Archives de tags | virginité

Corps de déesse

22688518_500432186981425_5782993399070055131_n_1_by_anioblica-dbrzdeh

Avec la permission de Katarzyna B. de l’Italie (Modèle nue)

Corps de déesse

 

 

Femme à la peau blanche,

Solide tel un rocher sur tes hanches,

Debout et fière sur le pied inébranlable du destin,

Répondant aux prières et aux offrandes avec les gestes de tes mains.

 

Jambe croisée pour cacher aux humains ta virginité,

Celle que tu préserves à celui qui  sera ton égal pour l’éternité,

Impassible face aux faux-dieux qui tentent par le mensonge usurper ta divinité,

De ta puissance tu en tires force et gloire pour l’humanité.

 

Déesse aux seins généreux,

Qui nourrissent tes guerriers valeureux,

Afin de les rendre maintenant et à jamais courageux,

Abreuve ton humble serviteur et étanche sa soif pour le rendre heureux.

 

Regarde avec bienveillance tes dévots,

Écoutes leurs prières qui vont vers toi là-haut,

Vierge des guerrières ! Vierge toujours combattante !

Viens au secours de tes disciples face à la tempête battante.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’ultime loi de la vie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’ultime loi de la vie

 

Il arrive que parfois, 

Bien malgré nous et bien malgré moi, 

Que le chemin de nos vies prend un grand détour, 

Et que l’on s’aperçoit qu’il nous a joué bien des vilains tours.

 

Nous naissons et grandissons loin des tumultes de l’existence, 

Disons que cela peut dépendre de sa propre enfance, 

Nous sommes alors animés par une grande vitalité, 

Sans savoir que ce ne sera jamais pour l’éternité.

 

Puis, vient le temps des premiers amours.

Le temps des chagrins qui semblent durer toujours. 

Ceux qui blessent au plus profond de soi et de nos âmes, 

Celles qui brûlent tout notre être par une horrible flamme.

 

Puis, un jour ou un autre et où on s’y attend le moins. 

Apparaît l’âge adulte qui contemple l’enfance disparaître au loin. 

Avec elle s’égrainent nos rêves, nos illusions et parfois nos espoirs. 

Tel le feraient les rayons du soleil à l’approche de dame lune au soir.

 

À la virginité de nos idées préconçues, 

Viennent s’y frotter grande vérité toute nue. 

Nous bousculant sans cesse dans les recoins de nos valeurs, 

Nous faisant avec raison vivre bien des craintes et bien des peurs.

 

Comment cela se peut-il ? 

Comment cela est-il un tant soit peu possible ? 

Souvent, essayer de comprendre ne fut-ce qu’un seul instant est impossible. 

Qui et où en sommes-nous ? Pourquoi de tels mensonges existent-ils ?

 

Serait-il nécessaire de faire une mise au point ? 

Que la lumière nous frappe en plein visage à coups de poings ? 

Maintenant que l’âge de la vieillesse annonce sa grise couleur, 

Mes folles pensées et rêves de jeunesse s’envolent vers les hauteurs.

 

À quoi bon avoir d’éternels regrets ? 

Bien et mal ont été, bon gré et mal gré, faits. 

Toutefois, s’il y a une chose que la vie m’a enseigné. 

C’est de ne jamais faire pleurer celles qui nous a aimés.

 

Et pourtant, ce que j’aimerais revenir en arrière. 

Aussi loin que le jour où je naquis tel un rescapé de la guerre. 

Pour éviter toutes ces erreurs que j’ai commises depuis naguère. 

Mais, c’est l’ultime loi de la vie et je ne peux rien y faire.

 

De

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

 

Le pendentif

36245005_10156646668398919_5333274574656110592_o

Dessin par Eri Kel de la France

Le pendentif

Je vous écoute avec silence,

Je vous regarde avec abondance,

Je vous contemple avec complaisance,

Tel le ferait jeune puceau sorti de l’adolescence.

Imaginant gravir ces monts,

Avec une abondante imagination,

Mais, je reste accroché à ce bout de corde,

Selon le désir de ma maîtresse reine d’une horde.

Un peu frêle  sur le bout du fil,

Que lui a donnée la mère à sa fille,

En gage de ses vertus et de ses désirs secrets,

Que seuls connaissaient de son enfance les farfadets.

Maintenant que la jeunesse est passée,

Et qu’elle est devenue femme si belle et si désirée,

Tant par de nobles gens que de misérables nus-pieds.

Ignorant à qui son cœur pur pourrait être à jamais dévoué.

À qui offrir sa précieuse virginité ?

Afin de lui appartenir pour l’éternité ?

Devant questions, je suis tellement pensif.

Mais, que puis-je faire ? Moi, un simple pendentif.

De

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec) Canada

Maintenant et à jamais

31791284_819528031590270_1639970774498410496_n

Magnifique dessin par Nicole Boileau du Québec au Canada

Maintenant et à jamais

 

Bonjour à vous mes amis,

Ou plutôt bonsoir mes chéries,

Selon l’heure que vous me verrez,

Le moment où pour vous je me dévêtirai.

 

N’ayez crainte car je ne vous mangerai pas,

Et loin de moi être la messagère de votre trépas,

Assise confortablement sur ce coussin de velours,

Je vous offre avec candeur et grâce mes plus beaux atours.

 

Jambes croisées,

De peur de perdre ma virginité ?

Je vous assure qu’elle est partie avec gaieté,

Dans un monde où tous les plaisirs rimes avec tendres baisers.

 

Main appuyée sur le genou,

Afin de par votre désir vous rendre fous,

Fous de ma féminité réservée aux regards attendris,

De bien des époux fantasmant sur des moments interdits.

 

Mais de grâce, ne restez pas là sans rien faire.

Prenez place afin de parcourir de vos yeux ce corps de chair,

Nourri par vos passions et immortalisé par les traces de vos crayons,

Allez ! Je vous attends pour vivre maintenant et à jamais en une parfaite union.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Signe de féminité : le buste

30582315_10156452982538919_5891354876977348608_o

 

Dessin de Buste par mon ami Eri Kel de la France

 

Signe de féminité : le buste

( Les dessins qui accompagnent ledit article sont réalisés par Nicole Boileau )

Bonjour tout le monde,

FB_IMG_1523409271284Aujourd’hui, je désire vous entretenir d’un aspect particulier du modèle vivant et plus précisément celui du modèle de sexe féminin, c’est-à-dire le buste. Cela peut vous paraître étrange que j’aborde un tel aspect au sein de mon blogue. Cependant rien est plus démonstratif que le buste pour représenter à la perfection la féminité à part peut-être certaines représentations plus que rarissimes de la vulve. Mais encore-là, les exceptions semblent confirmer la règle.

Pourquoi donc utiliser le buste et non pas uneFB_IMG_1523409280067 quelconque autre partie de l’anatomie féminine ? Je vous répondrai, et c’est mon humble opinion, qu’il y a là une certaine sacralité du corps de la femme. En effet, quoi de plus sacré que le buste d’une femme ? Une sacralité qui tire sûrement sa source sur l’imaginaire tant religieuse que populaire concernant la nourriture donnée par la mère à son enfant. Une mère qui donne à la fois la vie et la nourriture permettant à celle-ci de se poursuivre, du moins pour un laps de temps plus ou moins défini une fois sortie en son sein, renferme sans contredit un message clair à la création. Un message qui dit que l’humanité tire ses origines de la féminité. Un aspect religieux âprement combattu par les trois grandes religions monothéistes au cours de l’histoire.

FB_IMG_1523409290249D’ailleurs, pourquoi donc utiliser le terme « sortir en son sein » puisqu’en réalité l’enfant entre dans notre monde par une voie tout à fait différente ? Qui plus est ! Bien des représentations de divinités femelles du monde antique ont été fabriquées en mettant l’accent sur les seins, symbole de maternité et de virginité. Comme quoi les religions officielles se sont intéressées depuis la nuit des temps à ce symbole mythique propre au corps féminin.

Un autre aspect qui me vient à l’esprit concerne l’aspect psychologique de la représentation du sein dans le milieu du nu. Notez bien qu’il s’agit ici que de mon humble opinion. Ceci dit, le sein a bel et bien une valeur quasi sacrée chez la majorité des artistes. Ces derniers tentent par tous les moyens de travailler un tel sujet avec une minutie que je qualifierais, avec un petit sourire sur le coin de mes lèvres, digne d’un moine.

En effet, la plupart des artistes qui travaillent à une représentation d’un buste, ou dans certains cas un sein, semblent avoir un respect indéniable. Serait-ce l’image du sein maternel ? C’est plus que probable. Serait-ce plutôt l’objet d’un fantasme à l’égard du fruit défendu ? C’est aussi fort possible. Quoiqu’il en soit, et j’en suis tout à fait convaincu, il y a autant de raisons de travailler sur une présentation du buste qu’il y a d’artistes.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

J’imagine

Noble Roro 2

Toutes les oeuvres de cet article sont de Noble Roro.

J’imagine

Bonjour tout le monde,

Vous savez probablement déjà que je discute en maintes occasions avec des artistes qui oeuvrent  principalement, mais pas exclusivement, dans le domaine de la nudité artistique. Un tel domaine peut être travaillé, développé et présenté sous diverses formes telles que la peinture, la photographie et la sculpture ainsi que, c’est le cas présent, le dessin. La grande majorité de ces artistes sont professionnels et possèdent une expertise fort enviable.

Noble Roro 3Mon plus grand bonheur consiste dans le fait que plusieurs de ces artistes m’autorisent à utiliser leurs réalisations afin de pouvoir rédiger des articles sur l’ensemble de leurs oeuvres. Oui, je le sais très bien qu’ils me privilégient grandement en m’octroyant une telle permission. Combien de modèles nus ont la chance d’échanger avec de tels artistes, de se mettre dans la peau du dessinateur ou du peintre lorsqu’il se trouve derrière sa toile et qu’il contemple son modèle en tenue d’Adam et Ève ? Personnellement, je prend un certain plaisir à essayer de deviner telle ou telle partie de mon anatomie qu’il dessine lors de mes séances de nudité artistique. Est-il captiver par mon dos, mes cuisses, mon visage, mes yeux dont plusieurs semblent être obnubilés par mon regard ou encore, pourquoi pas ?, mes bouts de bras ou bien mon sexe. Avouons-le ! Bien des préjugés vagabondes de nos jours voulant qu’un homme vivant avec un handicap ne soit pas, et surtout ne peut pas, être sexué.

21208414_1274496212660990_627200725_nCependant, en ce qui concerne l’apport de la gente féminine dans une séance de nudité artistique, force est d’avouer que cela m’intrigue quelque peu. Que de questions ? Que de sous-entendus ! Et que d’images me reviennent à l’esprit lorsque je revois en pensées la scène de la magnifique dame nue être dessinée par son bel amoureux à bord du Titanic.  Peut-il naître un sentiment amoureux entre l’artiste et son modèle ? Peut-il avoir des rêves de faire vie commune ou bien de vivre une union libre suite à de nombreuses séances entre lesdits artiste et modèle nu ? Quel sentiment naisse lorsque l’artiste découvre pour la première fois un modèle nu féminin d’une grande beauté ?

21078509_1274042049373073_3474253507019096359_nIl est évident que le genre humain est et sera toujours ce qu’il est, c’est-à-dire un être vivant à la recherche de son égal afin d’échanger tant aux plans psychologique, émotionnel, philosophique qu’amoureux. Pourquoi en serait-il autrement pour l’artiste et son modèle ? D’ailleurs, d’illustres artistes-peintres et sculpteurs ont entretenu des liens amoureux avec leurs modèles durant leurs relations professionnelles. J’imagine voir naître un tel amour dans le regard de l’artiste-peintre à chaque coup de pinceau lorsqu’il transpose la nudité de sa bien-aimée,  alors qu’il garde en son cœur son amour secret, sur la vierge toile. Une virginité effleurée par les couleurs choisies en cette occasion.

J’imagine tant de chose mais surtout le plaisir divin que doit ressentir l’artiste de voir que son modèle lui fait l’honneur d’immortaliser sa fragilité par sa nudité. Fragilité et nudité seront le thème de mon prochain article.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je veux te boire

Sacré-coeur 5
Photo: Jérôme Bertrand

Je veux te boire

 

 De la tombé de la nuit,

Jusqu’au levé du petit-jour,

Je rêve seulement de toi mon amour,

Voulant caresser ta peau avec ma langue bénie.

 

Je t’ai donné ma précieuse virginité,

Hier comme aujourd’hui et pour l’éternité,

Mes tendres seins sont pour cette nuit nuptiale,

Où tu les lècheras doucement tel un véritable régal.

 

De mes mains consacrées,

Ta hampe bien droite je la tiendrai,

De ta faiblesse humaine, je te soulagerai,

Car mon vœu de chasteté, pour toi je le briserai.

 

Dès le ventre de ma mère,

J’entendais ta voix au-delà des mers,

Tu prononças mon nom avant ma naissance,

Et déjà tu m’avais consacrée avec bienveillance.

 

Sur ce vénérable autel doré,

Dans le silence, je t’ai tant aimé et prié.

Là devant moi ! Maintenant je peux te voir.

Avec passion, Ô mon bien-aimé, je veux te boire.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada