Archives de tags | bras

Ce soir

kamera_di_crema_by_anioblica_dcqufe2-fullview

Avec la permission de Katarzyna B. modèle nue

Ce soir

 

Ce soir, tu seras à moi.

Tu m’obéiras à chaque instant et aux pas.

N’est-ce pas là depuis longtemps ce que tu désires ?

Ce qui depuis bien des jours et des nuits te fait tant souffrir ?

 

De souffrir d’ignorer ce moment tant attendu,

Où dans cette nuit d’amants damnés, nous serons nus.

Nus et libres de s’offrir l’un à l’autre sans regret ni détour,

Et par de tendres gestes nous ne cesserons pas de se faire l’amour.

 

Tu seras en ces heures mon esclave soumise,

Car je connais ton vœu de ne plus être insoumise,

De connaître la chaleur de mes bras et la force de ma verge,

Qui t’amènera dans le royaume des nymphes pures mais non vierges.

 

C’est en évoquant mon divin nom,

En haletant en mon oreille mon prénom,

Que tu me supplieras de poursuivre mon rôle de maître,

Afin de te satisfaire en te faisant par le plaisir toujours renaître.

 

Jeune dame ! Jeune déesse d’une nuit,

Belle femme malgré les jours qui me fuient,

Attends-toi à savourer ces moments d’extase,

Car malgré mon corps meurtri et blessé, je suis un as.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Si

 

Pour toi, Victoria.

 

Si

 

Si je pouvais revenir
Ce que j’aimerais te dire
Comme je t’ai aimée
À toi, je m’étais attaché.

 

Si je pouvais comprendre
Cette crainte qui veut tout me prendre
Et par laquelle je perds tout y compris l’amour
Serais-je ainsi jusqu’à la fin de mes jours?

 

Si je pouvais revivre mon enfance
Y déceler cette faille qui englouti celles que j’aime
Revivre mon adolescence pour savoir qui je suis vraiment
Sûrement qu’aujourd’hui ma vie serait autrement.

 

Si je pouvais revenir sur mes pas
Et dire à mon père qu’un homme me suivait pas à pas
Sur le chemin de l’école qui allait devenir ma route de Damas
Route qui allait devenir fardeau à supporter telle une croix, hélas.

 

Si je pouvais arrêter cette culpabilité
Peut-être aurais-je moins peur d’aimer
Car il y a dans l’amour tant de raison d’exister
D’exister, de respirer et de sans cesse être émerveillé.

 

Avec des si, on mettrait Paris en bouteille à ce qu’il paraît.
Mais même avec tous les si en ce monde, mon mal de vivre est.
Si seulement je le pouvais, ce soir là je t’aurais serrée dans mes bras
Car vraiment je t’aimais plus que tout ma chère Victoria.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Tu m’as surprise

43018940_2160033437579521_4217995099734278144_o

Avec la permission de Gier De Gier

Tu m’as surprise 

 

Tu m’as surprise, 

Dans ce moment d’intimité. 

Toi, mon âme-sœur qui partage mon amitié. 

Maintenant, je ne sais plus quoi dire car de toi je suis éprise. 

 

Tu as entendu mes plaintes de joie, 

Tu as ressenti mon plaisir secret de bon aloi, 

Sans dire un mot ! Dans un silence si tendre et suave. 

Tu as admiré mon sens du touché habile comme une esclave. 

 

Tu as assouvi ta vilaine curiosité, 

Un peu, je dirai même beaucoup, en légitimité. 

Imaginant mon corps collé divinement sur le tiens. 

Faisant de ton incomparable beauté le plus beau rêve, le mien. 

 

Oui, je voulais que tu me surprennes. 

En flagrant délit, coupable devant ma reine. 

Puisque c’est avec élan comme-ci et avec joie c’est comme çà.  

N’attends pas plus longtemps. Maintenant, viens dans mes bras. 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Ce sein

40279571_747781282236044_5453723999009767424_o

Par Sarah Saudek

Ce sein

 

 

Mon si tendre enfant, 

Ce que j’ai pensé à toi en dormant 

Ce que je te désirais chaque nuit en rêvant, 

Avec ton adorable père que j’aimais tant.

 

 

Il est maintenant porté disparu au front, 

Un jour, de nouveau nous nous retrouverons. 

Le jour où à jamais les canons se seront tus, 

Comme jadis ton père et moi nous étions souvent nus.

 

 

Dans une modeste maison, 

Où de bon cœur sans cesse nous rions. 

Entendant au loin le chant mirifique des oiseaux, 

À cette époque où tout était calme où tout était beau.

 

 

Nous ne connaissions pas la richesse vue par les hommes, 

Qui calculent leur bonheur par l’accumulation de sommes. 

Mais de notre liberté de quelques sous et de notre amour, 

Cela suffisait pour combler nos besoins de tous les jours.

 

 

Ce que j’étais bien dans ses bras, 

Jusqu’à ce jour fatidique où on le força, 

À servir le drapeau et apprendre à marcher aux pas. 

Quelle triste constatation que seul l’humble au front ira.

 

 

Maintenant que je suis avec toi dans cet immeuble, 

Dans ce logis avec pour tout quelques meubles, 

J’ai pour consolation de te tenir dans mes mains, 

Alors, je te donne avec grand amour mon sein.

 

 

De

 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Près de toi

close_to_you_by_rickb500-dcnx36i


La photo présentée ci-dessus est de mon ami et collaborateur RickB. photographe. Lien DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Avis aux intéressés !
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Près de toi

 

Près de toi mon amour,
Voilà mon désir de tous les jours,
Sentir ton parfum enivrer mon être intérieur,
Car dans tes bras, de rien je n’ai plus peur.

 

Collée sur ton corps,
Tu es aussi précieuse que l’or,
Et de nos êtres à la lumière tamisée,
Rien ne nous retient de longtemps nous caresser.

 

Je suis femme aux mille désirs,
Je suis femme au cœur qui soupire,
Qui soupire à chaque fois que tu respires,
Car je sais que sans toi, tout mon être ne fait que languir.

 

Près de toi en silence,
Mon coeur  sans cesse balance,
Il balance au son de ta voix avec aisance,
Car tes paroles d’amour sont comme une belle romance.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Béatitude

41250527_462781307568624_7481390033820188672_o

Dessin réalisé par Juste Angèle de la France

Béatitude 

 

Ho ! mon bel amour, 

À la main tendre comme du velours, 

À la peau si douce tel que le satin, 

Dans tes bras comme je suis bien. 

 

Dans cette noirceur, 

Je m’abandonne à ma torpeur, 

À ta grande expérience en ce plaisir, 

Je te donne mon corps afin que je puisse jouir. 

 

Prenant avec délicatesse mon sexe gonflant, 

Gonflant irrémédiablement de mon précieux sang, 

Que tu sais avec adresse faire croître sa magnificence, 

Cette adresse est pour toi une véritable science. 

 

Admirant la splendeur de mon gland, 

Qui te sourit avec tout le respect qu’il te doit, 

Tu le saisis avec grande sensibilité du bout de tes doigts, 

Afin de le gober et de le savourer tel un gâteau des rois. 

 

Ça y est ! Je sens ma hampe sur ta langue chaude. 

Je garde le silence tel le moment des saintes laudes, 

Dès le moment sublime où tu touches à l’orée de ma lance, 

Quel désir menant vers la route de ma souffrance et de ma démence. 

 

Vas-y ! Vas-y ! Enfonce ma verge doucement. 

Dans ta chaude gorge avec entrain assurément. 

Frôle mes bourses de ton menton dans ce va-et-vient, 

Car tel délice existe-t-il en ce monde qui serait aussi divin ?  

 

Oui, continues ma chérie ! 

Dès cet instant qui me semble infini, 

Je vais et je viens jusqu’à ce que je vienne, 

Une béatitude offerte par ma bien-aimée, ô ma reine.  

 

De 

 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

 

Tel le Phoenix

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Réalisation photo par Phylactère

 

Tel le Phoenix

 

J’ai combattu sur des terres étrangères, 

J’ai connu de l’amour en période de guerre, 

J’ai connu la guerre alors que j’étais vraiment en amour, 

J’ai foncé vers les champs ennemis les nuits sombres et les tristes jours.

 

J’ai versé de mon sang pour ma patrie, 

Pour l’honneur de mes ancêtres et de la liberté chérie, 

Affrontant ces milliers de démons sur les champs de bataille, 

Peur et crainte ? Je n’en savais que faire ni que vaille !

 

Car seule comptait à mes yeux la valeur de mes terres ancestrales. 

De ces régions bâties avec la sueur de mes ancêtres en nos maisons natales.  

Celles où naquirent gens de mon pays ! Gens de ma race ! Gens de mon sang ! 

Gens qui défrichèrent ces sols à la vigueur de leurs bras et aux pas de géants.

 

Maintenant que la guerre est finie, 

Mais dans le cœur des hommes, elle sera infinie. 

Je me prépare alors à reprendre le flambeau et les armes, 

Au prix de cette cruelle douleur qui me fendit si souvent l’âme.

 

Je serai prêt la nuit ou le jour venu, 

Où je ressusciterai avec grâce de ce corps nu, 

Avec la témérité de l’aigle, le courage de l’ours et l’agilité de la panthère, 

C’est alors que je me jetterai corps et âme pour défendre cette blanche terre.

 

De

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Inspiration

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Réalisation photographique : Phylactère

 

Inspiration

 

Je te vois, 

Tu es simplement là,

 Allant de gauche à droite,

 De tes mains bien adroites.

 

 Attentionnée dans ton regard,

 Minutieuse dans tes gestes délicats,

 Ce que j’aimerais te serrer dans mes bras,

 Être avec toi de jour ou dans la nuit bien tard.

 

 Entendre ta voix avec une si belle douceur, 

 Je sens vibrer au plus profond de mon cœur,

 Un cœur qui est à toi avec joie si tu le veux, 

 Mon corps sera pour toi tel est mon vœu.

 

Tu es la source ultime de ma vie,

 Tu es celle qui me donne foi à l’infini,

 Tu es celle avec qui je souhaite être à l’unisson,

 Car c’est toi celle qui me donne cette inspiration.

 

De

 

RollandJr St Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Mais, sache que c’est toi …

25-08-2018b(p)

 

Magnifique dessin par Gérard Teillot

 

Mais sache que c’est toi…

 

Au petit jour

Où la fraîcheur de la nuit

Précède le pas au soleil qui luit

Je pense déjà à toi chérie mon amour.

 

Le temps est merveilleux

Car avec toi je suis heureux

Te faire l’amour avec délicatesse

Voilà mon désir ô ma tendre déesse.

 

Ce que tu es belle

Plus que toutes les merveilles

Les merveilles de ce monde extraordinaire

Grâce à toi sont encore plus hors de l’ordinaire.

 

Je suis un homme par la vie comblé 

Car j’ai commencé avec toi cette journée

Avec respect je t’ai regardée de tous mes yeux

Car nulle femme est aussi superbe que toi sous les cieux.

 

Je t’ai serré dans mes bras

Car je voulais te sentir près de moi

Tu m’as pris avec un plaisir sincèrement partagé

Mais sache que c’est toi qui es ma bien-aimée.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

J’ai la mine… graphite.

37984076_10156732406173919_647231668628750336_o

Dessin par Eri Kel de la France

J’ai la mine… graphite.

 

À un âge vénérable,

Où l’on se sent moins capable,

Où notre mémoire nous joue des tours,

Et où nos sens nous font emprunter mille détours.

 

Revoyant le sourire de ma mère,

Lorsque je n’étais qu’une enfant de la guerre,

Devenue mère moi aussi j’ai souries à mes enfants,

Dès que je les ai pris dans mes bras et au gré du temps.

 

Je les ai vus longtemps grandir,

Je les ai vus tant aimer et tant souffrir,

Telle est l’ultime destinée du genre humain,

Avec ou sans terre, avec parfois les jours sans lendemain.

 

Prendre époux et conjointes,

Ce que j’ai prié Dieu les maintes jointes,

Pour que mes enfants chéris aient du meilleur,

En leur évitant le pire pour leur plus grand bonheur.

 

Quelle joie incommensurable !

De vous exprimer, j’en suis bien incapable.

Que mon cœur ait vécu d’avoir tenu dans mes bras,

La descendance que mes fils et filles m’offrirent ici-bas.

 

Mais quel chagrin émergea au sein de mon cœur,

Lorsque je réalisa l’absence de mon mari à ces heures.

Sachant à tel point qu’il aurait tant souhaité et tant voulu,

Tenir dans ses bras sa descendance avant le jour où il mourut.

 

Ce jour du mois de mai si triste et tellement inoubliable,

Où sa vie fut emportée par un coup du destin impardonnable.

Croyez-moi! La tragédie d’être une mère n’est point un mythe,

Voilà pourquoi, et malgré moi, en cet instant j’ai la mine graphite.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada