Archives de tags | péché

Les vers …

IMG_20180424_140524_739

L’auteur de ce blogue : RollandJr St-Gelais de Québec

Les vers …

« Les vers d’un poème doivent toujours être bien alignés sur le fil de la canne à pêche afin de bien attraper les âmes qui passent. »

RollandJr St-Gelais de Québec

Vierge impure

Vierge impure

Vierge impure

 

Jolie nonne !

Que votre beauté m’étonne,

Vous dévoilez votre gracieuse nudité,

Et pourtant, vous conservez votre air de sainteté.

 

Serait-ce la réalisation de vos prières ?

Entendues par Dieu qui ne pouvait ignorer votre corps sur terre,

En invoquant les noms des saints alors que vos seins sont si beaux,

Et nuls cantiques ne peuvent évoquer la douceur de votre peau.

 

Ô  vierge ! Ô belle vierge de ce jardin !

Permettez, je vous en pries, que je vous caresse de mes mains,

Et que mes lèvres tellement profanes embrassent votre coupe sacrée,

Afin que ma langue humectée de son nectar lèche votre secrète entrée.

 

Est-ce vraiment un péché ?

De vous désirer ? De vous convoiter ?

Ô jeune dame pieuse de ce mystérieux couvent,

Faisons l’amour avant de faire vos vœux ! Nous en avons le temps.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Femme d’ébène

Capture 14

Avec la permission de Lys Tiger photographe

 

Femme d’ébène

 

Femme d’ébène!

Votre beauté réchauffe mes veines,

Devenues froides par la cruauté de cette humanité,

Pour laquelle nul en ce monde ne peut vivre dans la vérité.

 

Femme aux lignes tellement pures,

Délivrez-moi de mes souffrances, je en conjure.

Permettez-moi de me blottir dans la chaleur de vos bras,

Laissez-moi m’étendre près de vous dans le silence comme il se doit.

 

Embrasser les moindres parcelles de votre corps,

D’une telle grande beauté encore plus précieuse que l’or.

Laissez-moi effleurer votre peau avec tendresse et volupté.

Mon humble désir de vous faire l’amour n’est point un grand péché.

 

Se connaître dans une parfaite intimité,

Sous le regard des cieux ou bien devant l’éternité,

Harmoniser nos gestes telle une mélodie jouée par les chérubins,

Ô que ce serait tellement merveilleux ! Ô que ce serait tellement divin !

 

Ô femme de l’Afrique noire !

Par votre grâce vous enjolivez mon cœur !

M’accorderez-vous votre main pour aller vers ce lendemain ?

Pour cette nuit, je vous offre ma nudité même si je n’ai  pas de mains.

 

De

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

 

Source : https://lys-tiger.book.fr/galeries/de-marbre/

Ton dos

 

 

reflet-dc3b6

By Cyril TORRENT

 

 

 

Ton dos

 

Quelle belle pose,

Qui me donne des idées,

Pour te faire l’amour ma beauté,

Embrasser ton corps nu et fragile si j’ose.

 

Dans la pénombre de la nuit,

Je te rejoins à pas feutrés telle une souris,

Pour y caresser avec tendresse la peau de ton dos si joli,

Sur toi, je m’étendrais en t’enlaçant dans mes bras guéris.

 

Tu sentiras glisser en toi ma virilité,

En cette zone interdite vouée au péché,

De mes secousses, tu les délecteras assurément,

Et dans notre apothéose, nous crierons inévitablement.

 

De

 

Rollandjr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Avec la permission de : https://voyageonirique.com/2017/07/28/reflet-do/

Le nu et la religion ? Un débat sans fin …

11235251_676422929152119_142811643_o_thumb.jpg

Le nu et la religion ? Un débat sans fin …

Aujourd’hui, il sera question d’une problématique qui a longtemps trotté dans la tête de votre humble serviteur. Une telle problématique se pose d’autant plus que je suis profondément catholique et que j’adore plus que tout au monde poser nu pour des écoles d’arts et des ateliers à l’intention d’artistes professionnels ou amateurs. Une passion qui n’a jamais cessé de grandir au fil des années et de mes expériences lesquelles ont été jalonné de moments extraordinaires et de rencontres avec des gens merveilleux.

new-image98Toutefois, il me semble impératif d’apporter mon grain de sel dans l’éternel débat qui sévit sur le lien entre d’un côté, le nu artistique et d’un autre côté, celui du domaine religion. Autrement dit, existe-t-il un quelconque lien entre ces deux composantes qui forment une partie importante de l’être humain ? Est-il nécessaire de vous rappeler que nous naissons tous entièrement nus et que l’aspect religieux fait partie inhérente des êtres humains ? Bref, la nudité et l’esprit forment un tout en chacun d’entre nous. Nul d’entre vous ne peut le nier.

Il est vrai, et je le rappelle par un souci d’honnêteté intellectuelle, qu’un article ayant pour thème ma foi à l’égard de ma profession en tant que modèle nu a déjà été publié au sein de mon blogue artistique. Cependant, il s’agit dans le cas présent de ma vision personnelle sur la notion même de la nudité à travers les yeux de la religion qu’est la mienne, c’est-à-dire le catholicisme. Je vous le dis d’emblée, ma formation universitaire en théologie a eu une grande influence dans la rédaction du présent article. Ce qui est encore plus le cas si on se souvient que ma volonté de devenir modèle nu a surgi au sein de mon esprit suite à une recherche sur l’eugénisme dans le cadre d’un exposé écrit de longue haleine.

Soyons d’accord sur certains points précis concernant la nudité et la religion. Tout new-image5d’abord, la nudité fait partie de l’être humain de notre naissance jusqu’au moment où l’âme quitte son enveloppe corporelle. Il n’y a pas de mal propre à cet aspect de l’existence humaine. Qui d’entre nous n’a pas déjà lu le récit du jardin d’Éden où Adam et Ève vécurent entièrement nus et en n’avaient point honte ?[i]  L’élément à retenir ici est bel et bien de ne pas avoir ressenti une honte face à la nudité laquelle était saine et loin de toutes formes de perversité.[ii] Ensuite, il est possible de transposer cette vision de la nudité au domaine artistique car tout ce qui y recherché relève davantage d’une vision où la pureté du regard se situe aux antipodes de la pornographie.[iii] Enfin, et contrairement à la croyance populaire, il n’existe aucun dogme concernant la sexualité au sein même des nombreuses proclamations faites par les souverains pontifes comme il n’a pas non plus de théologiens dignes de ce nom qui auraient pu élaborer sur la notion même de la nudité.

cropped-st-jc3a9rc3b4me-1.pngNon, la nudité est loin d’être un péché. Il s’agit plutôt de son instrumentalisation afin de satisfaire une mainmise par des tierces-personnes. Ce qui est d’autant plus grave au cas où l’exploitation sexuelle, notamment de mineurs, y est présente. Oui, la nudité peut être utilisée afin d’y découvrir toute la beauté qui s’y dégage. D’ailleurs, plusieurs des œuvres des plus remarquables se trouvent au sein même du berceau de la chrétienté, c’est-à-dire le Vatican.[iv]

Je termine mon propos sur cette petite réflexion : « Il sera impossible aux hommes, malgré toute leur bonne volonté, de vivre en harmonie avec leur être le plus profond, voire ici leurs âmes, tant et aussi longtemps qu’ils porteront un regard réprobateur sur leur propre nudité. Cette dernière nous rappelle que notre nature véritable est fondamentalement bonne et féconde. » Il est dommage de constater qu’une telle réalité ne sera certes pas pour bientôt. D’où l’existence d’un débat sans fin… Et vous ? Qu’en pensez-vous ?! Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

[i] Genèse 2.4-25

[ii] Genèse 2.25

[iii] Personnellement, et pour avoir jadis réalisé une séance de nudité érotique en compagnie d’une charmante dame et sous l’œil chevronné d’un photographe extraordinaire, je dois reconnaître qu’une certaine pornographie peut aussi être qualifiée de réalisation artistique. Toutefois, il est triste de constater que c’est loin d’être la majorité des cas.

[iv] L’impérialisme romain, de par sa Pax Romana, a favorisé la diffusion de cette nouvelle branche du judaïsme, laquelle fut tirée de l’enseignement d’un certain Jésus de Nazareth, par le biais de ses nombreuses routes qui ont jalonné cet empire. Ceci est tout de même cocasse si on pense aux récits des persécutions que les premiers chrétiens ont dû subir au début de l’ère chrétienne.

Mon âme divague

Mon âme divague

Mon âme divague

 

Mon âme divague

 

Où suis-je rendu?

Je me sens perdu.

Qui suis-je vraiment?

Je crains que l’on me ment.

 

D’où viens-je réellement?

Suis-je né simplement?

Je sens bien mon sang couler,

Dans mes veines bleutées.

 

Et mon cœur qui bat au rythme des flammes,

Qui caressent ma peau telles des langues brûlantes.

Mon âme lutte à la recherche de cette femme,

Qui viendra apaiser mes yeux telle une douce brunante.

 

Où es-tu ange envoyé par les Cieux?

Où te caches-tu dans cette mer de pleurs?

Montre-toi, je t’en supplie, n’aie pas peur.

Je ne suis que le descendant de mes aïeux.

 

Un homme succombant sous le poids de ses péchés.

Qui, crois-moi, s’en repent assurément.

Ô mon ange, tu peux en être rassuré.

En ton amour, il se confie allégrement.

 

Écoute mon humble prière!

Retire de moi cette lourde pierre.

Que je puisse aller de ce pas embrasser,

Celle dont je ne saurais de ma vie me passer.

 

Je n’ai point ma demeure dans le royaume d’Hadès.

Oui, j’ai encore ma place sous le soleil.

Ô bel ange, tends-moi l’oreille!

Car de tous mes péchés, je me confesse.

 

Je le reconnais sans aucune gêne.

Mon ultime souffrance dans cette Géhenne.

C’est d’être loin de celle que j’aime plus que tout,

De celle sans qui je deviens fou.

 

Entends cette modeste supplication!

Je veux que le bonheur de ma bien-aimée.

Quitte à revenir en ces lieux enflammés,

Quand mon heure de laisser les plaisirs de la vie sera arrivé.

 

De

 

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

J’ai peur…

J’ai peur…

 

J’ai peur non pas de la mort car nous humains sommes tous confrontés.

J’ai peur non pas du lendemain car nul d’entre nous sait de quoi il en est.

J’ai peur non pas de mon destin car j’ai presque tout vu dans mon passé.

J’ai peur non pas de perdre ma vie car sans toi elle ne vaut rien.

 

J’ai peur de voir sur ta joue une larme coulée,

Une larme dont malgré moi j’en serai l’origine.

J’ai peur de te perdre et de ne plus en ce monde exister,

Exister en ce temps qui grâce à toi est telle une tangerine.

 

Ton sourire me remplit d’allégresse,

Et je ne crains d’aller à la confesse,

Pour avouer cet ultime mais tendre péché,

Qu’à mes yeux rien n’a d’égal que ton ultime beauté.

 

de

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada