Archives de tags | lieux

Souviens-toi de moi

Souviens-toi de moi Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par ErosTime Source : https://www.deviantart.com/erostime/art/1-919818268

Souviens-toi de moi

 

Souviens-toi de moi,

Quand je ne serai plus là.

Quand les jours de notre jeunesse,

Seront passés emportant toute cette tendresse.

 

Nous avons éprouvé tellement de plaisir,

Qui m’a fait admirer avec délice ton doux sourire.

Nous nous croyions seuls en ces lieux si mystérieux,

Comme si nous y étions de l’Olympe ses dieux.

 

Tu embellissais par ta présence ce magnifique jardin,

Qui parfumait ton corps lorsque tu y étais chaque matin.

Souviens-toi, ô, mon amour, de ce petit refrain !

Que je fredonnais en te tenant par la main !

 

« Comment te le dire, ô, ma chérie ?

C’est toi qui es, en ce monde, la plus jolie. »

De mon côté, je me rappellerai ce cliché extraordinaire.

De tes seins que j’avais photographiés alors que nous prenions l’air.

 

Souviens-toi de ces instants de bonheur, ô, ma belle,

Lorsque j’extirperai de mon enveloppe charnelle.

Mon âme meurtrie pour rejoindre mes lointains aïeux,

Je te ferai avec mon cœur la bise avant de te dire adieu.

 

Ce mal étrange qui me ronge le cœur,

Je devrai seul l’affronter malgré mes peurs.

Souviens-toi de moi comme tu me l’as promis,

Car bientôt je laisserai la beauté de la vie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Surprise dans la forêt

Surprise dans la forêt Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Surprise-in-the-forest-919981672

Surprise dans la forêt

 

En ce 21 de ce mois,

Je suis allé me promener,

En cette forêt pour y respirer,

Un air si pur, très loin de chez-moi.

 

Il faisait tout de même frais,

Pour le début de la saison estivale,

Retirant de ma mémoire la température hivernale,

Celui d’une femme rencontrée dans un bar où je m’y trouvais.

 

Une dame à la beauté resplendissante,

Qui, après avoir pris quelques verres de bière.

Elle m’a accompagné en ma maison sans faire de prières.

Quelle nuit torride j’ai partagée avec cette blonde éblouissante !

 

Après avoir baisé avec une passion telle que de vieux amants,

Elle profita de mon sommeil pour partir sur la pointe des pieds,

Ce qui, à mon réveil tardif, m’avait, je l’avoue, fort étonné.

Quel merveilleux souvenir soit ainsi envolé au vent !

 

Continuant dans un silence monacal mon chemin,

Écoutant avec simplicité de cœur les oiseaux chantants,

Leurs douces mélodies transportées vers les lieux environnants,

J’ai aperçu une silhouette familière venant vers moi avec entrain.

 

Comme la vie fait parfois bien les choses dans les moments de solitude.

Cette dame à la chevelure dorée avec qui j’ai partagé mon intimité.

S’approcha avec un sourire angélique et une incroyable gaieté.

Quelle belle surprise dans la forêt malgré mes incertitudes !

 

L’existence de l’être humain est ainsi faite.

Tout est sujet à mille questions, mille interrogations.

Que l’on vit dans la chasteté absolue ou dans la plus délectable fornication,

Que l’on expérimente sans cesse les victoires ou bien que l’on sombre dans les défaites.

 

Savoir maîtriser le temps qui passe et des souvenirs qui restent.

Connaissons-nous vraiment de notre avenir et de notre destin ?

La réalité dépend parfois d’un coup de dés par une bonne main.

Il suffit alors pour continuer la route que laisser tomber du lest.

 

Ô, nature splendide. Quelle surprise en cette forêt,

De revoir celle qui m’a fait découvrir la légèreté de la vie.

Depuis ce temps, le cœur heureux, mon chemin, je poursuis.

Tant qu’en moi restera sa présence, joyeux et serein, je serais.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Mon amour y sera à jamais

Mon amour y sera à jamais Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Tate Chmielewski Modèle par JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Ghost-in-this-House-912090175

Mon amour y sera à jamais

 

Il n’y a pas si longtemps.

Il y avait dans cette vaste demeure.

Une famille heureuse qui ne comptait pas les heures.

Un père attentionné, une mère dévouée, pour leurs enfants.

 

C’était à une époque où les gens valsaient.

De ces années où les dames aimaient se faire courtiser,

Par des hommes qui cherchèrent l’âme sœur pour un foyer fonder.

Un temps où les amoureux sous le voile céleste d’une nuit d’été chantaient.

 

Mon conjoint gagnait sa vie honorablement.

Et, moi en bonne épouse, je veillais au bonheur.

De mon mari et de nos enfants en leur évitant tout malheur.

Soyez sans crainte, ô gens d’un autre siècle, j’étais chérie amoureusement.

 

Quelle faute ai-je commise pour que la faucheuse eût sur moi la saisie ?

Ma vie était tellement magnifique que je la croyais à jamais éternelle.

Je fredonnais dans mon jardin fleuri les chansons de ma région si belle.

Quel triste coup du destin pour qu’une maladie de cause inconnue ait pris ma vie !

 

Mon existence était si magique que je pensais quelques fois rêver.

Mais, une fièvre a envahi mon corps le rendant si fragile et si pâle.

Mon tendre époux fit venir les meilleurs médecins de Viennes jusqu’à Bâle.

Il dépensa sans compter afin de redonner la santé à celle qu’il a toujours aimée.

 

Mais, peu à peu, en dépit de sa bonne volonté et de ses généreux soins.

Mon pauvre cœur cessa de battre afin de permettre à mon âme de s’envoler.

J’ai laissé derrière moi des souvenirs au sein d’une fratrie qui allait se dissiper.

Il en est ainsi de notre empreinte terrestre qui disparaît au large du temps si lointain.

 

Il m’est arrivé une fois de revenir en ces lieux où une famille heureuse s’y trouvait.

Devant le silence sidéral de ces pièces vidées de mes tendres traces d’autrefois,

J’ai alors compris que je devais dire adieu malgré mon chagrin pour une dernière fois.

Mais, sachez-le, en mon cœur d’épouse et de mère, mon amour y sera à jamais.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je suis un cardinal rouge

Je suis un cardinal rouge Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo et modèle par JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/red-cardinal-904391318

Je suis un cardinal rouge

 

Je suis un cardinal rouge,

Rouge comme un excellent vin,

Dans une coupe tenue par une main,

Dont aucune goutte n’est versée, car rien ne bouge.

 

Étendue sur la neige d’une pureté sans égale,

J’entends le vent siffler dans les branches givrées,

Givrées en cette saison à la fois magnifique et glacée,

Et où rien ne peut me blesser ni me faire aucun mal.

 

Les yeux clos afin de savourer ce moment précieux,

Me laissant simplement bercer par les chants,

Des rares oiseaux qui attendent le printemps,

Alors que bien d’autres ont déjà quitté ces lieux.

 

Je suis un cardinal quelque peu étrange,

Mes tatouages racontent une histoire fascinante,

Où se trouvent bien des choses si étonnantes,

Sans oublier des êtres célestes appelés des anges.

 

Chut ! Ne faites pas de bruit, s’il vous plaît.

Laissez glisser entre vos doigts le temps qui coule.

Laissez aller vos pensées dans le vide qui s’écroule.

Je suis le cardinal rouge de ces bois, voici ce qui en est.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je danse dans la noirceur

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je danse dans la noirceur

 

Ce soir, je sors dans les bars.

Je serai en vie même s’il se fait tard.

Je vais dans un bar clandestin,

Jusqu’au petit matin.

 

Je me moque du couvre-feu.

Danser, c’est tout ce que je veux.

J’en ferai à ma tête,

J’ai décidé de faire la fête.

 

Ne me parler surtout pas de pandémie,

Profiter du bon temps, voilà ce dont j’ai envie.

Ce soir, plus rien ne me fait peur.

Je danse dans la noirceur.

 

Aussitôt arrivée sur les lieux,

Je vois braqués sur moi tous les yeux.

Sans hésiter, je me dirige sur le plancher.

Pour m’éclater dans une ambiance tellement réchauffée.

 

Fini le temps du confinement,

Terminée cette sensation d’emprisonnement,

Pour un instant de folie, je veux pleinement vivre.

Combien de temps devrions-nous simplement survivre ?

 

J’en ai assez de toujours me renfermer,

Vivre et, à mes amours, leur proclamer.

Que je serai à eux pour toute la nuit,

Car nous vivons qu’une seule vie.

 

Devrais-je déjà m’asseoir ?

Non, car vient juste commencer le soir.

Je suis debout et je compte bien le rester.

Jusqu’à ce que s’enflamment mes pieds.

 

Sans gêne aucune, j’enlève tous mes vêtements.

Fait amusant, tout le monde en fait autant.

En ce mois de janvier où tout est clos,

Ce moment me semble si beau.

 

Devrais-je alors m’en faire ?

Irais-je, pour ce moment de bonheur, en enfer ?

Si c’est le cas alors j’irai jusqu’au bout de mes pulsions.

Je ferai tout ce qui me plaît au risque de perdre la raison.

 

Danser dans la noirceur et ignorer la peur.

Voilà ma raison de vivre en cette heure.

Danser, boire un coup et faire l’amour !

Voilà quel est mon souhait depuis toujours.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada