Archives de tags | souffle

Je suis obsédé

IMG_0040_edited

Réalisation photo : Mélanie Dufresne Modèle : RollandJr St-Gelais

Je suis obsédé 

 

Je suis simplement obsédé 
Par ta grande beauté, 
Par ta franche chaleur, 
Ô mon amour ! Ô mon cœur. 

 

Comment pouvais-je vivre ? 
Dans ce monde où je ne peux que survivre, 
Où la haine fit place à l’amour et au désespoir, 
Où les gens sont devenus des robots matin et soir. 

 

Je suis obsédé à l’idée, 
De retrouver la véritable liberté, 
Celle où nous étions jadis prédestinés, 
Depuis notre souffle lorsque nous sommes nés. 

 

Je suis obsédé par le goût de l’aventure, 
De franchir le pas de ma devanture, 
Et d’aller au loin découvrir cette terre, 
Par-delà les océans et les mers. 

 

Dis-moi ma chérie ! 
Réponds-moi, je t’en prie ! 
Sois franche, je t’en supplie ! 
Es-tu prête à me suivre en ces lointains pays ? 

 

Je suis obsédé à chaque heure, 
Simplement pour réaliser ton bonheur, 
Car je sais bien que sans toi à mes côtés, 
Une seule chose est sûre, c’est que je mourrai. 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais  
Québec (Québec) 
Canada 

Crédule comme enfant

new-image-15

Crédule comme enfant

 

Crédule comme enfant qui ne résiste pas,
J’invente de l’espace pour y poser le cœur,
Et je prends cette place dans l’ombre du bonheur,
Une place que l’heure ne sonne pourtant pas.

 

Absurde comme enfant qui ne résiste pas,
J’admets tout cet espace pour y poser mon corps,
Et je prends cette place pour peu qu’on rêve encore,
À vie plutôt qu’à mort car j’existe et suis là.

 

Quoique ainsi façonné je ne résiste pas,
Je me joue de l’espace pour y poser mon souffle,
Et je prends cette place où la pudeur s’essouffle,
Suis beauté sans plagiat, oui j’existe et suis là.

 

Magnifique poème

 

par

 

Ghislaine Lavoie de Québec

Femme d’ivoire

stanislas-blagenkov12


Par Stanislav Blagenko Tiré de https://voyageonirique.com/

Femme d’ivoire

 

Ô femme de rêve !

Serais-tu ma nouvelle Ève ?

Celle qui m’accompagnera sur les mers,

Pour découvrir de ces magnifiques terres ?

 

Femme aux seins fermes,

Plus je les regarde plus je les aimes.

Me donnes-tu la permission de les embrasser ?

Quelle joie me donnerais-tu si je peux les caresser.

 

Sentir le parfum de ta chevelure,

Qui te donne cette si belle et noble parure.

Pénétrer le secret de ton âme par la douceur de tes yeux.

Y aller avec soin car te respecter, plus que tout je le veux.

 

Parcourir le chemin de ton intimité,

Comme le feraient deux amants par une nuit d’été,

Entendre le souffle saccadé de ta respiration haletante,

Succomber à cette tentation ! Voilà tout ce qui en ce monde me tente.

 

Ô belle femme d’ivoire !

M’accorderais-tu cet instant de bonheur ?

Où je te ferai grâce de mon savoir-faire en cette heure ?

D’être entre tes reins pour y te faire vibrer de plaisirs un certain soir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Moment d’attente !

g_20_2s8k2t5nfi

Modèle nu ? Sandrine Carrascosa ( Une source d’inspiration poétique)

Moment d’attente !

« Moment de détente, d’un répit, d’un hâve de paix. De ce temps où rien n’arrive mais que tout est possible. De ce souffle repris entre deux mouvements, entre des gestes invisibles. Moment qui t’appartient dans le silence de cette nuit. Nuit infinie où tout est dit où tout s’est accomplie. »

De RollandJr St-Gelais de Québec

Source : https://alien.book.fr/

Courir

07alexandr-sadiraka

Photographe : Alexandr Sadiraka

Courir

 

Courir contre le vent,

Courir contre tous ces gens,

Courir à en perdre le souffle,

Courir et éviter que je ne souffre.

Courir pour le plaisir,

Courir en ayant le sourire,

Courir afin de calmer mes ardeurs,

Courir en pensant à toi avec bonheur.

 

Courir pour le plaisir,

Courir sans cesse à en jouir,

Courir vers toi ! Ô mon amour !

En pensant à notre futur nuit d’amour.

 

Courir sur une flaque d’eau,

Courir en me moquant de ces dieux là-haut,

Courir toujours en respirant à pleins poumons,

En songeant à ce doux moment où nous nous unirons.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Tu annonces tes couleurs.

new-image24

Tu annonces tes couleurs.

 

En me promenant gaiement dans ma belle ville,

Ne sachant que faire en ce monde tellement vil,

J’ai regardé autour de moi pour y chercher un signe,

Une preuve de ta venue dans le calme tel celui d’un cygne.

 

En me baladant en un beau dimanche d’après-midi,

« Où es-tu? Que fais-tu? Reviendras-tu? » me suis-je dit.

Ressentir la fraîcheur de ton souffle sur mon visage,

Revoir les feuilles rougir des érables qui n’ont pas d’âge.

 

En parcourant les rues de mon quartier,

Cherchant une preuve certaine de ton amitié,

Fouillant ici et là au gré du temps et du vent,

Pour y découvrir ton retour comme tous les ans.

 

C’est ainsi qu’en un instant,

Tu me saluas avec discrétion en me disant,

Que tu seras bientôt  près de moi tel un vieil ami,

Tu m’annonces tes couleurs qui n’ont pas à mes yeux de prix.

 

Au bel automne, saison de paix et de sérénité,

Au mon bel ami qui bientôt avec grande joie remplacera l’été,

Merci de m’avoir si gentiment rassuré de ton arrivée prochaine,

Et de tes couleurs vives calmer le peuple envahi par tant de choses vaines.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Qui suis-je?

IMG_3514

Qui suis-je?

 

De l’aube lumineuse au lugubre crépuscule,

De toutes mes questions existentielles, voici la moindre nulle.

Je ne suis ni le Messie pour apporter au monde sa rédemption,

Et pourtant, je me pose sans cesse une question.

 

Pour vous amis d’aujourd’hui et de jadis, sans oublier ceux de demain,

Que voyez-vous de vos yeux? Que touchez-vous de vos mains?

Pour vous et rien que pour vous, hommes et femmes qui m’interpellez,

Qui suis-je à vos yeux depuis le jour où je suis né?

 

Hommes de toutes les races puisqu’en nous coule le même sang,

Hommes de tous les horizons puisque nous vivons sous le firmament,

Hommes de tous les continents sur cette éternelle terre,

Hommes de clans et de tribus à l’esprit grégaire.

 

Répondez-moi sans ambiguïté ni hypocrisie,

Mais, faites-le avec grande diplomatie.

Qui suis-je? Qui ne suis-je pas?

Répondez-moi, je ne vous mordrai surtout pas.

 

Je suis l’homme duquel se nourrit votre essence,

Qui se cache dans le profond de votre existence.

Car je suis moi aussi dépendant de votre regard,

Comme vous l’êtes du mien, tôt ou tard.

 

Dites-moi le, une fois pour toute! Qui suis-je vraiment?

Un souffle dans un corps nu? Bien certainement!

Un homme qui prend de l’âge? Assurément!

Une parcelle de Dieu? Tout comme vous, divinement!

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada