Archives de tags | beau

Ses nouveaux souliers

Ses nouveaux souliers
« Ses nouveaux souliers » Poème par RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne

Ses nouveaux souliers

 

Hier soir, j’ai rencontré une jeune dame.
Pour qui mon coeur était tous feux, tous flammes.
Je lui offert un petit café dans un bistro près du métro,
Ah ce que j’étais bien avec elle car tout paraissait si beau.

 

Aimeriez-vous venir chez-moi ? Lui demandais-je.
Avec plaisir elle me répondit avec un regard tellement coquin,
Un regard qui m’invita à la prendre dans mes bras jusqu’au matin,
Une fois chez-moi elle s’est empressée d’être nue. L’embrasser le devais-je?

 

Allez mon bel homme ! Tu as aussi envie de moi que moi de toi, me dit-elle.
Nous allons des lors prestement dans ma chambre telle une joyeuse ribambelle,
Sentant le parfum des lavandes de sa France, pays de ces femmes si belles.
Étendue dans mon lit je la savourais jusqu’à l’expédier au septième ciel.

 

Une fois notre appétit charnel comblé et notre soif rassasiée
Une fois ma chaude et blanchâtre semence en elle par jets versée,
Comme de vieux amants, nous nous sommes l’un dans l’autre endormis.
Ne me doutant pas de la drôle de surprise que j’aurai sur le coup de midi.

 

Elle avait apporté ses délicats sous-vêtements faits en dentelle,
Elle avait apporté sa robe de satin qui lui donnait un air d’hirondelle,
Mais par un geste de grande bonté afin que je ne puisse jamais l’oublier,
Elle avait déposé à côté du lit du péché avec délicatesse ses nouveaux souliers.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Espoirs et rêves

Espoirs et rêves
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de Poème écrit par RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Espoirs et rêves

 

Vite ! Vite ! Plus vite que çà, déshabille-toi,
Vite ! Va te doucher, te savonner et rejoins-moi,
Avais-tu remarqué ? J’ai mis mes plus beaux draps,
Car je désire plus que tout être bien traitée dans tes bras.

 

Savonne-toi encore et encore ! Lave-toi bien,
Car cette nuit sans lune, je te le jure, tu seras mien,
Je te ferai connaître, oh que oui, de bien étranges sensations,
Tellement étranges et si agréables que je te ferai perdre la raison.

 

Mais, pour être honnête, je souhaite connaître la vérité,
Si ce bijou si secret et si intime que tu t’es fait poser,
Est si merveilleux que tes nombreuses maitresses le crient,
Le crient sur les toits car un tel jouet je n’en ai jamais vu de ma vie.

 

Et entre nous deux, j’avais encore quelques espoirs,
De réaliser une telle folie, une telle frénésie, une telle fantaisie,
Car cela faisait depuis si longtemps qu’en moi j’en avais tellement envie,
C’est maintenant enfin un jour béni ou plutôt de ma vie de pécheresse le grand soir.

 

Viens vite, mon amour, avec ton prince si beau et charmant,
Depuis toujours je sais bien comme tu es un pervers si étonnant.
Mais là je dois avouer que tu as dépassé de loin toute mon imagination,
Maintenant que mes rêves vont se réaliser grâce à toi et à ton prince en parfaite union.

 

De

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Un coq fier

Un coq fier
Photo réalisée par mon ami Joel Pèlerin Poème par RollandJr St-Gelais

Un coq fier

Poème dédié à Maurice le plus célèbre coq Français

 

C’est un coq fier,
Qui chante le cocorico,
Ah comme il est fier et beau,
Ce qu’il doit faire la fierté de sa mère.

 

Un coq perché sur un si joli cul,
Car c’est ainsi qu’il est tellement connu,
Sans oublier de son chant matinal entendu,
Entendu par les gens du village heureux et nus.

 

Le charmeur, il faut bien le comprendre,
Car de ce beau cul il aimerait bien le prendre,
Alors pour se consoler de ne pouvoir se satisfaire,
Il lui fait la cour en chantant un de ces joyeux airs.

 

Chante ! Chante mon ami,
Chante ! Car la vie vous sourit,
Être sur un si beau cul est un privilège,
Mais attention de ne point tomber dans un piège.

 

Mon ami, vous feriez moins le malin,
Si vous étiez transformer en coq au vin,
Par son époux quelque peu jaloux de vous,
De ne pas chanter, ce qui le rend un peu fou.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Où étais-tu depuis tout ce temps ?

Oo étais-tu depuis tout ce temps
« Où étais-tu depuis tout ce temps ? » par G.B. d’Allemagne Poème par RollandJr St-Gelais

Où étais-tu depuis tout ce temps ?

 

Silence divin, silence de forêt,
Où tout jusqu’à maintenant me plait.
Écoutant les battements de mon cœur,
Qui alternent joyeusement avec le pic-bois moqueur.

 

Je m’imaginais être la nouvelle Ève,
Sans avoir à ses côtés son si bel Adam,
Pouvais-je retenir mes larmes longtemps ?
Cœur inquiet qui me faisait mordre mes lèvres.

 

Depuis le début de notre rencontre,
Je croyais être que pour toi et pour toi seul.
Je me souviens de cette tasse de thé au tilleul,
Que tu me fis boire en ne cessant de regarder ta montre.

 

Je me sentis partir lentement vers un autre univers,
Celui de l’amour et de la passion où tout est beau où tout est vert.
Vers cet univers où les rêves les plus fous et les plus osés sont permis.
Là où faire l’amour rythme avec le plaisir tant de la chair que celui de l’esprit.

 

Maintenant que je suis sortie de cette nuit,
Étendue et nue alors que sur ma peau la clarté du jour reluit,
J’attendais celui qui allait m’embrasser comme dans un conte de fée,
Où étais-tu depuis tout ce temps ? Dis-le-moi ! Car tu m’as tellement manqué.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Juste un fantasme

Juste un fantasme

« Juste un fantasme » par mon ami Joël Pèlerin Poème par RollandJr St-Gelais

Juste un fantasme

 

Aux coups de sept heures,
Je me suis réveillé en sueur,
Car mon être fut envahi par un leurre,
Quel a été ce rêve sinon une grave erreur ?

 

M’étant endormi dans mes draps chauds,
Où tout était bien, tout était pur, tout était beau.
Sentant le silence m’envahir le long de mon corps,
Et le poids de la fatigue jusqu’à ce que je m’endors.

 

Une présence se fit entendre,
Un goût de menthe à mes lèvres,
Coula doucement telle une fraîche sève,
Une sève qui explora ma bouche sans attendre.

 

Survolant mon corps qui semblait être inerte,
Mais ne craignant point de la vie avoir sa perte,
Tu étais couchée bien fragile et nue à mes côtés,
Toi qui en secret j’avais tendrement plus que tout aimée.

 

Nous nous sommes rencontrés sur une île lointaine,
Où les gens fredonnèrent des paroles d’une même rengaine,
Des gens heureux qui ne se soucièrent guère de leurs lendemains,
Des gens riches d’amour et de temps qu’ils offrirent avec des pures mains.

 

Je sentais surgir en moi cette grande force,
Qui fit grandir mon arbre intime libre de sa belle écorce,
De cet arbre qui fait ma fierté depuis qu’un homme je suis devenu,
De cet homme qui est demandé par les plus grandes écoles afin d’y poser nu.

 

De cet homme au corps certes différent,
Mais qui de la vie en apprend encore pour longtemps,
Homme qui aurait tant voulu présenter devant ces artistes sa virilité,
Mais qui devait des règles établies par les us et coutumes les respecter.

 

Mais toi, je te retrouvais là dans mon lit.
Dans ce lieu où dans la noirceur de la nuit,
Revoyant mes amours de jeunesse, je m’ennuie.
Et, contre toutes attentes tu me regardes et me souries.

 

Descendants alors du plafond de ma chambre,
Tel un fantôme revêtu d’un châle à la couleur d’ambre,
Car mon désir était de te faire l’amour dès l’instant que je t’ai vue,
En cette classe où m’y voir poser nu laquelle d’entre vous y aurait crû ?

 

Ouvrant les yeux dès le chant du coq à l’aube,
Qui me faisait penser à un chant semblable à des laudes,
Juste encore un petit moment de joie de te sentir près de moi,
Juste un fantasme qui disparaît telle une brume à l’orée des bois.

 

De

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le fruit défendu

Le fruit défendu

« Le fruit défendu » Photo par G.B. d’Allemagne

Le fruit défendu

 

Je suis ainsi nue,
Je suis toute menue,
Je suis aussi un peu gênée,
Voilà pourquoi mes yeux sont fermés.

 

Je ne savais pas quoi t’offrir,
Un présent qui te ferait plaisir,
Un cadeau qui te ferait un souvenir,
De ce temps des amours aux doux soupirs.

 

Temps passager,
Aussitôt né, aussitôt dissipé.
Aussitôt vécu, aussitôt vu, aussitôt oublié.
Moment qui réconfortera ces jours redoutés.

 

Ces jours qui témoigneront la fin de la route,
Cette fin où apparaissent les regrets comme les doutes,
Toutefois une seule chose que l’on ne doit jamais regretter,
C’est celle où nous avons sincèrement aimer jusqu’à soi-même oublier.

 

Voilà pourquoi béni soit le jour où Ève offrit à Adam,
Le premier de tous les époux, le premier de tous les amants.
Un fruit cueilli sur un arbre si beau et si délicieux d’apparence,
Le fruit défendu que je t’offre à mon tour en cette nuit d’innocence.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Belle surprise

Surprise

 

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

 

Belle surprise

 

Aujourd’hui, c’est ta fête.
Maintenant, je suis enfin prête.
J’ai longtemps réfléchi à mon cadeau,
En souhaitant vraiment qu’il soit le plus beau.

 

Je sais que tu n’es pas fortuné,
Mais tu as toujours su me respecter,
De tes douces paroles qui m’ont réconfortée,
Elles m’ont tellement fait du bien mon bien-aimé.

 

En ce jour d’anniversaire,
Je voulais t’offrir en plein air,
Ce présent qui je crois va te satisfaire,
Vois-tu? Cela faisait longtemps que je voulais te plaire.

 

En cette matinée où sous la bise,
Je rêvais de cet instant où tu me découvriras,
Ainsi nue sans aucune gêne et seulement pour toi,
Voilà mon cadeau ! N’est-ce pas que c’est une belle surprise?

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

C’est le mois de mai

Mois de mai
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

C’est le mois de mai

 

C’est le mois de mai,
C’est le mois le plus beau,
C’est le mois de Marie,
Allons chanter un chant nouveau.

 

Ho que oui ! Quel joli refrain !
Que chantèrent nombreux chrétiens,
À une dame qui a vécu jadis en ce mois,
Où en la vie, on y retrouve une véritable foi.

 

C’est le mois de la renaissance,
Où je repends de mon être sa conscience.
Mois où les bourgeons des fleurs apparaissent,
Et que les vents d’hiver de nos souvenirs disparaissent.

 

C’est le mois où de nouveau la nature éclose,
Et que les amoureux sortent de leurs chambres portes closes.
Pour ma part, juchée du haut du ciel bleu de Cologne ensoleillée,
Je présente la splendeur de mes seins à la beauté de la vie afin de la saluer.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

C’est jour de repos

Après tout, c'est dimanche
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

C’est jour de repos

 

Bonjour ! Bonjour !
Ce qu’il fait beau en ce jour,
En ce jour de fin de mois d’avril,
Qui, ma foi, s’est écoulé tel un mince fil.

 

Annonçant un mois nouveau,
Qui, je l’espère, sera encore plus beau.
Plus beau avec un temps, souhaitons-le, plus chaud.
Car, trop de pluie s’est précipitée sur nos dos.

 

J’ai donc décidé en ce jour un peu spécial de me reposer,
Me reposer, de papoter et, si l’occasion se présente, de baiser.
De baiser avec un de mes nombreux amants qui saura certes me combler,
Et de sa langue experte me fouiller en mes lieux cachés afin de me faire de plaisir crier.

 

Mais, avant toute chose, j’ai décidé de suspendre le temps.
Et de rêver à ce moment où toi et moi ferons l’amour pour longtemps,
C’est jour de repos, de baise et de péchés aussi souvent que je le pourrai.
Car demain, qui sait, peut-être bien ou peut-être pas, je mourrai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Sereine et silencieuse

Sereine et silencieuse
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Sereine et silencieuse

 

Les yeux fermés,
Je ne pourrai jamais oublier,
Le temps que nous avons vécu,
Sur cette terre, ce coin de paradis perdu.

 

Pas un mot de trop,
Et tout y était si beau,
Sous le soleil enchanteur,
J’écoutais ta voix de chanteur.

 

Temps des vacances,
Temps d’une belle innocence,
Temps où loin de nous les tracas de la vie,
Temps de ce bonheur que l’on crût être infini.

 

Tu aimais tant caresser mes cheveux d’or,
Et moi j’adorais tant regarder quand tu dors.
Nous faisions l’amour avec tendresse au petit matin,
Et nous le faisions à chaque instant que cela nous plaisait sans chagrin.

 

Avec toi, ce que j’étais vraiment si heureuse.
Avec toi, je me sentais traitée telle une reine.
Tu m’appelais chaque nuit ma belle sirène,
Car j’étais si sereine et silencieuse.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada