Archives de tags | soir

Ce soir

20170820_202514

Ce soir

Ce soir,
Je ressens le besoin de boire,
De boire en moi tout mon désespoir,
Car j’ignore qui je suis où je vais : Ciboire !

Un gros mot,
Qui exprime bien des maux,
En moi coule le sang de mes aïeux,
Qui m’ont transmis la noblesse d’être valeureux.

Mes dents sont ceux d’un loup,
Mon regard plonge dans la nuit à chaque coup,
De mon corps blessé par les médecins et leurs scalpels,
Et pourtant, je crie, je hurle et au loin des terres j’appelle.

Ce soir, je suis seul.
Seul de corps et d’esprit,
Ainsi en a voulu la vie et c’est ainsi.
Qui d’entre vous me suis ? Qui bien le veuille ?

Boire un verre imaginaire,
Pour effacer mes peines de cet hier,
Trouver le courage de continuer le combat,
Protéger le futur de ma nation, de ma patrie de ces faux pas.

Ce soir ou cette nuit,
Ou bien serait-ce un autre demain ?
Où le peuple se prendra peut-être en main ?
Alors là, entre vous et moi, je n’en sais vraiment rien.

De

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Femme d’y voir !

stanislas-blagenkov10 bis

Femme d’y voir

 

Femme du lointain orient,

Femme nue de ce bonheur d’antan,

Un moment ! Un instant ! Le temps d’une chanson !

Un refrain repris avec tant d’élan et tant d’émotion !

 

Un air fredonné pour un homme,

Semblable à un humble et sincère Shalom,

Quelques paroles sacrées provenant du haut des cieux,

Les entendre de ta bouche est pour moi tellement délicieux.

 

Femme d’y voir !

Femme qui me donne espoir !

Point de chagrin dans un cœur pur au soir,

C’est dans la beauté de l’âme que se trouve le plus beau des miroirs.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le fruit défendu

Capture 2

Le fruit défendu

 

Au jardin d’Éden vivait un couple,

Amoureux dans l’âme et le vent en poupe,

Faisant sans cesse l’amour du matin au soir,

Ils ne vivaient qu’un peu d’eau fraîche et d’espoir.

 

Homme nu devant sa bien-aimée,

Celle-ci remarqua ce fruit et il voulu y goûter,

Goûter et savourer à en tirer son précieux nectar,

Allez ! Allez ma belle ! Lui dit-il, avant qu’il ne soit trop tard.

 

Ô toi, le fruit défendu !

Fruit d’un amour à jamais perdu,

Comme ce couple à jamais banni de leur jardin,

Saurions-nous revenir à ce temps où la nudité se vivra au matin ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Du matin jusqu’au soir

New Image 83

Du matin jusqu’au soir

 

Hé !  Mon ami !

Ne t’en vas pas, je t’en supplie.

Je revois sans cesse défiler devant moi ma vie,

Adulé par les foules et maintenant devant elles je suis pris.

 

Pris dans cette chair de pierre,

Moi, l’humble successeur de St-Pierre,

Qui a parcouru pays lointains et vu divers gens,

En y ayant semé paroles d’amour et dénoncé bien des tyrans.

 

Mais, que suis-je devenu maintenant ?

Objet de curiosité pour vous mes tendres enfants ?

Relique d’un empire de jadis qui ne fait que s’effondre simplement ?

Voyez-vous ?, mon cœur d’amertume est rassasié abondamment.

 

Allez ! Passez votre chemin,

Pour moi, il n’y a pas de lendemain,

Que mes souvenirs de ces périples d’espoir,

Maintenant, je suis bien seul du matin jusqu’au soir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Miroir ! Joli miroir !

New Image53

Miroir ! Joli miroir !

 

Miroir ! Joli miroir !

Dis-moi l’ultime vérité,

Celle qui brille au soleil d’été,

Avant de connaître la tristesse du soir.

 

 Image ! Éphémère illusion !

Qui ne dure que l’instant d’un soupir,

Une brise saisie par le vent qui ne fait que courir,

Réveille-moi tes maximes que t’ont enseigné les sages de Sion.

 

Ô miroir ! Est-il vrai que les dieux ?

Mirent aux yeux des hommes terribles confusions,

Afin de les égarer sur le chemin de la sérénité pour de bon,

Et que les rides du visage et du cœur sont loin d’être odieux ?

 

Aux visages meurtris par le sort,

Les cœurs absorbèrent tous les coups,

Et ces corps fatigués de combattre plièrent genoux,

Revoyant les épreuves du passé ils finirent par enlacer la mort.

 

S’il y a une chose apprise en cette existence,

Une révélation que me firent quelques hommes de leur expérience,

C’est que les rides qui parsèment allègrement nos visages au fil des jours,

Ne sont que le reflet des blessures qui seront en nos cœurs pour toujours.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Besoin de solitude

New Image39

Besoin de solitude

 

Besoin de solitude,

En cette froide journée d’hiver,

En cette glaciale nuit comme celle d’hier,

Où silence et poésie rythment le battement d’un cœur rude.

 

Serait-ce un péché contre Dieu ?

De vouloir se soustraire quelques temps de tous ces yeux ?

De faire comme ce « Fils de l’homme » de ces saintes écritures,

De s’éloigner sur des plaines désertiques et le soir venu si obscures ?

 

Point de croix à supporter,

Si ce n’est que toutes ces illusions perdues,

De ces paysages mirifiques et de ces contrés à perte de vue,

Car sur cette colline devant petit peuple ma tendre chair fut fouetté.

 

Aujourd’hui, mon âme criait !

Cette nuit, mon corps me suppliait !

Un peu de répit ! Un peu de repos bien mérité !

Sans vouloir se plaindre et encore moins se lamenter !

 

Hommes se plaignent du manque de temps,

De ces manques pour combler des désirs si absurdes,

Et pourtant, bien des gens vivent sous des cieux si rudes,

Ne serait-il pas le moment de cesser d’agir comme des enfants ?

 

J’avais simplement envie d’être seul,

Pour remettre dans ma vie et en mon esprit,

Un peu d’ordre, un peu de vision et sans causer de souci,

Besoin de savoir où j’en suis dans ce monde si en décrépitude.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Que le spectacle commence !

new-image34

Que le spectacle commence !

 

Approchez ! Approchez ! Mesdames et messieurs ! Approchez !

Jamais du reste de votre vie, quel être vivant vous ne verrez.

Approchez ! Et vous discernerez derrière ce corps difforme,

Bien des bizarreries et autre chose sans forme.

 

Installez-vous ô spectateurs confortablement,

Et prenez garde à vos enfants, les petits comme les grands.

Éloignez de la pureté de leurs yeux cette grossière erreur de la science,

N’ayez-vous jamais eu de votre vie la moindre parcelle de conscience ?

 

Que cet être immonde soit l’objet de votre curiosité,

Et n’ayant de cesse de satisfaire votre désir de voyeurisme à satiété.

Qui sait ? Peut-être y verrez-vous un de vos semblables en l’humanité ?

Un homme comme les autres qui a besoin d’amour et combler sa virilité.

 

Tendez les rideaux et faites silence,

Voici celui qui vous offre sa nudité en toute humilité,

Avec simplicité et sincérité, il vous donne cette chance incroyable,

Qu’à vos yeux, il s’est rendu si vulnérable qu’il en est presque palpable.

 

Sur vos chevalets branlants,

Déposez-y crayons de vos bras chancelants,

Prenez quelques instants pour méditer un petit moment,

Sur ce que vous voyez vraiment et ressentez intensément en ce temps.

 

Ah, Et puis ?! Approchez ! N’ayez pas peur.

En lui, en réalité réside bon vivant et adorable rieur,

Au plus profond de son cœur se trouve Félix et son petit bonheur,

Gaieté dès l’aube jusqu’au soir ! Voilà sa raison de vivre à toute heure.

 

Du savoir-faire de son art ancestral,

Il le partage avec un grand dévouement proverbial.

De son habileté innée en son âme depuis un temps immémorial,

Ayant prouvé courage et force, il n’a que faire de tous ces vandales.

 

Se tenant droit tel un chevalier dans toute sa splendeur,

Il n’a pourtant ni épée ni monture mais garde toute son ardeur,

Homme fier de sa masculinité, il a su toujours faire face à l’adversité,

Du don que lui fit Dieu, c’est se pencher vers son prochain pour l’aider.

 

Assez maintenant de discuter,

Silence, c’est le moment de vous mettre à travailler,

Écoutez bien, ô artistes, tout ce qui suit telle une ordonnance,

C’est moi qui vous le dis de mon porte-voix : que le spectacle commence !

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

 Canada