Archives de tags | coutumes

Une bouffée de fraîcheur

Une bouffée de fraîcheur
Une bouffée de fraîcheur Poème par RollandJr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/00-01025-848249495

Une bouffée de fraîcheur

 

Me berçant bien tranquillement,

Je pensais à ma jeunesse en souriant,

En écoutant une vieille chanson d’une groupe jadis populaire,

Un groupe sur des îles où j’étais partie jadis faire cette lointaine guerre.

 

Fraîchement arrivé en ces lieux,

J’avais sûrement l’air avec un peu mystérieux,

Avec mon manteau d’un soldat parlant peu la langue du pays,

C’est alors qu’est apparue cette dame qui m’a tout simplement souri.

 

Elle m’invita à prendre le thé et quelques biscuits,

Elle m’apprenait les coutumes des gens de l’endroit,

Afin d’être toujours sur le bon chemin celui est le plus droit,

Ce qui ne nous pas empêchés d’avoir de bon cœur souvent ri.

 

Les jours et les semaines ont si vite passé,

Jusqu’au jour où j’ai dû pour le front embarquer,

Lui annonçant que je m’absenterai pour longtemps,

Sans lui dire, secret de guerre oblige, où j’allais précisément.

 

C’est alors qu’elle me tendit avec une larme à l’œil de cette photo,

Qui allait devenir parmi mes souvenirs le plus beau des cadeaux,

Cette photo que j’ai réalisée parce qu’elle me l’avait demandée,

Et devant sa grande beauté, à sa demande je n’ai pu résister.

 

Une photo que je conservais bien précieusement,

Tout près de mon cœur presque religieusement,

Qui me protégeait tel un puissant talisman,

Le jour fatidique du Débarquement.

 

Jusqu’à ce moment j’ignorais pourquoi j’étais là,

Mais dans le sable couvert de sang que j’ai compris,

Qu’enfin tout avait un sens dans ma modeste vie,

J’ai découvert que tout mon amour était pour toi.

 

Ton doux visage me donna ardeur,

Mon amour pour toi éloignait mes frayeurs,

Jusqu’à cette journée bénie où vint la capitulation,

Qui mit fin à cette querelle entre de nombreuses nations.

 

Je suis retourné vers ta natale Angleterre,

Afin qu’avec moi tu viens découvrir une autre terre,

Où nous fonderont famille heureuse avec de beaux enfants,

Ce à quoi tu me répondis avec plaisir bien évidemment.

 

Les années passèrent dans le sablier du temps,

De ces années de mille bonheurs que je me rappelle souvent,

Jusqu’au jour la maladie t’emporta bien tristement,

Mais un jour je te rejoindrai certainement,

Alors je ne m’en fais pas vraiment.

 

Car lorsque je regarde cette photo que tu m’as donnée,

Je sens quelques larmes sur mes joues couler,

Des larmes venant d’un si grand bonheur,

Que je ressens comme une bouffée de fraîcheur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Trempée de désir

beauté africaine
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Trempée de désir

 

Je suis seule à la maison,
Lumière et portes closes comme de raison,
Ne voulant pas être dérangée en commettant ce péché,
Péché de chair, de concupiscence et de plaisir insoupçonné.

 

Ayant pris soin de me déshabiller,
Voulant à une offrande tellement ressembler,
En imaginant être sur un autel ayant encore ma virginité,
Une gracieuse virginité que je souhaitant te donner.

 

Pénétrant sous la douche,
En écartant mes lèvres si douces,
Y faisant glisser lentement ma langue rose,
Et de mon jardin secret, en jouir avec passion, j’ose.

 

Jardin secret de ce mont de Vénus,
Que je caresse avec grande légèreté tel un vase sacré,
Car en ce lieu un plaisir n’est accordé qu’à toutes féminités,
Une vraie richesse précieusement gardée par les coutumes et les us.

 

De ce plaisir interdit, l’avoir fait, j’en suis orgueilleuse.
Et je pourrais même jusqu’à dire un peu vaniteuse,
En songeant à mes doigts caressant ce bourgeon,
Et de mon autre main voyageant ici et là sur mes tétons.

 

Femme noire, je le suis volontiers.
Femme noire et descendante de guerrier,
Femme aimant la vie et ses nombreux amants,
Femme aimant se satisfaire longtemps et assurément.

 

Je suis femme trempée de désir,
Je suis femme qui n’a qu’un seul désir,
Celui de trouver un partenaire pour cette nuit,
À défaut de ne pas avoir trouvé celui pour la vie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le clown

Le clown
Le clown

Le clown

 

Voici le clown!

Clown de cirque ou clown de la vie?

Voici le clown!

Clown qui vous fait rire pour votre survie.

 

Ce que vous ignoriez ou que vous ne vouliez pas savoir,

Ce clown n’a vraiment pas de quoi rire ou de quoi sourire.

Lui qui voulait seulement bien vivre avant de mourir.

Dans son existence précaire dans un monde si noire.

 

Ce clown est comme bien d’autres de ses congénères,

Qui vivent en meute avec un esprit grégaire.

Il vous sourit quoiqu’il pense ou qu’il ressent.

Il dit bonjour en y allant de ces pas: dix, trente ou bien cent.

 

N’ayez crainte, il ne vous juge pas car il connaît votre douleur.

N’ayez aucun doute, il compatit à vos nombreux l’heurs.

Car c’est-là votre carapace face aux coups du destin,

Vous qui avez préféré des amours sans lendemains.

 

Voici le clown au visage maquillé et au phallus coloré.

Un clown comme tous les autres et encore plus.

Un être humain qui craint toutes ces coutumes et ses us.

Un homme derrière ce masque qui chante en oubliant ses Ré.

 

Mais qui est-il vraiment? Que l’on m’arrache la langue, si je vous mens.

Ce clown est un peu de vous, un peu de moi.

Car derrière ses sourires qui vous mettent en émoi,

Se cachent des larmes plus de peine que de joie au fil des ans.

 

Non, ce clown ne sera pas au temple de la renommée.

Tant mieux car il me serait impossible de le nommer.

Il vit sur toutes les terres et bien au-delà les océans.

Il existera pour bien longtemps et malgré tous les ans.

 

Ce clown qui vous fait rire ne peut qu’en lui pleurer.

Car il voit toutes vos destinées vers le néant s’en aller.

Votre chemin est aussi, croyez-le ou non, le sien.

Voilà pourquoi, il ne veut que votre bien.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada