Archives de tags | convalescence

La reprise est pour bientôt

46462317_10156109592187523_1998541732727226368_o

La reprise est pour bientôt

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon coeur que le déroulement du mois de mars vous soit profitable. Pour ma part, je dois avouer qu’il est de loin au-delà de mes espérances. En effet, j’ai eu de nombreuses belles surprises depuis le début de ce mois. Qui plus est ! La guérison de mon bras, blessé à la suite de ma mésaventure vécue à Matane, va bon train. Bref, la vie semble prendre un chemin plutôt positif.

IMG_20181114_211125 (1)Quoi de mieux ? Me diriez-vous. Eh bien, j’ai le bonheur de vous annoncer que la reprise de mes activités en tant que modèle vivant (nu intégral) reprendra dès le début du mois d’avril au sein du département des arts visuels de l’Université du Québec à Chicoutimi, connu sous le sigle de l’U.Q.A.C., où j’ai déjà eu la chance d’y exercer ma passion. En effet, une des responsables a eu l’amabilité de m’informer que la première séance de nudité artistique pour le mois prochain me sera réservée. Une séance que je promets d’être à la hauteur des attentes des personnes qui y seront présentes.

Cela me fait réellement plaisir de constater que la46485624_10156103895412523_6533465196537577472_o reprise de mes activités dans le domaine de la nudité artistique se déroule plus vite de ce que à quoi je m’attendais. À vrai dire, je doutais au fil du temps de pouvoir reprendre de telles activités et ce, pour deux raisons majeures. En premier lieu, ma convalescence a grugé le début de l’année 2019. Ce qui correspond à une période où les modèles sont souvent sollicités dans les écoles d’art et les ateliers en prévision des sessions académiques. En second lieu, mes inquiétudes allèrent grandissant lors de mon hospitalisation prolongée. Allais-je être apte à reprendre mes poses de manière satisfaisante ? De plus, une hospitalisation est loin d’être agréable surtout pendant la période des fêtes. Bon ! J’ai passé à travers cette épreuve, tout de même minime, avec une  grande détermination.

IMG_20181114_212055 (1)Quelques mots concernant ma première séance de nudité artistique me semblent être essentiels afin de vous expliquer la raison de ma joie de retourner poser au sein de ce département. Tout d’abord, j’y ai fait la connaissance d’élèves qui possèdent des talents indéniables dans le domaine du dessin. Des élèves qui, à ma grande surprise, sont pour la plupart d’entre eux, originaires d’Europe. Ensuite, le simple fait que mes services soient requis pour une autre séance démontre que l’on fait confiance une fois encore à mon professionnalisme. À vrai dire, c’est pour moi un honneur qu’une telle chose puisse m’arriver en début de printemps. Enfin, la reprise professionnelle au sein de cette activité me donne l’occasion de voyager un peu partout au Québec. J’en profite alors pour visiter les endroits susceptibles de m’intéresser et, pourquoi pas? de rédiger des articles au sein de mon blogue consacré à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie.

Fait à noter ! Je tenterai de profiter de mon séjour à Saguenay pour aller faire un tour au C.E.G.E.P, collège d’enseignement général et professionnel, de Jonquière pour y retrouver la photo d’une personne qui était présente durant une bonne partie de mon enfance mais que la vie m’a arraché à la suite d’un événement qui a laissé une empreinte indélébile dans l’histoire de la ville de Sept-Îles, du Québec et de ma famille au mois de mai 1972. Le fait de découvrir sa photo sera pour votre humble serviteur une source d’une joie immense.

Je vous remercie de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Parfois il ne faut pas chercher à comprendre

linda34_by_halfford_dczp8rn-pre

Parfois il ne faut pas chercher à comprendre

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que le mois de février se terminera en beauté pour vous et pour les êtres chers que vous aimez. Pour ma part, ce fut un mois bien rempli. En effet, ma convalescence et ma réadaptation physique se déroulèrent de manière fort positive. De bons soins prodigués par un personnel extraordinaire et attentionné, un accompagnement spirituel offert tout au long de mon séjour et la visite d’amis et d’amies ont aidé votre humble serviteur à recouvrer à la santé. Il est toutefois vrai que je n’ai jamais perdu mon sens de l’humour.

En parlant de l’importance de l’humour dans ma vie, je dois avouer que cet aspect y joue un rôle fondamental dans mon bien-être personnel. J’oserais même écrire, sans aucune prétention, que c’est fort probablement ma qualité principale. Que de fois j’ai fait rire les membres du personnel de l’hôpital de l’Enfant-Jésus que j’ai fréquenté après mon opération. Je pense notamment lorsque certaines préposées devaient faire mes soins personnels, lavage corporel, et qui semblèrent parfois quelque peu gênées face à ma situation physique. Quoi de mieux qu’une bonne blague pour désamorcer une situation embarrassante ? Bon ! Soyez rassurés-es ! Ce furent des blagues sans aucune vulgarité.

Par ailleurs, il m’est arrivé de remonter le moral à certains patients qui étaient, c’est le moins que je puisse dire, vraiment mal en point. Ce qui m’a valu une belle surprise. En effet, un des patients a eu la gentillesse de venir me souhaiter une belle et longue vie avant de quitter l’hôpital pour retourner auprès des siens. Il avait profité de l’occasion pour me remercier de lui avoir remonté le moral lors de mes petites visites de courtoisies. Comme quoi faire le bien par le biais de l’humour est peut-être la plus belle richesse qui soit dans ce monde.

Quand je vois tous ces gens qui ne pensent qu’à accumuler des sommes monétaires qu’ils délaisseront lorsqu’ils quitteront ce monde alors qu’ils leur suffiraient de mettre un peu de couleurs et de sourires autour d’eux pour s’apercevoir que la vraie richesse ne s’acquiert pas, elle se partage. Cela me rend fou. Pas très drôle lorsque je pense que je le suis déjà un peu. 

Oui, il y a bien des aspects de la vie qu’il ne faut pas chercher à comprendre. Ces aspects se doivent d’être vécus pour se rendre compte qu’ils rendent à la vie sa plus grande saveur. Alors cessons de chercher à comprendre et vivons la vie comme elle se présente à nous.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Vive l’amour dans la langue de Molière

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Votre humble serviteur bientôt de retour en tant que modèle vivant (nu intégral)

 

Vive l’amour dans la langue de Molière

Bonjour tout le monde,

C’est avec un plaisir immense que je vous informe de ma sortie prévue pour ce vendredi 15 février. En effet, les médecins et les spécialistes du centre de convalescence où je suis hospitalisé depuis trois semaines m’ont confirmé la guérison de mon bras gauche. À vrai dire, il s’agit d’une guérison de transition puisqu’il me faudra attendre jusqu’à la fin mars avant de pouvoir me servir de mon bras de manière pleine et totale. Ici, tout sera une question de prudence pour les semaines à venir.

Sous un autre ordre d’idée, J’ai eu la chance d’assister à un mini-spectacle offert par un duo musical qui a permis aux personnes présentes en salle de se remémorer certaines des plus belles chansons d’amour de la langue française. Mais, à bien y penser, quelle est la plus belle langue au monde sinon le français ? Oui, c’est un fait. Je suis à la fois nationaliste, fier de mes racines ancestrales et passionné par tout ce qui touche au beau, au bien et au bon. Mais, je suis également un francophile. C’est-à-dire, pour ceux et celles qui ignorent ce que ce mot signifie, que je suis un amoureux de la langue française.

Pour moi, la langue française est la langue de l’amour. Je devrais même dire « des amours »: amour de la nation, de la patrie, de ses terres en y incluant les « amours » de l’amitié fraternelle, de la famille sans oublier l’amour dit des amoureux et, pourquoi pas ?, celui des amants. J’aime ma langue et elle me le rend bien.

Aurais-je autant de plaisir à composer mes poèmes dans une autre langue que le français ? C’est possible. Aurais-je la même passion d’écrire mes textes dans une autre langue que ma langue maternelle ? C’est probable. Aurais-je le sentiment d’être privilégié de vivre, de penser, d’explorer et de découvrir le monde qui m’entoure dans une autre langue que le français ? Pourquoi pas ?! Cependant, c’est dans la langue française que chaque fibre de mon corps, de mon âme et de mon esprit vibre d’une vibration incomparable en ce monde.

Bref, j’ai réellement adoré cette soirée musicale où les chansons d’amour en français étaient à l’honneur et ce, en compagnie de gens formidables. Des gens qui m’ont appris de nouveau que le véritable bonheur se retrouve dans la simplicité de la vie. Croyez-moi sur parole ! C’est là une grande leçon existentielle.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada