Archives de tags | hommes

Tirons les rideaux

Tirons les rideaux Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Samo19 Modèles Ana & Belem Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/Pulling-the-courtain-921285575

Tirons les rideaux

 

Le spectacle est terminé,

Le public s’est bien amusé,

Il est maintenant plus que temps,

De faire les choses bien autrement.

 

Nous avons tellement dansé,

Pour égayer cette chaude soirée,

Nous avons retiré nos vêtements,

Avec un plaisir effréné et lentement.

 

Quelle belle exhibition que nous avons faite,

Devant cet auditoire sans jamais céder la défaite,

Les hommes rêveront à nos charmes dans leurs couches,

Et leurs épouses essaieront d’imiter les gestes de nos bouches.

 

La vie est qu’une mosaïque de songes, de désillusions,

Sur lesquelles se construit la dure réalité face aux émotions.

Maintenant que cette foule a quitté ces sinistres lieux,

C’est à nous de pécher sous le regard des cieux.

 

Tu es si magnifique ! Ne bouge surtout pas.

Tu ressembles à une gravure du kamasoutra.

Reste comme tu es, car tout en toi est si beau.

Prenons notre temps et tirons les rideaux.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le droit aux femmes d’avoir les seins à l’air dans les parcs publics

Le droit aux femmes d’avoir les seins à l’air dans les parcs publics Réflexion par Rolland Jr St-Gelais Photo par Rick B. d’Allemagne Source: https://www.deviantart.com/rickb500/art/Temptress-919798336

Le droit aux femmes d’avoir les seins à l’air dans les parcs publics

À propos de la manifestation, tenue hier en après-midi à Québec, pour le droit aux femmes d’avoir les seins à l’air dans les parcs publics. Il m’est paru utile de partager mon humble opinion avec vous. Il s’agit de mon avis et je ne crois pas posséder la vérité absolue sur un quelconque sujet d’ordre moral.

Personnellement je n’ai jamais compris ce double standard. Pourquoi les femmes devraient-elles couvrir leurs poitrines alors qu’une telle obligation n’est pas exigée chez les hommes. À vrai dire, une telle obligation devrait s’adresser tant aux membres de la gent masculine que féminine. Que l’on soit un homme ou bien une femme, ou je-ne-sais-qui ou je-ne-sais-quoi, il serait d’usage par respect pour les autres et pour soi-même de porter quelque chose sur soi lorsque l’on se retrouve dans un lieu public quelconque.

C’est là faire preuve d’un peu de civisme.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

L’entre deux fesses

L’entre deux fesses Poème de Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/N-23-918167364

L’entre deux fesses

 

Elle était frêle et menue

Elle était belle et nue

Elle était en levrette

Elle était sur une serviette

 

Avançant vers elle, elle me vit

Et simplement me sourit

Devinant par mon sexe gonflé

Quelle était ma noble volonté

 

De lui savourer le popotin

Même en l’absence de mes mains

Car de ma bouche, la déguster

Était une chose longuement rêvée

 

Une fois le tout exploré

Elle voulait un sexe bien bandé

En sa vulve prête à recevoir mes hommages

Rêves de bien des hommes et femmes de tous âges

 

Va-et-vient allant ici et là

Au gré du temps qui passa

Jusqu’à l’instant où elle voulait

Recevoir mon sexe en ce lieu secret.

 

Pour y sentir la semence chaude.

Telle une chanson, une divine ode

Oh oui ! Oh oui ! Encore et encore

Nous disions d’un commun accord.

 

Jusqu’à ce que j’aie joui en elle

Belle femme telle une hirondelle

Quel délice de venir en ce lieu

Pour ce doux plaisir, merci mon Dieu.

 

 

De

 

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ève n’est point face à nos malheurs l’unique coupable

Ève n’est point face à nos malheurs l’unique coupable Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par Samo19 Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/Remembering-Eve-913009247

Ève n’est point face à nos malheurs l’unique coupable

 

Aujourd’hui, c’est le jour du Vendredi saint.

J’aimerais tant dans mes prières joindre les mains.

Ce sera donc dans mon cœur que je prierai sans être vu.

Des formules que je réciterai en mon âme pour mes chers disparus.

 

On raconte dans les livres saints que le mal est entré,

Par la faute d’une femme qui aurait commis le premier péché.

Pourtant, force est de constater que les maux qui accablent les humains.

Ces fléaux éreintent tant les hommes que les femmes tel un funeste destin.

 

Le mal ultime sous le visage de la connaissance du bien et du mal,

La douleur qui pénétra dans la chair tel un poison sorti du pire animal.

Un être semblable à un phallus gorgé de sang pleinement en érection.

Crachant du plus profond de ses crocs son venin à profusion.

 

Plongeant en chacun de nous cette terrible question.

Existe-t-il réellement une vie après celle que nous connaissons ?

Je ne saurais, hélas, y résoudre avec certitude mes amis.

Mais, j’ose croire qu’un tel rêve en mon cœur soit encore permis.

 

Mais, une chose demeure à mes yeux la seule vérité.

Ève n’est point coupable de la faute originelle, du premier péché.

En effet, c’est seulement par le sein de la femme que nous naissons.

C’est malheureusement par le glaive des hommes que nous mourrons.

 

C’est là une évidence à laquelle nous devrions souvent méditer.

Les guerres ont, de tout temps, des peuples entiers exterminés.

Mais, c’est par le corps des femmes offensées et meurtries

Que les nations ont réussi sans relâche à reprendre vie.

 

Aujourd’hui, j’aurai une belle pensée en mon for intérieur envers celles.

Qui, par la violence des hommes, se sont envolées, telles des hirondelles.

Vers une destination où elles trouveront enfin un amour impérissable.

Non! Ève n’est point face à nos malheurs l’unique coupable.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Par ces pinceaux

« Par ces pinceaux » Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Noble Roro de la France

Par ces pinceaux

 

Je suis un simple artiste.

Parfois joyeux, parfois bien triste.

Quelques fois, je lève les yeux au ciel.

Et je demande « pourquoi ? » à l’Éternel.

 

Pourquoi tant de haine et de rage ?

Au cœur des hommes depuis le fond des âges.

Devant une question j’ai eu pour réponse ceci :

« Mon ami, je t’ai donné la chance d’embellir la vie. »

 

Il dit encore : « Regarde tout ce que tu as fait de beau,

Grâce à ce talent de savoir manier ces pinceaux.

Par ces pinceaux, tu ajoutes de la couleur.

Tu ravives en ces gens bien des cœurs.

 

Tu as là, crois-moi, un formidable talent.

Tu peux en parler à ton ami Rolland.

Tes créations sont des sources de belles poésies.

Sans cesse, il en est tout simplement ébahi.

 

Par ces pinceaux, tu lui fais revivre de beaux souvenirs.

Il revoit certaines dames avec qui il a partagé du plaisir.

Par les couleurs que tu mets sur la toile chaste,

Les mots lui viennent tel un océan si vaste.

 

Par tes pinceaux, tu embellis à ta façon la création.

Tu donnes à ces êtres à la fois la vie et la raison.

Continue, je t’en prie, tes œuvres si magnifiques.

J’en connais un qui y mettra des mots magiques. »

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada