Archives de tags | lieux

Temps modernes

Temps modernes
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Temps modernes

Lorsque j’étais enfant, je voyais le futur de manière fort différente de ce qu’il m’est présenté en ce moment. J’ai bien écrit « qu’il m’est présenté » puisque ma vision de la réalité, de ma réalité, est fort probablement au diapason de ce que plusieurs de mes congénères peuvent découvrir. Autres lieux, autres expériences de la vie, autres valeurs font de nous ce que nous sommes. C’est un fait indéniable.

Certes, je préfère vivre dans les années 2020 que de tenter de survivre à une toute autre époque pas si lointaine dans le passé. En effet, j’ai la chance d’avoir une qualité de vie confortable, d’être entouré de gens sympathiques parmi lesquels se trouvent des amis formidables et de me réaliser dans diverses activités sans oublier la possibilité de communiquer. Bien des gens n’ont pas une telle chance en ce monde. Je le sais trop bien. Voilà pourquoi je n’ai pas l’intention de me plaindre dans cet article.

Ce qui ne m’empêche guère d’être quelque peu soucieux face à tout ce qui se passe actuellement. Des soucis qui se manifestent par une série de questions lesquelles reflètent mes valeurs personnelles basées, est-ce un crime ? sur mon éducation judéo chrétienne inculquée à la fois par ma famille immédiate, les religieux et les religieuses et mes pairs. Des questions qui se résument ainsi : Que sommes-nous devenus? Qu’avons-nous fait pour remettre en question les valeurs qui ont fait de notre société sa force et sa beauté? Tout ce que nos ancêtres ont fait était-il si mauvais, parsemé d’ombre et de noirceur? Pourquoi tenter de perdre les points de repères qui nous a guidé jusqu’à maintenant? Et, l’ultime question, avons-nous besoin de jeter le bébé avec l’eau du bain?

Jeter le bébé avec l’eau du bain. Voilà ce que je peux comprendre face à tout ce qui arrive dans notre monde. À force de vouloir tout changer, tout déconstruire, tout refaire, on risque de se perdre dans le néant. Car, ne l’oublions pas, nous sommes que l’aboutissement de l’histoire en marche, en perpétuel cheminement. Mais, tel un train sur la voie ferrée, aller trop vite risque de nous faire dérailler sur les rails entraînant un résultat aux antipodes au but recherché.

Par ailleurs, une question émerge en mon esprit en rédigeant ces lignes. À qui profitent tous ces mouvements de destruction et de remises en cause de ce qui a fait de notre société ce qu’elle est? Attention! Rien a été parfait dans le passé comme rien ne le sera dans le futur. Cependant, vouloir renier, occulter et détruire les pierres sur lesquelles nous nous sommes édifiés pour les remplacer par un vide sidéral me semble être une aventure périlleuse.

C’est bien beau de parler de modernité, de vouloir faire avancer les choses, mais parfois un peu de retenu est de mise surtout si on désire laisser un futur digne de ce nom à nos descendants. C’est mon humble avis.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Un peu de romance

Un peu de romance
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Un peu de romance

 

Assis dans mon lit,

En cet immeuble désormais interdit,

Car selon certains une chaude présence pourrait me tuer,

Alors, on préfère m’isoler pour mieux en moi la vie enlever.

 

Les secondes passent inlassablement,

En cet endroit où la mort règne éternellement,

Regardant par la fenêtre le soleil me saluant amicalement,

Ce fidèle ami qui avec entrain se lèvent beau temps mauvais temps.

 

Attendant l’heure du repas,

J’aperçois une photo en face de moi,

Une photo d’une jolie dame que je crois connaître,

Avant la venue de ce trouble qui de ma mémoire allait faire disparaître.

 

Une photo parmi tant d’autres,

De ces gens qui furent jadis mes hôtes,

Ici et là des gens si souriants, des gens si heureux,

Ici et là des enfants s’amusant en d’autres temps en d’autres lieux.

 

Souvent près de moi se trouvait cette jeune femme,

Souvent, je me demande qui peut bien être cette belle dame,

Il faudra bien un de ces jours à quelqu’un poser cette question,

Et pourquoi pas à celui qui allait apporter mon plateau comme de raison?

 

Tiens! En parlant du loup!

Je l’entends approcher à pas doux,

Apportant en ma chambre par sa présence de la vie,

Je lui dit avec le sourire : Entrez mon ami, je vous en prie!

 

Comment allez-vous? C’est la première fois que je vous vois.

Se dirigeant vers moi avec délicatesse, il me rassura.

Il me répondit : Nous nous sommes très souvent rencontrés,

Comme bien de nombreuses nuits et quelques jours passés.

 

Ho! Veuillez me pardonner pour ma faute. Je lui dis.

Pas de faute mon cher monsieur, il me répondit.

J’ai une simple question ce matin à vous demander,

Me répondre, j’aimerais tant sans vous déranger.

 

Dites-moi ! Qui est cette charmante dame sur cette photo?

Vous savez à cause de mon âge je ne me rappelle plus qui elle peut être,

C’est alors que j’ai senti malgré ma bonne volonté chez lui un mal-être,

Ses mots de ses lèvres sortirent telles de tristes notes de piano.

 

Cette femme est votre épouse et sur les autres sont vos enfants,

Donc si j’ai bien compris ma vie avait de quoi de passionnant,

Mais, je crois bien qu’à cette époque-là la plus grande chance,

C’est d’avoir jadis connu ce qu’est l’amour et un peu de romance.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

 

Tellement seule je me sens

Tellement seule je me sens
Tellement seule je me sens Poème par RollandJr St-Gelais Modèle : JenovaxLilith Photographe : Louis Reed Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/tarnished-untruthed-soliloquies-772506959

Tellement seule je me sens

 

Seule dans cette pièce en blanc,

Je me revois lorsque j’étais qu’une enfant,

Me posant sans cesse tant de drôles de questions,

Et à mes parents trop occupés à me répondre comme de raison.

 

Je revois la table où la famille entière se réunissait,

Ah ! En ce temps-là, je me rappelle comme on s’aimait.

Mes frères et moi on se chamaillait mais vite on oubliait,

Car en chacun de nous faire vraiment confiance on le pouvait.

 

Je revois les membres de la famille d’antan,

Les yeux de mon père en regardant ma mère,

Ne sachant quoi dire comme un poème pour lui plaire,

Mais de son cœur émergea tant d’amour dans ses yeux brillants.

 

J’entends les plaisanteries de mon frère ainé,

Qui pour faire rire cette grande tablée, il n’en était pas gêné.

De raconter l’une après l’autre tant de blagues pas trop salées,

Pour ne pas notre tendre et pieuse mère par ses celles-ci l’offusquer.

 

Maintenant que de longues années ont passé,

Nos bien-aimés parents sont depuis longtemps enterrés,

Chacun de cette maisonnée a trouvé son chemin à tracer,

Même moi loin d’ici je suis partie vers un pays si étranger.

 

Un pays peuplé de gens extraordinaires,

Qui ont construit une grande nation sans faire la guerre

Qui ont dans leurs bouches que des mots d’amour et de paix,

Mais tôt ou tard, devoir revenir en ces lieux du passé, je le devais.

 

Je n’ai pas eu le temps de vous dire comme je vous aimais,

Car pour une folie de jeunesse, j’ai dû m’enfuir et ne revenir jamais.

De l’œuvre de l’oubli parfait j’ai cru que le temps l’avait enfin fait,

Tellement seule je me sens devant ces murs d’un blanc trop parfait.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

 Canada

 

La belle inconnue

the_great_unknown_by_jenovaxlilith_da63fi3-fullview
La belle inconnue Poème de RollandJr St-Gelais Modèle : JenovaxLilith Réalisation photo : Eryn P. O. Photography Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/The-Great-Unknown-614899515

La belle inconnue

 

Écoute mon fils l’histoire que je vais te raconter,

Il y a de cela si longtemps que tu n’étais pas encore né,

Tu ne le savais pas mais dans ma jeunesse, j’ai tant voyagé.

Sur bien des mers, sous bien des cieux, j’ai souvent navigué.

 

Certes, j’étais un simple matelot.

Mais ce que ce temps de ma vie était beau,

Travaillant avec ardeur au ventre et avec joie au cœur,

Pas grand-chose en ce monde pouvait arriver à me faire peur.

 

Courage dans toute mon âme, vaillance et force en mon corps,

Oui, mon fils, face à ma vieillesse grandissante, tout ça valait de l’or.

Ce que j’ai connu bien des gens, parfois adorables parfois méchants,

De ces gens qui cherchèrent à leur façon d’être heureux pour un instant.

 

J’ai entendu bien des histoires de la mer fantastiques et merveilleuses,

De ces navires fantômes éclairés à la proue par une lugubre veilleuse,

Naviguant avec lenteur sur les noires mers dans la nuit ténébreuse,

Brisant le silence des lieux par leurs coques pourries et grincheuses.

 

Mais de toutes ces légendes, une seule m’a bouleversé.

Une légende incroyable d’une sirène ayant une rare beauté,

Voulant en avoir le cœur net, après tant de recherche, je l’ai trouvée.

Dans mon filet auparavant ensorcelé, je l’ai finalement attrapée.

 

Mais, devant tant de tristesse en son visage et dans ses yeux,

De mon geste insouciant, j’en étais fort malheureux.

Je lui demanda son pardon avec sincérité,

Pour aussitôt sans hésitation la libérer.

 

Elle m’a alors souri en me promettant ceci,

Que chaque jour de ma vie, je serai homme comblé,

Et peu après, j’ai connu une femme que j’ai follement aimée,

Et nous nous sommes mariés pour le meilleur et pour le pire pour la vie.

 

Que de bonheur j’ai eu à ses côtés,

Que de chaleur nos cœurs ensemble se sont partagé,

Elle m’a donné le plus beau des cadeaux qu’un homme puisse espérer,

Elle m’a donné un fils fier de lui et digne de pouvoir perpétuer ma lignée.

 

Pendant la nuit des noces éclairée par la lune et les étoiles,

J’ai soulevé avec une grande délicatesse son si précieux voile,

C’est alors que dans un profond silence j’ai reconnu la belle sirène,

Et que pour toujours de cœurs et d’âmes, je serai sien et elle sera mienne.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Faucheuse d’âmes

Faucheuse des âmes
Faucheuse des âmes Poème de RollandJr St-Gelais Réalisation photographie par Awalt Art Images Modèle : JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Reaper-of-Souls-528106120

Faucheuse d’âmes

 

Parcourant les terres,

Tant celles en paix que celles en guerre,

Peu importe le poids des âges et la beauté des visages,

De ces gens que je rencontre tant les ignorants que les grands sages.

 

Point d’importance à mes yeux les lieux où j’arrive,

Tant dans les déserts brûlants que dans les eaux vives

Trop souvent, on sent de loin ma terrible présence,

Parfois, on m’ignore par mon doux silence.

 

Je suis la libératrice des souffrants,

Je suis le glaive de ceux qui les aimaient tant,

Parfois on me craint car avec moi l’avenir est toujours incertain,

Pourtant c’est grâce à moi si la vie est si précieuse entre vos mains.

 

Car chaque vie précieuse est si vite gâchée par vos écarts,

Vous prenez connaissance de la valeur de la vie quand il est trop tard,

Vous voyez la beauté de l’amitié quand vos proches je les ai amenés,

Pourtant, combien de fois leur avez-vous dit que vous les aimiez?

 

Vous savez, je suis loin d’être méchante.

Et de ma tâche, souvent je me trouve répugnante.

Pourtant par mes jolis traits j’ai une grande féminité,

Vous amenez avec moi en des lieux mystérieux est ma seule destinée.

 

Je suis la faucheuse d’âmes,

Dans le fond, je suis une belle grande dame.

Belle comme une nuit éclairée par la lune et les étoiles,

Le moment venu avec grande douceur sur vos yeux je jette mon voile.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada