Archives de tags | octobre

Un coup d’œil sur mon expérience en compagnie de Priscilla Vaillancourt

Séance photo UQAC le 27 octobre 2019 1Bis
Un coup d’œil avec mes deux yeux

Un coup d’œil sur mon expérience en compagnie de Priscilla Vaillancourt

Bonjour tout le monde,

Séance photo UQAC le 27 octobre 2019 1BisJ’espère que cette dernière semaine du mois d’octobre vous est profitable autant qu’elle l’est pour moi. En effet, je ne peux que remercier le ciel pour cette belle semaine qui m’a permis de renouer avec l’une de mes passions qui enrichissent ma vie. C’est à dire être un modèle vivant pour des séances de nudité artistique. Bien entendu que la poésie et la photographie constituent des passions, comme bien d’autres aussi, qui animent mon quotidien. Cependant, le fait d’être un modèle vivant donne un cachet particulier à mon parcours de vie.

D’ailleurs, un des nombreux avantages d’être modèle vivant consiste à rencontrer des gens formidables avec lesquels je peux échanger surSéance photo UQAC le 27 octobre 2019 5 nos parcours, et ce dans un respect mutuel. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Priscilla Vaillancourt, une charmante étudiante à la maîtrise en arts visuels à l’université du Québec à Chicoutimi, ce dimanche 27 octobre. Une étudiante qui m’a permis de vivre une expérience très valorisante tant sur le plan professionnel que sur le plan personnel. Professionnel dans le sens que l’objectif premier est d’offrir un service de qualité à l’artiste qui requiert mon aide, et ce après avoir discuté de nos attentes réciproques. Personnel dans le sens que l’artiste avec qui je ferai affaires est d’abord et avant toute chose un être humain avec qui une interaction positive devra toujours être envisagée. Après tout, il s’agit d’individus qui possèdent leurs valeurs et leurs cheminements particuliers. Ici, l’importance de maintenir un lien de respect avant, pendant et après avoir réalisé ladite séance est un prérequis.

Séance photo UQAC le 27 octobre 2019 2En ce qui concerne ma séance vécue ce dimanche 27 octobre dernier, je peux vous dire sans aucune retenue que cela a été tout simplement fantastique. En effet, la chaleur humaine, la belle humeur, l’ouverture d’esprit et la bonne entente ont été les pierres angulaires qui ont favorisé un travail à la fois sérieux et méticuleux en cette après-midi automnale. Sérieux car nous voulions nous consacrer pleinement à nos tâches réciproques et méticuleux puisque nous souhaitions réaliser une séance photo digne de mention. N’oublions pas que votre humble serviteur a parcouru plusieurs kilomètres en bus pour offrir son aide à une étudiante en arts visuels, et ce avec un grand plaisir, bien entendu. Il n’était donc pas question de faire perdre son temps ni à l’un, ni à l’autre.

Pour le moment, et par un souci d’honnêteté intellectuelle, je ne peuxSéance photo UQAC le 27 octobre 2019 4 pas élaborer sur l’ensemble des poses que j’ai réalisées ni sur les photos prises par Priscilla Vaillancourt. En effet, il y a deux raisons qui m’incitent à jeter un voile pudique sur de tels sujets. En premier lieu, je dois attendre de recevoir les photos retravaillées par Priscilla Vaillancourt afin de pouvoir faire un tri sur lesquelles j’utiliserai ou pas au sein de mon blogue artistique. En second lieu, je crois qu’une considération doit être prise en compte sur le projet de maitrise de cette étudiante. Comme on dit si bien, il est toujours préférable de ne pas trop en dire que le contraire. À cela s’ajoute le plaisir de mettre un peu de suspense pour aiguiser votre appétit dans savoir un peu plus à mes prochaines publications sur le sujet.

C’est à suivre …

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Mots inutiles

Mots inutiles

Modèles : Phylactère et RollandJr St-Gelais

Bonjour tout le monde,

Je désire en cette journée du mois d’octobre m’entretenir sur un sujet qui semble être tabou au sein de la société actuelle. Une société pour laquelle tout doit s’exprimer par des mots. Des mots qui, à force d’être utilisés à tors et à travers, en arrivent à perdre leurs sens premiers. Des mots qui sont galvaudés à tous vents et qui sont corrodés par des gens se voulant se donner une certaine importance auprès de leurs pairs.

L’on a qu’à prendre, à titre d’exemple, les mots utilisés par quelques personnages politiques en ayant pour optique la déformation de la réalité. Il en est de même de quelques chroniqueurs peu soucieux de donner un minimum de crédibilité dans leurs propos. Et que puis-je affirmer du manque flagrant de respectabilité du français tant écrits que parlé dans le monde de la francophonie ? À vrai dire, je n’ose pas l’imaginer. Seule consolation ? Un tel phénomène se trouve également tant anglophone que germanophone. Quel en est l’ampleur ? Excellente question à laquelle je n’ai point de réponse.

Toutefois, un aspect fondamental semble échapper à notre époque et qui est l’inutilité des mots. En effet, bien que vivre c’est avant toute chose communiquer, il ne suffit guère de le faire par des mots. Souvent, un regard prolongé, un geste fait de manière brève ou bien tout en douceur ou bien encore la promiscuité de deux corps peuvent en dire plus qu’un long discours. D’ailleurs, ne dit-on pas qu’une image vaut mille mots ? À cela viennent s’ajouter les émotions auxquelles chacun d’entre nous ont eu à expérimenter au cours de son existence. Certes, on peut décrire telle ou telle émotion à l’aide de mots. Mais aucun d’entre eux ne pourra faire vivre ladite émotion. Pourquoi donc ? Une émotion se vit avant toute chose.

La plus belle expérience qui démontre hors de tout doute l’inutilité des mots est bien les sentiments amoureux. Combien de mots peuvent expliquer la joie d’être en présence de la personne aimée ? Combien de mots peuvent faire vibrer un coeur lors d’un échange de baisers ? Combien de mots peuvent décrire la douceur d’une caresse tant reçue que donnée lors d’une relation intime ? La liste peut être quasi infinie.

Je dois reconnaître, lorsque je relis le présent texte, que cela peut paraître contradictoire de développer un tel sujet en utilisant autant de mots. Et pourtant, il m’est si souvent arrivé de vivre des émotions fortes que je n’arrivais pas à les décrire tellement la tempête me charroyait sur les vagues profondes de mon âme. Était-il utile d’écrire un tel texte ? Pas vraiment ! Car je peux aisément deviner qu’en votre fort intérieur, vous y avez déjà longuement réfléchi sans dire un mot.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Pour bien longtemps

Quelques coups de crayon
Avec la permission de G. Teillot

Pour bien longtemps

Modèle arrivée au petit matin,
Entrant dans l’atelier en se frottant les mains,
Car le froid de l’automne est vraiment étonnant en octobre,
Froid qui annonce déjà les dents du vent d’hiver qui bientôt vont mordre.

 

À peine arrivée, elle se déshabille avec empressement,
Alors que l’artiste se prépare à immortaliser sa grâce galamment,
Chacun plongé dans ses intimes pensées en ce premier soir d’arrière-saison,
Quelles poses faire? Comment m’y prendre? Voilà leurs principales questions.

 

Après quelques gorgées de café,
Prises soit pour se réchauffer ou bien pour se réveiller,
L’atelier va bientôt commencer pour réaliser une pose et un ouvrage,
Deux êtres qui par l’art de la nudité se rencontrent malgré leur différence d’âge.

 

Sans prononcer un seul mot, elle se montre entièrement nue.
Devant cet artiste émerveillé par ce corps qui lui en donne plein la vue,
Authentifiant ainsi de part et d’autre en leurs cœurs une confiance absolue,
Elle s’offre aux yeux de l’artiste tel un livre sacré pour qu’elle puisse enfin être lue.

 

À genoux jambes légèrement écartés,
Dévoilant en toute simplicité sa grâcieuse féminité,
Jambes d’une femme jeune mais aussi de la vie expérimentée,
N’ayant pas eu de crainte des soubresauts de la vie les affronter.

 

Possédant un si beau corps , que servirait-il alors de le cacher?
Voilà pourquoi avec cet artiste elle accepta de l’immortaliser,
Corps de femme ! Corps qui témoigne par sa fraîcheur son impétuosité.
Silhouette d’une femme certainement par des amoureux en secret ont tant désirée.

 

Femme à la chevelure tellement soyeuse,
Quelle fleur pourrait-il vous offrir pour votre bonheur?
Un modeste dessin, il le souhaite, ferait votre affaire en cette heure.
Un souvenir qui immortaliserait en vous une pensée vous rendant ainsi heureuse.

 

Quelques coups de crayon faits par-ci et par-là,
Quelques traits réalisés avec précaution à bien des endroits,
De son crayon bien aiguisé en sortira un accomplissement fort étonnant,
Et de cette expérience vécue ensemble vous vous en rappellerez pour bien longtemps.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le chanteur n’est plus

Dessin par Juste Angèle

Magnifique dessin par Juste Angèle

Le chanteur n’est plus

 

Voix grave remplie de mélancolie
Qui savait faire vibrer nos âmes dans la nuit
Et nous transporter sur les rivières européennes
En nous laissant bercer par une chanson bohémienne.

 

Triste jour du mois d’octobre
Qui annonce la perte d’une lumière
De cette richesse provenant des jours d’hier
À notre époque où ne sont glorifiés que violence et les ordres.

 

Chanteur sensible
À la voix irrésistible
Et que dire de sa personnalité?
Qui nous manquera pour l’éternité.

 

Oui, le chanteur n’est plus.
Mais grâce à lui nous avons tout vu.
De par son talent immense de compositeur
Il y aura toujours une de ses chansons au sein de nos cœurs.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

C’est bon pour le moral

 

20171110_090559

 

Votre humble serviteur en compagnie d’une charmante étudiante en arts

 

 

C’est bon pour le moral

Voici un petit mot de la part de madame Laurence Boulay pour ma participation à ses séances de nudité artistique qui ont eu lieu en octobre et en novembre. Je dois dire que ce fut un plaisir d’avoir pu rendre un tel service à un groupe d’étudiants-es formidables. Un plaisir qui est, semble-t-il, partagé de part et d’autre.

 » C’est nous qui te remercions! Nous avons eu un privilège extraordinaire de t’avoir comme modèle. Au plaisir! « 

Signé : Laurence Boulay prof. au C.E.G.E.P. de Sept-Îles