Archives de tags | vie

Pour qu’enfin vienne sur moi la chaleur de la lumière

Pour qu’enfin vienne sur moi la chaleur de la lumière Poème de RollandJr St-Gelais Photo par Samo19 Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/Chiaroscuro-930540147

Pour qu’enfin vienne sur moi la chaleur de la lumière

 

La nuit est depuis longtemps tombée.

Autour de moi se trouve l’obscurité.

Une noirceur quasi infinie,

Qui assombrit ma vie.

 

De tout mon être, je t’ai aimé.

Pareil à un dieu omnipuissant, je t’ai adoré.

Je buvais chacune de tes paroles que tu prononçais.

Tes belles lettres de passion, en mon âme, je les amassais.

 

Au fil du temps, j’ai fini par comprendre.

À te voir agir ainsi, ton désir était de me prendre.

Tel un vulgaire objet pour satisfaire tes fantaisies,

Me laissant seule face à tes tendances à la mythomanie.

 

Les jours et les nuits sont inlassablement passés.

Mes yeux, devant l’inévitable, ont trouvé la vérité.

À bout de courage, je suis sortie de ce labyrinthe tortueux.

Mon unique souhait était de découvrir un monde merveilleux.

 

Combien de femmes as-tu prises dans tes filets ?

À tes conquêtes d’une aventure, quel mal leur as-tu fait ?

Mais, sache que pour moi tout est bel et bien terminé.

Jamais plus, dans tes toiles finement tissées, je ne tomberai.

 

De toi, j’ai cessé pour toujours d’avoir peur.

Inutilement, j’ai passé tellement de ces heures.

À ingérer tes histoires mensongères si saugrenues.

Maintenant, c’est révolu, car je n’en pouvais plus.

 

Mais, je te rassure, avec toi, je ne veux pas la guerre.

De ton emprise infernale, j’ai réussi à me défaire.

T’accorder la moindre de mes attentions !

Tu n’en vaux pas la peine, mon garçon.

 

J’ai tant d’amour à donner.

Il y a en moi tant de rêves à réaliser.

Je t’ai projeté loin de moi telle lourde pierre.

Pour qu’enfin vienne sur moi la chaleur de lumière.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Miroir, mon fidèle ami !

Miroir, mon fidèle ami Poème de Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/G03012-1-930220634

Miroir, mon fidèle ami !

 

Courtisane expérimentée.

Consolatrice des maris esseulés.

Bienfaitrice adorée des cœurs perdus.

Je suis celle qui a tout vu, tout entendu.

 

Certes, cette profession est à la fois si noble si exigeante,

Mais, pour bon nombre de puceaux, elle est si satisfaisante.

Des jeunes trop gênés pour conter fleurette aux demoiselles

Jusqu’aux fiancés venus voir une dernière fois comme la vie est belle.

 

Je prends mon temps et mon plaisir pour offrir un service impeccable,

À des hommes qui jouissent d’une réputation respectable.

Et que puis-je dire de leurs épouses attentionnées ?

Celles qui parfois viennent en ce lieu y travailler.

 

À dire vrai, je ne peux guère les juger de leurs actions,

Elles ont depuis longtemps tant de charnelles insatisfactions.

« L’esprit est fort et la chair est faible », a dit un grand sage.

Pourtant, c’est par la luxure que l’humanité a traversé les âges.

 

Je me souviens d’un client de jadis qui se sentait rejeté.

Il possédait des mains magiques et une étonnante virilité.

Homme si triste et en pleurs, j’ai tout fait pour le satisfaire.

De mon expérience, j’en tirais un curieux savoir-faire.

 

Je l’ai revu avec une jeune femme, bras dessus, bras dessous.

Aussitôt qu’il m’a aperçu, pas surprenant qu’il m’ait fait la moue.

Après tout, n’avait-il pas commis l’acte impur de l’infidélité ?

Alors que l’amour de sa vie était dans la chambre d’à-côté.

 

Oh ! J’ignorais qu’il est maintenant treize heures.

C’est le temps de sortir de ce lit qui fait mon bonheur.

Pour bien commencer, une seule chose amplement me suffit.

C’est d’avoir en ma main frêle mon miroir, mon fidèle ami.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le moment où elle m’a souri

Le moment où elle m’a souri Poème de Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/79-929706293

Le moment où elle m’a souri

 

Un jour, je me suis rendu dans la splendide cité de Paris.

La « Ville Lumière » qui porte bien son nom à ce que l’on dit.

Des cabarets aux aspects simples où se produisent des artistes,

Des musiciens qui jouent des chansons joyeuses ou tristes.

 

Il y a même des endroits qualifiés d’un peu spéciaux.

Des mecs de toutes les classes sociales y vont incognito.

Des époux ignorés aux célibataires en manquent d’affections.

Vous constaterez qu’en ces années instables, ils sont devenus légion.

 

Profitant de mes vacances au maximum,

Je me suis dit : pourquoi pas ? Je suis aussi un homme.

M’informant en toute discrétion où je pouvais trouver un tel endroit.

Aussitôt que j’ai appris ce renseignement, je m’y suis dirigé de ce pas.

 

Une maison où une lampe rouge brillait imperceptiblement.

Sur le côté droit d’une porte qui rompait avec l’âge de cet établissement.

Une fois ma venue dûment payée, j’y suis entré sans trop me questionner.

Après tout, j’y suis allé non pas pour m’embêter, mais bien pour m’amuser.

 

J’ai fait la connaissance de la charmante Chloé.

Une dame qui avait conservé de sa jeunesse l’éclat de la beauté.

Car, je me doutais bien, par son tempérament mature,

Qu’elle était d’une phase de l’existence plutôt mure !

 

Nuit si raffinée tant désirée en ce monde si imparfait.

Moment de délectation pour mon corps, pour mon palais.

Enivré de parfum mystérieux et de baisers prodigués,

Par une hôtesse aux apparences d’une antique divinité.

 

Mais, par-dessus toute chose, ce qui restera en ma mémoire.

Un doux souvenir qui me réchauffera le cœur lorsque viendra le dernier soir.

Le moment fatidique où mon âme quittera ce corps vers une autre vie.

C’est la fois où, avant que je retourne à mon hôtel, elle m’a souri.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Oh! Quelle belle journée

Oh Quelle belle journée Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Oh-Happy-Day-929794540

Oh ! Quelle belle journée

 

Nous sommes samedi.

J’aime tellement ma vie.

Tout brille de mille couleurs.

Je ne vois pas passer les heures.

 

Le week-end fait que commencer.

On prévoit du temps frais et ensoleillé.

Cela fera du bien de sortir de mon appartement.

Après avoir vécu une saison froide en confinement.

 

Le réveille-matin a sonné tôt.

Prestement, j’ai ouvert les rideaux.

Les rayons d’automne sur mon visage,

M’ont donné l’idée de faire du vagabondage.

 

Ne rien faire à part me promener dans le parc,

En regardant avec admiration quelques tireurs à l’arc.

La météo annonce un maximum de 17 degrés.

C’est amplement suffisant pour aller me balader.

 

Quel plaisir d’entendre le bruit des feuilles se mouvoir !

Elles sont si semblables qu’elles semblent vivre dans un miroir.

L’astre du jour maintient sans broncher dans le ciel le fil de sa route.

Il m’enseigne à poursuivre inlassablement mon chemin coûte que coûte.

 

J’éprouve une étrange mélancolie en cette fin de la saison estivale.

Quand je pense, qu’il y a peu dans peu temps, c’était le Carnaval.

Et pourtant, nous sommes seulement au milieu de septembre.

Rien qu’à l’imaginer, mon corps et mon âme tremblent.

 

Les feuillages rouges et orangés se révéleront sur les érables.

De leurs couleurs, la venue de l’hiver sera plus supportable.

Assez discuté pour le moment, je dois maintenant y aller.

Nous avons une si belle journée et je veux en profiter.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je nagerai

Je nagerai Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Fly10 Source : https://www.deviantart.com/fly10/art/Underwater-moments-929350851

Je nagerai

 

Peu importe, ce qu’il en pensera.

Peu me pèse ce que le peuple dira,

Même si je devrais traverser les océans,

Je vivrai ainsi jusqu’à la fin des temps.

 

Il est bien vrai que je n’ai jamais été prude.

Loin de moi, l’idée folle de vivre en servitude,

Car tout ce qui compte à mes yeux est la liberté.

De m’accomplir authentiquement selon ma pensée.

 

Je ne crains aucun démon venu des profondeurs des enfers,

Car je n’ai rien à faire des sermons promulgués en chaires.

Tout ce qui m’importe c’est le bonheur au quotidien.

De vivre un jour à la fois en prévoyant pour le lendemain.

 

La jeunesse est certes une aventure passagère.

Voilà bien une raison de plus d’arrêter toutes les guerres.

En effet, la vieillesse arrivera qu’on le veuille ou non.

Et la mort nous appellera tôt ou tard par notre prénom.

 

Les anges de lumière me demanderont tout là-haut dans le ciel.

Comment était ma vie ? Je leur répondrai qu’elle était si belle.

Mais, d’ici ce moment fatidique, je continuerai mon parcours.

Croyez-moi, mes amis, peu importe quand aura lieu ce jour.

 

Je poursuivrai mon chemin avec une grande fierté.

Envers mon prochain, j’éviterai toujours de le juger.

Il est un simple mortel qui fait tout son possible,

Devant tant de choses, à première vue, impossibles.

 

J’affronterai les vents et les marées avec courage.

Je ferai face aux divers aléas de la vie avec toute ma rage.

Sur les vagues de mon existence, je ne cesserai pas de naviguer.

Dans les eaux de mon âme, tantôt calmes, parfois agitées, je nagerai.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada