Archives de tags | chevelure dorée

Pleure bébé

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Pleure bébé

 

Ô, mon amour, je peux concevoir.

Que tant d’injustice est pénible à voir,

Tant de pauvreté et de famine existent encore,

Alors que quelques privilégiés roulent sur de l’or.

 

Tant de personnes vivent dans la précarité,

Alors que d’autres savourent des plats à satiété,

Tant d’êtres humains connaissent la douleur,

Alors que d’autres ignorent ce qu’est même la peur.

 

Pleure ô mon tendre bébé,

Pleure bébé à la chevelure dorée,

Pourrais-tu, je t’en prie, chanter un air?

Qui fera oublier les calamités de cette ère.

 

Que ta voix apaise nos appréhensions,

De nos craintes qui nous font perdre la raison,

Redonne-nous le goût de vivre et de sourire,

Et ainsi viendra en nous l’envie irrésistible de rire.

 

Ô ma chère beauté,

Apprends-nous à chanter,

Et, surtout, cesse de pleurer en cette journée,

Le monde ignore de quoi sera sa destinée.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Tout ce qui compte

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Tout ce qui compte

 

Il est déjà tard mon amour,

Comme j’aimerais que cet instant dure toujours,

Couleurs d’automne n’égalent point la splendeur de ta beauté,

Et aucune femme ne possède la magnificence de ta chevelure dorée.

 

Dors encore un peu pendant que je prépare le café,

Je le ferai comme tu l’aimes, avec un peu de sucre et du lait écrémé.

Avec précaution, je ne ferai pas bruit pour ne pas te réveiller.

Mais, je sais bien qu’à l’odeur du café tu viendras me trouver.

 

Dors encore un peu, rien ne presse.

Tel que tu es, tu ressembles à une déesse.

Tu me fais penser à la belle aux bois dormant,

Qui attend un doux baiser de son prince charmant.

 

Ce conte de fées que me raconta ma mère,

Pour me faire rêver en cette période d’après-guerre,

Lorsqu’elle m’éleva seule et du mieux qu’elle le pouvait,

C’était le lot de bien des gens, une réalité comme il en était.

 

C’est chose qui appartient au lointain passé,

Même si souvent je ne peux pas m’empêcher d’y penser,

Maintenant je vis avec la plus belle des fées de tous les contes,

Être avec toi pour toujours c’est à mon cœur tout ce qui compte.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La pauvre esclave enchaînée

La pauvre esclave enchaînée Poème de RollandJr St-Gelais Photo par par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-poor-slave-859488752

La pauvre esclave enchaînée

 

Je suis la pauvre esclave enchaînée,

Une esclave si dévouée à son maître adoré,

Et, parfois, s’il me le permet de ma maîtresse tant aimée,

Car de sa magnifique présence, j’en suis vraiment honorée.

 

Je suis et j’attends de recevoir ma correction,

Qui sera sûrement agrémentée par un long sermon,

Un sermon que je devrai écouter avec attention,

Car je devrais tirer de cet usage grande leçon.

 

Mais quelle faute ai-je commise pour mériter un tel châtiment?

Détrompez-vous! Une telle correction ne lui fait point plaisir assurément.

En fait, j’ai osé faire la cour à l’une de ses nombreuses servantes,

Qui possédait, ma fois, une de beauté fort étonnante.

 

Mais cette belle dame aux yeux d’azur et à la chevelure dorée,

À sa tendre épouse, elle était depuis toujours réservée.

J’attends donc de recevoir une douce fessée,

À laquelle assistera sa douce moitié.

 

Toutefois, j’aimerais bien recevoir de sa part une faveur,

Un privilège qui calmera quelque peu mes peurs,

Car avoir agi ainsi de regrets j’en pleure,

Que cette dame si jolie y soit en cette heure.

 

Je suis une esclave qui aime tant son maître,

Mais, qui devant une telle faute, j’en ressens un mal-être.

Puisse-t-il pardonner à son esclave qui est prête à tout lui donner,

Lui donner par amour car à lui seul elle lui appartient pour l’éternité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

J’ai rencontré une fée

J'ai rencontré une fée
« J’ai rencontré une fée » Poème de RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

J’ai rencontré une fée

 

Par un matin de septembre,
Je me suis promener dans la forêt,
Vêtu comme il se doit car une brise soufflait,
Faisant bouger légèrement les feuilles des trembles.

 

Écoutant les chants des oiseaux,
Qui partiront sous d’autres cieux bientôt,
Qui peuplent ces augustes bois un été si passager,
Une saison où c’est tellement bon de pouvoir s’embrasser.

 

Faisant vœu de silence tel un moine dans son monastère,
Je marchais avec calme en récitant quelques prières,
Prières pour le repos de mes chers disparus,
Qui sont, à ce que je crois, dans les nues.

 

Puis, j’entendis une voix m’appeler,
Par le digne prénom auquel je fus baptisé,
Un prénom du peuple germain brave et fier,
N’ont de cesse relevé avec courage de grandes guerres.

 

Je me suis approché de cette clairière,
Où femme à la chevelure dorée fit une posture,
Craignant rêver, je m’approcha pour en être vraiment sûr.
Ce qu’elle était belle sous l’effet du soleil d’automne et de sa lumière.

 

De grâce, faites-moi une faveur, je vous en prie.
Dites-le moi et je verrai bien ! Souriante elle me répondit.
Permettez-moi de graver en mon coeur votre irrésistible beauté,
Car cela me réconfortera lorsque viendront les nuits d’hiver glacées.

 

Si tel est votre humble désir, alors qu’il en soit ainsi !
Regardez-moi bien aussi longtemps que vous le souhaitez,
De la tête jusqu’aux pieds, avec moi ne soyez surtout pas gêné,
Dans cette clairière si particulière, en ce matin automnal, j’y rencontré une fée.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Un peu penchée

1911843_10152288596738919_1098808707_n

Dessin de Eri Kel de la France

Un peu penchée

 

Attendez que je me prépares,

Car me voir ainsi c’est plutôt rare,

Être là devant vous avec toute simplicité,

N’est point une honte de vivre une telle nudité.

 

Être là vêtue de ma blanche peau,

Couronnée de ma chevelure si dorée,

Offerte par les dieux jadis craints et adorés,

Le tout agrémenté d’un buste si pur et tellement beau.

 

Attendez que je me penche,

Admirez-moi pendant que je me déhanche,

Fantasmez sur mon corps à vos yeux ainsi offert,

Et ne craignez point d’en profiter à moins de craindre les enfers.

 

De cette subite pose,

Souhaitez-vous la dessiner si j’ose ?

Une femme n’aurait-elle pas le droit d’être désirée ?

Ne fut-ce qu’un instant parmi ces artistes ses bien-aimés ?

 

Oui devant vous, je suis peu penchée,

Afin de votre soif de beauté en soit étanchée,

Et savez-vous quoi ? Savez-vous vraiment le pourquoi ?

Parce que dans mon cœur passion de cet art fait force de loi.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada