Archives de tags | études universitaires

Présentation spéciale : G.B. d’Allemagne

Présentation spéciale : G.B. d’Allemagne

Introduction générale

Bonjour tout le monde,

Vous savez que j’attache beaucoup d’importance à laIMG_20200308_110856 qualité de mes publications au sein de mon blogue artistique dédié à l’art du nu, à la poésie et à la photographie sans oublier quelques réflexions personnelles sur certains aspects de la vie et quelques articles sur mon expérience en tant que modèle nu pour des écoles d’arts et des ateliers en art un peu partout au Québec.

Toutefois, je dois reconnaître que mon blogue ne serait pas ce qu’il est sans l’apport plus que considérable d’artistes œuvrant dans le domaine du nu et ce, peu importe les supports utilisés. Certains d’entre eux optent pour la photographie alors que d’autres ont préféré le dessin et la sculpture tout en ayant une approche différente les uns des autres. L’essentiel ici c’est qu’ils partagent tous la passion pour le nu. Une passion qui les unit avec votre humble serviteur.

J’ai longuement réfléchi avant de réaliser cette série tout à fait spéciale sur les artistes qui ont si chaleureusement contribué à la construction de mon blogue. Une contribution que j’apprécierai éternellement et pour laquelle j’aurai toujours une reconnaissance envers chacun d’eux. Mais quoi de mieux que d’écrire un texte de présentation de ces artistes au sein de mon blogue artistique afin d’une part, les faire connaître et d’autre part, de démystifier l’art du nu proprement dit ? Qui plus est ! Une telle initiative de ma part est quelque peu en lien direct avec le confinement général demandé par les instances gouvernementales face à la pandémie actuelle.

 

Gert B. d’Allemagne

Assise sur le litJ’aimerais commencer par vous présenter un photographe vivant dans le pays de Goethe. Il s’agit de G.B. d’Allemagne qui est avec mon fidèle ami Rick B., celui qui a jusqu’à maintenant le plus contribué à mon blogue artistique grâce à des réalisations photographiques de haute qualité. Une qualité qui se laisse découvrir tant par les différentes approches de travail, ce qui inclut souvent des endroits magnifiques, que par la recherche de l’excellence.

Gert.B. est donc d’origine allemande plus précisémentDSCN1009s dans un petit village situé près de la ville de Francfort dans l’ancienne république fédérale d’Allemagne puisqu’il est né en 1962. Il se considère comme un artiste amateur voué à la photographie. Il a fait de longues études universitaires en sciences appliquées mais a été obligé de s’orienter en informatique au cours des années 1980.

Il est divorcé et père de deux enfants lesquels lui ont donné à leur tour, et ce depuis peu, deux enfants à chérir.

sensual_views_by_gb62da_dcy37w7-preSur le plan artistique, il avoue être un passionné des pieds depuis son enfance. (1) Mais au fait, pourquoi une telle passion ? Ce à quoi il répond ceci : « Les femmes nues pieds nus ont toujours été mes préférées dans la photographie. » Par ailleurs, il déplore le fait de constater la présence de femmes à la beauté extraordinaire dans de nombreux magazines qui portent divers souliers cachant ainsi leurs pieds. Et pour reprendre ses mots : « Il n’y a rien de mal à cela, mais ce n’est certainement pas mon goût préféré. »

C’est pourquoi il a décidé de tenter sa chance dans ce domaine. Il a donc commencé à faire ses propres réalisations photographiques au milieu des années 1990 à l’occasion de sessions privées et dans lesquelles les femmes ont toujours été pieds nus. En effet, il leur a toujours demandé d’enlever leurs chaussures aussi souvent que possible. À son avis, être pieds nus rend la pose de la modèle à la fois plus naturelle et douce, et ce que les pieds soient visibles ou non.

Et de poursuivre … « Pour plusieurs raisons, j’aithe_lady_by_gb62da_ddr6eui-pre arrêté la photographie au début des années 2000 et les photographies sont devenues poussiéreuses dans le tiroir… jusqu’à il y a quelque temps, j’ai rejoint deviantArt. C’est alors que j’ai décidé de partager mes vieilles photos. » Peut-être va-t-il redevenir un photographe permanent?  Il n’en est pas certain. Le temps seul en décidera.

the_rose_by_gb62da_ddoxpsj-preLes premières photos sur deviantArt ont été numérisées il y a de nombreuses années déjà. Même si, selon Gert, leur qualité ne réponde pas aux normes en vigueur de nos jours, elles sont pour la majorité d’entre elles liés aux pieds. Fait intéressant à noter, c’est en avril 2013, qu’il a commencé à scanner l’entièreté de ses œuvres lesquelles présentent diverses catégories de nus artistiques tels que des portraits avec un appareil photo plus moderne. Par la même occasion, la qualité du travail technique s’est grandement améliorée au fil du temps.

Fait intéressant à retenir et que j’ai moi-même toujours retenu ! Toutes les photos présentent un filigrane du droit d’auteur. Un droit d’auteur absolu que votre humble serviteur a toujours tenu-compte dans mes nombreuses publications.

Merci à mon ami Gert B., qui a voulu collaborer à la rédaction de cet article.

Et merci à vous pour votre assiduité à suivre mes publications.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

(1) Une passion bien légitime si je peux me permettre.

 

Vivre, c’est prendre des risques

Vivre, c’est prendre des risques
Réalisation photographique par Astrid Kallsen Model is JenovaxLilith on DeviantArt Avec la permission de JenovaxLilith. https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/risk-810609473

Vivre, c’est prendre des risques

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que votre moral ne souffre pas trop des événements qui semblent menacer l’humanité. Si c’est le cas, dites-vous bien que le monde a réussi à survivre à des situations bien pires que ce que les médias de masse nous présentent sans répit. De plus, les oiseaux de malheur ne font pas bon ménage avec la quiétude de l’esprit. Bref, il vaut mieux savoir les reconnaître et les écarter de nos vies. Plus vite cela sera fait, mieux ce sera pour notre bien-être intérieur.

Mais, attention ! Ne mélangeons pas quiétude de l’esprit et un aveuglement face aux risques de la vie. Bien que la première soit l’objectif fondamental à atteindre pour un bonheur authentique, le second fait parti inhérente de l’existence. Ici, ce que l’on doit retenir, c’est que vivre, c’est avant tout prendre des risques.

Tout ou presque constitue un risque potentiel lorsque nous vivons : les choix de nos fréquentations amicales ou professionnelles, nos choix de carrière, nos choix de partenaires de vie, nos choix de fonder ou non une famille sans oublier nos choix quotidiens lesquels peuvent parfois faire une différence positive ou négative sur le reste de nos vies. C’est la réalité et nul ne peut y échapper.

Il est tout de même vrai que la tolérance aux risques varie grandement d’une personne à l’autre. Certaines vont préférer adopter un comportement que je qualifierais dans le jargon financier de « conservateur » tandis que d’autres opteront davantage pour le risque dit « équilibré » et d’autres encore pour une tolérance quasi sans limite. Il faut de tout pour faire un monde avec tout ce que cela implique. En résumé, il ne peut avoir de vie sans le risque. Et c’est par son influence que l’individu forgera sa personnalité jusqu’à la fibre la plus profonde de son être.

Il va de soi que les expériences vécues au cours de nos vies laisseront des marques visibles ou non tant sur nos corps que sur notre psychisme. Ne nous y trompons pas, nous sommes modelés par nos expériences accumulées et tous les risques plus ou moins assumés qui en découlent. Bienheureux celui qui a été épargné par la vie. Mais bienheureux aussi celui qui a su grandir malgré les épreuves. En effet, c’est par l’entremise du risque et des épreuves qui en font partis que l’on évolue de manière irrévocable.

Tel me suggère cette magnifique photo, le risque peut nous faire découvrir des lieux d’une beauté insoupçonnée, nous faire rencontrer des gens qui par leurs mentalités nous ferons comprendre des manières de voir la vie de façons diamétralement opposées aux nôtres, nous mettre parfois en position de vulnérabilité face à l’inconnu. Tout est possible dans le risque. Tout ? Non, pas tout à fait ! Je me rappelle bien cet adage appris à l’occasion de mes études universitaires qui se résume à ceci : « tu peux ignorer ce qui peut arriver, mais tu ne peux pas ignorer ce qu’il ne doit pas arriver ».

Qui dit risque dit aussi prudence laquelle est parmi l’une des quatre vertus cardinales. Et c’est justement grâce à une prudence bien dosée que les êtres humains ont pu affronter des défis insurmontables à première vue. Des défis qui ont jalonné le cours de l’histoire et qui continueront à marquer le futur. Parfois pour le meilleur, parfois pour le pire. Et seul le fait d’accepter de prendre les risques a permis d’avancer jusqu’à maintenant et le fera pour toujours.

Merci d’avoir pris le risque de lire le présent texte.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

  

Le langage du corps

IMG_20191104_140811_987
Votre humble serviteur RollandJr St-Gelais de Québec

Le langage du corps

Bonjour tout le monde,

IMG_20191224_110448_221Pour terminer l’année en beauté, j’ai demandé aux personnes qui me suivent au sein de mon Facebook de me proposer des suggestions afin d’enrichir mon blogue consacré à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie ainsi qu’à des réflexions personnelles. Comme le saint évangile se base sur la compréhension du Christ selon la vision des quatre évangélistes, ces quatre éléments ont sein même de mon blogue doivent servir à saisir toute ma passion face à la vie. À vrai dire, ma passion de vivre tout simplement.

Une passion qui se reflète à la fois par et dans mesIMG_20191204_194538_324 écrits qu’ils soient sous forme de proses ou de poésie ou bien par mes expériences de modèle vivant et par les œuvres photographiques ou de dessins réalisées par mes collaborateurs outre-Atlantique. Ne croyez pas qu’il soit aisé pour votre humble serviteur de rendre justice à ces derniers. Il n’en est strictement rien, et ce pour deux raisons majeures. Tout d’abord, trouver les mots qui épousent à la perfection les œuvres est loin d’être facile surtout que les mots que je choisis peuvent ne pas avoir la même teneur émotive que ceux de langue, par exemple, germanique. Ensuite, le langage visuel est souvent aux antipodes du langage écrit. Dit autrement, ce que l’auteur désire exprimer par l’une de ces œuvres peut être perçu de manière fort différente chez le commun des mortels.

DANS2268-ModifierEt que puis-je dire lorsqu’il est question du langage du corps? Du fait de ses nombreux signes, le corps ne ment jamais. Un regard? Une démarche? Une respiration? Une expression faciale aussi imperceptible qu’elle puisse l’être ne peut échapper indéfiniment à un œil attentif. Le corps ne ment jamais ! Qu’on se le tienne pour dit. Ce qui est d’autant plus vrai pour ce qui est du modèle vivant surtout si la nudité intégrale est de mise.

Le corps est plus que le véhicule de l’âme. Un peu àDANS2318-Modifier l’image d’une ampoule électrique, c’est par lui et lui seul que l’être véritable se manifeste face à son milieu environnant. Personnellement, je me rappelle l’état de bien-être que j’ai ressenti à l’occasion de mes deux dernières séances de nudité artistique vécue respectivement à Chicoutimi et ici même à Québec. Un tel état a grandement favorisé une assurance face à aux attentes de part et d’autre des personnes présentes sans oublier une grande aisance chez votre humble serviteur dans la prise de poses.

DANS2271C’est un fait. Le corps possède son langage. Je devrais plutôt écrire ses langages dépendamment s’il s’agit d’un modèle nu masculin ou féminin, de ses expériences de vie et du milieu dans lequel il a reçu son éducation sans omettre ses valeurs personnelles. Je le reconnais que mes valeurs judéo-chrétiennes peuvent sembler être au diapason au fait que je poseIMG_20191209_161857_395 entièrement nu pour des écoles d’arts, des ateliers en art ou encore pour des artistes en privé. Cependant je n’oublie jamais le caractère sacré inhérent à mon corps dans lequel mon âme s’exprime et par lequel mon esprit se rattache à l’Esprit créateur de l’univers. (1)

Pour ce qui est des expériences de vie du modèle vivant,IMG_0717 force est de constater qu’elles ont une influence indéniable sur sa vision à l’égard de son corps. Certains modèles ont trouvé, fait intéressant à noter, dans les poses nues une cure face à des blessures qui peuvent parfois remonter à leur lointaine enfance. Pour d’autres modèles, et je fais parti du nombre des heureux élus, poser nu est tout simplement un plaisir partagé avec des artistes amateurs ou professionnels et, dans quelques cas, de renommé internationale. Pour ma part, un de mes grands plaisirs vécu cette année est d’avoir pu rendre service à une étudiante en photographie dans le cadre de ses études universitaires à l’université du Québec à Chicoutimi.

N’oublions jamais ce point central dans ma philosophie de vie : Comme tout épicurien qui se respecte, tout ce qu’il fait doit être fait avec un minimum de plaisir. Ce qui m’amène à conclure ce présent article par ceci : les émotions s’extériorisent par le langage corporel. Or, c’est par le plaisir le plus pur sans aucune arrière-pensée aussi futile soit-elle, que le langage du corps peut illuminer le milieu dans lequel il se trouve.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

(1) J’ai opté par cette image pour désigner l’Être Suprême.

(2) Page artistique Facebook : https://www.facebook.com/modelevivantaquebec/

Un peu de provocation

IMG_20191014_131405

Petite réflexion personnelle

Un peu de provocation

Bonjour tout le monde

J’espère que vous allez bien et que vos préparatifs pour affronter l’hiver vont bon train. Pour ma part, je m’y prépare tranquillement tout en m’occupant de ma belle Princesse Goldy. Qui plus est! Je ferai en sorte que mon séjour, quoique bref, à Chicoutimi se passe bien.

En effet, vous savez probablement que je serai modèle nu pour une étudiante en arts visuels de l’Université du Québec à Chicoutimi pour une séance photo qui aura lieu ce dimanche en après-midi. Une séance photo pour laquelle je donnerai le meilleur de moi-même.

Trois raisons majeures m’incitent à donner tout ce que je pourrai dans le cadre d’une telle activité. En premier lieu, avoir la pleine et entière confiance de la part d’une étudiante en arts visuels pour un projet qui lui tient à cœur est un facteur important dans ma volonté de donner mon plein potentiel. En deuxième lieu, ce sera ma première séance photo avec une photographe dans le cadre de ses études universitaires. Être à la hauteur de ses attentes est pour moi d’une importance capitale.

En dernier lieu, le thème de ladite séance photo est à mes yeux fort émouvant surtout si je tiens compte de ma situation physique. Voir un corps masculin avec un handicap physique visible lequel est présenté de manière respectueuse et sans sensationnalisme est plutôt, admettons-le, rarissime de nos jours.

Cela m’amène à aborder un sujet peu développé dans mon blogue dédié à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie ainsi que de manière occasionnelle à des réflexions personnelles sur divers sujets.

Parfois, j’ai bien écrit « parfois », la provocation peut être un outil susceptible à susciter des débats au sein de la société. Je pense en l’occurrence à certaines œuvres d’art qui sont devenus des témoins de l’histoire. Des témoins qui ont forcé les gens à voir la réalité d’une manière que je qualifierais de plus humaine. Qui a été capable de rester de marbre devant une œuvre d’art, quelque soit le support, qui dénonce les atrocités de la guerre? Poser la réponse, c’est aussi y répondre.

Personnellement, je sais bien que certaines de mes publications au sein de mon blogue ont pu surprendre mes abonnés. C’est là, un risque inhérent à publier ses écrits. Cela en a même été le cas de certains de mes poèmes. Bon! J’assume ce que j’ai fait jusqu’à présent et je le ferai de nouveau si c’était à refaire.

Mais attention! Provoquer simplement par plaisir est selon moi d’une stupidité exécrable. D’ailleurs, j’ai remarqué que plusieurs pseudo artistes, notamment des humoristes, adorent provoquer en allant même jusqu’à l’obscénité. Pour moi, je n’ai toujours pas compris pourquoi certains humoristes se contentent d’être dans la voie de la médiocrité.

Enfin bref, on peut être provocant. Mais si on le fait, il est préférable de le faire avec un bon goût. Et comme on dit si bien au Québec, la modération a bien meilleur goût.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Petite réflexion en ce 29 août 2018 

IMG_0069_edited

Petite réflexion en ce 29 août 2018 

Bonjour tout le monde, 

Comment allez-vous ? Pour ma part, je suis en mode réflexion. Oui, vous avez bien lu. Un homme peut parfois réfléchir. Non, je blague. De nos jours, réfléchir est une capacité que l’on voit de plus en plus rarement en ce monde. Bienheureux ceux qui savent utiliser ce don à bon escient, ils éviteront bien des problèmes. 

Ceci écrit, j’ai réfléchi sur une question que les gens deIMG_0030_edited mon âge se posent et qui est : qu’aurait été ma vie si j’avais fait tel ou tel choix ? Personnellement, cette question semble être tout à fait superflue. Trois raisons majeures me poussent à une telle conclusion. La première réside dans les facteurs dits “impondérables”, c’est-à-dire ceux qui de par leurs présences influencent le cours de l’histoire de chacun d’entre nous. Par exemple, les gens qui jalonnent le parcours de notre vie et qui nous influencent de manière positive ou négative. Je dois avouer que le fait d’avoir fait très tôt dans ma vie la connaissance de gens ayant fréquenté le milieu universitaire a eu une influence incommensurable dans ma décision de poursuivre des études universitaires. 

Ai-je bien fait d’avoir choisi une telle option ? Sans aucun doute ! Par ailleurs, c’est peut-être l’une des rares décisions prises dans ma vie dont j’en retire une réelle fierté. La connaissance est la plus grande richesse que l’on peut se donner et que l’on doit transmettre aux générations futures. Fait à noter ! C’est la première promesse de grande importance que j’avais faites à ma mère.  Et je ne l’ai jamais regretté par la suite. 

IMG_0015_editedAutre question concernant le déroulement de ma vie : qu’aurait-elle été si j’étais né avec tous mes morceaux ? Là encore, bien malin celui qui peut deviner avec exactitude la réponse. Par ailleurs, le postulat de base de mon raisonnement devrait être qu’effectivement, je suis né avec tous mes membres, ceux que la vie a bien voulu m’accorder par le biais du drame de la thalidomide. Drame qui toucha un nombre considérable d’enfants, de familles et de parents. Un drame qui illustre bien que l’appât du gain puisse prendre le pas sur la dignité humaine. En dépit ce que certaines personnes puissent penser, je considère que j’ai réussi ma vie sous bien des égards. Ma passion de modèle vivant pour des écoles d’arts et des ateliers, mon amour de la poésie, mon talent en photographie et bien d’autres domaines démontrent que je réussie fort bien à m’intégrer dans le monde. Certes, je ne me lève pas chaque matin pour me rendre au boulot avec une boîte à lunch sous le bras, mais ce que je fais, je le fais avec un sens professionnel indéniable. 

Aurais-je pu m’exprimer de la même façon si j’étais né non handicapé ? Je ne le crois absolument pas. Et pour cause puisque la réalité, c’est-à-dire ma réalité, aurait été aux antipodes de ce qu’elle est maintenant. Aurais-je été plus heureux ? Voilà bien une question où la réponse finale dépend de facteurs qui auraient été fort possiblement autres de ce que je vis actuellement. 

La seconde raison réside dans le regard que je pose actuellement dans ma vie. Élément intéressant à noter ! Être modèle vivant m’a amené à prendre davantage connaissance sur le regard qu’ont les gens sur le corps. Tous sont appelés à apprécier ce que leurs corps sont, mais peu sont élus. Que de défauts on trouve sur notre corps. Nous aimerions qu’il soit ainsi, comme cela, avec moins de ci et plus de ça. Ne vous en faites pas, j’ai moi aussi une telle tendance. Ce que nous aimerions être parfait. Mais, au fait, qu’est-ce la perfection ? 

La perfection ne peut exister en ce monde puisque parIMG_0074_edited une pure logique, ce que l’on obtient d’une main, on le perd de l’autre. Un autre dicton affirme ceci : “Il est bon que l’on n’ait pas tout ce que l’on désire, cela nous permet d’apprécier ce que l’on a.” Voilà le fondement de philosophie de ma vie : Savoir apprécier ce que j’ai, ce que je suis et ce que j’ai accompli jusqu’à maintenant sans pour autant cesser de chercher ce qui pourrait me faire avancer. Ici, il est utile de savoir faire preuve d’un peu d’humilité face à soi-même. D’ailleurs, tout souverain digne de ce nom doit savoir reconnaître tant ses faiblesses, ses erreurs, ses carences que ses forces, réussites et ses avantages. Chose assez cocasse à retenir ! Il existe une prière assez célèbre dans les divers regroupements de gens ayant développé des dépendances tant aux narcotiques que de l’alcool ou de tous comportements destructeurs. Ladite prière peut être récitée par toute personne indépendamment de leurs croyances religieuses ou de leurs philosophies de vie. Vous trouverez ci-joint ladite prière connue sous le vocable de “ La prière de Sérénité ”. 

La prière de Sérénité 

Mon Dieu, 

Donnez-moi la Sérénité 

D’accepter les choses que je ne peux changer, 

Le Courage 

De changer les choses que je peux, 

Et la Sagesse 

D’en faire la Différence.

Amen

IMG_0049_editedLa dernière raison de ne pas trop me poser la question à savoir comment aurait été ma vie avec tous les “si” imaginables et inimaginables qui peuvent surgir en mon esprit réside sur un autre postulat de base. Ce qui est fait, est fait. Mais ce qui peut arriver de notre avenir dépend en bonne partie de ce que nous attendons de nous-mêmes. Tout peut changer à partir du jour où nous décidons de prendre notre vie en mains. Quels sont nos rêves ? Quels sont nos objectifs pour le futur ? Quels sont les moyens mis à notre disposition pour les atteindre ? Et que pouvons-nous faire pour y remédier avenant le cas où les limites dépassent nos possibilités ? Puisqu’il faut avoir deux jambes pour avancer, il faut se baser sur deux options complémentaires. D’une part, abaisser le seuil à atteindre de manière à le rendre plus réalisable et d’autre part, chercher les outils nécessaires pour atteindre le but fixé. Mais l’essentiel est de faire preuve de patience en toute chose. Rappelons-nous que Rome ne s’est pas bâtie en un jour. 

En résumé, je voulais faire part de ma réflexion en ce40075790_10155921834272523_1782910610413977600_n jour du 29 août 2018. Une journée où la pluie rafraîchit l’air ambiant de la belle ville de Québec. Une journée qui porte à la réflexion, à la méditation et à partager avec les gens que l’on aime. Je dirais en terminant cette missive de ne jamais regretter ce que vous avez fait dans votre vie, ni ce que vous êtes. Vous avez fait de votre mieux et c’est ce qui fait de vous une personne unique et extraordinaire. 

Merci pour votre attention. 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada