Archives de tags | crucifié

Ô homme nu

jesus-penis

Ô homme nu

 

Ô Homme nu,

Corps offert aux regards,

Coeur donné avec liberté et sans égards,

D’où viens-tu mon ami ? Quel est donc le chemin parcouru ?

 

Semant la Bonne Parole,

Sous des énigmes et en paraboles,

Guérissant les blessés de la vie et gens meurtris,

Pardonnant aux cléments et donnant aux oubliés le goût à la vie.

 

Tu es l’amour,

Tu es depuis toujours,

Tu es là hier comme demain,

Car nous sommes dans le creux de tes mains.

 

Ô fils d’homme !

Recouvre de ton ombre,

Tes frères et tes sœurs en cette humanité,

Penche-toi vers cette terre qui fait tellement pitié.

 

Apprends-nous de nouveau,

Ton message de paix en tes simples mots,

Enseigne-nous à nous aimer comme tu nous l’a montré,

Mets en nous un peu de foi, un peu d’amour car rien est terminé.

 

Ô humble homme de Judée,

Toi, le fils du charpentier son tout premier-né !

Ô toi, le porteur d’espérance mais pourtant crucifié !

Mets-en nous la foi en toi ! Toi le vainqueur de la mort, le ressuscité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je t’attendrai en mes songes

18870997_10153966337538039_1787232560_n

Je t’attendrai en mes songes

 

Dans la profondeur de mon sommeil,

Là où mes pires démons se cachent et veillent,

Attendant le moment qui n’est pas encore venu,

Où ils surgiront dans ce corps fragile et entièrement nu.

 

Mes craintes sont-elles justifiées ?

Serais-je dès l’aube un vulgaire crucifié ?

Serais-je condamné à vivre loin de toi sur cette terre,

Terre promise ! Terre damnée ! Où mon âme sans cesse erre.

 

Je n’ose pas me réveiller,

De crainte de voir que tu t’en es allée,

Partie vers des contrées clémentes et ensoleillées,

Ne plus admirer tes yeux, de par mes caresses, si émerveillés.

 

Comment pourrais-je vivre ?

Sans t’entendre rire et te voir sourire ?

Comment puis-je, ne fut-ce un seul instant, respirer ?

Sans t’avoir dans mes bras pour te protéger et t’aimer ?

 

Où est passé le soleil ?

Où sont les étoiles dans le ciel ?

Ils sont cachés dans les abîmes profonds,

Là où se trouve le sable mouvant du désespoir sans fond.

 

Ô toi, ma chérie et mon amour !

Reviendras-tu maintenant en ce jour ?

Ranimeras-tu cette flamme qui était en moi ?

D’ici-là, je t’attendrai en mes songes où je suis encore roi.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada