Archives de tags | Dieu

Sollicitation

Sollicitation Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par PhotoGilles@VL2008 Modèle : Alixia Busch Source : Last Days In Cannes | Alixia (alixiamodele.com)

Sollicitation

 

Oui, je suis un homme marié.

Je l’avoue, je commets des infidélités.

Je n’en éprouve vraiment aucune honte,

Car, je vis dans un monde immonde.

 

J’ai une secrétaire, belle comme un joyau.

Qui comble mes nombreuses heures de bureau.

Nous œuvrons chaque jour dès huit heures.

Sans relâche, nous besognons avec ardeur.

 

Tard, je rentre retrouver ma tendre chérie.

Car, difficile à croire, sans cesse, je m’ennuie.

Je lui fais l’amour avec toute mon attention.

Je désire par-dessus tout lui donner satisfaction.

 

Jamais, elle n’a manqué de quoi que ce soit.

En époux bienveillant, je l’ai fait passer avant moi.

Mais, que voulez-vous ? Je fréquente aussi une autre femme.

Elle a su m’envoûter par sa chevelure ardente comme des flammes.

 

Avec elle, j’accomplis volontiers le noble péché de la chair.

D’une réelle fidélité, j’ai franchi la frontière de l’adultère.

En ce début de siècle où l’on ne présage rien de bon.

Je préfère agir en tenant compte de ma seule raison.

 

Je regarde toutes les nouvelles télévisées.

Voilà avec quoi mes horribles cauchemars sont créés.

Chaque fois que le rideau de la nuit tombe sur mes yeux.

Peux-tu m’en vouloir de chercher de la tendresse mon Dieu ?

 

Oui, je reconnais avoir pris tant de plaisir à succomber à la tentation.

Merci Lucifer, de m’avoir donné la chance de vivre une telle sollicitation.

Car, je me pose cette question : serait-ce ma dernière journée sur cette terre ?

Si c’est le cas, que je la passe à partager mon amour au lieu de faire la guerre.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

La possédée

La possédée Poème de Rolland Jr St-Gelais avec l’autorisation d’Alixia Busch et de Tancrède Szekely

La possédée

 

Il est trois heures du matin.

C’est le moment préféré du Malin.

Je sens monter en moi un feu ardent,

Un désir insatiable de plaire à mes amants.

 

Tout tourne avec violence autour de mon être,

Quelle inquiétante sensation de tout ce mal-être.

Le miroir renvoie une image de femme adultère,

Même si, je l’avoue, j’ai fréquenté bien des pères.

 

À mesure que les lampions noirs illuminèrent la cérémonie,

Mon âme, de toutes les tentations, en fut tellement remplie.

J’ai sans cesse, à mes nombreuses convoitises, succombé.

De cette nuit démoniaque, ma féminité fut imprégnée.

 

Ô, Méphistophélès, quel piège m’as-tu tendu ?

Pendant que j’étais étendue devant ces femmes nues.

Elles récitèrent dans une langue inconnue leurs incantations.

Alors qu’elles se penchèrent vers moi en citant leurs invocations.

 

« Solve ! Coagula ! » Elles se répétèrent inlassablement !

« Entra en Ella Satanas ! » Elles réitérèrent infatigablement !

Une émanation venue de nulle part s’est propagée en ce lieu.

Un endroit si sombre que même Dieu ne pouvait voir de ses yeux.

 

Dans les flammes éternelles, je me suis immergée.

Dans la fournaise de la Géhenne, je me suis engouffrée.

La diablesse de la luxure a ainsi pris le contrôle de mon esprit.

J’ai alors compris quelle maîtresse je servirai pour le reste de ma vie.

 

Ô, mon révérant ! Je vous en supplie, Délivrez-moi de cet abysse.

Pour me libérer, que je fasse sur ce crucifix, une pieuse bise.

Écartez de moi tout le mal à l’exception du péché de la chair.

Il est véridique que la joie bacchanale est loin de me déplaire.

 

Je suis celle que l’on appelle « La possédée ».

De cette nuit, j’ignore réellement ce qui s’est passé.

Sur cette table, ces comparses m’ont offert telle une obole.

Depuis cette célébration satanique, je crois être devenue folle.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dans la boule de cristal

Dans la boule de cristal Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de la collection de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Download-939504260

Dans la boule de cristal

 

Ô, notre vénérable sœur. 

Nous sommes d’un seul cœur. 

En ce dernier mois de cette triste année,

Où notre ami a perdu un être cher, son père dévoué.

 

Nous avons décidé de venir vers vous avec une noble intention.

Que notre requête le protège des enfers et de la damnation.

Que son affection pour la vie le mène vers la route du Paradis.

Sa passion de l’œuvre de chair est de tous les péchés, bien petit.

 

Son amour pour la beauté des femmes,

Ravive en lui la chaleur bienfaitrice de la flamme.

Sa vivacité est une qualité rarissime en ce monde perdu.

En ces jours où l’on croit avoir tout vu tout entendu.

 

Pourtant, sa foi est depuis quelque temps ébranlée.

Depuis le départ de son père, il ne cesse de se questionner.

Le mois de Marie n’est-il pas le plus beau selon un nouveau chant ?

Bien des faits lui sont advenus et ils n’étaient pas si réjouissants. 

 

Vous savez bien qu’il est loin d’être révolté face à son destin.

Cela aurait pu être tellement pire, il le reconnaît très bien.

Mais, pourquoi ses plus grandes peines lui arrivent-il en mai ?

N’est-ce pas celui de la mère du divin Jésus-Christ tant aimé?

 

Nous vous exhortons avec confiance de le soustraire,

À toutes les malédictions de la part d’une quelconque sorcière.

Que ses sordides sortilèges lui soient retournés au centuple,

Et que sa foi en Dieu, par miracle, se décuple.

 

Nul ne connaît son avenir ! À chaque époque, l’on-dit.

Mais, vous seule possédez un tel art, sans cesse interdit.

De prédire le futur et même de détourner les forces obscures,

Des âmes qui, malgré leurs défauts, visent à devenir pures.

 

Accordez le juste assez pour qu’il soit au quotidien comblé !

Mais, pas trop, pour que face à la misère d’autrui, il soit dévoué.

Qu’il continue de regarder vers l’avant d’un cœur confiant.

C’est ainsi qu’il restera devant Dieu parmi ses nombreux enfants.

 

De 

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La sorcière rouge

La sorcière rouge Poème de RollandJr St-Gelais Photo par Fox2006 Source : https://www.deviantart.com/fox2006/art/The-Red-Witch-938861759

La sorcière rouge

 

Bonsoir, mon chéri.

Assieds-toi, je t’en prie.

Sois à ton aise en cet instant.

Nous serons ensemble pour longtemps.

 

On m’appelle « La sorcière rouge »

J’entends et je vois tout ce qui bouge

Pour moi, il n’y a aucun secret que j’ignore

Ce talent mystérieux vaut bien son pesant d’or.

 

Je suis née dans la lointaine Transylvanie

Une région condamnée par son histoire infinie

Enchanteresse de mères en filles depuis des lunes

Ayant traversé des mers agitées et longé bien des dunes.

 

Je préserve avec jalousie ma véritable identité

Car, je connais les hommes et toute leur méchanceté

Sous leur peau de brebis fragile se cachent des loups féroces

Des animaux sans morale qui attendent de se servir de leur force.

 

Ils avilissent la nature, notre mère, depuis le jour béni de la Création.

Dieu et Lucifer ont d’un commun accord créé les sorcières pour sa protection

Elles sont devenues les gardiennes du feu de la connaissance de Satan

Cette flamme qui nous a été transmise depuis la nuit des temps.

 

Par une étrange volonté divine, nous avons été préservées de sa colère

Nos pouvoirs, convoités par les anges, servent à défendre cette pauvre terre.

Nécromancie, potions d’amour ou guérison sont qu’un modeste aperçu

De nos facultés, de nos capacités auxquelles tu n’en avais jusque-là jamais vu.

 

Cartomancie, boule de cristal et rêves prémonitoires sont les moins spectaculaires.

Sache que par nos incantations, dans l’anonymat, nous avons mis fin à des guerres.

Crois-moi, mon enfant, toi qui es venu à moi dans cette soirée du mois de novembre.

J’ai vite remarqué depuis le moment où tu es entré en mon antre que ta main tremble.

 

Sois rassuré ! Je suis déjà au fait que tu as en toi une âme remplie de pure bonté.

Je connais tes tracas mais tu as cette liberté de te confier afin que je puisse t’aider.

Allons dans la profondeur de ton être pour y extraire la source de tes malheurs

J’extrairai les germes de tes frayeurs pour les remplacer par celles du bonheur.

 

Je promets que plus aucune force maléfique ne pourra désormais plus te toucher

Il y a en toi tant de beauté que seule la présence de l’Être suprême peut y résider.

Laisse-toi aller ! Regarde-moi dans les yeux et remets-toi entièrement à moi.

Grâce à ma science kabbalistique, tu n’as rien à craindre sous mon toit.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Fille se regardant dans le miroir

Fille se regardant dans le miroir Poème de Rolland Jr St-Gelais Dessin au pastel sur papier aquarelle rehaussé de gouache par Aatheone Source : https://www.deviantart.com/aatheone/art/Girl-looking-in-the-mirror-796046630

Fille se regardant dans le miroir

 

Je suis une fille aussi rousse que l’était ma mère,

Qui a épousé un homme dévoué tel devrait être un vrai père.

De descendance écossaise, je porte un nom celtique.

Lequel me fait penser à des histoires épiques !

 

Mon esprit est vivace comme l’éclair.

Mon corps témoigne des randonnées en plein air.

Élevée à la campagne et éduquée à la foi protestante,

Ma fougue face à la vie est depuis toujours des plus étonnantes.

 

Oui, il est bien vrai que je passe des heures devant la glace,

À regarder mon visage refléter celui de ma mère en face.

À me remémorer le récit où elle a connu son époux,

Celui qui allait en devenir un amoureux fou.

 

Elle avait rencontré ce bel homme lorsqu’il était soldat,

D’un contingent militaire arrivé d’une terre très loin là-bas.

Un pays peuplé d’Amérindiens vivant sur de vastes étendues.

Une vierge contrée de forêts et de plaines étalées à perte de vue. 

 

Après ces années de sang, de sueur et de larmes.

Tant les vainqueurs que les perdants déposèrent les armes.

Vint l’époque de la libération et l’annonce d’ère nouvelle,

C’est alors qu’il demanda avec joie la main à sa belle.

 

Aussitôt le mariage célébré et les noces consommés.

Ils partirent en Amérique fonder un original foyer.

Malgré tout leur effort, ils ont eu que moi pour enfant.

Mais, à leurs yeux de parents tendres, c’était bien suffisant. 

 

J’ai été entourée de tellement de délicates affections.

« Toujours croire en soi » était leur ultime leçon.

Chérir chaque temps la vie et remercier Dieu pour celle-ci,

Sans oublier de tendre généreusement la main aux démunis. 

 

Chaque fois que je me regarde avec attention dans le miroir.

Surtout après avoir pris la douche, si bienfaitrice, du soir,

J’imagine avec plaisir le jour formidable où à mon tour,

Je découvrirai ce que l’on appelle le grand amour.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada