Archives de tags | raisons de vivre

La Dame

La Dame
« La Dame » Critique par RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’AllemagneInstagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

La Dame 

Bonjour tout le monde, 

J’imagine que vous devez le savoir depuis quelques-unes de mes dernières publications, j’aime beaucoup apporter une critique sur certaines œuvres réalisées par mes précieux collaborateurs inscrits sur le site DeviantArt. Un site qui regorge de créations artistiques tant sur le plan de la photographie que celui du dessin et ce, peu importe si lesdites créations ont ou non un lien quelconque avec la nudité. C’est un honneur pour moi d’avoir obtenu leurs permissions afin d’utiliser certaines de leurs œuvres pour la rédaction d’articles au sein de mon blogue. 

C’est d’autant plus un honneur pour votre humble serviteur d’apporter une critique, somme toute personnelle, des œuvres que j’ai choisies dans le cadre de mes activités. Des activités qui, à ma grande surprise, sont devenues l’une de mes raisons de vivre. Quoi de plus agréable de partager avec vous ma passion pour l’écriture par le biais de mon blogue? Je ne remercierais jamais assez mes parents pour avoir inculqué le goût de l’écriture et de la lecture. Un goût qui ne cesse de grandir de jour en jour. 

Mais, il est maintenant le temps de vous présenter une réalisation photographique faite par G.B. qui est l’un de mes deux plus fidèles collaborateurs d’Allemagne. (1) Pourquoi ai-je choisi une telle œuvre plutôt qu’une autre ? C’est une excellente question dont la réponse est en deux volets. En premier lieu, le sujet de la photo m’a interpellé profondément. En effet, la femme possède une aura à la fois de mystère et de force. Un mystère lié à la féminité qui l’habite et le meuve. Une force qui parfois m’étonne et parfois me fait craindre. Craindre quoi ? Pourquoi craindre ? Je ne sais quoi vous dire. En second lieu, une telle pose fait souvent l’apanage de plusieurs photographes spécialisés dans le domaine du nu. Cependant, et c’est un fait intéressant à noter, chacun d’entre eux le fait à sa manière c’est-à-dire en apportant une vision qui est innée à la personne qui fait le cliché. Une personne qui a ses expériences de vie, ses joies, ses peines, ses succès et ses échecs lesquels contribuent à sa propre vision de ce qui l’entoure. 

En ce qui concerne cette photo intitulée ¨La Dame¨, traduction du titre original de ¨The Lady¨ choisi par G.B. d’Allemagne, je trouve sa vision de cette pose classique très intéressante pour plusieurs raisons. Raisons que je résumerais par ces trois éléments majeurs : Simplicité, sobriété et classicisme grecque.  

Simplicité 

Le premier élément qui a attiré mon regard est sans aucun doute la simplicité de cette photo. Une simplicité qui est quelque peu déconcertante surtout je pense que la nudité est enrobée de frivolité en tous genres, du moins dans la majorité des cas. Une frivolité qui alourdit ce qui devrait être, par la définition même de la nudité, la légèreté de l’être. Une légèreté qui se définit tout autant par le point suivant qui est la sobriété.  

Sobriété 

Ici, tout ce qui compose la photo présentée dans cet article entre à la perfection dans ce que j’appelle : la sobriété. Une sobriété qui rappelle ce dicton : la modération a bien meilleur goût. En effet, tout est empreint de sobriété : le corps nu et sans bijoux ni signe distinctif du modèle féminin, un rouge à lèvre posé délicatement sur des lèvres qui en feraient rêver plus d’un amant sans oublier un arrière-plan où les couleurs épousent à la perfection à la fois la teinte délicate de la peau et le blond des cheveux de la femme. Seul le bleu des yeux, un bleu azur qui accroît la beauté du visage, ressorte de l’ensemble et ce, avec une douceur tout à fait remarquable.  

Classicisme grecque 

Il serait quasi impardonnable de ne point terminer cette critique par un dernier point fort essentiel. Je fais référence à la ressemblance avec le classicisme grecque. Une période qui a marqué de manière incroyable le monde des arts tant par la beauté des œuvres réalisées que par les poses immortalisées notamment par les statues. L’on a qu’à penser aux statues de la Grèce antique. 

Chose à la fois étrange et amusante, la photo qui vous est présentée possède plusieurs caractéristiques à la période de l’Antiquité. C’est notamment le cas de l’endroit où se trouve le modèle. Quoi de plus conventionnel d’un meuble en bois pour y déposer une œuvre où la nudité est présentée de manière simple et sobre? Quoi de plus symbolique que de posséder une telle œuvre en sa demeure afin de montrer, parfois même pour épater, sa culture ? 

Quoiqu’il en soit, j’ai tellement aimé cette photo qu’il m’était impossible de ne point y apporter ma contribution bien modeste en faisant ma propre critique. Oui, je suis pleinement conscient que mes qualifications en tant que critique d’arts sont loin d’être satisfaisantes pour être qualifié de professionnel dans un tel domaine. Mais, entre vous et moi, est-il nécessaire de posséder des telles qualifications pour apprécier à sa façon toute œuvre d’arts? En ce qui me concerne, seule la passion peut en certaines circonstances être suffisante. C’est mon humble avis. 

Merci de m’avoir lu ! 

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada  

(1) Le second collaborateur d’Allemagne est mon bon ami Rick B., envers qui j’ai un profond respect. 

En lisant

En lisant
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

En lisant

 

En lisant tranquillement,

Dans mon lit et nue parfaitement,

Un album que j’ai cherché très longtemps,

Je me suis rappelé comme j’étais heureuse en ce temps.

 

Un temps qui fuit comme le sable du sablier,

Quand j’y pense, ce que j’en suis tout étonnée.

Car jamais je n’aurais songé que le nombre des années,

Allait emporter les souvenirs de mes amants que j’ai pourtant aimés.

 

Telle la languissante note d’un majestueux violoncelle,

J’entends leurs voix mielleuses me répéter comme je suis belle,

Dans les boîtes de nuits où nous allions danser jusqu’aux petites-heures,

Folies de jeunesse ! Folies de tant d’ivresse ! Tant d’innocence et sans peur.

 

Jeux dangereux des aventures d’un soir où j’étais une réelle experte,

Car à chaque fois, je remportais le premier prix sans jamais connaître la défaite.

J’aimais me risquer à ce jeu car je n’avais que faire de cette époque bacchanale,

Et puis, entre vous et moi, ma destinée était loin d’être vraiment banale.

 

Ne craignant ni dieux, ni diables, ni anges, ni démons.

Je faisais tout mon possible sans nuire à autrui comme de raison,

Profiter de la vie, travailler avec honnêteté et surtout jouir le plus souvent.

Voilà mes raisons de vivre car j’étais satisfaite de peu de choses évidemment.

 

Et puis les printemps sont passés tel un vent sur les champs de blé,

Et puis les étés sont passés tel le sacré bréviaire et ses plus belles prières,

Et puis les automnes sont passés telles des feuilles aux pieds des arbres tombées,

Mais je me rends compte que malgré tout loin est de mon corps le froid hiver!

 

Je n’ai point de regret de cette vie de volupté,

Et si les cieux le veuillent bien, avec plaisir je le ferai.

Car nous savons tous que la vie est semblable qu’à un bout de file,

Alors, et sans nuire à notre prochain, profitons-en avant qu’elle se défile.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le vieil homme…

375720_10152179547233919_1719909995_n

« Le vieil homme… »

 

Montant les marches péniblement,

Le dos courbé tourné de tous ces gens,

Se remémorant du temps de ses tendres amours,

Qui lui donnaient raisons de vivre et joies à chaque jour.

 

N’ayant point honte de sa nudité,

Témoin de sa lointaine et noble virilité,

Qu’il partagea avec dames en leurs contant fleurette,

Ha! Ce qu’il aime se souvenir comment elles étaient si coquettes.

 

Regardant de ses yeux fatigués,

L’eau de ce bassin brassée par tant de gens agités.

Ne sachant que faire de bien de cette seconde d’accalmie,

Brisée par quelques rires de ses rares et imaginaires amis.

 

Se souvenant de ses vacances d’autrefois,

Où tout était possible ! Où tous avaient la foi !

De son enfance mystérieuse et de sa  jeunesse brumeuse,

Qui firent place à la fleur de l’âge éphémère en sa mémoire ténébreuse.

 

S’appuyant sur la rampe,

En guise de canne, en guise jambe.

Affrontera-t-il cette eau qui lui glacera les os ?

De ses os jadis couverts d’une peau caressée en des temps plus beaux.

 

De cette main maternelle,

Qui fut remplacée par celles plus sensuelles,

Jours s’écoulant sans cesse amenèrent inlassablement,

Son cortège de rides et de cheveux perdus inévitablement.

 

Allons ! Se dit-il alors.

Je suis bien vivant. Voilà mon trésor !

Que cet instant soit celui du plus grand plaisir,

Car, bien que je sois vieil homme, je désire encore vivre.

 

Poème de RollandJr St-Gelais
Dessin de Eri Kel

Bon dimanche

Bon dimanche

Bien le bonjour mes amis et amies,

New Image4J’espère de tout mon cœur que vous allez bien. Pour ma part, la vie est belle avec ses hauts et ses bas. Qui n’en pas? Hé oui, il m’arrive parfois de vivre certains cafards, de me poser certaines interrogations existentialistes et de me questionner sur le sens de la vie, … de ma vie. En effet, il est bon pour soi-même de prendre position face au monde qui nous entoure. Qui suis-je ? Où vais-je ? D’où viens-je ? Questions auxquelles il y a autant de réponses que d’êtres humains vivant sur la terre. À chacun d’y trouver celles qui lui conviennent.

Pour ma part, je dois avouer que les dernières semaines ont été assez spéciales. Renouer avec des pages, loin d’être agréables, de mon enfance, revivre des situations qui m’ont marqué au fer rouge, tenter de trouver des explications à des faits inexplicables et, le plus important, détruire ce sentiment de culpabilité face à mon corps et aux regards qu’il a suscités chez les autres. Bref, il y a des abcès qui doivent être crevés afin de favoriser une guérison de l’âme. Chose plus facile à dire qu’à faire. Croyez-moi sur parole!

Vous savez?! Cela fait plusieurs années que je pose nu pour des artistes, qu’ils soient professionnels ou amateurs, ou encore pour des écoles d’arts et des ateliers ouverts au grand public, adultes et consentants, bien entendu. J’ai aussi eu la chance de réciter des poèmes entièrement nu devant un groupe de personnes. J’assume ce que j’ai accompli jusqu’à ce jour tout en retirant une fierté indéniable.

Fierté qui tire sa source sur deux aspects précis de mon passé. En premier lieu, me défaire à tout prix de mon image dite de « survivant de la Thalidomide ». Croyez-le New Image5ou non, je suis beaucoup plus que cela. Avant toute chose, je suis un homme aimant la vie, un véritable mélomane, passionné par le sport notamment un supporteur des «Canadiens de Montréal», photographe amateur, poète occasionnel et un mordu de tout ce qui touche les actualités tant nationales qu’internationales. En second lieu, je suis un homme pleinement sexué et heureux de l’être sans pour autant rejeter l’aspect spirituel au sein de ma vie. Bien au contraire! En résumé, le fait d’avoir posé nu m’a permis de faire la jonction entre mon corps et mon âme face à un monde à la recherche d’une multitude de raisons de vivre.

Aujourd’hui, je peux dire mission accomplie. J’ai donné le meilleur de moi-même via mon corps tout en évitant, dans la mesure du possible, vous en conviendrez, de m’affubler l’étiquette de « survivant de la Thalidomide ». Ceci a été d’une importance capitale à mes yeux puisque un tel sujet avait fait les manchettes dans la presse canadienne ces dernières années. Jamais, j’ai bien écrit « jamais », mon intention a été de collaborer de quelques façons que ce soient dans ce dossier. Fini pour moi d’être lié à cette caractéristique comme si il y en n’avait pas d’autres. Quelle grande délivrance pour moi.

Merci infiniment de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Enregistrer

Enregistrer

Veuillez répondre!

Veuillez répondre!

Bonjour tout le monde,

Il me fait plaisir de vous poser cette question suite à la réflexion qui a effleuré mon12695228_10154724095479657_1614994565_o esprit lors de la lecture d’un article publié sur un blogue auquel je suis abonné depuis peu. Cette question peut vous paraître banale, mais elle démontre à elle seule tout le fondement de la vie. Un fondement auquel il fait bon d’analyser avec une ouverture absolue de soi non seulement envers tout ce qui nous entoure, mais aussi envers notre propre cheminement de vie.

Nous parlons souvent de la valeur de la vie, de ce qui lui donne de l’importance, des raisons de vivre et de vouloir survivre à tous prix. La lutte pour la vie, pour sa vie, fait partie inhérente de l’humanité. Sans cette lutte, l’espèce humaine aurait sans aucun doute disparue de la surface de la terre. Il est bien entendu que la lutte pour la vie fait aussi partie de toutes les espèces de créatures qui peuplent notre planète.

Certaines de ces espèces ont disparu depuis fort longtemps tandis que d’autres existent encore en faisant de leur mieux pour tirer leur épingle du jeu. Bien souvent, elles doivent faire face à un prédateur impitoyable et j’ai nommé l’Homme.

12695587_10154724094674657_378715901_oToutefois, ce dernier possède la faculté, serait-ce un don divin?, de s’émouvoir devant des situations qui lui paraissent être, du moins à première vue, hors de son contrôle. Et pourtant, c’est exactement lorsqu’il se laisse émouvoir par de telles situations qu’il réussit à donner un sens plein et entier à sa destiné, à sa vie. Voilà pourquoi je vous invite à répondre à cette question: « Peut-on appeler une vie sans émotion réellement une vie? »

Pour ma part, je vis toute la gamme des émotions dans leur globalité à chacune de mes prestations de nudité artistique. Je ries volontiers si j’en ai envie. Je pleurs tout autant lorsque j’en ressens le besoin. J’assume ma masculinité avenant le cas où un désir sexuel se manifeste durant une pose précise. Je m’émerveille devant tel ou tel tableau réalisé par un artiste. Autrement dit, ma volonté de vivre et d’exprimer une telle volonté font partie intégrante de ma prestation devant un groupe pour lequel je pose nu. Autrement dit, je suis un être vivant parce que mes émotions sont en moi tout comme je suis en elle. Notre interdépendance est totale.

J’aurai le plaisir de revenir sur le sujet après la séance de nudité artistique qui aura lieu le 9 mars à St-Jérôme au sein d’une galerie d’arts pour lequel les organisateurs ont eu l’amabilité de m’inviter afin d’y offrir une prestation. C’est à suivre…

J’attends vos commentaires avec joie.

Merci à l’avance.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada