Archives de tags | clémence

En lui pénétrant l’entre-fesses

oui, mon amour
En lui pénétrant l’entre-fesses Poème de RollandJr St-Gelais Dessin magnifique de CapitaPerdu Source : https://www.deviantart.com/capitaperdu/art/Her-Pain-is-Someones-Pleasure-847573456

En lui pénétrant l’entre-fesses

 

Sous le soleil chaud du Midi de la France,

Tu es venue frapper à ma porte demander ma clémence,

Pourquoi donc ? Excellente question que je me suis posé,

Car quelle faute envers moi avais-tu malencontreusement osé?

 

Tu étais si jolie avec tes cheveux blonds comme les blés,

Cheveux, par le mistral de cette contrée, légèrement balayés.

 Tu t’étais présentée avec grande simplicité; Moi c’est Julie.

Et vous, mon cher monsieur? C’est Rolland que je vous répondis.

 

Mais, dis-moi ! Que m’aurais-tu donc fait?

Pour qu’en cette après-midi, tu te trouves devant moi.

Peu importe la faute, te blanchir mettrait mon cœur en émoi.

Tu sais ce que l’on dit : Faute avouée est à moitié pardonnée.

 

Alors, rentre! Ne reste pas là. Viens tout me dire et me raconter.

Assieds-toi sur le sofa qui, ma foi, a déjà une place pour toi,

Permes-moi de t’offrir un verre de ce que tu voudras,

Ensuite, après cela, tu pourras tout m’expliquer.

 

Ô mon cher monsieur, quel honneur une telle attention.

Bien entendu que j’accepte avec joie votre proposition.

Aussitôt entrée, tu disperses les larmes de ton corps.

Je voudrais offrir mes excuses, tu m’as dit d’abord.

 

Pour m’être moquée de votre situation,

Et d’avoir refusé votre verre sans aucune raison.

Ce verre de vin que vous m’avez offert avec bon cœur,

Comme si de votre situation, j’en avais vraiment peur.

 

Aujourd’hui, je suis venue pour vous demander une faveur.

Humblement vous quêter une complète absolution,

De m’être moquée je veux faire réparation,

Et d’être dès maintenant pardonnée.

 

Mais, je vous en pries mademoiselle,

De mon être ne craignez rien jeune dame si belle,

Car je suis loin d’être en ce monde le plus rancunier,

Que voulez-vous pour mon pardon si précieux échanger?

 

Prenez-moi, ici et maintenant ô doux seigneur !

Cela ferait vraiment mon plus grand bonheur.

Car, en secret, je n’osais guère me l’avouer.

En vous voyant, comme je vous ai admiré.

 

M’offrant allègrement son postérieur,

Elle me supplia d’être en ce jour son professeur,

Je l’empala donc comme il se doit de mon phallus bien droit,

Allant et venant à ma guise selon mon bon plaisir et de bon aloi.

 

Elle en redemanda sans cesse et toujours,

Ah ! Quel beau souvenir je conserverai de ce jour.

Où pour être pardonnée de sa faute, de son impolitesse.

Flatteuse dame me fit faveur en lui pénétrant l’entre-fesses.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sois patient

20180225_103935 (1)

Mont-Tremblant le 25 février 2018

Sois patient

 

Sois patient mon ami,
Un jour tu te lèveras de tes ennemis,
De ces coups durs face à cette vie,
Car rien ne dure même pas l’infini.

 

Sois simplement fier de qui tu es,
Car depuis toujours tu as été ainsi fait,
Un genou à terre pour se reposer de ces guerres,
Autre genou prêt à te relever pour affronter ces rages meurtrières.

 

Ne crains pas ces paroles de vent,
Car ton coeur sait comme tu es vaillant.
Ne crains pas folie des hommes fortunés,
Car malheurs leur seront réservés au fil de leur destiné.

 

Sois simplement toi,
Humble comme doit être un roi,
Maître de tes sens et loin de toute démence,
Et face aux indigents sache faire preuve de clémence.

 

Sois patient envers tes proches et tes semblables,
Car échapper à la mort ils en sont aussi incapables,
Penches-toi vers les nécessiteux qui quémandent ton aide,
Car qui sait, même pas toi, à tel point leurs vies peuvent être laides.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada
 

J’ai mal à ma patrie.

new-image158

J’ai mal à ma patrie.

 

Ce soir, je veux pleurer.
Larmes de tristesse pour ces innocents.
Pourquoi tant de haine et pourquoi tout ce sang?
Je t’aime tellement mon beau Québec ce soir si atterré.

 

Je ne peux pas croire,
Non, je ne veux pas le voir.
Notre terre était pourtant depuis toujours,
Havre de paix et jardin d’Eden où régnait l’amour.

 

Je ne peux l’entendre,
Non, je ne veux pas le comprendre,
Peuple bon et beau façonné par la clémence,
Je t’en pries, ne verse pas dans la sombre intolérance.

 

En cet instant mon âme soupire,
Serais-je capable à nouveau de sourire?
Ma douleur me transperce en cette nuit infinie,
Car maintenant je peux dire que j’ai mal à ma patrie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada