Archives de tags | lit

Lueur

Lueur
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Lueur

 

Ce que j’aimerais être avec toi,
Ce que j’aimerais que tu sois dans mes bras,
Ce que j’aimerais partager mes nuits dans ton lit,
Et te voir au petit matin dès ton réveil alors que tu souris à la vie.

 

Ce que je te chérirais à chaque jour,
Ce que je te chérirais en te couvrant de mon amour,
Ce que je te chérirais en t’amenant découvrir mon pays,
Ce que je te chérirais en te chantant les chansons de ma patrie.

 

Ce que j’exalterais te voir nue,
Ce que j’exalterais te porter vers les nues,
Ce que j’exalterais te prendre avec tendresse par la main,
Ce que j’exalterais t’amener vers mon lit pour te caresser jusqu’à demain.

 

Ce que je souhaiterais être le soleil,
Ce que je souhaiterais te dire comme tu es belle,
Ce que je souhaiterais te témoigner par mon ardeur,
Par mon ardeur, je souhaiterais être sur ton corps cette lueur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Les lambeaux de mon coeur

a_girl_tired_in_an_elevator_by_rickb500_dd4r12y-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Les lambeaux de mon cœur

 

Voilà maintenant trois mois,
Que tu es parti étudier loin de moi,
Une langue étrangère sur une terre inconnue,
En nous jurant fidélité tel que nous en avions convenu.

 

Chaque nuit, je pensais sans cesse à toi.
Dans tes lettres, tu jurais de vivre pour moi.
J’attendais avec grande fébrilité tes rares appels,
Car tu me disais souvent à tel point à tes yeux j’étais belle.

 

Puis un jour, une folle idée m’a prise.
Car de toi, je te le jure, follement j’étais éprise.
De prendre le train pour te faire une surprise, j’en avais décidé
En fantasmant que nous aurions fait l’amour avec passion dès mon arrivé.

 

Parvenue sur le seuil de ton appartement,
Je sentais mon cœur saisi de tant de battements,
Espérant te rendre heureux par ma présence inattendue,
Mais en ouvrant la porte, des cris de femme en jouissance, j’ai entendus.

 

Me dirigeant irrésistiblement vers cette porte,
Cette porte de bois qui alla me mener vers l’enfer,
Te voyant ainsi nu sur cette étrangère, je ne savais que faire.
Mes rêves de mariage et d’une famille nombreuse s’envolèrent.

 

Je n’en veux pas à cette beauté radieuse,
Même si, en plus, qu’elle soit très gracieuse.
Avec ses cheveux roux et sa peau blanche comme tu lait,
Car elle n’est en rien responsable de tout le mal que tu m’as fait.

 

Quelles belles paroles lui as-tu dites ?
Quelles formules magiques as-tu prononcées ?
Pour l’amener dans ton lit bien que nous fussions fiancés ?
En un seul instant, je me suis sentie trahie et tout autant maudite.

 

Tu avais bien fait de ne point dire un mot,
En t’apercevant de ce que tu as fait comme maux,
Tout le mal a été fait et maintenant c’est hélas trop tard,
Car aucun geste, aucune excuse, ni aucune parole ne saurait réparer ce tort.

 

Retournant alors sur mes pas pour me diriger vers l’ascenseur,
Évitant de tourner vers toi mon regard de femme trahie et blessée,
En souhaitant ardemment qu’un jour peut-être je pourrai enfin t’oublier,
Dans le silence, je m’y suis engloutie afin d’y ramasser les lambeaux de mon cœur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Rêveur ! Ô rêveur !

56356585_10156413336412523_3151060339336937472_n
dessin réalisé par une étudiante en art du C.É.G.E.P. de Drummondville jeudi 4 avril 2019

Rêveur ! Ô rêveur !

 

Je suis dans mon lit,
Et à toi, j’ai pensé toute la nuit.
Ma chérie, en moi veillent ce dessein,
Avec tendresse, c’est de te caresser les seins.

 

C’est plus fort que moi,
Le réveil me guette à chaque heure,
Je n’y peux rien pour mon plus grand malheur,
À chaque instant, tout mon être ne vit que pour toi.

 

Je ne sais que faire,
Car mon cœur n’est pas en fer,
Par ces grandes prières, je désire m’en défaire.
Car le désir de te faire l’amour m’amènera dans les enfers.

 

Homme différent en-dehors,
Et pourtant mon amour pour toi vaut de l’or.
Homme semblable aux autres faits de chair et de sang,
Qui naissent sur terre, sur les mers et sous le firmament.

 

Te combler de baiser, voilà ma véritable destiné !
Être ensemble en cette froide nuit, voilà pourquoi je suis né !
Ô ma belle, étancher ma soif de toi avant de ce monde à jamais le quitter.
Et te glisser à ton oreille de ces mots d’amour sur la douceur de l’oreiller.

 

Viendras-tu me rejoindre ce soir ?
Je t’en pries, en moi ne brise pas cet espoir.
Le sang bouille dans mes veines faisant gonfler,
Faisant monter de désir mon phallus afin de te combler.

 

Tout de toi me donne envie d’embrasser,
Tout doucement viens, mon amour, te coller sur mon corps.
Je ne dirai point un mot afin d’entendre battre ton cœur si fort.
Tout de toi suscite en moi le souhait d’avec grande passion te caresser.

 

Alors, n’attends pas plus longtemps.
Rejoins-moi dans mes draps de soie venus d’orient,
Ô ma chérie, ne crains aucunement ma grande différence.
Car pour toi et seulement pour toi, je t’ai réservé une nuit de romance.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

J’ai une question

J'ai une question
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

J’ai une question

 

Bon matin !
As-tu bien dormi ?
As-tu rêvé à tes amies ?
Pendant que je savourais un verre de vin.

 

J’ai vécu en pensées,
Ce que nous avons réalisé,
J’ai songé à tout ce que tu m’as raconté,
Maintenant que la nuit s’en est allée, je suis bouleversée.

 

Depuis que nous nous connaissons, jamais je ne t’ai menti.
Dès que nous étions encore enfants, je t’ai sans cesse sourie.
Depuis que tu m’as prise par la main, mon cœur est pour toi.
Dès l’instant où tu m’as embrassée, je te croyais être que pour moi.

 

J’ai toujours respecté ton intimité,
Jamais dans ta vie, je n’ai voulu interférer,
Car pour moi, ton bonheur comptait à mes yeux,
Je t’ai toujours aimé et même adoré comme un dieu.

 

Et tout ce que j’ai reçu en retour,
Des blessures en mon cœur pourtant rempli d’amour.
Des larmes en guise de remerciement pour ma générosité,
Des inquiétudes face à mon futur perdu pour l’éternité.

 

De ma confiance, tu as abusé.
De mes sentiments, tu as tellement joué.
De mon corps, je t’avais avec passion donné.
De mon avenir, avec toi je voulais pour toujours partager.

 

Mais, je comprends maintenant que tout était que leurre,
Que j’ai devant moi et dans mon lit un fieffé menteur,
C’est aujourd’hui que j’ai enfin tout compris,
Que depuis toujours tu m’as menti.

 

Mais, je ne t’en veux pas.
Car c’est moi l’idiote dans tout ça.
J’ai une question pour toi, réponds-moi franchement.
M’as-tu déjà une seule fois aimée réellement ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Cléo !

Cléo
« Cléo » par Juste Angèle de la France

Cléo !

 

Cléo ! Hé ! Cléo !
Où es-tu mon beau ?
Que fais-tu là-haut ?
Viens me gratter le dos.

 

Cléo ! Je m’ennuie de tes mains,
Douces comme du pur satin,
Toi seul s’est si bien me satisfaire,
De plaisir ! Quel est ton savoir-faire.

 

Cléo ! Mon amour de vie,
Comme de toi j’ai si envie,
Rejoins-moi dans mon lit,
Ne me fais pas languir cette nuit.

 

Cléo ! Fais-moi cette faveur.
Apaise en moi cette chaleur
Cléo, viens jouer avec mon clito
J’ai depuis longtemps trop chaud.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Bébé, tu peux conduire ma guitare.

baby_you_can_drive_my_____guitar_by_rickb500_dd353g9-pre

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Bébé, tu peux conduire ma guitare

 

Bonsoir ma chérie,
Depuis longtemps, c’est la nuit.
Et je t’attends impatiemment dans mon lit,
Pour y passer une nuit de plaisirs intenses et interdits.

 

Tu sais, j’ai adoré t’entendre chanter ce soir,
Dans ce bar malfamé rempli de gens cherchant de l’espoir,
Une façon d’oublier leurs grandes peines d’amour de jeunesse,
Noyant dans l’alcool et cachant dans la fumée du cannabis leur détresse.

 

Tu savais si bien faire vibrer les cordes,
De ces âmes esseulées fuyant toutes discordes,
Et de leurs yeux fatigués par tant douleur et d’amertume,
Tu les as fait revivre par les paroles des chansons écrites sous ta plume.

 

Quelques notes ont suffi,
Pour leurs redonner cette drôle d’envie,
De poursuivre leurs chemins malgré leurs chagrins,
Sous un air tel un « blues » des Rolling Stones jusqu’au matin.

 

Allez ! Maintenant que nous sommes ensembles,
Et que nous avons fait nos présentations, il me semble.
C’est maintenant à moi de te chanter une drôle de mélodie,
Voilà pourquoi bébé tu peux guider ma guitare remplie de vie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Lourd silence

here_comes_the_sun_by_rickb500_dd2wk3v-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Lourd silence

 

Les images du passé viennent me hanter,
Les reflets de mes émotions apparaissent dans mes nuits d’été,
Que t’ai-je donc fait pour que tu me quittes sans me dire au revoir ?
Que de questions en mon esprit surgissent dès que tombe le soir.

 

Ne t’ai-je pas offert tout ce que je suis ?
Ne t’ai-je pas aimé jusqu’à t’amener dans mon lit ?
N’ai-je promis tout le meilleur de mon être et de mon âme ?
Ne t’ai-je pas tiré de cet Enfer d’amertume bondé de flammes ?

 

Je suis las de cette vie sans goût et sans envies,
Perdue dans mes songes qui enivrent tous mes esprits,
Immobile face à la fenêtre attendant ta venue qui tarde,
Figée devant ces fleurs qui avec étonnement me regardent.

 

J’ai si froid sous ma blanche chemise,
Mes larmes coulent avec légèreté telle la Tamise,
Pleure mon corps nu face à ces fleurs qui l’encensent,
Désemparée devant le fait accompli, je succombe dans ce lourd silence.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je rêve de cet instant

Je rêve de cet instant
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je rêve de cet instant

 

Enfin, le grand jour est arrivé.
Où pour la première fois, je te rencontrai.
Il y a si longtemps que l’on m’a parlé en bien de toi,
De ta féminité, de ton corps de déesse et de ta beauté faite pour un roi.

 

Je rêve de ce jour,
Où sans cesse nous ferons l’amour.
Je rêve à chaque moment de chaque temps de cette nuit,
Où tu recevras mes hommages dignes d’une grande reine dans mon lit.

 

Je rêve de te caresser ta chevelure,
De ce blond qui te fait une si belle parure.
Je rêve de te sentir la douceur de ta peau divine,
Et de te montrer avec attention bien des poses tellement coquines.

 

Je rêve de te titiller les seins,
Afin de faire mourir de jalousie tous les saints.
Je rêve de te sentir monter sur mon membre viril,
Et, crois-moi ô ma beauté exquise, ce ne sera point vil.

 

Je rêve de recevoir l’eau de ta fontaine,
Celle que je ferai sortir généreusement d’entre tes aines.
Je rêve de t’entendre de plaisir sans cesse crier, sans cesse hurler,
Et de m’ordonner telle une impératrice de la sainte Russie de ne jamais arrêter.

 

 

Je rêve de pouvoir à jamais et pour toujours te combler,
De ta soif de volupté, pouvoir te satisfaire, te rassasier, t’abreuver à satiété.
Je rêve que nous puissions nous rejoindre malgré l’océan et la langue qui nous séparent,
Attends-moi chérie ! Sois patiente ! Pour te faire l’amour, jamais il ne sera trop tard.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Oh que oui !

Oh oui
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Oh que oui !

 

Oh que oui ! Vas-y chéri !
Savoure-moi comme tu en as envie,
Allez ! À toi, librement je m’offre pour cette nuit.
Une nuit que j’attendais passionnément à l’infini.

 

Je suis nue dans ce lit,
Loin de ces regards inquisiteurs,
Qui nous jalousent de notre bonheur,
Qui n’ont que faire de leurs existences et de leurs vies.

 

Étendue devant toi pour ton bon plaisir,
Fragile comme une fleur que tu viendrais juste de cueillir,
Les bras légèrement levés pour ne point cacher mes seins délicats,
Afin que tu puisses les admirer à tous moments et de ce pas.

 

Penche-toi vers mon jardin secret,
Humes-y le parfum de son exquis duvet,
Délecte-toi de ce jus qui coule de cette fontaine,
Colles-y tes douces lèvres tout en t’appuyant sur mes aines.

 

Ô mon amant, fais-moi avec joie crier !
Ô mon amant, fais-moi avec délice hurler !
Ô mon amant, fais-moi de bonheur pleurer !
Ô mon amant, donne-moi une raison de me confesser !

 

Oh que oui ! J’aime ce que tu me fais.
Oh que oui ! J’adore qui vraiment tu es.
Oh que oui ! Je célèbre notre union à jamais.
Oh que oui ! Jusqu’au petit matin, je t’aimerai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Rêves-tu à moi ?

Rêves-tu à moi
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Rêves-tu à moi ?

 

Dis-moi, rêves-tu la nuit ?
Dis-moi, à qui penses-tu dans ton lit ?
Dis-moi, te sens-tu seule dans la noirceur ?
Dis-moi, de quoi pourrais-je te rassurer de tes peurs ?

 

Bien du temps sont passé,
Depuis que nous nous sommes quittés,
Mais, sans cesse, à toi à chaque instant j’ai pensée,
Ne sachant comment faire pour mes erreurs les réparer.

 

Les secondes me sont parues être des éternités,
Alors que j’aurais voulu tant dans mes bras te serrer,
Et sentir ton divin cœur battre à l’unisson contre le mien,
Que je t’aurais donné avenant le cas où cesse de battre le tien.

 

Les minutes sont devenues un véritable supplice,
Un cruel et lent poison versé dans un calice,
Dont chaque gorgée me brûle les entrailles,
À quoi bon vivre car rien ne vaille ?

 

Les heures s’écoulent dans une rivière de souffre,
Dans laquelle, avec désarroi, je m’engouffre,
Devrais-je mettre fin à ma souffrance ?
Pour moi qui erre en ce lieu d’errance.

 

Les jours émergent des profondeurs des enfers,
Car, loin de toi, ô mon amour, je ne sais que faire.
Passant mon chemin sur la route ineffable de la solitude,
Seul devant la vie ! Je ne pourrai pas vivre, c’est une certitude.

 

Les nuits sans toi dans mon palanquin,
À quoi bon espérer un meilleur lendemain ?
Car est perdue ma satisfaction d’être en cet univers,
Et que mon âme porte avec peine le feu impitoyable des fers.

 

Rêves-tu à moi, quelques fois ?
Partages-tu mon envie de te faire l’amour ?
De t’exprimer par des gestes de tendresse qu’un jour,
De voguer de nouveau sur de chaudes mers toi et moi.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada