Archives de tags | ancêtres

Qui est la plus belle ?

Qui est la plus belle ? Poème de Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/AN-204a-Mandel-946388015

Qui est la plus belle ?

 

En ce monde de tant de pervers !

Je me suis mise nue comme un ver.

Car, par-dessus tout, je désire admirer,

Le pouvoir de séduction de ma féminité.

 

Oui, je suis faite de sang noble et d’une pure chair.

Mais, sachez, ô, peuple, que cela est loin de me déplaire.

Je suis, avec raison, de la France si glorieuse de ses ancêtres.

De ces gens petits et grands qui m’ont transmis cette fierté d’être.

 

De discourir avec la langue de la noblesse si riche et si magique.

Qui construit par des mots dignes de Molière des phrases féériques.

De ce peuple qui a vu naître Baudelaire, Balzac, Rembrandt et Pasteur.

De cette nation qui a fait face avec un courage fabuleux à ses peurs.

 

Oui, je suis splendide comme la douce France d’autrefois.

Celle qui possédait à l’égard de l’avenir une incommensurable foi.

Le pays des droits de l’homme et de ce merveilleux triple adage !

Fraternité, liberté et égalité ! Voilà ce qui traversa les âges.

 

Je suis fière de mes frères qui luttèrent contre l’inimitié.

Je serai obligée envers celles qui combattirent contre la cruauté.

Celle qui enlève à l’humanité la plus rudimentaire des grâces.

En l’absence du respect des droits ne peut que surgir la disgrâce.

 

C’est pourquoi j’admire tant mon corps qui se reflète dans ce miroir.

Tout ce que j’y aperçois est si doux à mes yeux bleus en ce soir.

De la tête jusqu’à mes pieds, je me trouve en réalité très belle.

Je vous en prie, mes amis, laissez-moi voler de mes ailes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Oh! Bonjour!

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Oh ! Bonjour !

 

Oh ! Bonjour !

C’est enfin le jour.

Une journée à partager,

Avec mon chéri bien-aimé !

 

Je suis devant le miroir.

Que devrais-je porter pour ce soir ?

Oui, je sais qu’il est un peu tôt pour me questionner,

Sur les habits que je devrais mettre en prévision de la veillée.

 

Mes yeux si purs iraient tellement bien avec une robe blanche,

À laquelle, je joindrais une corde qui moulerait la forme de mes hanches.

Des chaussures d’un verre étincelant s’uniraient à mes pieds si légers.

Tout en me souvenant des premiers pas vers cet homme jadis étranger !

 

Pour ce qui est de ma gracieuse chevelure dorée,

Un bandeau à la couleur d’azur, avec minutie, je placerai.

Une simple fleur sera mise entre mes seins voluptueux,

Afin de rendre mon amoureux tellement heureux et joyeux.

 

Un rouge à lèvres agrémentera mon doux visage.

Un legs que mes ancêtres m’ont transmis à travers les âges.

Certains affirment qu’il y a parmi mes aïeules des sorcières.

Tandis que bien d’autres racontent qu’il y avait aussi des guerrières.

 

Voilà bien une bonne raison d’être fière de mes origines.

Elles savaient concocter des potions magiques avec des herbes fines.

Elles manièrent l’épée et des armes de combat pour la défense des leurs.

Face à des ennemis puissants et devant l’adversité, elles n’éprouvèrent aucune peur.

 

Devant la glace, j’imagine nourrir mes bambins aux seins.

Ces êtres que je chérirai jusqu’au jour où se terminera mon chemin.

Un idéal que j’affectionne depuis que j’ai atteint l’adolescence.

En revoyant ma mère qui chantait un hymne à l’enfance.

 

Il est maintenant plus que temps de passer à l’action.

À trop rêvasser, on vient à en perdre la raison.

J’ai tant de choses à faire aujourd’hui.

Je vous dis à bientôt, les amis.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Façonnée dans les flammes

Façonnée dans les flammes Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par MTL3 Source : https://www.deviantart.com/mtl3/art/Lila-3-911817101

Façonnée dans les flammes

 

Femme de mes nuits !

Tu es la fille préférée de Lilith.

Tu es une guerrière qui a combattu,

Sur les mers agitées et des terres inconnues.

 

Tu es celle que même les géants du chaos originel craignent d’affronter.

 Tu offres la clémence pour le modeste et la rancœur envers l’effronté.

Tu es la représentante de cette race puisée des temps immémoriaux.

Qui a forgé ses armes fabuleuses à même les bûchers infernaux.

 

Tes cheveux sont rouges comme les flammes de la Géhenne.

Ta rage démoniaque, source de ta force, traverse tes veines.

Ton corps a été sculpté sur la pierre sacrée de tes ancêtres.

Cette pierre, racine immuable de l’origine de tout ton être.

 

Des territoires à perte de vue, tu as vaillamment conquis !

Des peuples fiers de leurs savoirs, tu as pourtant soumis !

Il est toutefois connu depuis des lustres, depuis toujours.

Que ta passion aux combats égale celle de faire l’amour !

 

La splendeur de tes seins a de tout temps épousé ta cuirasse d’airain.

Allant vers tes adversaires d’un pas alerte tenant ton épée à la main.

Tu les fais trépasser à la vitesse de l’éclair, telle a été leur destinée.

Sans égard, même un seul instant, à l’immensité de leurs cités !

 

Maints rois se moquèrent de tes fidèles armées.

Celles que l’on appelle les amazones qui ont déferlé.

De corps unifié sur de vastes contrées jugées inviolables.

Elles ont su démontrer leur combativité de manière irréfutable.

 

Devant tant de faits victorieux et de gestes héroïques accomplis.

Tes comparses ont, d’une voix soudée, cet ultime décret pris.

Tu as, en tant que reine, ce symbole d’union de la force et de l’âme !

Ce signe est la preuve que tu as été façonnée dans les flammes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La princesse

La princesse Poème de RollandJr St-Gelais Collection de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/206-937548710

La princesse

 

Ô, ma tendre et adorable princesse !

Te voilà maintenant belle comme une déesse.

Grande femme qui fait rêver bien des hommes.

Tantôt courageux ou fortunés, souvent des bêtes de somme.

 

Je t’ai donné la meilleure éducation possible.

Tu sais bien que pour toi, j’aurais fait l’impossible.

L’amour d’un père ne connaît pas de frontières.

Surtout depuis le décès de ta pauvre mère.

 

J’avais versé tant de larmes à la suite de son départ.

Sa féminité était aux yeux de tous une œuvre d’art.

Et sa grandeur d’âme envers les démunis de la vie,

N’avait, dans les cœurs des indigents, aucun prix.

 

Elle avait laissé près de moi un véritable petit ange,

Qui était sous la protection de Saint-Michel l’archange !

Une enfant fraîche comme une rose, fragile comme de l’argile.

Quel magnifique cadeau du ciel qu’une frêle et tendre fille !

 

Tu as grandi en grâce, en beauté et en sagesse.

Sans être parfaite, tu es loin d’être parmi les pécheresses.

Je t’ai inculqué la piété et autre chose de vaste valeur.

Afin que tu puisses jouir de la vie sans en avoir peur.

 

Jeune femme fière et forte ne craignant rien,

Tu sauras en temps et lieu accomplir ton destin.

Les mains appuyées sur les bras de la chaise,

Tu ressembles à une diablesse dans sa fournaise.

 

Envers les nécessiteux, tu as une âme charitable.

Tu sais être intransigeante envers les esprits lamentables.

Tu pardonnes à celui qui se reprend de ses erreurs.

Et tu corriges celui qui face à Dieu, n’éprouve aucune peur.

 

Tu es bien la descendante de tes ancêtres,

Ceux dont le sang coule dans les veines de mon être.

Tu es une princesse réellement digne de porter leur nom ancestral,

Tu sauras apprendre à gouverner avec justice en évitant le mal.

 

Comme ta mère serait fière de toi si elle était encore de ce monde.

Elle te voit peut-être en voguant sur les éternelles ondes.

Celle de la lumière céleste issue du plus pur amour,

Afin d’être dans nos cœurs maintenant et toujours.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dandy

Dandy Poème de RollandJr St-Gelais Peinture réalisée par mon ami Noble Roro de la France

Dandy

 

J’ai rencontré un mec,

Qui est venu explorer le Québec.

Un touriste, pas comme les autres.

En bon citoyen, je me devais d’agir en hôte.

 

J’ai fait sa connaissance à l’un de nos nombreux cafés.

Sur la rue Saint-Jean que j’adore bien ratisser.

Comme je suis clairvoyant de part nature.

J’ai vu qu’il avait une drôle de parure.

 

Je lui ai posé mille questions,

Sans aucune mauvaise intention.

C’était la première fois qu’il venait découvrir,

Ce petit coin où les gens aiment tant vivre et rire.

 

Comme il était assis à la table d’à-côté,

Nous avons, avec entrain, tellement discuté.

Il était natif, si je m’en souviens, de la Normandie.

Une région du nord, de mes ancêtres, leur mère-patrie.

 

Il avait, à mes yeux fort étonnés, un style bien sympathique.

Avec sa veste et ses pantalons qui lui donnaient un air pudique.

À vrai dire, c’est plutôt rare de voir un homme tout de marron vêtu.

Surtout en cette saison estivale où l’on se balade presque torse nu.

 

Il me relata avec ardeur mille péripéties,

Il affronta tant de danger durant sa courte vie.

Il avait œuvré dans divers boulots, pour subvenir.

Aux besoins de sa vieille mère pour lui permettre de survivre.

 

Me racontait-il la vérité ou bien une fabulation ?

Pour être franc, je n’en ai pas idée et cela est bon.

En effet, par sa seule présence, la journée devenait intéressante.

Et, entre vous et moi, peu de choses sont actuellement amusantes.

 

Il m’exposa avoir parcouru l’ensemble du continent africain.

Y avoir découvert tant de trésors et de ses secrets divins.

Y avoir rencontré quelques peuplades isolées,

Impossibles à décrire en cette matinée.

 

Puis, après avoir bu sa dernière gorgée de café.

Il avala d’un trait son croissant frais et il prit congé.

Lorsque vint le moment de régler mon addition,

On m’avisa que c’était déjà fait sans autre précision.

 

Peu après l’heure du souper, au courant de la soirée.

J’ai regardé, comme d’habitude, les nouvelles télévisées.

On y traita d’une exposition d’un explorateur européen,

Une exhibition terminée pas plus tard que ce matin.

 

On y montra, avec étonnement, sa photo à l’écran.

Il s’agissait de l’homme rencontré au petit restaurant.

Aurais-je parlé avec un être illuminé par une auréole ?

Car chacune de ses aventures semblait si absurde, si folle.

 

Qu’à cela ne tienne mon très cher Dandy.

Par ta présence, tu as agrémenté mon après-midi.

Pouvons-nous nous revoir dans l’un de ces bistrots ?

Tu me raconteras alors tes faits et gestes si originaux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada