Archives de tags | hommes

Je leur tourne le dos

Je leur tourne le dos
Je leur tourne le dos Poème de RollandJr St-Gelais Photo par thebody-photography Source : https://www.deviantart.com/thebody-photography/art/Vintage-Art-Nude-17-847183954

Je leur tourne le dos

 

Du haut de mon piédestal,

Je sens le bout de mes seins tels des pétales,

Pétales de fleurs que l’on retrouve dans les sommets les plus élevés,

Les sommets de ces monts accédant aux nuages noirs gorgés de pluie.

 

Je suis fière de mon corps,

Car il vaut bien tout son pesant d’or,

Corps de femme de la tête aux belles fesses,

Chair de dame des fesses jusqu’aux pieds que l’on caresse.

 

Et puis, j’affectionne tant mes vigoureuses hanches.

Par lesquelles lors de mes nuits de baise, on me déhanche.

Par mes amants que j’ai rencontrés ici et là dans mes voyages,

Des hommes super beaux, parfois riches mais souvent de tous les âges.

 

Mais, ce qui me surprend de plus en plus,

Lorsque devant petits ou grands groupes je suis nue,

C’est la lumière étincelante dans les yeux quand je tourne le dos,

Face à ces mecs venant de ces toutes contrés de ces des pays d’En-Haut.

 

Dos tourné avec le sourire,

Car, je l’avoue, c’est là mon ultime plaisir.

Présenter cette partie humble de ma féminine anatomie,

En leur disant allègrement : Allez-y, profiterez-en! Je vous en pries.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Mer de sentiments

as_water_by_jenovaxlilith_dcz4nr1-fullview

Poème par RollandJr St-Gelais Photo par JenovaxLilith Modèle est Ashley Splooshie Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/as-water-784598077

Mer de sentiments

 

Je vois les vagues s’avancer,

Se pressant lentement vers le rivage,

Essayant de caresser ton tendre visage,

Tandis que toi tu allas ici et là te balader.

 

J’admirais tes tatouages,

J’en étais un peu jaloux malgré mon âge,

Car je vois que la beauté de la jeunesse est passagère,

Bien des hommes la fontaine de jouvence cherchèrent.

 

Je prends conscience de ma jeunesse son insouciance,

Mais il est trop tard pour revenir sur mes pas,

Mais à y penser, j’en deviens tellement las.

Quand je vois la grâce de tes hanches.

 

Je me sens envahir par les larmes,

Qui crient si fort au fond de mon âme,

Regrettant à jamais celles que j’aimais tant,

Pour qui j’ai toujours une mer de sentiments.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sur un banc

Sur un banc
Sur un banc Poème de RollandJr St-Gelais Dessin par CapitaPerdu Source : https://www.deviantart.com/capitaperdu/art/Villa-Borghese-Rome-845449480

Sur un banc

 

Il y a de cela quelques années,

Dans un temps où nous pouvions voyager,

Je suis allé découvrir la ville magnifique de Rome,

Y voir les monuments, goûter les mets, voir femmes et hommes.

 

Car il est inutile de voir du pays sans discuter avec les gens qui y sont,

En effet, j’adore écouter les accents qui me font penser à des chansons.

Ces chansons me font rêver au soleil de la Mer Méditerranée,

Tandis que d’autres me font voir tant de coins étrangers.

 

C’est en allant au Vatican,

Qu’épuisé je suis allé sur un banc,

Ouvrant les yeux de mon cœur, je vis des êtres humains.

Des gens venus en pèlerinage pour se rassurer face à leur destin.

 

Un enfant me regardait plein de questions,

Qu’il posa à son père près de lui avec raison,

Son père le prit dans ses bras et lui dit tout bas,

Une réponse en me souriant qu’avec facilité je repéra.

 

Puis vint à mes côtés un vieil allemand,

Avec lequel j’ai entamé une discussion me connaissant,

Il me raconta quelques péripéties de sa vie et de ses amours,

De sa jeunesse, de son expérience, et ce sans trop de détour.

 

J’ai tiré à travers ces deux exemples, un grand enseignement.

Que la vie est ainsi faite pour tous car on agit pour son bien,

On fait tout son possible pour de meilleurs lendemains,

Assumer son passé, vivre le présent à pleines mains.

 

Sur un banc, je me suis reposé.

Avec un pur étranger j’ai pu discuter,

Par la tendresse d’un père répondant à son enfant,

C’est là que j’ai appris que nous sommes fils de Dieu assurément.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

 

 

Vie et mort

Vie et mort
Vie t mort Texte de RollandJr St-Gelais Réalisation photo par cable9tuba Source : https://www.deviantart.com/cable9tuba/art/Dead-and-Alive-827224283

Vie et mort

Vie et mort? Deux entités qui forment une seule réalité, l’existence tant de l’être humain que de la nature. Une existence qui est si chère à toutes personnes possédant un bel équilibre mental. En effet, nul ne peut envisager de mettre un terme à ses jours si ce n’est qu’à la suite de pressions douloureuses où l’issu positif pour y remédier est absent.

La vie est sacrée car elle est limitée dans le temps. Un temps défini par une volonté divine ou aléatoire par le jeu inlassable des circonstances entremêlés par le fruit de nos actions et de nos inactions? Je ne saurai pas répondre à cette question. À vrai dire, chacun d’entre nous fabrique sa propre réponse au fil de ses expériences personnelles. Qui plus est! Il est bien qu’il en soit ainsi puisqu’une expérience de vie en vaut bien une autre.

Vie et vivre incluent deux réalités toute aussi deux différentes l’un de l’autre. La vie est cette flamme, parfois faible, parfois forte, qui anime chaque être vivant alors que vivre consiste à ce que nous faisons de cette flamme. Ce qui est le cas notamment des êtres humains qui pour des raisons d’une extrême diversité opteront soit pour accomplir de grandes choses soit pour s’accommoder d’une vie somme toute bien ordinaire. Que puis-je dire des chemins qu’ils prendront au cours de leurs vies? Simplement qu’il y a là deux facteurs à retenir. En premier lieu, les hommes font leurs époques tout comme les époques font les hommes. En second lieu, les hommes ont en tout temps le libre-arbitre dans leurs actions. En résumé, la vie est ce qui se trouve au plus profond de soi alors que vivre est l’agencement de nos actions tout au long de notre vie.

Mais, que serait la vie sans la présence de sa plus fidèle compagne? Une compagne qui l’a suivi sur les routes sinueuses de l’existence. En effet, la mort confère à la vie toute son importance. Imaginer un seul instant que l’on vous annonce que vous, et vous seul, ne mourrez jamais. Certes, vous vivrez un moment d’extase devant une telle nouvelle. Mais, soyez convaincus d’une chose, ce sera d’une durée très brève.

Et pour cause puisque d’une part, les journées que vous vivrez les unes à la suite des autres perdront lentement mais sûrement de leur importance, et d’autre part, être à la l’abri de la mort ne garantit pas être exempté des fléaux qui accablent les êtres humains et ce, depuis la nuit des temps. À cela s’ajoute le fait qu’il vous faudra être suivi par les meilleurs psychologues afin de passer une bonne partie de votre vie à tenter de donner un sens valable à votre existence. Vivre éternellement a un prix bien plus élevé que l’on puisse penser. Veuillez noter que je parle ici avec un point de vue purement philosophique et non pas théologique. Ne mélangeons pas les deux.

La vie perd tout son sens sans la mort et, de manière paradoxale, cette dernière tire la sérénité des hommes en espérant qu’elle se retrouve en elle une fois le pont traversé. Il est vrai que les êtres humains sont comme les fourmis, ils ont horreur du vide. Voilà pourquoi il existe toute une série de concepts pour sécuriser la crainte face à l’inéluctable depuis que les hommes et les femmes ont découvert leur caractère temporel. Attention ! Tous les concepts ont leur importance puisqu’ils ont souvent, et le permettent encore, permis de formuler un cadre moral aux actions permettant une vie en société. Autrement dit, pour reprendre une phrase célèbre du compositeur Félix Leclerc : « La mort, c’est plein de vie dedans. »

Bref, je termine ce texte de réflexion au sein de mon blogue artistique en empruntant cet extrait de l’une des plus belles prières composée par St-François d’Assise : « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre sœur la Mort corporelle à qui nul homme vivant ne peut échapper. » Et puisque nul d’entre nous pouvons y échapper, hé bien d’ici notre heure venue vivons!

Merci de m’avoir lu

De RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Ce voeu

Ce vœu
Photo par Carlos Henrique Reinesch Poème par RollandJr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/oo-rein-oo/art/Notes-Of-Love-200834702

Ce vœu

 

Ce soir je me suis couché,

Sous le grand firmament étoilé,

Ayant en pensées des mots qui bougèrent,

De mon esprit, ils voulurent sortir vers les airs.

 

Des mots qui se transformèrent en rêveries,

Des rêves qui au plus profond de mon être étourdi,

Désirèrent devenir choses concrètes face à l’impossible,

Toutefois, ne dit-on pas, qu’à celui qui croit tout est possible?

 

Oui, de mon cœur est sortie belle prière.

Une requête adressée à Dieu des hommes leur père,

À ce Dieu des femmes et des enfants et aux êtres aux cœurs purs,

À ce Dieu qui entend les cris de désespoirs et des doux murmures.

 

Je ne lui ai rien demandé de bien particulier,

Oui, je l’ai remercié pour le bonheur qu’il m’a donné.

Cependant, en mon cœur je lui ai fait une seule sollicitation.

Celle de veiller sur toi du matin au soir et aussi loin te portera l’horizon.

 

Je ne pouvais pas terminer cette journée,

Sans t’apporter un réconfort par un doux baiser,

Qu’est-ce qu’un baiser en cette période si difficile à vivre?

Excellente question lorsqu’il s’agit d’une question de survivre.

 

Quel serait bien le souhait à faire en ce jour spécial?

Une réponse de toute mon âme ébranlée prestement émergea,

À ce Dieu d’amour je lui ai adressé un seul souhait, un seul désir.

Que tu sois heureuse ! Voilà le vœu qui ferait mon plus grand plaisir.

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada