Archives de tags | salles de cinéma

Le véritable pouvoir

Le véritable pouvoir Texte de Rolland Jr St-Gelais Modèle & Photo : JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/lilithjenovax/art/My-Power-946390574

Le véritable pouvoir

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous passez une belle saison. Pour ma part, je dois avouer qu’il y a fort longtemps que je n’ai pas vu un hiver aussi agréable que maintenant. En effet, la température clémente qui recouvre la magnifique région de Québec est fort appréciée par votre humble serviteur.

Comme vous le savez déjà, je profite de la quiétude de ma réalité actuelle pour créer des poèmes et écrire des textes sur mon blogue artistique sur divers thèmes. Or, il m’est arrivé à l’esprit de rédiger un article en répondant à l’une des nombreuses interrogations cruciales liées à l’existentialisme. Il est fort possible que ma situation physique avec laquelle je vis depuis ma naissance et certains évènements attachés à mon expérience de vie y soient pour quelque chose dans la manière dont je perçois la présence humaine.

À dire vrai, le fait que de plusieurs questions viennent hanter ma pensée ne m’a jamais empêché d’apprécier mon destin en y découvrant la multitude de bons côtés qui la composent. Or, ceci m’amène justement à résoudre cette problématique inhérente à l’existence. Quelle serait le véritable capacité que j’ai été dans l’obligation de développer afin de faire face aux diverses circonstances que j’ai dû affronter ?

Oui, je suis conscient que je ne possède aucun des pouvoirs des super héros de bandes dessinées qui ont jalonné les lectures de mon enfance ou que je vois sur les immenses écrans dans les salles de cinéma. Cependant, il y en a un qui s’est imposé au plus profond de mon être. Une aptitude qui m’est d’une grande utilité face à ce qu’il peut m’arriver.

C’est un fait indéniable que je n’ai pas de contrôle sur ce qu’autrui peut opérer et que ses actions, sûrement sans aucune mauvaise intention de sa part, peuvent me perturber. Toutefois, je suis libre de le prendre d’une manière que je qualifierais de « détachée ». Oui, cela peut m’ébranler. Cependant, c’est à moi, et à moi seul, que revient le degré d’affectation à mon endroit. Dit autrement, je suis responsable de mes sensibilités et c’est à moi de les endiguer, telle une rivière au printemps qui se décharge de ses glaces, de façon à ne pas me laisser submerger.

Certes, c’est là un travail de longue haleine. Je devrais plutôt écrire de toute une vie. À plus forte raison si on se souvient qu’elle est semblable à des montagnes russes. « Les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas », dit l’adage. Voilà pourquoi il est impératif de garder un contrôle sur nos émotions qui peuvent surgir à n’importe quel moment.

Attention ! Il n’est pas dans mon intention de minimiser l’importance de vivre pleinement ce que l’on ressent. Je désire simplement vous rappeler que le fait d’en être le seigneur incontesté est avant toute chose un bon pas dans la maîtrise de notre vie.

Merci infiniment de votre attention à mon endroit !

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Paroles d’archange !

Paroles d’archange Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par JenovaxLilith Model Lauren Erwin Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Peace-911026754

Paroles d’archange !

 

Tiens ! On annonce une grande production.

Qui sera bientôt diffusée dans les salles de cinéma.

Une histoire d’une jeune dame partie bien loin là-bas.

Pour y faire la découverte de gens de toutes les nations.

 

Une femme qui a pour bagage une veste de cuir,

Sa tête remplie de belles idées et le cœur plein d’espoir.

Elle part à l’aventure telle une tsigane avant que tombe le soir

Et d’une planche à roulettes afin qu’elle puisse, les dangers, les fuir.

 

Elle en avait assez d’obéir aux règles de cette société.

Qui croit avoir toujours raison et n’avoir jamais tort.

Qui appuie l’ensemble de ses valeurs sur celle de l’or.

Mais, qui est, devant la souffrance, tellement irritée.

 

La chevelure auréolée par le soleil tel un feu.

Elle va droit devant sans craindre l’avenir.

Il faut savoir s’aventurer pour découvrir de beaux souvenirs.

Sa mère lui répétait souvent que l’essentiel est de faire de son mieux.

 

Continue ta route, ne te retourne pas ! Lui disait jadis un ange.

Ne regarde pas derrière toi sinon en statue de sel tu deviendras.

Avance encore et toujours ! C’est ainsi que ton destin, tu l’accompliras.

Quelles belles paroles de sagesse en cette période trouble que lui dit l’archange !

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une autre de mes passions

Une de mes passions
Une de mes passions

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je désire vous parler de l’une de mes nombreuses passions, c’est à dire le cinéma. En effet, si je pouvais choisir lesquelles de mes passions préférées, c’est sans retenue que je peux affirmer que le cinéma occupe le haut du podium. Il est suivi de très près par le domaine musical et la nudité artistique. 

Il existe, vous vous en doutez bien, plusieurs raisons qui m’ont amené à faire une telle déclaration. Cependant je retiendrai seulement les trois plus importantes pour élaborer mon propos. L’objectif de cet article est une présentation sommaire d’une passion vécue par votre humble serviteur et non pas de rédiger un doctorat es lettres. 

Pourquoi donc suis-je passionné par ce que l’on appelle le septième art? Les raisons sont d’une grande simplicité. Tout d’abord, le cinéma est sans conteste le moyen le plus efficace qui soit pour faire sortir l’individu de sa torpeur saisonnière surtout lorsque la saison printanière tarde à se pointer le bout de son nez. Ce qui est particulièrement vrai pour l’ensemble des Québécois puisque notre hiver a été d’une longueur inhabituelle. Ensuite, le cinéma est un pont qui s’établit subtilement entre les générations. La sortie en salles des principaux personnages des bandes dessinées de Marvel, celles qui ont façonné l’enfance de milliers de personnes de ma génération, peuvent être connus, certes sous une forme que je qualifierais adaptée aux années 2010, par les nouvelles générations d’adolescents et même des plus jeunes en est un bel exemple. 

Je ressens un plaisir presque puéril lorsque je vais à l’une des salles de cinéma de ma ville pour assister à la projection de films de mes super héros de jadis. Je pense entre autres à Spiderman, Iron Man et Capitaine America. Quel bonheur quasi indescriptible que j’éprouve à les revoir, mais cette fois-ci sur un grand écran et parfois en projection 3D, et à tenter de découvrir le nœud de l’intrigue qui se situe aux antipodes de ce que j’avais imaginé jusqu’à la toute fin. Est-il utile de vous dire que j’ai assisté à la toute première présentation du dernier long métrage du film de « Capitaine America »?Oui, il y a beaucoup de propagande pro-américain dans ce type de réalisation mais la créativité y est indiscutablement bien réussie. Comme l’a si bien dit l’un des personnages les plus connus des cinéphiles;  » Il faut rendre à César ce qui appartient à César. » 

Enfin, le cinéma est l’outil par excellence pour à la fois connaître et comprendre les multiples facettes d’une société donnée à une époque précise de son histoire. J’ai, à titre d’exemple, le grand classique du cinéma québécois intitulé « Les ordres » lequel résume d’une manière impeccable les circonstances qui entourent les événements de la crise politique qui ont secoué le Québec en octobre 1970. Voir ce film est u pré requis indispensable pour toutes les personnes qui s’intéressent au réveil nationaliste du Québec.

Il va sans dire qu’il existe chez nos cousins français, que je salues chaleureusement car plusieurs d’entre vous lisent mes publications, d’excellentes réalisations cinématographiques qui relatent certaines périodes, hélas souvent sombres, de l’histoire française. Le film fantastique intitulé « Les misérables » dont Gérard Depardieu y a joué avec brio un rôle formidable est sans nul doute un exemple parfait qui illustre très bien mon affirmation. 

C’est un fait indéniable qu’il y a plusieurs autres types cinématographiques qui peuvent décrire l’époque dans laquelle un film sera tourné et produit. Un film sera souvent décrié comme une abomination à une décennie précise et reconnu comme un chef d’œuvre la décennie suivante, voir dans certains cas comme un film-culte dans l’histoire du cinéma. L’exorciste de William Peter Blatty est devenu l’icône du cinéma d’horreur puisque d’une part, il est le tout premier de ce genre à avoir osé aborder un sujet des plus tabous dans le domaine religieux qu’est l’exorcisme et d’autres part, c’est tout à son honneur, aucun film a réussi à l’égaler. On ne refait pas un classique. Qu’on se le tienne pour dit! 

Fort heureusement, le nombre de films produits pour le grand public a trouvé des maisons de production de qualité extraordinaire. Walter Disney aux États-Unis et Pathé de la France possède une notoriété dans ce domaine qui fait l’envie de plusieurs concurrents. 

En résumé, le cinéma est d’une certaine façon le reflet de l’âme non seulement de la société dans lequel un film quelconque est réalisé et produit. Il est aussi le vacuum émotionnel du cinéphile en panne de sensations, voir de sentiments vécus sur une période plus ou moins longue, et qui doivent impérativement être extraites de l’individu. Souvent son bien-être psychologique en dépend. 

Et vous?! Qu’en pensez-vous? 

Merci de m’avoir lu. 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada