Archives de tags | lieux

Sous le pont s’écoule le temps

43204896_10156910098963919_4554407436919767040_o

« Sous le pont s’écoule le temps » dessin par mon ami Eri Kel de la France

Sous le pont s’écoule le temps 

 

Vérité implacable de la vie, 

À laquelle nous sommes tous soumis, 

Dès notre naissance, nous poursuivons ce chemin. 

Que nous le voulions ou non, c’est notre destin. 

 

Enfance où règnent tant de jeux de l’innocence 

 Frêle adolescence où arrivent nos rêves de romance, 

Période de la passion, des idées folles et des pas de danse. 

Âge mûr habité par nos rêves accomplis et d’autres vus à l’avance. 

 

Puis apparaissent nos rides témoignant de notre expérience, 

De notre parcours de la vie, de nos succès et de nos imprudences. 

De nos doux souvenirs, des baisers volés et d’autres avec joie donnés. 

Sans oublier nos étreintes avec l’être que l’on a tant aimé, tant admiré. 

 

De cette période de l’existence, 

Où sans crier gare, sans le vouloir, on y pense. 

De ce moment qui sera notre dernier en ces lieux, 

Car la vie éternelle n’est réservée qu’aux Dieux dans les Cieux. 

 

Nul en ce monde ne peut revenir en arrière, 

Pour revivre ses instants de bonheur ni réparer, 

Réparer ses erreurs, ses fautes que l’on nomme péchés. 

Qu’il rende l’âme en temps de paix comme en temps de guerre. 

 

Aucun pouvoir, ni aucun don ne lui est octroyé, 

Par une quelconque force suprême ni grande divinité, 

D’enjamber le grand fossé qui sépare la fin du commencement. 

Voilà pourquoi nous restons parfois sous le pont où s’écoule le temps. 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Je voulais

IMG_0056_edited

 

Modèle ? RollandJr St-Gelais Photo par Mélanie Dufresne

 

Je voulais

 

Au pied de cet arbre
Mon désir était de marbre
Celui de t’immortaliser en ces lieux
Mais je me suis souvenu comme il est précieux.

 


Dans cette vierge forêt,
Je voulais dire combien je t’aimais,
Aujourd’hui, maintenant et à jamais,
Sous le soleil qui de tous ses feux brillait.

 


Mais un jour il ne sera plus là,
Mais mon amour toujours sera pour toi,
Je voulais un endroit où tu y seras si bien,
Que jamais tu ne voudr
as le quitter pour rien.

 


C’est alors que je me suis souvenu,
Qu’il n’y a qu’une seule place sous les nues,
Où tu seras à l’abri de ce monde si tourmenté,
C’est dans mon cœur que ton nom y sera pour l’éternité.

 


De

 


RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada

Femmes de bois

COLOR_POP

 

Photo prise à la basilique Notre-Dame de Montréal

 

Femme de bois

 

Dans le silence de ces lieux,

Je suis venu me questionner,

Sur le sens de ma modeste destiné,

Quelle en a voulu ce Dieu dans les cieux.

 

Né sans langue mais avec la parole facile,

Me taire fut parfois tellement difficile,

Né sans avoir mes deux mains,

Pourtant jamais je n’ai craint.

 

Né avec une seule jambe,

Et un seul pied pour lui tenir compagnie,

Jamais je n’ai eu peur de me faire des amis,

Et de mes obstacles, avec sourire je les enjambe.

 

J’ai mes yeux pour admirer la beauté de ces dames,

Celles qui ont mis en moi cette magnifique flamme.

Que parfois on nomme amour et que moi j’appelle passion,

Passion de vivre! Passion de la chair! Passion d’une sainte union!

 

Et que dire de mon cœur?

Parfois, il a connu la joie et parfois la peur.

Joie simple d’aimer et de librement me donner.

Mais grande tristesse d’avoir blessé celles qui m’ont aimé.

 

Ainsi va la vie sous les cieux étoilés,

Ainsi sera le chemin de tous ces nouveaux-nés.

Parcourant ce vaste monde avec ses nombreux joyaux,

Combien de fois je m’exclama comme je le trouvais beau?

 

De ces gens riches et adorés,

De ces gens pauvres et souvent mal-aimés,

J’en ai tellement rencontrés sans avoir connus,

Car semblables ils sont devant Dieu et entièrement nus.

 

Je n’ai peut-être pas votre sainteté,

Car je sais trop bien nombreux sont mes péchés.

Cependant je vous en prie: À ma question, répondez-moi.

Que voyez-vous de ce monde là où vous êtes? Femme de bois!

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Assoupie en liberté

received_482690558859677 

Primeur offerte par mon amie Angélina de la France

 

Un de mes plus beaux poèmes à ce jour

Assoupie en liberté

 

Je suis simple fille d’une mère,

Qui est née durant la dernière guerre,

D’un père mort sur les champs d’honneur,

Pour son malheur mais pour sa patrie son bonheur.

 

Je naquis dans un village de Provence,

Où j’ai grandi jusqu’à la fin de mon adolescence,

J’y ai fredonné des chansonnettes de mon enfance,

Tout en faisant la rencontre de mes premières romances.

 

Mais nécessité oblige j’ai quitté ces lieux,

Pour me diriger sous d’autres cieux,

Remplaçant le parfum des fleurs,

Par celui de la faim et de la peur.

 

Dans cette ville-lumière,

J’y ai vécu la pauvreté et l’enfer.

Mais, parfois, des mots tendres prononcés,

Par des hommes aux mains baladeuses et mal intentionnés.

 

Je n’en pouvais plus de satisfaire ces notables,

Aux dents blanches et à la parole si facile,

Pour qui tout devait leur être si docile,

Et pour qui tout leur était redevable.

 

Dans la bise de la nuit,

Je me suis rappelé mon village chéri,

Où les gens avaient un cœur toujours attendri,

Et une main toujours secourable pour les démunis.

 

Décidée de rejoindre gens de mon pays,

De cette contrée aux milles champs fleuris,

Où sonnèrent cloche d’église et mille clochettes,

Celle de mon église et de toutes ces charmantes biquettes.

 

Je fis ces quelques pas,

Toujours en allant tout droit,

Sans jamais un seul instant me retourner,

Car au fond de mon âme autre devait être ma destiné.

 

Quel beau village où je suis née,

Quel magnifique village où je suis retournée,

Quel prés vert de celui de mon ami Jacques et tous ses vers,

Que j’aimais tant écouter sans dire mots lorsqu’il prenait un verre.

 

Aussitôt arrivée à la clairière de la forêt,

J’ai préféré me diriger vers les champs et y faire un arrêt,

C’est en entendant les oiseaux de ces bois chanter,

Que je me suis finalement assoupie en liberté.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Bercée par le chant des crayons

37700017_10156717088413919_3994737683166396416_o

Magnifique dessin réalisé par Eri Kel de la France

Bercée par le chant des crayons

 

Par un si bel après-midi,

Où tout semble être fait et dit,

Nous étions seuls en cet instant précis,

Écoutant la douceur d’une tendre mélodie.

 

D’un air de Mozart,

Voulant y parfaire mon art,

Admirant dans la quiétude des lieux,

Les courbes de votre corps si beau, si radieux.

 

Prenez le temps nécessaire,

De vous mettre à l’aise en cette heure,

Car de votre charme je désire en tirer sa splendeur.

Pour le transporter au-delà du temps et des airs.

 

Laissez votre nudité parler,

Permettez à votre âme de s’exprimer,

Donnez-lui l’occasion tout simplement d’exister.

Et que la séance de ce jour puisse de vos peurs vous libérer.

 

Prenez place, humblement je vous prie.

Car, je l’avoue, de vous mon cœur est épris.

Et comme hélas je ne peux vous chanter un air d’opéra,

Alors laissez-vous bercer par le chant des crayons, cela suffira.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En toute décontraction

33579895_10156563240603919_2810314779581743104_o

Un MAGNIFIQUE dessin réalisé par mon ami Eri Kel de  la France

En toute décontraction

 

En toute simplicité,
En toute vérité et authenticité,
Je m’étends nue devant vous sur le tapis,
Dans le silence, j’entends vos pensées et je souris.

 

Pourquoi devrais-je m’en faire ?
Pourquoi devrais-je craindre l’enfer ?
Puisque de ma nudité je vous l’offre avec bonté,
Puisque de ma féminité vous pouvez la contempler à satiété.

 

Dans la quiétude de ses lieux,
Où règne une paix qui n’a d’égale que les cieux,
Point d’illusion ! Point de fautes ! Point de fausse pudeur !
Car loin est de nous toute moralité hypocrite qui a tant fait peur.

 

C’est ainsi que par pur bonheur,
Me voilà semblable à Ève devant son Adam,
Attendant ce doux moment où il me fera le présent,
De connaître sa virilité au bon moment, à la bonne heure.

 

Mais, d’ici-là ! Je ne bouge guère,
Telle une brave et si féroce panthère,
Cachée dans la chaude broussaille africaine,
En toute décontraction, elle vit cet instant sans haine.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Être là sans y être tout à fait. 

20180225_113645

Séance réalisée au Mont-Tremblant le 25 février 2018

Être là sans y être tout à fait. 

« Être là sans y être tout à fait. Comme un ermite qui du fond de sa grotte ressent le monde qui l’entoure sans quitter les lieux. Il est là sans être là, absent tout en étant pleinement présent. Voilà l’esprit du modèle vivant. »

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Arbres enneigés

Photo : Pascale Nicolas

Arbres enneigés

 

Aujourd’hui sur Paris,

Dans la ville des amoureux,

Dans la cité des gens aux regards merveilleux,

Là où tout est permis pour les cœurs épris.

 

Sont tombés ces milles flocons,

En douceur telle une tendre chanson,

En silence recouvrant jardins et champs Élysée,

De leurs empreintes firent disparaître bien des baisés.

 

En une nuit,

Tout fut fait. Tout fut fini.

Froideur boréale et lieux de glace,

Dans la ville lumière eurent droit de cité et prirent place.

 

Pourtant, résonnent encore les mots doux.

Ceux qu’on ne peut oublier et qui nous rendent fous,

Qui égayent le temps du passé peuplant nos mémoires,

De nos lointains souvenirs qui hantent nos derniers espoirs.

 

Arbres si rarement enneigés,

Qui témoignent de cet heureux passé.

Garder en vos sèves endormis ces actes d’amour,

Que firent les amants dans le secret de ces derniers jours.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Bouleau de mon enfance

27540639_10213529071454785_254659313235201464_n

Photo réalisée par madame Délisca Doucet de la Gaspésie (permission accordée)

Bouleau de mon enfance

 

Dans la douce neige de cette bienfaitrice hibernation,

Où naquit ce peuple généreux en un pays bâti par notre nation,

Me remémorant grands bonheurs et petites peines d’autrefois,

Où tout était possible par notre pur amour et par notre noble foi.

 

De ces gens venus défricher ces vierges terres,

Afin d’y fonder familles nombreuses et heureuses maisons,

Où se trouveront les croix suspendues sur les chaudes cheminées,

Témoignant de leur piété aux enfants que la Providence leur a donnés.

 

Dans la froideur des nuits polaires,

Doux rêves se firent en actes comme en paroles,

De leurs gestes d’amour point ne sert d’en faire une parabole,

Car bien des nouveau-nés peuvent témoigner de leurs joies de plaire.

 

Vaste pays d’amour et de contrées conquises,

Où chacun trouva son humble chemin face à la bise,

Terre à la barbe blanche en cet hiver tellement rigoureux,

Mais qui fera place à vertes forêts et riches lieux si généreux.

 

Voilà mes pensées en ce jour sacré pour ce repos béni,

Repos vécu en récitant avec dévotion mes modestes prières,

Prières récitées en mon cœur pour dans le Christ mes sœurs et frères,  

Comme je le fis jadis sous le bouleau de mon enfance où encore je prie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Mains croisées

 

26814516_10156225743938919_4470712018620622315_n

Magnifique dessin réalisé par Eri Kel de la France

 

Mains croisées

 

Dans le silence  bienfaiteur d’un modeste atelier,

Ressemblant à un monastère où sœurs pieuses venaient y prier,

Dame peu vêtue y entra timidement sur la pointe des pieds,

Regardant avec gêne l’artiste se préparer avec ses crayons affûtés.

 

Avançant à pas feutrés sur le plancher ciré,

Pour se diriger vers la sellette où se dévoilera sa nudité,

Son corps si fragile et si beau offert aux yeux de cet homme galant,

Qui pourrait devenir son ami, son amoureux ou bien même son amant.

 

Portant sur ses frêles épaules une blanche chemise,

Qui offrit une modeste pudeur à son âme si émue et si éprise.

Pointant ses yeux vers l’horizon afin d’y découvrir d’autres lieux,

Qu’elle verra en songes selon la volonté des anges et des dieux.

 

C’est alors que le disciple de cette muse pris d’une main assurée,

Crayon aiguisé afin d’immortaliser cette véritable beauté,

Et de sa passion pour son art, il en fit un réel témoignage,

Que la splendeur de la nudité n’a pas de temps ni d’âge.

 

Ne bougeant à peine de tout son être,

Elle lui montra par un signe qu’elle était prête à renaître,

Tel le chant d’un rossignol à l’orée des vertes forêts et des boisés,

Elle siffla un air joyeux en appuyant sa cuisse de ses mains croisées.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada