Archives de tags | bras

Es-tu Ève ?

Es-tu Ève ? Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par JREKAS Source : https://www.deviantart.com/jrekas/art/and-I-used-to-be-Eve-887473422

Es-tu Ève ?

 

Écoute-moi, ô femme étrangère.

Entends ma supplique, mon humble prière.

Réponds-moi, je t’en conjure, ô ma très chère.

Viens-tu d’une contrée de paix ou d’un pays en guerre ?

 

Rarement, mes yeux ont vu un corps si menu.

Tu es belle comme un ange descendu des cieux.

Je n’ai jamais eu la chance d’admirer une telle beauté,

D’une femme qui possède une silhouette si bien sculptée.

 

Es-tu le fruit de mon incontrôlable imagination ?

Es-tu l’une de mes nombreuses hallucinations ?

Pourquoi as-tu franchi les terres de toutes ces nations ?

Serait-ce pour semer en mon esprit une telle confusion ?

 

Tu me rappelles Ève et son bien étrange récit,

La source de tous nos malheurs et de nos maladies,

Depuis le jour où elle fit manger à Adam le fruit interdit,

Qui acquiesça à sa demande, car ébloui par sa beauté infinie.

 

Toi que je vois en cet instant précis,

Toi, qui en mes songes, je suis à ta merci,

Toi, pour qui l’espace d’un souffle, je perds l’esprit

Laisse-moi te prendre dans mes bras, je t’en prie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Laisse-moi passer

Laisse-moi passer Photo par Gb62da Poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/She-didn-t-let-me-pass-885256259

Laisse-moi passer

 

Laisse-moi passer,

Laisse-moi t’aimer,

Laisse-moi te consoler,

Laisse-moi simplement t’écouter.

 

Laisse-moi être près de toi,

Laisse-moi te tendre mes bras,

Laisse-moi entendre le son de ta voix,

Laisse-moi écouter chaque mot que tu prononceras.

 

J’aimerais faire quelque chose,

Mais, sans ta présence, jamais je n’ose.

Te brusquer cette idée jamais ne viendra en mon être,

Je t’avais promis d’attendre le bon jour sous ce hêtre.

 

Une promesse que je n’ai jamais oubliée,

Depuis que je t’ai rencontrée en cette douce matinée.

En cette matinée d’une journée d’un nouveau printemps,

Où nous avons marché tellement longtemps.

 

Que s’est-il passé pour que tu sois si fermée?

Que s’est-il passé pour avoir sur tes seins les bras croisés?

Aurais-je prononcé un mot de trop qui t’auraient fait bien des maux?

Je te le jure, mon tendre amour, pour toi rien n’est trop beau.

 

Laisse-moi te dire ma bien-aimée,

Que sans toi, en cette vie, je ne saurais exister.

Laisse-moi te donner un sourire par un simple baiser,

Car avec toi le reste de ma vie je désire ardemment la terminer.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je t’ai appelée

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je t’ai appelée

 

Je t’ai appelée,

Sans cesse, tu es dans mes pensées

Je t’ai souvent appelée du lointain Canada

Je t’en prie, ô, ma tendre chérie, réponds-moi.

 

Québec est une bien belle ville,

Mais sans toi, près de moi, tout me semble vil.

Peut-être, étais-tu absente pendant mes nombreux appels?

Ici, le printemps est joli, mais avec toi ma vie serait encore plus belle.

 

Le mois de mai est particulier en ce pays,

La chaleur vient à peine d’éclipser un temps gris,

Cela suffit à mettre dans le cœur des gens de la joie,

Car bientôt l’été du nord sera là comme il se doit.

 

Quelle heure est-il chez toi en cet instant?

Dis-moi! Quand pourrais-je t’appeler au bon moment?

J’ai si hâte de sentir ton parfum et de te serrer dans mes bras,

Viens me rejoindre et tu verras comme tout ici t’étonnera.

 

Ce pays est si extraordinaire,

La beauté des lieux saura certainement te plaire,

Allez mon amour! Oui, c’est bien moi qui t’ai appelée.

Crois-moi, j’aimerais tellement que tu viendrais me retrouver.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Devant ces icônes

Devant ces icônes Photo et poème par Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Devant ces icônes

 

Devant ces icônes, J’ai prié.

J’ai prié pour ceux qui ont quitté,

Qui ont quitté ce monde ensoleillé,

Pour aller rejoindre des êtres illuminés.

 

Sur ces icônes, se trouvent un homme et sa mère.

Un homme engendré d’une femme et de son divin Père,

Le Christ-Enseignant et sa mère de son amour l’enveloppant,

Un enfant divin fragile dans les bras de sa mère le protégeant.

 

Quels sont les mots pour adorer le Christ-Triomphant?

Quels sont les mots pour vénérer sa Mère de son être l’entourant?

C’est dans le silence de mon cœur que se trouvent les paroles d’adoration,

Les paroles que seuls l’esprit et l’âme vers le Christ-Roi s’élèveront.

 

Devant ces icônes, je me suis agenouillé.

Devant ces icônes, je me suis mis à pleurer.

Devant ces icônes, mes fautes à Dieu, j’ai avoué,

Devant ces icônes, je me suis laissé entièrement aimer.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je prends mon instrument

Je prends mon instrument Poème de Rolland Jr St-Gelais Huile sur toile par Josée St-Amant

Je prends mon instrument

 

Bonsoir mon chéri,

J’ai quelque chose à te dire,

Quelque chose qui te fera souffrir,

Un aveu qui depuis longtemps me hante l’esprit.

 

Cela fait maintenant plus de cinq ans,

Que nous nous fréquentons comme des amants,

J’étais prête à faire bien des concessions,

Mais là, tu as dépassé les limites de la raison.

 

Avec toi, mon amour, j’ai toujours été fidèle,

Même si nous étions des conjoints infidèles,

En cachant notre jeu au peuple avide de sensation,

Qui se mêle de la vie d’autrui avec tant d’incompréhension.

 

Aujourd’hui, j’ai appris de toi ce méfait.

Que depuis longtemps, tu me mentais.

Qu’une autre femme, tu fréquentais.

Dis-moi chéri, est-ce vrai?

 

Alors, réponds-moi !

J’attends la vérité venant de toi.

Qu’a-t-elle de plus que je n’ai pas?

J’adorais tellement lorsque tu me serrais dans tes bras.

 

Mais, pour l’instant, je jouerai de mon instrument.

Afin d’apaiser mon âme de tous ces tourments,

Un air de jazz qui me consolera de ma peine,

De la douleur qui coule dans mes veines.

 

Cet instrument que jadis jouait mon père,

Quand dans un cabaret, il rencontra ma mère.

Ce fut pour eux le début d’une belle aventure,

Qui donna naissance à un merveilleux futur.

 

Tu sais chéri, en tout temps, tu peux partir.

Car, malgré cette erreur, j’ai de toi de beaux souvenirs.

Mais, me prémunir d’un avenir incertain, tel est mon désir.

Si cela te convient, laissons-nous avec un tendre sourire.

 

J’aurai toujours mon instrument entre les mains,

Qui m’accompagnera vers de meilleurs lendemains,

Cet instrument dont je prends un grand plaisir,

De jouer entièrement nue avec un léger soupir.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada