Archives de tags | miroir

Comme si nous dansions !

Dansons

« Comme si nous dansions ! » Photo par G.B. d’Allemagne

Comme si nous dansions !

 

Ce que je suis bien avec toi,
Serais-tu un peu folle de moi ?
À te voir ainsi, la main dans les cheveux.
À admirer sans gêne ton corps si merveilleux.

 

Cheveux roux dans la lumière tamisée,
En cette si belle et tendre matinée,
Cachant avec coquetterie,
Ton intimité si jolie.

 

Et du miroir sur le mur silencieux,
Je pouvais contempler ce coin merveilleux,
Tant la grâce de tes fesses envoûteuses que je désirais,
Que je souhaitais cajoler de mes mains avec un joli refrain.

 

Un refrain d’une belle chanson d’amour,
Afin d’alléger ce temps d’été si chaud et si lourd,
Sans oublier le charme de cette étoile au-dessus de ce sein,
Une étoile kabbalistique qui annonce peut-être un amour sans lendemain.

 

Alors, profitons-en pour faire ce qu’il nous plaît.
Pendant que de notre jeunesse nous pouvons en jouir à souhait.
Baisons ! Baisons ! Encore et encore ! Sans gêne et regret, baisons.
Que nos gestes interdits par la morale se fassent comme si nous dansions.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Devant ce miroir

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Devant ce miroir

 

En ce doux matin d’été

Je suis venu te dire un tendre secret

Qui devra rester entre toi et moi à jamais

Que le plus beau verbe est vraiment celui d’aimer.

 

Arrête de craindre pour ton avenir

Car je serai avec toi pour le meilleur et pour le pire

Puisque nous sommes faits l’un pour l’autre depuis toujours

Et pour l’éternité nous partagerons notre amour.

 

Mais ce matin avant de partir

En te promettant que je vais revenir

Je t’ai laissé ce miroir pour te rappeler

Qu’à mes yeux tu seras toujours ma bien-aimée.

 

Car vois-tu ma chérie ?

Ma fidèle compagne pour la vie

J’ai toujours une photo de toi en haut de mon miroir

Car lorsque tu ne seras plus là, je penserai à toi dans mon mouroir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec

Pouvoir tenir ce miroir

36789529_10214847174524645_4956908643501998080_n

Pouvoir tenir ce miroir

 

Tôt ou tard,

Et sans crier gare,

Nécessité se fera en un jour,

Ou bien en une nuit sans amour.

 

Revoyant le parcours de ma vie,

En me retournant vers mes fautes infinies,

En remarquant mes traces de pas sur le bitume,

En relisant mes paroles écrites avec une belle ou une acerbe plume.

 

Parfois ignorant de tout l’amour reçu,

Parfois reconnaissant envers ceux qui en moi ont cru.

Ainsi a été mon destin, que j’ai poursuivi les quatre chemins,

Chemins de paix, de guerre? Pour des souvenirs si lointains et si incertains!

 

Pouvoir en toute honnêteté,

Malgré mes péchés aussi solides que le fer,

Prendre ce miroir brisé sorti des profondeurs des enfers,

Et me regarder avec grande franchise et sans ambiguïté.

 

Peu de gens en sont capables en cette humanité,

Gens de bonnes ou mauvaises mœurs mais sans cesse portés vers l’avidité.

Jalousant trop souvent ceux qui de leurs tours d’ivoire ont le pouvoir,

Mon seul désir, c’est pouvoir sans verser de larmes me regarder dans ce miroir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Se voir dans le miroir

Denis Violet

Remerciement à Denis Violet de la France pour sa permission

 

Se voir dans le miroir

« Se voir dans le miroir. Quelle chance de pouvoir le faire sans craindre d’y trouver toute trace de vieillesse, que d’y contempler beauté de la jeunesse et grâce de la douce féminité sans omettre le pouvoir séducteur de la femme dans son plus simple apparat. Séduction ! Féminité ! Douceur ! Volupté ! Voilà toute la richesse présentée dans les moindres lignes de ce magnifique dessin. Bravo à son auteur !»

de

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Les mains que je n’ai pas…

23167786_1689825741050705_4835229059931001937_n_InPixio

Les mains que je n’ai pas…

 

Lorsque j’aide sont des ailes,
Se tendent pour l’amitié belle,
S’amusent à faire des poèmes,
Palpent l’amour quand très fort j’aime,

 
Griffent si je m’encolère, 
Implorent et font la prière,
Essuient mes yeux lorsque je pleure,
Peuvent être tendresse à toute heure,

 

Supplient qu’on ne me quitte au soir,
Et puis disparaissent au miroir,
Mais je les retrouve au cœur de moi,
Cherchez bien… mes mains sont là.

 

De

 

Ghislaine Lavoie

Québec (Québec)

Canada

Le reflet

g_20_bcqzglgvrx

Modèle nu ? Sandrine Carrascosa Mon modèle nu préféré

Le reflet

 

Le reflet dans le miroir,
Est-il ce que l’on doit voir ?
Est-il la réalité ou bien une lubie ?
Celle qui aux gens plaît et qu’ils envient ?

 

Reflet intemporel,
Oui, tu es vraiment belle.
Belle dans ta si pure nudité,
Ne serait-ce qu’un jour ou une nuit d’été.

 

Tu offres à ce fidèle compagnon ton corps nu,
D’une exquise sensualité sans gêne et sans retenu,
Sans bouger tu restes là devant ce regard mystérieux,
Celui de ce miroir où se trouve mon âme descendu des cieux.

 

Ce reflet si chaste et tellement pur,
Montre que le temps malgré nous ne dure,
Mais dans le doux souvenir de mes pensées,
Je te donnerai avec passion mes plus chauds baisés.

 

De ton admirateur

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Miroir ! Joli miroir !

New Image53

Miroir ! Joli miroir !

 

Miroir ! Joli miroir !

Dis-moi l’ultime vérité,

Celle qui brille au soleil d’été,

Avant de connaître la tristesse du soir.

 

 Image ! Éphémère illusion !

Qui ne dure que l’instant d’un soupir,

Une brise saisie par le vent qui ne fait que courir,

Réveille-moi tes maximes que t’ont enseigné les sages de Sion.

 

Ô miroir ! Est-il vrai que les dieux ?

Mirent aux yeux des hommes terribles confusions,

Afin de les égarer sur le chemin de la sérénité pour de bon,

Et que les rides du visage et du cœur sont loin d’être odieux ?

 

Aux visages meurtris par le sort,

Les cœurs absorbèrent tous les coups,

Et ces corps fatigués de combattre plièrent genoux,

Revoyant les épreuves du passé ils finirent par enlacer la mort.

 

S’il y a une chose apprise en cette existence,

Une révélation que me firent quelques hommes de leur expérience,

C’est que les rides qui parsèment allègrement nos visages au fil des jours,

Ne sont que le reflet des blessures qui seront en nos cœurs pour toujours.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Jeu de miroir

New Image43

Jeu de miroir

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que la canicule ne vous affecte pas trop par les temps qui courent. Oui, nous avons eu jusqu’à maintenant une température vraiment magnifique depuis le début de la saison estivale. Espérons qu’il en soit ainsi pour le reste de l’été. Soyez sans crainte, nul n’est ici mon intention de vous parler de la pluie et du beau temps au sein de mon blogue dédié avant toute chose à ma passion pour le nu artistique, mais aussi pour la poésie et la photographie. Trois passions qui rendent ma vie tellement belle qu’une parcelle du paradis vient habiter mon cœur à chaque fois que j’y publie un article.

Aujourd’hui, je désire résoudre une question qui vient me hanter au plus profond de mon être : Se pourrait-il qu’il existe un jeu de miroir qui nous permettrait de survivre au sein de la société, de nos multiples rapports avec nos pairs et même de se voir autrement de ce que nous sommes tels quels ? Un tel jeu de miroir apparaitrait au fil de nos expériences de vie allant des premières interdictions que nous firent nos parents, suivi de très près par les maitres d’écoles, jusqu’à la pseudo moralité imposée de manière plus ou moins subtile par la société ? Autrement dit, nous apprenons à donner à l’ensemble de la société ce à quoi elle s’attend de nous uniquement par la simple nécessité de survivre. En ce faisant, nous apprenons à annihiler notre vraie nature pour le substituer par un hybride fait par une multitude de personnalités bien loin de ce que notre nature profonde est.

C’est ici que le jeu du miroir joue de son pouvoir en trompant l’ensemble de la société et, plus souvent que l’on croit, nous-mêmes. Voilà une question que l’on pose par le biais des réseaux sociaux : « Miroir ! Ô miroir ! Dis-moi qui est … » Pourquoi voulons-nous savoir qui nous sommes par l’entremise des autres ? Ne suffirait-il pas d’être tout simplement ? Être authentique, être vrai, sans oublier être au lieu de paraitre ! Et ce, sans passer par les nombreux réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Instagram et tout le reste. Vous aimez tel type de musique ? Vous adorez vous habiller du genre chic ou bien en sport ? Vous ne souhaitez pas parler à qui que ce soit ? Et, bien, il suffit de le faire. Un point, c’est tout. Inutile de le mentionner ou, en sens inverse, de dire tout le contraire sur tous les réseaux sociaux du web.

Oui, c’est un fait que l’on ne peut pas ignorer. Ardu est de retourner le miroir vers soi ! Tout aussi difficile de s’y regarder et de réapprendre ce que l’on est ! Il est sans contredit encore plus laborieux de travailler sur soi afin de dépoussiérer plusieurs années de crasse, de saleté et de souillure imposées par un encadrement qui ne visait qu’à nous faire entrer, parfois avec une main de fer dans un gant de velours, dans un moule maintes fois utilisé. Bref, c’est en prenant possession de ce miroir, allant même jusqu’à le briser, que chacun et chacune d’entre nous pourra prendre sa destinée véritable.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Depuis ma naissance

Le miroir

Depuis ma naissance

Depuis ma naissance que je provoque et je n’en ai pas fini. Mais si je suis capable de me regarder dans le miroir et de me dire que j’ai donné le meilleur de moi-même, c’est l’essentiel. C’est à méditer.

De

RollandJr St-Gelais

En plein coeur de la nuit!

En plein coeur de la nuit

En plein cœur de la nuit 

 

En plein cœur de la nuit, le sang bouille en moi. 

Que m’arrive-t-il? Je ne me reconnais plus. 

Qui suis-je? Où suis-je? Dites-le moi car je n’en peux plus. 

L’étranger qui est dans le miroir me demande « Qui es-tu, toi? Homme en émoi. » 

 

Je suis l’ombre de moi-même. 

Un corps sans âme et sans espoir! 

Une ombre qui passe dans la nuit la plus noire. 

Que Dieu m’en soit témoin, je me languis de cette dame que j’aime. 

 

Que puis-je faire? Que puis-je dire? Que dois-je accomplir? 

Pour simplement lui prouver qu’elle est dans mes pensées. 

Peut importe les saisons; en hiver comme en été! 

Je n’aurai jamais de répit dans ce corps qui soupir. 

 

Bientôt le jour se lèvera! 

Les hommes de mon pays seront salués par le soleil, 

Tandis que d’autres iront se balader sur cette terre aux mille merveilles. 

Et moi, mon seul bonheur sera d’attendre qui n’est pas… 

 

Une journée à admirer les couleurs de l’automne, 

À contempler la magnificence de la nature, 

Pour un instant sachant que rien éternellement ne dure. 

Sauf mon admiration pour cette dame dont sa voix en moi résonne. 

 

Peut importe le temps qu’il fera en cette journée, 

Tout ce qui compte à mes yeux est de te savoir heureuse et comblée. 

Oui, mon bonheur c’est toi qui illumine ma vie, 

Aucune dame en ce monde est comme toi, reste comme tu es chère amie.

De

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada