est-à-dire celui qui est et qui sans cesse se détruit et se reconstruit au gré des jours, des événements, des espoirs brisés et des rêves inaccomplis sans oublier les grandes et petites joies de la vie.

Enfin, il y a « Ce moi » qui ne sera jamais : celui des remords, des regrets et des fantasmes inassouvis. « Ce moi » qui dérange le plus car il surgira au pied du lit lorsque mon heure de quitter ce monde arrivera. « Ce moi » apparaîtra devant l’être charnel que je suis en me posant cette ultime interrogation : Qu’aurais-tu aimé être réellement ?

Dans le fond, nous sommes tous et toutes un peu ce troisième « moi », celui que nous ne serons jamais. Pourquoi alors avoir tant de regrets ? Que nous sert-il tous ces remords ? En quoi la réalisation de nos fantasmes nous aurait rendu heureux ? C’est un pensez-y bien ! »

De

RollandJr St Gelais de Québec

Digne de mention

50859985_10213677363794072_1321593078003269632_n

Auteur malheureusement inconnu

Digne de mention

Choquant ! Force à la réflexion ! Provocant ! Bel angle d’approche ! Somme toute très artistique ! Voilà une oeuvre tout-à-fait digne de mention.

RollandJr St-Gelais de Québec 

Comment pouvais-je oublier Noble Roro de la France ?

FB_IMG_1548636941734

Comment pouvais-je oublier Noble Roro de la France ?

Bonne journée tout le monde,

FB_IMG_1547077173924Avant de poursuivre pour une dernière fois la rédaction d’articles sur les artistes qui ont contribué de manière importante tant par leur polyvalence que par leurs talents dans l’élaboration de mon blogue. Un blogue qui reflète à la perfection mon amour pour  l’art de la nudité artistique. Un amour qui est partagé par mes quelques collaborateurs européens tant en Allemagne qu’en France et même dans l’océan indien. Comme quoi l’art unit les gens là où ils sont.

50640914_398680834223804_8596338474137681920_nVous avez sûrement noté que parmi tous ces artistes, il y en a un qui occupe une place particulière au sein de mes poèmes érotiques. Poèmes qui ont pour thématique la beauté des seins. Symbole par excellence de la féminité et, par ricochet, de la maternité. Or, je dois la qualité de ces poèmes par l’inspiration que m’ont procurée les  dessins de l’un de mes collaborateurs de la France. Et, j’ai nommé Noble Roro. 

C’est ainsi ces réalisations de  nudité où la grâce desFB_IMG_1546348699784 seins féminins ont trouvé un écho poétique au sein de  mes compositions. Comment aurait-il pu en être autrement ? En effet, l’originalité, la qualité, la recherche de l’excellence et présentation de  chacune de ses œuvres sont des pierres angulaires dans chacune de mes compositions. Originalité dans  le style des personnages. Qualité dans chacun des dessins où la sensualité s’y retrouve de manière très douce. Présentation qui incite à la réflexion. Et, enfin, une recherche perpétuelle de l’excellence qui dénote un sens aigu du professionnalisme chez cet artiste.

Bref, je profite de cette occasion pour remercier  chaleureusement Noble Roro de la France pour son aide si précieuse dans la construction de mon enfant chéri qu’est mon blogue dédié à la nudité artistique, la poésie et la photographie. Mon enfant qui, à mes yeux, n’a pas de prix. 

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais de Québec

Rayons de soleil

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Photo par Phylactère

Rayons de soleil

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que vos projets pour le Temps des Fêtes se concrétisent selon vos attentes. De mon côté, je dois avouer que je vis une période de réflexion très profonde sur l’ensemble de mon parcours de vie. Est-ce une conséquence de mon avancé en âge ? Est-ce l’émergence de quelques regrets de ne pas avoir fait certaines choses comme d’avoir posé des gestes qui me font honte aujourd’hui ? C’est fort possible. Ne dit-on pas qu’une rétrospection sincère et juste est un signe d’un bon équilibre mental chez l’homme ? Mais, attention ! Comme on le dit si bien au Québec; « on devient pansus à force de trop penser ».

Blague à part ! Il est bon de se questionner sur l’orientation que l’on veut donner à notre futur puisqu’il est inutile de vouloir à tout prix revenir sur les traces de notre passé. Pour ma part, il y a tant de choses que je devrai affronter dans mon avenir que pour l’une rare fois, j’ignore comment je vivrai de  telles situations. Je pense notamment aux pertes de personnes qui me sont proches, à ma santé qui ira avec l’âge qui s’avance de manière inexorable, quoique je suis très satisfait de mon état de santé actuel, et de bien d’autres éléments sur lesquelles mon emprise est tout simplement inexistante.

Il y a aussi l’aspect, moins agréable pour l’homme fier que je suis, de mes nombreux défauts lesquels je désire ardemment corriger si ce n’est de  les amoindrir dans le meilleur des cas. Là encore, on a souvent les défauts de nos qualités et vice versa aussi. C’est vrai que je ne suis pas parfait et que  je ne pourrai jamais atteindre la  perfection. Toutefois, une prise de conscience s’impose si je désire redresser certaines parties de mon avenir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAC’est à quoi je m’engage à réaliser durant la période des fêtes. Une période où j’aurai l’occasion de rencontrer mon père afin de lui demander ses conseils et ses suggestions avant qu’il me quitte pour un monde, semble-t-il, meilleur. Fait intéressant à retenir ! C’est mon père qui m’a montré à marcher en dépit des diagnostics les plus pessimistes des médecins de l’époque, En effet, l’un des diagnostics affirmait qu’il me sera à jamais impossible de marcher. Alors pourquoi je ne profiterai pas de sa sagesse pour m’aider à marcher de façon, disons-le franchement, plus en harmonie avec ma foi chrétienne ? Poser cette question est aussi un peu y répondre. N’est-ce pas ?!

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le temps d’une réflexion sur le sens de ma vie

Photo par Phylactère

 

Le temps d’une réflexion sur le sens de ma vie

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que vos préparatifs pour la fête de Noël vont bon train. Pour ma part, tout va à merveille. En effet, mes préparatifs pour la fête de Noël se déroulent à la perfection et je projette même d’aller voir mon père dans la belle région de la Gaspésie. Une région magnifique où les gens sont d’une grande générosité.

C’est un fait indéniable que le temps des fêtes est l’occasion de rencontrer les gens qu’on aime et, dans nombre de cas, faire la paix avec ceux et celles avec qui on a eu des différents au courant de l’année. N’oublions pas que personne n’est parfait et que nous avons tous droits à l’erreur. C’est en reconnaissant cette noble vérité que l’on peut tourner la page sur des éléments moins heureux de notre vie, que nous pouvons accorder notre pardon à qui viennent vers nous comme nous devrions aller vers eux afin de leur offrir nos excuses. C’est alors que pourra s’installer en nos cœurs l’esprit de Noël et entreprendre l’année qui s’annonce du bon pied.

De mon côté, je dois avouer que je me ferai un devoir de revoir mon comportement tant professionnel que personnel sous un angle chrétien. Mes choix de vie sont-elles en conformité avec mes valeurs chrétiennes? Ma vision des choses, des gens qui m’entourent et des derniers événements qui me sont arrivés sont-ils conformes au message du Christ rédempteur? Certes, je suis loin d’être un monstre et je peux dire que dans l’ensemble ma vie au cours de cette année a été magnifique à bien des égards. J’ai adoré mes petits péchés mignons et je ne peux en aucun temps les regretter. Par contre, le message du Christ rédempteur m’invite à me surpasser, à aller au-delà de mes propres attentes et à toujours laisser Dieu entrer plus en profondeur dans ma vie.

Bref, je vais profiter du temps des fêtes pour faire un ménage dans ma vie spirituelle. Que devrais-je accepter ou bien refuser? Quels compromis pourrais-je réaliser sans pour autant renier ma foi chrétienne, de tradition catholique romaine et apostolique, dans ma vie quotidienne? Quelles routes devrais-je éviter ou bien emprunter pour rendre ma vie plus conforme aux valeurs chrétiennes?

Cela peut vous paraître étrange de lire un tel texte de la part d’un homme qui a fait des études en théologie. Or, n’oubliez jamais qu’il y a l’étude des livres et l’école de la vie. Deux choses différentes et complémentaires.

Merci de m’avoir lu

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

À quoi …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ma réflexion en cette saison … 

 

À quoi …

« À quoi dois-je m’attendre pour réaliser mon bonheur futur en me basant sur mon expérience de vie ? C’est là où tout réside ma réflexion en cette saison. »

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Réaliser une pose, faire vivre des émotions

IMG_20180815_173933_548

Votre humble serviteur: RollandJr St-Gelais de Québec

 

Réaliser une pose, faire vivre des émotions

Bonjour tout le monde,

IMG_20180816_154012_529J’espère que vous passez un bel été. Pour ma part, je dois dire que ce fut vraiment très bien. En effet, j’ai eu la chance d’aller voir mon père qui vit dans la belle ville de Matane en Gaspésie, de visiter différents lieux de ma belle province qu’est le Québec, notamment la Montérégie et voir un lieu de culte d’une importance plus que considérable dans l’histoire du premier peuple fondateur du Canada, c’est-à-dire les Canadiens français. Vous avez sans aucun doute deviné qu’il s’agit de la basilique Notre-Dame de Montréal. Une question m’est venue à l’esprit en visitant ce haut lieu de pèlerinage du catholicisme : « Pourquoi un tel endroit suscite-t-il tant d’émotions chez les visiteurs, qu’ils soient de simples touristes ou bien des catholiques voulant faire un acte de dévotion à Notre-Dame? »

Personnellement, j’opterais pour trois causes possibles  qui doivent être présentées en interrelation avec ma  passion de modèle vivant pour des écoles d’arts. Soyez rassurés! Nulle est mon intention de me comparer, ne fut-ce qu’une seconde, avec la splendeur des lieux et encore moins avec la notion de sainteté qui s’y rattache. C’est à mon avis faire preuve de modestie que d’éviter une quelconque comparaison entre mon travail de modèle vivant et l’art présenté en cet endroit. J’oserai pourtant cette comparaison. C’est ce que je vous invite à découvrir maintenant.

En effet, il y a trois causes qui peuvent être mises enIMG_20180817_181059_552 interrelation avec ma passion de modèle vivant. La première étant tout d’abord, l’intention de faire vivre des émotions chez le spectateur. C’est d’ailleurs la principale caractéristique du domaine des arts. Faire vivre des émotions parce que l’être humain vit avant toute chose à la fois grâce et par celles-ci. L’amour, la crainte, l’envie, la peur et bien d’autres font de celui-ci un être doué de raison et qui dépend fondamentalement de ses émotions. De telles émotions si elles ne sont pas analysées, à l’image du tamis qui retient l’ivraie du bon grain de manière à lui éviter tout débordement, risquent tôt ou tard de projeter l’individu vers le côté sombre de son âme. Il peut s’agir d’un individu seul ou d’une collectivité. L’histoire regorge d’exemples qui démontrent la véracité de mes propos.

IMG_20180816_153940_712En ce qui me concerne, l’objectif fondamental recherché est de réussir à faire ressortir une émotion lors de chacune de mes poses réalisées en classe. Une émotion qui se retrouve tant chez votre humble serviteur que chez les étudiantes et les étudiants en arts. Il en est de même pour toutes les personnes avec qui je travaille. Certes, mon corps est loin d’être celui d’un Apollon mais, c’est là où réside sa principale qualité, il possède une histoire qui lui est propre. Une histoire que je tente par tous les moyens mis à ma disposition par les responsables des groupes, de transmettre de façon à la fois humaine et positive. Parfois, certaines occasions suscitent le fou rire au sein des groupes. Ce qui prouve que l’objectif recherché a été atteint.

Ensuite, l’ambiance qui émane des lieux saints estIMG_20180817_180936_371 d’une importance indéniable. Une telle ambiance peut amener le spectateur à se recentrer sur lui-même. N’est-ce pas le rôle des lieux de culte? Amener le pèlerin à faire une introspection avant de poursuivre son chemin? Par ailleurs, le chemin qui se trouve en chacun de nous est souvent jalonné de détours sinueux, parfois cruels, quelques fois agréables et bien souvent insoupçonnés. C’est la rançon de la vie.

Il en est de même de l’endroit où se déroule une séance de nu artistique. C’est-à-dire que l’ambiance doit amener à la réflexion. Un peu comme si les artistes présents, qu’ils soient professionnels ou amateurs, transcendent l’endroit pour se réfugier au plus profond d’eux-mêmes. Quelle est donc leur réflexion? Quelles pensées ont-ils? Que vivent-ils en parcourant leur chemin intérieur? Quel est donc leur jardin secret? Des questions pour lesquelles seuls les artistes possèdent la réponse. Et, croyez-moi sur parole, il est bien qu’il en soit ainsi.

Je me rappelle une anecdote à ce sujet. Voilà plusieurs années, j’ai participé en tant que modèle vivant à un atelier libre. Une participation non planifiée puisque la  modèle qui devait se présenter avait eu un empêchement majeur. Voyant l’occasion et voulant bien faire, j’ai proposé à la responsable mes services. Elle a donc demandé aux artistes présents si cela les dérangerait de prendre pour modèle un homme vivant avec un handicap physique apparent. Ils lui répondirent par la négative. Bon! Je reconnais qu’une telle question m’avait quelque peu indisposé surtout si l’on pense à l’image de tolérance que véhicule le milieu artistique. Cependant, j’ai préféré ne pas en faire un plat puisque ma candidature impromptue a été acceptée.

L’ambiance qui a régné tout au long de ladite séance fut extraordinaire. Je voyais bien par les regards des artistes sur mon corps nu et fragilisé une série de questions, une curiosité légitime et la recherche d’un je-ne-sais-quoi, qu’il y avait un effort de concentration au plus profond d’eux. Une telle concentration fut facilitée par la diffusion d’une douce mélodie durant la séance. Oui, je me suis laisser aller sans aucune retenue.

Oui, j’ai laissé libre court à ma créativité. Oui, j’ai assumé pleinement ma virilité sans gêne mais aussi sans la rechercher. Oui, j’ai été l’être que je suis: un être humain à la fois physique et spirituel. Chose étrange! J’ai ressenti la même ambiance lors de ma visite en ce lieu extraordinaire qu’est Notre-Dame de Montréal et ce, dès les premières notes de la cinquième symphonie de Jean-Sébastien Bach jouée à l’orgue. Ce fut tout simplement angélique.

Enfin, réaliser une pose c’est entreprendre l’émotion vécue dans son instantanéité. Être émotionnellement présent afin de transmettre au spectateur ce que l’on désire donner. Ne l’oublions pas, il s’agit de donner un peu de soi, parfois même de se donner bien au-delà de ce que l’on voulait à première vue. Pour se faire, une intériorisation de nos sentiments est fortement efficace surtout lorsqu’un jeu de mouvements est envisagé particulièrement lors de séances photos.

Ce fut notamment le cas lors de ma dernière séance vécue avec la formidable Phylactère Raina de Montréal.* En effet, la mise en place de mouvements plus ou moins rythmés, coordonnés ou bien recherchés est un élément fort apprécié dans la réalisation des photos. Or, et c’est intéressant à retenir, le résultat final a été tout à fait exceptionnel. Comme quoi, vivre ses émotions sans nécessairement les rechercher est un facteur important dans le domaine du nu artistique. En était-il ainsi lors de la réalisation des œuvres d’arts religieux? J’en suis plus que convaincu. Et vous? Qu’en pensez-vous?

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

* Des articles concernant la séance vécue le 14 août dernier avec Phylactère Raina seront publiés prochainement. C’est à ne pas manquer.

Un aspect historique peu développé

received_10155789185517523

Cacher ce sexe que je ne saurais voir

Un aspect historique peu développé

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. De mon côté, c’est sous une canicule incroyable que je parcours le web à la recherche de sujets susceptibles d’être repris, avec mention des sources, au sein de mon blogue artistique. Une telle recherche est utile pour deux aspects précis.

En premier lieu, rendre ce blogue aussi intéressant que possible en lui accordant une diversité dans ses publications. En second lieu, il s’agit aussi d’une question d’opportunité puisque de tels articles sur la nudité artistique ne sont pas légion en ce monde. Ce qui est déplorable tenant-compte de toute la pornographie qui pollue le web. Comme quoi la noblesse est chose de plus en plus rare en ce monde où le mal a remplacé le bien et la médiocrité prit la place de l’excellence.

Une telle réflexion m’est venue à l’esprit en lisant ce texte dont le sujet est, je l’écris avec un petit sourire aux lèvres, la vision du pénis dans l’art de la Grèce antique. Une Grèce qui a influencé de manière sans équivoque le monde occidental en lui inculquant ses plus belles lettres de noblesse. Une influence qui a aussi une importance plus que considérable dans l’élaboration de la théologie catholique laquelle demeure la pierre angulaire de toutes doctrines chrétiennes dignes de ce nom.

Je vous souhaite une agréable lecture.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pourquoi les héros des statues grecques ont-ils un si petit pénis ?

Par Marion Guyonvarch 

Source : https://www.beauxarts.com/grand-format/pourquoi-les-heros-des-statues-grecques-ont-ils-un-si-petit-penis/

Ce n’est pas la taille qui compte, certes. Il n’empêche que le contraste entre les corps musclés des héros grecs et leurs attributs nous a intrigués. Enquête, parmi les feuilles de vignes, sur une question bien plus profonde qu’il n’y paraît.

Ne mentez pas, vous vous êtes forcément déjà posé cette question. Alors que tous ces magnifiques éphèbes sculptés dans le marbre affichent une musculature impressionnante et des abdominaux en béton, alors qu’ils sont l’image même du corps parfait et de la virilité dans toute sa splendeur, ils ont tous un petit sexe (en tout cas plus petit que la moyenne). Oui tous : que ce soit le Kouros de Kroisos, qui date de l’époque archaïque vers –540, ou le Diadumène du sculpteur Polyclète réalisé au Ve siècle, les statues grecques – et leurs cousines romaines qui les ont prises pour modèle – sont invariablement dotées d’un petit zizi qui semble bien ridicule en comparaison avec leur stature d’Apollon. Aucune n’échappe à la règle. Mais pourquoi diable cette particularité physique ? Les Grecs avaient-ils alors un plus petit sexe qu’aujourd’hui ? Non, évidemment.

La réponse à cet étrange phénomène est bien plus simple : ces statues ne font qu’exprimer sous une forme idéalisée les canons de beauté de leur époque. Dans la civilisation grecque, la nudité est célébrée. « Elle est à la fois héroïque et athlétique », résume Flavien Villard, doctorant en histoire grecque à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et spécialiste des questions de sexualité dans la Grèce antique. Les Grecs font beaucoup de sport, s’entraînent nus, concourent nus. Le fait de se couvrir pour faire du sport est même vu comme une forme de barbarie. Les statues de nus, qui ne sont pas exposées dans les maisons mais en extérieur, ont vocation à célébrer ce culte du corps. « Elles montrent le corps masculin dans toute sa force et sa puissance », confirme Flavien Villard.

Le corps de ces statues est donc sublimé, idéalisé… quitte à tricher un peu ! « Si l’on observe attentivement ces sculptures, on voit par exemple qu’il y a plus d’abdominaux ou moins de côtes que dans l’anatomie réelle, poursuit Flavien Villard. C’est un corps idéal, pas réel qui est représenté. Pour le sexe, c’est la même chose, il est volontairement de plus petite taille que la moyenne et au repos. » Le petit zizi fait donc partie intégrante de l’idéal esthétique de l’époque.

Petit mais costaud

Ce goût pour les petits pénis s’explique par la vision qu’ont les Grecs de la virilité. Dans la civilisation grecque, l’homme doit être rationnel, intelligent, contrôlé, capable de dépasser son animalité. Il est la raison qui domine le désir. « Or, un pénis imposant est vu comme l’indice d’une sexualité exacerbée, d’une personnalité tournée vers le sexe, incapable de contrôler ses pulsions, raconte Flavien Villard. Pour les Grecs, cette frénésie sexuelle, cette dimension animale est un attribut féminin. L’homme, au contraire, doit être dans la maîtrise de soi. » Un sexe au repos, de petite taille, est donc le signe visible qu’on contrôle ses émotions et ses pulsions. Qu’on est un homme, un vrai, civilisé, rationnel, gouverné par son intelligence et sa sagesse et capable de s’investir pour la Cité.

À l’inverse, les gros pénis en érection – ceux-là même que notre société érigent en symbole de la puissance virile aujourd’hui – sont alors réservés aux satyres, aux créatures animales, aux barbares, aux esclaves… Bref, à tous ceux qui ne sont pas civilisés et sont gouvernés par la folie et la luxure.

Pour résumer, un petit pénis est un signe d’intelligence, de contrôle de soi et de virilité. Le dramaturge Aristophane le dit d’ailleurs sans ambages au Ve siècle avant J.-C. dans sa pièce Les Nuées : « Si tu fais ce que je te dis, et si tu y appliques ton intelligence, tu auras toujours la poitrine grasse, le teint clair, les épaules larges, la langue courte, les fesses charnues, le pénis petit. Mais si tu t’attaches à ceux du jour, tu auras tout de suite le teint pâle, les épaules petites, la poitrine resserrée, la langue longue, les fesses petites, les parties fortes, des décrets à n’en plus finir. »

Cet idéal du petit sexe va survivre aux Grecs. Exporté chez les Romains, on le retrouve ensuite à la Renaissance, quand les artistes remettent les canons de l’Antiquité au goût du jour et se réapproprient la nudité (qui avait quasiment disparue au Moyen Âge). Le célèbre David de Michel-Ange, réalisé au tout début du XVIe siècle, a lui aussi un tout petit zizi… Mais même riquiqui, pas question pour l’Église d’accepter de voir les sexes exposés. À partir de 1530, elle oblige à recouvrir d’un voile de pudeur – des feuilles de figuier ou de vigne, déjà utilisées au Moyen Âge dans certaines représentations d’Adam et Ève – les parties génitales des statues et des nus dans les tableaux. Cachez ce (petit) sexe que je ne saurais voir… 

Je suis ce que je suis

Je suis ce que je suis

Bonjour tout le monde,

J’espère que votre fin de mois d’avril se passe bien pour vous tous. Ici, la météo canadienne annonce de la pluie pour les jours à venir. Qu’à cela ne tienne puisque l’essentiel est d’avoir le soleil dans le cœur et dans la tête. Par ailleurs, un peu de pluie fera le plus grand bien à la verdure qui a attend le bon moment pour reprendre vie. Une vie endormie pendant les longs mois d’hiver.

Cette période est pour votre humble serviteur un moment propice à la réflexion. Qu’aurais-je pu devenir n’eut été ce que je suis présentement ? Bon ! Il est vrai que l’approche de mon anniversaire à la fin du mois prochain est pour beaucoup dans ma réflexion. Cependant, revoir mon parcours de vie aide à mieux comprendre où je suis rendu à l’heure actuelle. Je le reconnais d’emblée que j’aurais pu faire mieux. Mais j’aurais pu faire pire ou même ne rien faire du tout. Or, ce qui n’est pas le cas.

En effet, j’ai opté pour un positivisme quasi à toute épreuve pendant que certains de mes congénères osèrent se plaindre de leurs situations physiques afin d’attirer la pitié de la population à leur endroit. Or, cela n’a jamais été mon cas. Bien au contraire ! Et savez-vous quoi ?! C’est l’un des messages que je désire véhiculer à chacune de mes séances de nudité artistique qui ont eu lieu jusqu’à maintenant.

Certes, plusieurs personnes ont manifesté leur admiration à mon égard. Toutefois, ce qui me touche le plus c’est lorsque l’on me dit que malgré les problèmes que j’ai eu à affronter, jamais je ne me suis laissé abattre. Être toujours prêt à relever les défis auxquels la vie nous confronte. Voilà ce à quoi j’aspire à chaque jour que Dieu m’offre de vivre.

Oui, j’aurais pu faire mieux. C’est un fait indéniable. Mais, j’ai fait avec ce que j’ai. Et, comme m’ont dit quelques membres du personnel du petit restaurant où je vais manger quotidiennement: « bien des gens avec tous leurs membres n’ont pas réaliser la moitié de ce que j’ai fait. » Croyez-moi que ce n’est pas fini puisque quelques projets à la fois fort intéressants et originaux sont en voie de se réaliser dans un proche avenir.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada