Archives de tags | répit

Endormie

46330662_10157011502283919_357125761863254016_o

Magnifique dessin par mon ami Eri Kel de la France

Endormie

 

C’est la fin de la journée.
Où serait-ce la fin de l’année?
Quoiqu’il en soit, quoiqu’il en est,
Voilà ce qu’il y a, voilà ce qu’il est fait.

 

Après tant d’efforts pour un monde,
Un tas de gens aux comportements immondes,
Elle n’avait que faire de leurs vœux et de leurs souhaits,
Ressemblant à des pantins et à des vulgaires jouets.

 

Maintenant qu’elle est chez elle,
Elle se sent libre telle une hirondelle,
De ses vêtements d’esclaves d’un supermarché,
Elle les arrache avec hâte comme un poids longtemps supporté.

 

Prenant une chaude douche,
Elle entre ouvre délicatement sa bouche,
Et des ses doigts délicatement elle explore sa zone intime,
En pensant à ce jeune homme aux corps d’athlète qu’elle appelle Tim.

 

Ressentant tout son corps se détendre,
Cette eau bienfaitrice sur sa peau tendre,
Elle libère son esprit de ces pensées, de ces idées et de ces faussetés.
Pendant que de ses mains expertes elle se purifie de ces saletés.

 

Propre de corps et libre d’esprit,
Elle décide d’aller s’étendre sur son lit,
Le temps de quelques instants, le temps d’un répit,
Le temps de se retrouver en elle pour qu’enfin elle sourit.

 

Y déposant son corps telle une offrande,
Sur cette autel au doux parfum d’amandes,
Elle se laisse bercer par le ronronnement de sa fidèle amie,
C’est alors qu’elle se laissa tomber, la belle endormie.

 

De

 

RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada

Ton regard

received_10155793317517523

 

Avec la permission de mon amie Elisa R. de Finlande

 

Ton regard

 



Après une journée si triste si épuisante
Perdu dans mes pensées ignorant qui j’étais
Ne sachant même d’où je venais ni où j’allais
Face l’inconnu face à la brunante.



Mes larmes coulaient sur mes joues fatiguées
Et de mon corps traînant ce dos sans cesse éreinté
De mes jambes supportant le poids de mes péchés
Ressentant le froid de ce vent auquel je me voyais dévisagé.



Que pouvais-je espérer en ce jour?
D’un peu de joie, d’un peu de bonheur et d’amour?
D’un peu de repos, d’un temps de répit malgré mon dépit?
Où pourrais-je trouver cette perle qui me redonnerait goût à la vie?



Ça y est! J’ai trouvé en toi cette merveille
Toi, ô jolie dame, qui avec bon cœur sur moi veille
De l’aurore jusqu’au crépuscule si tôt ou si tard
Quelle noble présence dans ton chaleureux regard.



De



RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je n’en peux plus

33466832_582046962182482_40599956481900544_n

 

Modèle vivant : Phylactère Crédit photo : Lior Allay

 

Je n’en peux plus

 

Devant les multiples tracas de la vie

Je ressens cette envie de prendre un répit

Pour enfin savoir qui je suis et où je vais

Pour prendre cette décision où je m’en irais.

 

Nue dans cet escalier

Au cœur tellement blessé

À l’âme si perdue si égarée

Au corps fragile comme du papier.

 

Je ne sais plus quoi faire

Pour m’échapper de cet enfer

Je ne sais plus quoi penser

Pour mes blessures les panser.

 

Je reste là pour un moment

Le temps de reprendre mon respire

D’arrêter de ressentir cette souffrance

Que l’on m’infligea depuis mon enfance.

 

Donnez-moi votre main

Une chanson et un refrain

Que je puisse continuer mon chemin

En espérant de meilleurs lendemains.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Marbre blanc

33967240_10156575442933919_6524245228897959936_o (1)

Extraordinaire dessin par mon ami Eri Kel de la France

Marbre blanc

 

Figée dans le temps

Immobile dans le présent

Être là pendant un court instant

Devant vous et vos sourires béants

 

Vous contemplez ce corps féminin

Pour le transposer sur du papier peint

Incertains de lui rendre tout cet hommage

Oui je le sais bien, ô quel grand dommage

 

Et pourtant j’use d’une grande patience

Car votre art devient une telle magnificence

Attendant la seconde magique où je descendrai

De mon piédestal afin de vos œuvres contempler

 

Corps aux seins fermes et aux formes radieuses

Je saurai être à vos yeux tellement belle et si délicieuse

Que je n’aurai hélas prendre une minute de répit

Pour satisfaire mon bonheur de vous dire merci

 

De ce remerciement pour votre amour de cet art

De cet art aussi précieux que tout l’or

Aussi noble qu’une étoile du firmament

Et aussi cher que du marbre blanc.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quelle peine as-tu eu ?

20180225_113737

Homme libre ! Homme heureux !

Quelle peine as-tu eu ?

 

Ô tendre mère,

Terre de mon corps,

Façonné avec la pureté de l’or,

Existant par-delà cieux et lointaines mers.

 

Peine et souffrance,

Depuis le jour de ma naissance,

Avec quelques beaux moments de répit,

Que tu as tellement aimé et souvent bien rit.

 

Rire de bon cœur

Afin d’oublier tes craintes et tes peurs,

De ne savoir comment allais-je accepter ma situation.

Ne vois-tu pas combien le temps est pour moi si doux et si bon ?

 

Homme viril et plein de vie,

Qui l’aurait pensé ? Qui l’aurait cru ?

Fils d’Adam échappé de son Paradis perdu,

Vivant l’instant présent qui perdure vers l’infini.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Besoin de solitude

New Image39

Besoin de solitude

 

Besoin de solitude,

En cette froide journée d’hiver,

En cette glaciale nuit comme celle d’hier,

Où silence et poésie rythment le battement d’un cœur rude.

 

Serait-ce un péché contre Dieu ?

De vouloir se soustraire quelques temps de tous ces yeux ?

De faire comme ce « Fils de l’homme » de ces saintes écritures,

De s’éloigner sur des plaines désertiques et le soir venu si obscures ?

 

Point de croix à supporter,

Si ce n’est que toutes ces illusions perdues,

De ces paysages mirifiques et de ces contrés à perte de vue,

Car sur cette colline devant petit peuple ma tendre chair fut fouetté.

 

Aujourd’hui, mon âme criait !

Cette nuit, mon corps me suppliait !

Un peu de répit ! Un peu de repos bien mérité !

Sans vouloir se plaindre et encore moins se lamenter !

 

Hommes se plaignent du manque de temps,

De ces manques pour combler des désirs si absurdes,

Et pourtant, bien des gens vivent sous des cieux si rudes,

Ne serait-il pas le moment de cesser d’agir comme des enfants ?

 

J’avais simplement envie d’être seul,

Pour remettre dans ma vie et en mon esprit,

Un peu d’ordre, un peu de vision et sans causer de souci,

Besoin de savoir où j’en suis dans ce monde si en décrépitude.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada