Archives de tags | oreille

Ce soir

kamera_di_crema_by_anioblica_dcqufe2-fullview

Avec la permission de Katarzyna B. modèle nue

Ce soir

 

Ce soir, tu seras à moi.

Tu m’obéiras à chaque instant et aux pas.

N’est-ce pas là depuis longtemps ce que tu désires ?

Ce qui depuis bien des jours et des nuits te fait tant souffrir ?

 

De souffrir d’ignorer ce moment tant attendu,

Où dans cette nuit d’amants damnés, nous serons nus.

Nus et libres de s’offrir l’un à l’autre sans regret ni détour,

Et par de tendres gestes nous ne cesserons pas de se faire l’amour.

 

Tu seras en ces heures mon esclave soumise,

Car je connais ton vœu de ne plus être insoumise,

De connaître la chaleur de mes bras et la force de ma verge,

Qui t’amènera dans le royaume des nymphes pures mais non vierges.

 

C’est en évoquant mon divin nom,

En haletant en mon oreille mon prénom,

Que tu me supplieras de poursuivre mon rôle de maître,

Afin de te satisfaire en te faisant par le plaisir toujours renaître.

 

Jeune dame ! Jeune déesse d’une nuit,

Belle femme malgré les jours qui me fuient,

Attends-toi à savourer ces moments d’extase,

Car malgré mon corps meurtri et blessé, je suis un as.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ce que j’aimerais

33167042_1533016336808975_7248461093931057152_n

Magnifique dessin par Noble  Roro de la France

Ce que j’aimerais

 

Que vois-je en cet instant ?

Serait-ce une lubie, un rêve ?

Serait-ce un plan de la belle Ève ?

Un signe des divinités au firmament ?

 

Belle dame aux cheveux entremêlés,

Seriez-vous à tout hasard celle de ma destinée ?

Celle promise par la vie longtemps avant que je sois né ?

Ou être là à vos côtés afin de caresser votre sein enjolivé ?

 

De ce sein à l’auréole dressé par le désir,

Qui recherche la bouche qui saura le  satisfaire,

Le faire sursauter de surprises incroyables pour lui plaire.

Ou bien une oreille posée avec délicatesse sur ce sein avec un soupir.

 

Ô divine beauté, ce que j’aimerais …

Ô charmante inconnue, ce que je souhaiterais …

Être cette bouche qui aura la chance de vous combler,

Posséder ces lèvres qui sauront au septième ciel vous y amener.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Matane (Québec)

Canada

 

Mon amie

Dame Plume

Mon amie

 

Bonjour mon amie,

Ce que la vie me sourit,

Lorsque contre moi tu te blotties,

Et je t’entends ronronner dans la nuit.

 

Toi mon amie de mes jours,

Tu m’es fidèle depuis toujours,

Toi ma tendre amie de mes nuits,

Que serais-je sans toi dans ma vie ?

 

Toi ma belle compagne,

Qui me fait penser à la campagne,

Merci de me tenir compagnie avant mon départ,

Avant que devant Dieu ou les hommes il ne soit trop tard.

 

Ô belle dame ! Ô belle dame Plume,

Qui est là sous le soleil ou  sous la brume,

Dis-moi au creux de mon oreille ton secret ?

Raconte-moi tout, je t’en pries, si ce n’est pas indiscret.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ma leçon …

sans-titre

Gracieuseté de Angelilie Site web: https://voyageonirique.com/2017/07/26/lecon-de-piano-3/

Ma leçon …

 

Ce que j’aimerais être à vos côtés,

Pour entendre sur les touches du piano,

Vos doigts les effleurer de ces ré et de ces do,

D’un air connu et avec délicatesse je chanterai.

 

J’attendrai bien sagement,

Assis sur mon banc tout en admirant,

La grâce des courbes de votre tendre beauté,

Je m’approcherai de vous dès la fin de la pièce jouée.

 

Vous glissant dans le creux de votre oreille,

Quelques mots qui deviendront notre secret éternel,

Viens dans ma chambre où je t’enseignerai avec passion,

Quelques notes nouvelles  et belles positions qui deviendront ma leçon.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

J’aimerais tant…

J'aimerais tant...

J’aimerais tant…

Ô belle dame assise près de cette calme et douce rivière,

Dès l’instant où je te vis sortir de cette eau entièrement nue,

Ravive en moi un triste souvenir d’un amour à jamais révolu,

Voilà pourquoi je ne peux plus fermer mes paupières.

Comment pourrais-je m’approcher de toi?

Moi, l’homme que je suis avec ce corps mutilé.

Te dire simplement quelques mots pour te saluer,

Faire quelques pas, sans te faire peur, malgré moi.

 J’aimerais tant sentir le parfum de tes cheveux,

Les caresser pour apprécier comme ils sont soyeux.

J’aimerais tant coller ma joue et te dire des mots doux,

Ô combien tu as réussi à me rendre fou.

N’ai pas peur, ô ma divine beauté, je t’en pries.

Te dire seulement et simplement comme je t’aime,

Et c’est pour toi que j’ai composé ce poème.

Sois rassurée, ô ma déesse, c’est de toi que mon cœur s’est épris.

J’aimerais tant être cette eau qui effleure ta peau,

Afin de pouvoir sentir le sang qui coule dans tes veines.

Qu’ai-je fait mon Dieu pour avoir si peu de chance tel un Verlaine?

Et de me languir de ne point satisfaire celle que je désire?

J’aimerais tant arrêter le temps qui passe,

Avant que, dans l’Au-delà, je ne trépasse.

Pour te chuchoter dans le creux de ton oreille,

Comme tu es belle, telle une vraie merveille.

De

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pour toi, maman!

Repose en paix

Pour toi, maman!

Seul celui qui perd sa tendre mère connait la douleur véritable,

Celle qui ne pourra jamais s’effacer malgré tout le temps qui passe.

De ce temps où je revois ton tendre sourire avant que tu trépasses,

Qui ne disparaitra pas de ma mémoire malgré le sablier ayant épuisé son sable.

De mon enfance, j’ai ceci en mon humble souvenance :

Une femme fière, une épouse aimante et une mère attentionnée.

Et de mon adolescence, période troublée par la perte de mon innocence :

Une oreille attentive à mes questions en dépit de mes ingratitudes effrontées.

Que dire du jour où tu acceptas un peu la mort dans l’âme,

De voir le fils que je suis quitter le nid familial pour tracer sa destinée?

Et en toute liberté, découvrir le monde où vivent hommes et femmes.

N’est-ce point-là le but du jour où sur une terre nordique, je suis né?

Ô mère, tendre mère, ma mère!

J’aimerais tant que dire un simple mot,

Pour te remercier de m’avoir soigné bien des maux,

Et d’avoir été présente aux côtés de mon admirable père.

Tu as connu au fil des années bien des joies et des peines,

Et pourtant, tu as su m’enseigner à rester noble devant l’adversité.

Notamment en ce jour où sorti de ton sein et nourri du sang de tes veines,

Ton fils ainé qui alla, ô triste et cruelle vie, être tué sans pitié.

Quoiqu’il en soit, tu restas toujours debout telle une aristocrate.

Afin de m’apprendre une suprême leçon tel le grand Hippocrate.

Qu’en toutes circonstances, il faut garder foi en la vie et croire en soi.

C’est qu’alors mon garçon, tu m’as dit, que de ta vie tu en deviendras roi.

Merci mère pour tant de joie partagée avec moi il y a de cela longtemps.

Merci mère pour ta joie de vivre que tu m’as léguée comme un testament.

Merci mère pour m’avoir appris à apprécier la beauté de mon corps.

Voilà pourquoi, je sais qu’il est si unique tout en étant si fort.

Je t’en suis reconnaissant, chère mère, à jamais et tout le temps.

Puisses-tu reposer en paix ! Tu l’as si bien mérité, je te le dis tendrement.

Ce sont-là quelques mots que j’ai choisi avec grand soin.

Pour t’exprimer toute ma gratitude malgré que tu sois si loin.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada